Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 26 août 2014

Enlevée le 20 août dernier et libérée 48 heures après : La journaliste Thythy Bolumbu de Canal Kin TV raconte son calvaire


Mpaka nkolo 26-08-2014 10:07
Rien à dire que le régime en place est un régime de voyous. Dégueulasse et répugnant.


norbert 26-08-2014 10:18
Diomi avait aussi inventé un tel faux scénario en espérant échapper à une condamnation pour viols d'enfants...les rdcongolais manquent d'innovation pour attirer l'attention sur eux...nos services d'intelligence sont parmi les meilleurs d'Afrique et ne se laisseront pas embobiner par des chantages quotidiens des hommes en manque de positionnement. ..vive le Raïs...


mende 26-08-2014 13:30
Norbert rwandais,ql service qui est permi les meilleurs d'afrique?jouez de votre intelligence pour que le fils de kanambe reste au pouvoir.meme si les congolais devaient avoir pitier de vous rwandais,non,no n vous devez rentrer chez vous au rwanda,moi, je te connais particulietemen t bien,meme si tu as change' le nom,crois moi que votre fin tous,sera mauvaise comme ca n'a jamais etait une fois au monde.


AigleRoyal 26-08-2014 17:11
Norbert, 

J'ai toujours envie de te tabasser a mort. Ecoute, si par malheur, un jour je t'identifie, tu regrettera le jour ou tu es ne.

Parce que tu deviens insupportable et tes propos insenses derangent.

Sale bete








Enlevée le 20 août dernier et libérée 48 heures après : La journaliste Thythy Bolumbu de Canal Kin TV raconte son calvaire















Libérée grâce à la mobilisation soutenue de RFI, des défenseurs des droits de l’homme et de la cellule des droit l‘Homme de la Monusco, la journaliste Thythy Bolumbu, présentatrice à la chaîne de télévision Canal Kin, a relaté les conditions de son enlèvement et de sa détention au secret près de la Garde Républicaine au camp Tshatshi, le siège du ministère congolais de la Défense.
Alors que Thythy Bolumbu rentrait paisiblement à la maison le mercredi 20 août après une journée de travail, une voiture avec 3 femmes et un chauffeur s’est arrêtée devant elle à l’arrêt de bus où elle se trouvait, pour lui proposer de l’amener à sa destination.

Sans hésitation, la journaliste a pris place à bord du véhicule. Arrivée près de l’entrée de Kinsuka, non loin du camp Tshatshi, un véhicule, avec des bérets rouges à bord coupe, la route à la voiture dans laquelle se trouvait Bolumbu. Les militaires ignorent les autres passagers et la prennent, l’obligeant à s’allonger dans leur jeep. Au cours du parcours très pénible, la présentatrice de Canal Kin ne faisait que gémir sous le poids des bottes des trois militaires qui l’avaient kidnappée.

Arrivée au camp Tshatshi, les militaires la dépouillent de tous les biens qu’elle avait sur elle, à savoir l’argent, le téléphone, le sac, la carte de presse.

Après l’avoir amenée dans une cellule, ces tortionnaires l’obligent à se déshabiller devant eux... (Impossible de savoir ce qui s’est passé par la suite, car Thythy s’est mise à sangloter et pleurer amèrement sur ses paroles).
Ses bourreaux lui donneront un lambeau (sale et troué), comme seule couverture pour passer la nuit.

Un inconnu lui a donné un téléphone qui lui a permis d’informer sa famille de sa présence dans le cachot de ce camp militaire de la capitale. Les membres de sa famille se sont rendus le matin du jeudi 21 août sur les lieux, pour exiger sa libération. Mais les gardes apostées à l’entrée du camp les ont empêchés d’entrer pour parler avec leurs supérieurs.

Le jeudi matin, les ravisseurs ont donné à Thythy Bolumbu une boisson sucrée déjà ouverte et un morceau le pain, insistant pour qu’elle en mange, malgré son refus.
Le matin du vendredi 22 août, Thythy sera embarquée encore une fois dans la jeep qui l’avait kidnappée.

