Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 6 septembre 2011

UDPS-PPRD : L’épreuve de force!


 
 
Un portrait-géant de "Joseph Kabila" en feu lors de la présidentielle de 2006.

Des incidents graves ont suivi, lundi 5 septembre, le dépôt de la candidature d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba à la Présidence de la République. Un bureau du parti présidentiel, le PPRD, a été vandalisé sur l’avenue Sendwe. L’acte a été attribué aux «combattants» de l’UDPS. Mardi, aux alentours de 2 heures du matin, le siège de ce dernier parti à Limete a été incendié par des «inconnus». Le secrétaire général de l’UDPS pointe un doigt accusateur en direction des éléments de la garde présidentielle de «Joseph Kabila» et des «services». On apprenait le même mardi que les studios de la Radio-Lisanga «RLTV» de Roger Lumbala ont été détruits par le feu. Face à l’animosité grandissante entre les partisans des deux camps rivaux, des observateurs redoutent un embrasement général au lendemain ou avant le vote du 28 novembre prochain. Une perspective plus qu’inquiétante.

Adieu le «Code de bonne conduite» auquel personne ne faisait foi à l’exception du président de la très controversée Ceni (Commission électorale nationale indépendante) ainsi que le staff dirigeant de la Monusco. Le décor paraît désormais planté pour le «grand affrontement». Entre le candidat Etienne Tshisekedi wa Mulumba et le président sortant «Joseph Kabila» l’heure est à l’épreuve de force. Chaque camp a pris la résolution de rendre coup pour coup. Œil pour œil. Dent pour dent. L’antagonisme entre les deux rivaux qui s’ignorent cordialement a atteint le point de non-retour. Qui prendra un avantage décisif sur l’autre? La RD Congo serait-elle à la veille d’une «guerre civile»?

En deux actes, la capitale congolaise a failli s’embraser lundi 5 et mardi 6 septembre. Le candidat Tshisekedi s’est rendu lundi à un bureau de la Ceni au Quartier Royal où il a procédé au dépôt de sa candidature. Tout s’est passé sans heurts. «Un monde fou escortait le cortège de Tshi-Tshi de Limete à la Gombe, raconte un Kinois joint au téléphone mardi. Parti de sa résidence de la 12ème rue aux environs de 10 heures, le président Tshisekedi a mis près de 6 heures de temps pour atteindre la Gombe. Les combattants chantaient : «Kabila rwandais» ; «Ya Tshi-Tshi zongisa ye na Rwanda». Le cortège a quitté la Ceni aux environs de 15h30». Il faut dire que pour la grande majorité des militants et sympathisants de l’opposition congolaise en générale et de l’UDPS en particulier, "Joseph Kabila" souffre d’un grand désamour. L’homme passe pour un "imposteur". Un "agent de l’étranger" chargé "d’achever le travail de destruction commencé par les Rwandais et les Ougandais".

Attaque

Premier acte. Au retour, un incident s’est produit sur le boulevard Sendwe, commune de Kalamu. Une banderole déployée devant cet immeuble portait ces mentions : «Otumoli Kabila, otumoli ba-jeunes». Traduction : Celui qui s’attaque à Kabila trouvera les jeunes sur son chemin. «Arrivé au niveau d’un bureau du PPRD situé sur cette artère, l’équipe d’avance du cortège a été attaquée par des militants de cette formation politique, explique le secrétaire général de l’UDPS, Jacquemain Shabani Lukoo, joint au téléphone mardi matin à Kinshasa. C’est ainsi que nous avons fait dévier le véhicule transportant le président Tshisekedi qui a rejoint Limete en passant par les avenues de la Victoire, Bongolo et Université.» Selon diverses sources, le bureau du PPRD a été «vandalisé». L’acte est imputé aux «combattants». Ceux-ci disent avoir été «provoqués». Selon Shabani, vers 19heures, la direction de l’UDPS a aussitôt reçu des messages indiquant clairement qu’une «riposte» était en préparation. «Des combattants ont été chargés de monter la garde devant la Permanence avant de se replier vers la résidence du président.» «J’ai téléphoné au général Oleko lui demandant de mettre un dispositif de sécurité pour assurer la protection du siège de l’UDPS et la résidence du président Tshisekedi. Mon interlocuteur s’est mis à rire...», souligne le secrétaire général de l’UDPS.

