Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

jeudi 27 septembre 2012

L’ambassadeur de France chez Tshisekedi


Luc Hallade chez Tshisekedi

27 septembre, 2012
luc halladeProbablement dans le cadre des consultations entreprises par l’ambassadeur de France avec les milieux politiques et la société civile, en perspective de la tenue du 14ième sommet de la francophonie qui se tient du 12 au 14 octobre à Kinshasa, Luc Hallade (photo) a été reçu mercredi 26 septembre par le président élu de la RDC, Etienne Tshisekedi, dans sa résidence sur la rue Pétunias à Limite.

A l’issue d’un entretien qui a duré une heure, le diplomate français s’est réservé de tout commentaire. Rien n’à filtré sur l’éventuel face à face Tshisekedi – Hollande. Le nouveau locataire de l’Elysée qui arrive le 13 octobre à Kinshasa, a prévu dans son agenda de rencontrer le même jour le président par défi, Joseph Kabila, et les acteurs de l’opposition politiques et de la société civile.
Comme d’aucuns le savent, le principal parti politique de la RDC, UDPS, boude la participation de François Hollande à ce sommet parce qu’il la considère comme une caution au pouvoir actuel issu des élections très contestées du 28 novembre 2011 dont les résultats au niveau aussi bien présidentiel que législatif étaient jugés non crédibles par les observateurs tant nationaux qu’internationaux.

Dés l’annonce de la participation du nouveau locateur de l’Elysée au sommet de la Francophonie à Kinshasa, l’UDPS est montée au créneau par la bouche de son Secrétaire général, Bruno Mavungu pour dénoncer la volte-face de François Hollande qui avait pendant sa campagne, promis ne pas se rendre dans les pays où le pouvoir est issu des fraudes électorales.
Les proches du sphinx de limite ont estimé que les intérêts économiques de l’Hexagone ont pris le dessus sur la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’homme tant proclamée par la charte de la Francophonie.

Pour rappel, ce parti phare de la RDC a déposé un mémo à l’ambassade de France pour la délocalisation du sommet de la Francophonie à Kinshasa au nom des valeurs défendues par la francophonie.

Une ONG de droit français, Convergence pour l’émergence du Congo, est en justice en référé contre l’OIF pour la délocalisation du sommet vers un pays respectueux de la charte de la francophonie. L’arrêt est attendu dans les tout prochains jours.

Eric Wemba/CCN

http://www.culturecongolaise.net/?p=10819

République démocratique du Congo: multiplication des attaques contre les défenseurs des droits de l'homme avant le Sommet de la Francophonie





DES JOURNALISTES ET DES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME AGRESSES PAR DES INCONNUS APRES AVOIR DENONCE LA DETENTION AU SECRET DU DEPUTE EUGENE DIOMI NDONGALA



L’OBSERVATOIRE: République démocratique du Congo: multiplication des attaques contre les défenseurs avant le Sommet de la Francophonie



Paris-Genève, le 26 septembre 2012. L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, un programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), déplore la multiplication des attaques et des menaces visant les défenseurs des droits de l’Homme à l’approche du Sommet de la Francophonie…

À quelques semaines de l’ouverture du XIVe Sommet de la Francophonie, qui se tiendra du 12 au 14 octobre 2012 à Kinshasa, les attaques, menaces et autres actes d’intimidation visant les défenseurs des droits de l’Homme, dont un avocat et deux journalistes, se sont multipliés. Dans un tel contexte, l’Observatoire s’interroge sur la bonne foi des autorités à mettre en œuvre les principes fondateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Ainsi, le 21 septembre 2012, Me Sylvain Lumu, avocat et secrétaire exécutif de la Ligue des électeurs (LE), a été agressé alors qu’il rentrait à son domicile par des individus voyageant dans un véhicule. Les auteurs de cette attaque ont emportés ses téléphones et autres documents trouvés à bord de la voiture.


D’autre part, le 23 septembre 2012, M. Godé Kalonji, journaliste engagé dans la promotion des droits de l’Homme et chargé des alertes au sein de l’ONG Freedom For Journalist (FFJ), a été violemment agressé par un groupe de personnes non identifiées alors qu’il revenait en voiture de son bureau. Ses agresseurs ont emporté son matériel de travail, dont un appareil photo, des téléphones et des clés USB. L’Observatoire s’inquiète de l’état de santé du défenseur des droits de l’Homme, qui a été hospitalisé aux soins intensifs pendant plusieurs jours.