Elle était toujours allongée sous les bottes des militaires,, qui l’ont abandonnée au quartier Binza/ Pigeon, dans la commune de Ngaliema. Seule sa carte de presse lui a été remise.
La journaliste se trouve encore en état de choc. Elle est traumatisée à cause des tortures subies, dont elle n’arrive pas à parler en détails.

Thythy est une victime de plus de la répression violente des libertés fondamentales des Congolais et particulièrement de la liberté d’expression.
Cet acte incivique a été décrié par le site internet démocratie chrétienne et relayé par le site hinterland.

ASIYESHINDWA


Divergences consommées, hier, au Bureau politique de la Majorité présidentielle : La MP au bord de l’éclatement





Divergences consommées, hier, au Bureau politique de la Majorité présidentielle : La MP au bord de l’éclatement

La Majorité présidentielle (MP) est loin de parler le même langage au sujet de la révision constitutionnelle projetée par certains ténors du Pprd, le parti présidentiel. Si la rupture n’est pas encore déclarée, elle semble bien profiler à l’horizon, à en juger par les fissures apparues à la réunion du Bureau politique de la Majorité présidentielle (MP) tenue, hier, à la ferme présidentielle de Kingakati. Sous la présidence de Joseph Kabila, autorité morale de la MP, les partisans et les anti-révision constitutionnels se sont farouchement opposés au cours de cette rencontre sans parvenir à un quelconque consensus, a indiqué hier une source proche du Bureau politique de cette famille politique.
Conduits par le Pprd, les partisans de la révision constitutionnelle à cette réunion ont multiplié, en vain, les arguments pour tenter de justifier leur démarche politique. Ils ont notamment mis en exergue leur volonté de recourir au referendum populaire pour opérer cette modification constitutionnelle. Ils ont également promis de consulter et de sensibiliser différentes couches de nos populations avant de lancer la campagne pour la révision de la constitution. Bref, ils ont soutenu vouloir appliquer les prescrits de la constitution pour la modifier.
 
Face à eux, le groupe du refus ‘conduit par le Msr est resté droit dans ses bottes défendant, point par point, les positions exprimées, il y a deux semaines, par le 2ème parti de la majorité présidentielle. Le groupe rejette toute tentative de modification de la constitution, qu’elle juge inopportune moins de dix ans après son adoption par référendum. Le camp de refus n’est surtout pas disposé à cautionner la modification des dispositions verrouillées de l’article 220.
 
La position du Chef de l’Etat était très attendue au cours de cette réunion pour départager les deux camps. Joseph Kabila s’est référé à la grande rencontre de la MP tenue le 20 mars 2014 à la même ferme de Kingakati rappelant qu’il s’était déjà exprimé sur cette question lorsqu’il avait indiqué ne pas avoir de dauphin. Ce qui a semblé donné de l’eau au moulin des pro- révisionnistes.
La réunion s’est terminée en queue de poisson sans consensus ni la moindre concession de la part des deux camps.