Deuxième acte. Vers 2 heures du matin, le siège de l’UDPS est incendié. Pour le secrétaire général de l’UDPS, «l’opération a été menée par des éléments de la garde présidentielle et des agents de l’Agence nationale de renseignements». Selon une source, des experts de l’UDPS ont pu suivre les conversations dans le réseau de «talkies walkies» des «services». La rédaction de Congo Indépendant a été tenté sans succès de joindre le gouverneur de la ville de Kinshasa ou un des responsables de la police.

Depuis l’annonce, en septembre dernier, de la candidature du leader de l’UDPS à l’élection présidentielle, le climat politique a quitté sa torpeur pour se muer en une dynamite qui n’attend qu’une étincelle. "La Présidence de la République et les services sont devenus très nerveux", commente un observateur. Le président sortant qui se voyait rempiler sans peine, faute d’adversaires, a été contraint de revoir toute sa stratégie de conservation du pouvoir. Une stratégie qui paraît se fonder non pas sur des réalisations mais sur le triptyque «corruption, intimidation et tricherie».

Intimidation

Lundi 29 août, les «Bami» sud kivutiens Jean-Désiré Kabare, de Kabare, et Pierre Ndatabaye, de Ngweshe, ont été reçus par «Kabila». Les deux chefs traditionnels ne sont pas sortis les poches vides de Kingakati. A l’issue de l’audience, ils ont fait savoir leur volonté de voir le programme des cinq chantiers se poursuivre. Le 1er septembre, l’UDPS et quelques autres partis ont organisé une marche qui devait aboutir devant le siège de la Ceni. Les «marcheurs» ont été réprimés par des éléments de la police anti-émeutes «épaulés» par des karateras et autres judokas, affiliés dans la «Ligue des jeunes» du PPRD. Dans un communiqué daté du 4 septembre, l’association de défense des droits humains «La Voix des Sans-Voix» fustigeait «l’instrumentalisation» des unités de la police nationale mais aussi des Forces armées de la RD Congo (FARDC) et des agents des services de sécurité «par la famille politique du chef de l’Etat». L’association dénonçait également «le recrutement des Congolais pratiquants des arts martiaux pour le compte du PPRD en vue de s’attaquer aux autres congolais en pleine manifestation pacifique.»

Mardi 6 septembre, les militants de l’UDPS et la police se regardaient en chiens de faïence. «La police n’a pas fait son travail, fait remarquer Shabani. Elle devait assurer une égale protection à tous. Ce qui s’est passé n’est rien d’autre que de l’intimidation. L’UDPS et son président ne se laisseront nullement intimider.» On apprenait mardi qu’un manifestant a été abattu à la 7ème rue à Limete. Plusieurs blessés graves sont à déplorer.

Les élections présidentielles et législatives prévues le 28 novembre prochain auront-elles lieu à cette date? Des observateurs y croient de moins en moins...

Baudouin Amba Wetshi 
© Congoindépendant 2003-2011

tensions politiques, l’UDPS appelle ses militants au discernement


 – Des partisans de l’UDPS le 5/9/2011 à Kinshasa, lors du dépôt de la candidature d’Etienne Tshisekedi pour la présidentielle 2011, au bureau de réception, traitement des candidatures et accréditation des témoins et observateurs de la Ceni à  Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo– Des partisans de l’UDPS le 5/9/2011 à Kinshasa, lors du dépôt de la candidature d’Etienne Tshisekedi pour la présidentielle 2011, au bureau de réception, traitement des candidatures et accréditation des témoins et observateurs de la Ceni à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo












Après la manifestation des militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) dispersée par la police dans la commune de Limete à Kinshasa, mardi 6 septembre dans la matinée, les responsables de ce parti appellent les militants au discernement.
Le secrétaire de l’UDPS, chef du département des relations avec les forces politiques et sociales, Serge Mayamba, demande aux militants de son parti d’observer un grand sens de discernement parce que, selon lui:
«L’objectif poursuivi par l’autre camp [le PPRD] est d’éviter la tenue des élections.»
Serge Mayamba affirme cependant que le dialogue entre les deux partis est possible.
Mais il ajoute:
«Il appartient à ceux qui ont commencé les troubles de les arrêter. La police qui tire n’est pas une police qui est gérée par l’UDPS. C’est une police qui est gérée par des responsables politiques membres du PPRD. Ils n’ont qu’à donner des consignes à leurs préposés. Ces derniers vont obéir et ça va se calmer.»     
Le PPRD appelle au calme
François Nzekuye, cadre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) et conseiller principal du secrétaire général dela Majorité présidentielle, appelle les militants de son parti et ceux de l’UDPS au calme.
Il demande aux deux partis de régler leurs divergences d’opinion au cours des débats dans les médias et dans les échanges entre partis politiques avant d’ajouter:
«Nous sommes un même peuple et une même nation. Nous devons cheminer ensemble. Evitons de poser des actes qui peuvent compromettre le processus électoral et allons de l’avant pour consolider l’unité nationale et la paix dans notre pays.»
Selon François Nzekuye, le dialogue entre le PPRD et l’UDPS est possible d’autant plus qu’idéologiquement, les deux partis appartiennent à un même courant.

Le gouvernement en appelle au sens de responsabilité des acteurs politiques

Dans un communiqué officiel rendu public, mardi 6 septembre, le vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Adolphe Lumanu, indique que le gouvernement condamne les actes perpétrés ces derniers jours par les militants des partis politiques.
«Ces actes sont constitutifs d’infractions de pillage, de destruction méchante, de coups et blessures volontaires,» affirme-t-il.
Il promet des sanctions contre leurs auteurs et leurs commanditaires.
Il en appele aussi au sens de responsabilité et de patriotisme des acteurs et des leaders des partis politiques.
«Ils [les acteurs et les leaders des partis politiques] ont l’obligation d’éduquer leurs militants au respect de l’ordre public, de la propriété privée et de concourir à la sécurité individuelle,» souligne Adolphe Lumanu.
Le communiqué mentionne également que le gouvernement de la République «salue le professionnalisme de la police nationale et félicite la population pour son comportement responsable».
Les militants de l’UDPS, parti d’Etienne Tshisekedi, étaient descendus mardi dans la rue pour manifester contre le pillage, la veille, de leur siège situé sur la 10ème rue Limete.
Un bureau du PPRD, avait été saccagé, lundi, lorsque le cortège d’Etienne Tshisekedi, rentrait au bureau de son parti située à la 10ième rue Limete après avoir déposé sa candidature à l’élection présidentielle de novembre 2011. Le lendemain à 3 heures du matin, la Radio Lisanga Télévision a été incendiée. Ce média privé appartient à Roger Lumbala, un opposant qui soutient la candidature d’Etienne Tshisekedi.

Les bureaux de l'UDPS et du PPRD vandalisés


Le siège d'un des principaux partis d'opposition en République démocratique du Congo (RDC) et un bureau du parti du président de Joseph Kabila ont été vandalisés lundi à Kinshasa, a-t-on appris mardi de source policière et auprès du parti de l'opposition.
Selon le secrétaire général de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, opposition), "des gens en uniforme" ont vandalisé le siège du parti au moment où son leader Etienne Tshisekedi déposait sa candidature à l'élection présidentielle du 28 novembre dans un bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) à Kinshasa. "Ils sont entrés dans la parcelle, ont cassé des fenêtres et mis le feu à certains endroits", a déclaré à l'AFP Jacquemin Shabani en accusant "des hommes de la Garde républicaine et des services spéciaux". Le siège d'une télévision proche de l'UDPS a également été incendié, a-t-il ajouté. Le chef de la police à Kinshasa, le général Jean de Dieu Oleko, a dit à l'AFP avoir été informé de "cas de vandalisme" au siège de l'UDPS, en émettant des "réserves" sur les accusations concernant les auteurs présumés. Le général a également indiqué que des militants de l'UDPS, après avoir accompagné Etienne. Tshisekedi à la Céni, "ont commis quelques actes de dégradation" au siège d'un bureau du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) du chef de l'Etat Joseph Kabila.