L’Observatoire relève que Me Sylvain Lumu et M. Godé Kalonji avaient récemment été impliqués dans l’organisation d’une conférence de presse tenue le 19 septembre 2012 visant à dénoncer des cas d’enlèvements et de détentions au secret commis par l’ANR, comme celui par exemple du député de l’opposition Diomi Ndongala.


Enfin, le 21 septembre 2012, M. Désiré Kazadi, également journaliste et président de FFJ ainsi que de l’ONG Journalistes pour les droits de l’Homme (JPDH), a fait l’objet de menaces et d’intimidations lors d’un appel téléphonique anonyme mentionnant une lettre qu’il a récemment cosignée avec M. Kalonji et adressée au Président de la RDC, lui demandant la suppression du ministère des communications et des médias.

L’Observatoire craint que ces faits ne soient directement liés aux activités de défense des droits de l’Homme de Me Sylvain Lumu et de MM. Godé Kalonji et Désiré Kazadi, qui ont été particulièrement actifs récemment dans leur dénonciation des violations des droits de l’Homme dans le pays. L’Observatoire condamne donc fermement ces attaques et menaces visant les défenseurs des droits de l’Homme et craint qu’elles ne visent qu’à les intimider à l’approche du Sommet de la Francophonie, auquel les ONG de défense des droits de l’Homme doivent prendre part. Il appelle les autorités à mener une enquête exhaustive et impartiale sur toutes ces agressions et menaces suite aux plaintes déposées par les victimes.

« Une telle multiplication des attaques et des menaces contre les défenseurs des droits de l’Homme n’augure rien de bon à l’approche du Sommet de l’Organisation internationale de la francophonie. », a ainsi déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. « Il est impératif que tous les défenseurs des droits de l’Homme puissent s’exprimer dans un cadre sécurisé à la fois pendant et après ce Sommet », a-elle-poursuivi.

Dans ce cadre, l’Observatoire rappelle par ailleurs qu’en vertu de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme de 1998, les autorités de la RDC ont l’obligation de protéger tous les défenseurs des droits de l’Homme de toute forme de violence, menace ou pression.

« Il est impératif que les autorités de RDC se conforment à leurs obligations internationales, et notamment au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui impose aux autorités judiciaires de mener une enquête exhaustive et impartiale sur toutes ces agressions et menaces, et de traduire en justice tous leurs responsables, quelles que soient leurs fonctions. Il en va de la crédibilité des autorités congolaises », a également rappelé Yves Berthelot, président du Conseil exécutif de l’OMCT.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

· FIDH : Arthur Manet, + 33 1 43 55 25 18

· OMCT : Isabelle Scherer, + 41 22 809 49 23





Le président français François Hollande, le 7 septembre 2012 à Evian.
Le président français François Hollande, le 7 septembre 2012 à Evian.
REUTERS/Philippe Wojazer

Par RFI

François Hollande et ses équipes organisent le premier périple du président français en Afrique et sa présence au prochain sommet de la francophonie à Kinshasa du 12 au 14 octobre prochain. Le président français devrait faire une escale au Sénégal avant de venir en RDC. C'est un voyage présidentiel éclair qui semble se mettre en place.

Avant le sommet de Kinshasa, François Hollande s'est organisé une étape express à Dakar. Son arrivée au Sénégal le vendredi 12 en fin de matinée est confirmée de bonne sources à Paris. Sans doute pour marquer sa différence avec Nicolas Sarkozy et faire oublier sa polémique déclaration sur «l'homme africain (qui) n'est pas assez entré dans l'histoire», le chef de l'Etat français souhaite prononcer un discours devant l'Assemblée nationale sénégalaise avant de s'entretenir avec son homologue sénégalais Macky Sall.