FKB

Kingankati : bras de fer entre pro et anti-révisionnistes




Kingankati : bras de fer entre pro et anti-révisionnistes

Tout Kinshasa avait hier lundi 25 août, ses yeux et oreilles tournés vers la ferme de Kingankati, dans la banlieue Est de la ville, où le Chef de l‟Etat était en réunion avec les personnalités politiques et les chefs des partis membres de sa famille politique.
A en croire des « fuites » d‟informations parvenues au Phare, il n‟y a pas eu de débat proprement dit. L‟on a plutôt enregistré une longue série d‟intervention autour du thème politique principal de l‟heure, à savoir la révision ou non de la Constitution, par voie référendaire ou non. Selon plusieurs sources proches de la Majorité Présidentielle, deux camps diamétralement opposés se sont « affrontés » sous l‟arbitrage de Joseph Kabila. Il s‟agit d‟une part de celui composé des pro-révision de la Constitution, avec à sa tête le PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie), et d‟autre part, de celui des anti-révision de ce texte fondamental, conduit par le MSR (Mouvement Social pour la République). Comme par hasard, on reconnaît là les deux formations politiques classées en première et seconde positions en ce qui concerne le nombre de députés et sénateurs. En termes de poids politique, ce sont ces deux forces politiques qui pèsent le plus au sein de la famille politique du Chef de l‟Etat. On souligne que dans la logique du PPRD et ses « alliés », la révision constitutionnelle par le biais du référendum serait la voie la plus sûre pour la Majorité Présidentielle de conserver le pouvoir. Les pro-révisionnistes ont démontré, par a+b que quelles que soient les gesticulations de l‟Opposition et d‟autres forces vives de la Nation, ce passage en force n‟aurait aucune conséquence fâcheuse sur le futur de la République Démocratique du Congo et ses institutions. Le déverrouillage absolu des articles intangibles de la Constitution a été soutenu comme un exercice légal. S‟agissant des anti-révisionnistes placés sous la bannière du MSR, ils sont d‟avis que s‟il y a nécessité d‟amender la Constitution, cette démarche devrait s‟inscrire dans le respect du cadre légal. Tout en déplorant l‟absence d‟un vrai débat interne autour de la question de la révision ou non de la Constitution, ce parti politique et ses « alliés » ont estimé qu‟il est possible de conserver le pouvoir sans forcément charcuter le texte de la Constitution. En clair, les anti-révisionnistes pensent que la Majorité Présidentielle est capable de bousculer l‟Opposition et la battre lors des compétitions électorales à venir sans pour autant modifier le cadre constitutionnel actuel.
 
La Majorité au bord de l’éclatement ?
 
A la lumière de profondes divergences de vue constatées hier à Kingankati, peut-on affirmer que la Majorité Présidentielle serait au bord de l‟éclatement ? Il est difficile de se prononcer. Toujours est-il que pro et anti-révisionnistes ont affiché des attitudes qui font craindre une réelle difficulté de dégager, pour le moment, un consensus.
 
Mais, dans tout cela, quelle était la position de Joseph Kabila ? Il semble qu‟après avoir écouté attentivement les uns et les autres, il aurait donné l‟impression de vouloir souscrire à la thèse de la révision de la Constitution. Des participants à la réunion ont noté qu‟il a renvoyé les protagonistes à ses observations du 20 mars 2014 au même site de Kingankati, où il avait fait savoir qu‟il n‟avait pas de « dauphin » et que le référendum constitutionnel était le meilleur moyen de départager la classe politique congolaise dans la perspective du cycle électoral à venir. Que dire après la rencontre d‟hier à Kingankati ? La leçon principale à en tirer est que la famille politique du Chef de l‟Etat reste partagée entre pro et anti-révision de la Constitution. Joseph Kabila va-t-il finir par trancher la palabre par une décision d‟autorité ou laisser ses ouailles s‟entredéchirer pour une durée indéterminée ?

Kimp

Couac !

 pôle position 26-08-2014 12:41
Le Peuple vous observe et vous écoutes. Toucher à l'intouchable et vous verrez notre motivation dans cette Nation qui nous appartient.


Moise MutotoLikasi 26-08-2014 13:28
Cher Pierre Lumbi, tu as l'occasion "en or" de te dissocier du tricheur Joseph Kabila et sa bande inclu ses flatteurs Boshab, Minaku et son ramassis des traitres MP - tous vomis par les Congoalis. Ne recules pas.

Tu auras l'estime de tes compatriotes et pourras ainsi esperer postuler pour occuper une place dans la reconstruction de notre Pays apress les ravages de la voyoucratie-san guinaire et kleiptocratie de Kabila. 