Kinshasa, 6/09/2011 (Belga/AFP/MCN, via mediacongo.net)







Affaire Bemba: Le Belge Van Den Bogaert chahute une audience de la CPI


L’Anversois Ronald Van Den Bogaert, «RVDB» pour ses amis, a provoqué un incident lors de l’audience du vendredi 2 septembre dans le cadre du procès «le procureur contre Jean-Pierre Bemba Gombo».

Quarante mois après son interpellation à Bruxelles et son transfert dans une cellule de la Cour pénale internationale à La Haye, le sénateur congolais Jean-Pierre Bemba Gombo attend toujours de connaître son sort. Face à lui, il y a le procureur Luis Moreno-Ocampo. Le magistrat paraît plus décidé à faire expier un «gros poisson» - un bouc émissaire? - plutôt qu’à rechercher la vérité sur ce qui s’est réellement passé lors du déploiement des troupes du MLC à Bangui, fin 2002 et début 2003. Des troupes envoyées au secours du chef d’Etat centrafricain de l’époque, Ange-Félix Patassé.

Vendredi 2 septembre. Salle n°4. Dès 9h30, l’audience du jour a commencé. Jean-Pierre Bemba est assis à sa place habituelle d’accusé. Plusieurs Congolais sont dans l’assistance. Un des avocats des «victimes» prend la parole. C’est en ce moment que l’Anversois Ronald Van Den Bogaert se lève. «Nous avons subitement vu un homme de race blanche déployer une banderole et un drapeau de la République démocratique du Congo», rapporte un témoin joint dimanche matin au téléphone. Sur le calicot, il était écrit «This is a big joke !». Traduction : «Ce procès est une vaste blague!». Maîtrisé et évacué par des agents de sécurité, «Ronald» a pu lancer : «Cet homme {Ndlr : Jean-Pierre Bemba} n’a rien à faire ici. Sa place se trouve au Congo où l’attendent des millions de gens.»

«Manipulation politico-judiciaire»

Ouvrons la parenthèse pour rappeler que lors d’un point de presse tenu le 3 mars dernier à Bruxelles, la sénatrice MLC Eve Bazaïba Masudi, qui est juriste de formation, avait fustigé le maintien en détention de Bemba Gombo poursuivi pour «crimes de guerre» imputés aux troupes du Mouvement de libération du Congo. La parlementaire n’a pas caché son étonnement de voir le chef rebelle du Darfour, Bahr Idriss Abu Garda, comparaître depuis 2009 «en homme libre» alors qu’il est accusé de «crimes de guerre» imputés à ses hommes lors d’une attaque dirigée contre des casques bleus en septembre 2007. Bazaïba de martéler : «Jean-Pierre Bemba avait envoyé des troupes à Bangui à la demande d’Ange-Félix Patassé, alors chef d’Etat centrafricain, qui faisait face à une insurrection menée par le général François Bozizé qui n’est autre que l’actuel président. Au lieu de poursuivre Bozizé et Patassé, le procureur prend plaisir à s’acharner sur Bemba». Et d’ajouter que «le procureur Moreno doit prouver que Jean-Pierre Bemba avait le commandement et le contrôle effectif sur les troupes du MLC déployées à Bangui.»

En attendant, Bazaïba considère que le procès mené contre le leader du MLC "n’est qu’une manipulation politico-judiciaire". Pour étayer cette thèse, elle cite les propos tenus notamment par le témoin à charge «n°73» selon lesquels «ce sont les enquêteurs de la CPI qui ont rempli les formulaires avec les biens pillés». «Les enquêteurs de la CPI ont propagé la nouvelle selon laquelle M. Bemba a été arrêté. Il va rembourser tout ce qui vous a été pris», aurait ajouté ce témoin. Pour cette sénatrice, les «témoignages à charge» présentés par le procureur près la CPI relèvent d’un «montage». Et de souligner qu’on semble éluder le fait que «Bemba a pris les armes fin 1998 pour inciter le président Laurent-Désiré Kabila à poursuivre le processus de démocratisation et que malgré les irrégularités constatées lors de l’élection présidentielle de 2006, le leader du MLC a accepté les résultats des urnes. Il a été élu sénateur et s’apprêtait à servir son pays.» Fermons la parenthèse.