Rendez-vous avec l'opposition congolaise

Un peu plus tard, dans la nuit, l'avion présidentiel décollera pour Kinshasa. Le lendemain, au petit matin, François Hollande veut, en une heure et demie, rencontrer Joseph Kabila à la présidence puis se rendre à la résidence de l'ambassadeur de France pour discuter avec les ONG et les opposants politiques. C'était l'une des conditions de sa présence au sommet de la francophonie. «Il y a beaucoup de demandes et peu d'élus» nous indique une source diplomatique à Paris. Seuls les proches de l'opposant Etienne Tshisékédi affirment être en contact avec les services de l'Elysée : «ça s'organise tranquillement mais nous avons une exigence : un rendez vous en tête à tête.»
Ensuite, François Hollande suivra l'ouverture du sommet de la Francophonie au palais du peuple, avant de prononcer un discours très attendu de 7 minutes. François Hollande a prévu de consacrer la fin de sa journée aux Français vivant en RDC avant de redécoller dans la nuit pour Paris.

XIVe sommet de la Francophonie : Hollande effectuera un voyage éclair en RDC et au Sénégal en octobre

Mercredi 26 septembre 2012
Le président français s'entretiendra avec Kabila, les opposants et les ONG à Kinshasa
A quelques jours de la tenue du XIVe sommet de la Francophonie à Kinshasa, les choses se précisent petit à petit quant au voyage du président français. Pour son premier voyage en Afrique, le président français effectuera un voyage éclair au Sénégal et en République démocratique du Congo (RDC). Les services de l'Elysée sont en train d'organiser le premier périple du président français en Afrique et sa présence au prochain sommet de la Francophonie à Kinshasa du 12 au 14 octobre prochain. Il est prévu une escale au Sénégal avant de venir en RDC. Pour un premier voyage en Afrique, François Hollande envisage d'effectuer un voyage éclair.




Avant de participer au XIVe sommet de la Francophonie à Kinshasa, François Hollande projette une escale express à Dakar, capitale du Sénégal, où il devra arriver le vendredi 12 septembre en fin de matinée.
A l'étape de Dakar, apprend-on, il est prévu un discours qu'il prononcera devant l'Assemblée nationale sénégalaise avant de s'entretenir avec son homologue sénégalais Macky Sall.

Rendez-vous avec l'opposition congolaise
De la capitale sénégalaise, le président français atteindra Kinshasa, capitale de la RDC, un peu plus tard, dans la nuit. Le samedi 13 octobre, au petit matin, François Hollande envisage de boucler en un tour de main un programme serré. Donc, il veut, en une heure et demie, rencontrer son homologue congolais, Joseph Kabila au Palais de la nation puis se rendre à la résidence de l'ambassadeur de France en RDC pour discuter avec les ONG et les opposants politiques congolais. François Hollande va ainsi répondre à l'une des conditions de sa présence au sommet de la Francophonie dans la capitale congolaise.
Cela ne voudrait pas dire qu'en dehors de ces rencontres, il n'y ait pas d'autres demandes d'audiences de la part des Congolais. Le séjour de François Hollande est si bref que le temps fait défaut pour satisfaire à toutes les demandes.
"Il y a beaucoup de demandes et peu d'élus", indique-t-on du côté de Paris. Seuls les proches de l'opposant Etienne Tshisekedi affirment être en contact avec les services de l'Elysée : "ça s'organise tranquillement mais nous avons une exigence : un rendez-vous en tête à tête."
Cependant une question reste posée : François Hollande accédera-t-il à l'exigence du président national de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS)?
Ensuite, François Hollande suivra l'ouverture du XIVe sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) au Palais du peuple, avant de prononcer un discours très attendu de 7 minutes. L'agenda de François Hollande prévoit également une rencontre avec les Français vivant en RDC avant de regagner Paris dans la même nuit du 13 octobre.
Ce sera le premier voyage qu'effectuera le président français sur le sol africain après son élection au mois de mai dernier.
C'est lundi 27 août que le président français avait annoncé qu'il participerait au XIVe sommet de la Francophonie prévue en octobre prochain. Il avait ainsi mis fin à un long suspense sur sa participation ou non à cette rencontre.
"Je me rendrai dans quelques semaines au sommet de la Francophonie à Kinshasa. J'y réaffirmerai que la Francophonie n'est pas simplement une langue en partage mais aussi une communauté de principes et d'idéaux dont le rappel à chaque occasion est nécessaire, et notamment en RDC mais pas seulement là ", avait-il déclaré au cours de la Conférence des ambassadeurs français au palais de l'Elysée mettant fin à une polémique entre les partisans et les opposants à sa venue à Kinshasa.