Bref, de gre ou de force, le voyou Kabila et sa bande deguerpiront au plus tard 2016. En cas de resistance, nous suggesrons a Kabila et ses flatteurs de consulter Laurent Gbagbo a la CPI...!

Couac !












Rien de caché ne restera sous le soleil, dit-on. La réunion tant attendue de Kingakati s‟est tenue finalement hier, autour du Raïs, Joseph Kabila, après plusieurs reports enregistrés.
Tous les sociétaires du Bureau politique de la Majorité présidentielle étaient là. En toile de fond, mettre fin à ce qui est apparu comme divergences de vue au sein de cette plateforme, au sujet de la révision de la constitution. Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) n‟avait jamais caché son intention de réviser la constitution. Ses ouilles l‟ont fait, en tempêtant dans tous les médias que la révision de la constitution pouvait s‟étendre même aux dispositions intangibles.
La réplique du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR), à travers sa déclaration du 12 août dernier, était aussi sans équivoque. La question de la révision constitutionnelle, hormis des dispositions proposées par le Gouvernement, n‟ayant jamais fait l‟objet de débat interne au sein de la Majorité présidentielle, il n‟était pas opportun que cela soit jeté sur la place publique. Depuis, c‟était en chiens de faïences que les uns et les autres se regardaient. Il fallait donc une rencontre pour trancher sur la question. Puisqu‟ils se sont retrouvés, que s‟est-il dégagé ? Des sources crédibles, proches de la Majorité présidentielle, ont laissé entendre qu‟aucun consensus ne s‟est dégagé. Appelé à défendre sa position devant le Raïs, a-t-on appris, le PPRD est resté de marbre, campant sur sa position. Il a été suivi par une kyrielle d‟autres partis, qui ont partagé la même option. Le MSR s‟est aussi livré au même exercice, mais ne s‟est pas remis en cause. Ce parti a maintenu sa position de ne pas toucher aux dispositions intangibles de la Constitution. Au finish, le MSR a été minorisé par l‟ensemble des sociétaires de la Majorité présidentielle.
La même source a indiqué que le Chef de l‟Etat aurait rappelé que lors de la réunion du 20 mars à Kingakati, l‟option de la révision avait déjà été levée. Question. Kabila a-t-il implicitement désavoué Pierre Lumbi, son conseiller spécial en matière de sécurité, qui est le président national du MSR ? Va-t-il considérer que la position du MSR est véritablement un exercice démocratique au sein de sa plate-forme ? De tout ce qui précède, il y a lieu de retenir qu‟il y a divergences de vue entre les membres de la MP. Peut être que dans les jours à venir, une implosion ne serait pas exclue. Mais, ce qu‟il faut retenir, c‟est le courage du MSR. Au sein de la Majorité présidentielle, il est le seul parti à pouvoir exprimer clairement son avis et le soutenir jusqu‟au bout. Car, il a pu dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.

Kin-Kiey Mulumba : "La majorité des Congolais souhaitent voir Kabila continuer"


Jean-Michel Alisema 26-08-2014 13:16
Propos d'un FLATTEUR-profes sionel - jadis Mobutiste, puis Kagamiste et aujourd'hui Kabiliste de derniere heure pour ses besoins du ventre et sexe !

KinKiey et son sosie Mende sont parmi de dechets de la scene politique Congolais que leur ex-patron au RCD-Goma Paul Kagame meprise et dispose comme des "BMW's"

Donc des mendiants a la chasse des boissons, fric et "nanas"...!


 Bendele 26-08-2014 13:16
De quels Congolais parle ce lèche-botte? Parle t-il de lui et de sa famille? Où encore de tous les fils de Masi qu'il prend en otage depuis des années? Personne n'a oublié son passé, Mobutu doit se retourner dans sa tombe. Comment peut-on être si minable?...