«Activiste politique»

Qui est "RVDB"? Ronald Van Den Bogaert est ce qu’on peut appeler un «activiste politique». Militant de la gauche flamande (Socialistische Partij) dans les années 80 et 90, «RVDB» était également un sympathisant de l’UDPS à l’époque où cette formation politique évoluait dans la clandestinité. Le 18 juillet 1985, l’homme est arrêté à sa descente d’avion à l’aéroport de Ndjili. Il était porteur d’un dossier contenant des «coupures de presse» sur la situation générale au Zaïre de Mobutu Sese Seko. Il portait également des cassettes destinées à l’UDPS. Des cassettes contenant des messages du professeur Dikonda wa Lumanyisha. Au moment de cette interpellation, ce dernier représentait ce parti en Belgique. Condamné à une peine de dix ans, «Ronald » retrouve la liberté après six mois de détention à la prison de Makala. Et ce, sur intervention personnelle du roi Baudouin 1er.

«Tshisekediste» pur sucre, RVDB s’est illustré à la fin des années 90 par deux actes politiques dignes d’un «baroudeur». Premier acte. Août 1998. C’est la rupture entre LD Kabila et ses ex-parrains rwandais et ougandais. Un nouveau «mouvement rebelle» est né à Goma. A Bruxelles, Emile Kanyengele, nommé chargé d’affaires ad intérim, est à la recherche d’un «bailleur de fonds» pour permettre au Mzee de financer «l’effort de guerre». Imprudent, Kanengele confie cette mission à un certain Jeff Kilombo, un ancien militant du MNC-Lumumba. Quelle est la contrepartie ? «En contrepartie, explique le diplomate à Kilombo, la RD Congo est disposée à donner des concessions minières, du bois etc.». "Jeff" se lance donc à la recherche d’un homme d’affaires flamand capable de mobiliser 500 millions $US. Il se confie à un de ses amis qui s’appelle…Ronald Van Den Bogaert. Un premier rendez-vous a lieu entre RVDB et le diplomate. Un autre rendez-vous est pris. Lors de cette deuxième entrevue, l’Anversois enregistra les propos de Kanengele grâce à un stylo-espion. Kanengele n’a pu «démasquer» son interlocuteur que bien après l’entretien. Van Den Bogaert convoqua une conférence de presse au cours de laquelle il révéla son «coup». Deuxième acte. En novembre 1998, le président LD Kabila est attendu à Bruxelles pour sa première «visite de travail». En compagnie d’un groupe de militants du MNC-L (dont un certain Jean-Claude Ndjakanyi), RVDB s’introduit dans la cour du palais royal où se trouve les bureaux du Roi. Devant des caméras, les militants du MNC-L constitués en «commando» ont le temps de déployer des banderoles portant des slogans hostiles à la visite de «Papa Kabila». Selon certaines sources, Van Den Bogaert a apporté jadis un «soutien appréciable» à l’association de défense des droits humains «La Voix des Sans-Voix pour les droits de l’Homme».

Joint au téléphone samedi soir par l’auteur de ces lignes, Van Den Bogaert a laissé entendre qu’il n’y a "aucune motivation politique" derrière son geste. Et d’ajouter : «J’ai agi pour des raisons d’ordre personnel…». 
A Bruxelles, certaines voix se sont élevées pour relativiser la portée de l’action de l’activiste politique anversois : «Au lieu de se limiter à cette action spectaculaire aux effets limités, Ronald Van Den Bogaert aurait dû se constituer témoin à décharge en faveur de l’accusé Bemba...»

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2011