VRAI NIOTA 26-08-2014 13:21
DONC, POUR KIN KYE IL N'Y A QUE KABILA QUI EST LE SEUL CAPABLE DE DIRIGER LA RDC. TOUTES LES TETES PESANTES DE LA MP ET DE L'OPPOSITION NE PEUVENT RIEN? C'EST QUEL RAISONNEMENT DEMONIAQUE COMME CA D'UN SOIT-DISANT PROFESSEUR DE L'UNIVERSITE? ET S'IL MEURT AUJOURD'HUI LE PAYS NE VA PAS FONCTIONNER, LE DESTIN DE LA NATION S'ARRETE?

ET JE ME DEMANDE POURQUOI TOUS CES GENS ONT PASSE LEURS VIES A ETUDIER DANS DES GRANDES UNIVERSITES DU PAYS OU A L'ETRANGER? EST-CE QUE C'EST SEULEMENT POUR POURRIR DERRIERE UN PETIT ILLETRE VENU DE KIGALI, FILS D'UNE PUTE RWANDAISE, SANS INSTRUCTION?

CE SONT LES MEMES DECHETS-MERCENA IRES-FLATTEURS- POURRITURES QUI ONT PRIS MOBUTU EN OTAGE AVEC DES SLOGANS ET DES CULTES DE PERSONNALITE JUSQU'A CE QU'IL EST ALLE POURRIR AU MAROC DANS LA POUBELLE DE L'HISTOIRE. 

BANDE DES SCELERATS. VOUS ALLEZ VOIR...

KABILA FILS D'UNE CHIENNE RWANDAISE.


nendeomalanga@yahoo. 26-08-2014 13:24
quelle majorite des congolais ses concubines et toutes ses prostituees a qui il donne des mietes ,
kiey mulumba tu te trompes et bien nous allons commencer a vous cibler avant que kanambe prene la fuite


Fmk 26-08-2014 14:31
Ce monsieur se permet de tout, il merite la pendaison. De quel souhait de la majorité des congolaisparle-t-il?

La majorité souhaite le départ pur et simple de ce régime d'occupation

Chantal 26-08-2014 13:27
"Pourquoi faire partir ce qui marche et le remplacer par quelque chose de pire", ajoute le ministre. Conclusion: Kin Kiey prône la dictature et il le dit haut. Cet homme est l'ennemi du peuple, du monde moderne, de la tolérance, de l'alternance, de la justice, de l'équité, bref du système politique appelé démocratie, comme le Congo est démocratique, cet homme n a donc plus sa place parmi nous les Congolais,...








Kin-Kiey Mulumba : "La majorité des Congolais souhaitent voir Kabila continuer"


Au coeur du débat sur l'éventuelle modification de la Constitution en RDC, Kin-Kiey Mulumba, ministre congolais en charge des Nouvelles technologies, lance "Kabila désir".
Une structure qui voudrait voir le président congolais, Joseph Kabila, rempiler en 2016. Malgré le verrou constitutionnel… "Kabila, posa na yo nanu esili te !", traduisez "Kabila, nous avons encore besoin de vous !" Le mot d'ordre de l'association "Kabila désir", mise en place le 19 août à Bruxelles, ne souffre d'aucune ambigüité.
Et son initiateur, Tryphon Kin-Kiey Mulumba, ministre congolais des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies, l'assume : malgré le verrou constitutionnel, Joseph Kabila doit rempiler un nouveau mandat en 2016. À l'en croire, c'est le "souhait de la majorité des Congolais". "Il y a une envie de Joseph Kabila (…). La RDC a besoin de la stabilité : rien ne se fait sans la durée, sans tenir compte de l'histoire du pays", explique-t-il à Jeune Afrique. "Pourquoi faire partir ce qui marche et le remplacer par quelque chose de pire", ajoute le ministre, paraphrasant, à quelques mots près, l'homme d'affaires Jean-Yves Ollivier, auteur de Ni vu, ni connu, une autobiographie parue en mars sur sa "vie de négociant en politique, de Chirac et Foccart à Mandela".