Kléber Kungu

http://www.lobservateur.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=8429:xive-sommet-de-la-francophonie-hollande-effectuera-un-voyage-eclair-en-rdc-et-au-senegal-en-octobre&catid=44:politique&Itemid=58


lundi 24 septembre 2012





Jeudi 19 septembre 2012, une délégation des Evêques membres de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale du Congo, en sigle) a visité le territoire de Rutshuru. Accompagné de Monseigneur KABOYI (Evêque du diocèse de Goma), la délégation a tenté le tout pour le tout, la MONUSCO ayant refusé de les sécuriser, pour arriver à Rutshuru où une foule immense les attendait.
Au cours de la célébration d’une messe dite de solidarité, les évêques ont lu un communiqué dans laquelle ils demandaient au peuple congolais de barrer la route aux personnes qui veulent balkaniser la République Démocratique du Congo et piller les richesses du pays. Tel était le message clé de la CENCO aux populations de Rutshuru, message qu’ils ont emmené partout dans le monde et qu’ils comptaient amener à Bukavu et dans les camps des déplacés internes du Nord-Kivu.
En marge de cela, rappelons, en passant, que ces évêques venaient de faire le tour du monde pour rapporter aussi le message du gouvernement congolais, accusant le M23 en complicité avec le Rwanda et d’autres puissances mondiales, de vouloir balkaniser le pays et livrer certaines parties du Territoire national aux étrangers.C’est dans un message court et clair que le numéro un de l’armée du M23 a donné la position du M23 sur à ce qui a fait couler tant d’encre et de salive dans notre pays, à savoir la balkanisation. La substance du message du Colonel Makenga, car c’est de lui qu’il s’agit, est la suivante : « Les revendications du M23 sont nationales et non sectaires. Il n’existera jamais de balkanisation au Congo tant que le M23 aura la force qu’elle a aujourd’hui. Le plan de balkanisation n’existe pas et n’existera pas » a-t-il rassuré aux évêques membres de la CENKO.
Ci-dessous, en intégralité, le message du Chef d’Etat Major Général de l’Armée

: «Excellences Messeigneurs représentants de la CENCO, C’est pour moi un honneur et une grande opportunité de m’adresser à vous, au nom du M23, pour retracer l’historique qui nous a amené jusqu’à ce jour de notre rencontre dans cette salle du diocèse de Rutshuru.
Merci encore une fois du courage, que vous avez eu, de braver toutes les prophéties de malheur débitées par ceux qui vous voulaient vous dissuader de venir voir la réalité du terrain et merci pour le message de réconfort que vous avez apporté à la population du Nord-Kivu en général et, en particulier, à celle de Rutshuru. Nous savons que rien n’a été facile. Vous avez entendu beaucoup des choses concernant le M23, mais nous vous promettons qu’avant votre départ d’ici, vous aurez un jugement personnel de ce Mouvement, jugement qui vous permettra d’avoir une version des faits contraire à celle que vous aviez en arrivant et qui vous permettra de fixer, une bonne fois pour tous, l’opinion tant nationale qu’internationale sur les raisons logiques et objectives qui ont pousse le M23 de prendre sa part de responsabilité dans l’Histoire de notre cher et beau pays la RDC.

Le M23 est un mouvement politico-militaire dont les membres proviennent majoritairement du Congrès National pour le Défense du Peuple (CNDP, en sigle). Vous êtes sans ignorer que ce dernier Mouvement a, en son temps, combattu contre le gouvernement de Kinshasa, 5 ans durant, et à l’issue d’un accord de paix signé à Goma (mais négocié dans un processus de paix de Nairobi sous l’égide de la facilitation des Nations Unies) les militaires ex-CNDP ont été intégrés dans l’armée congolaise et le CNDP parti politique a adhéré au camp de la majorité présidentielle.

Mon intervention, d’aujourd’hui, retracera l’historique depuis l’accord du 23 mars, jusqu’au jour où le gouvernement de Kinshasa a pris la décision de nous abattre : Nous étions convenus avec le gouvernement de Kinshasa que les forces intégrées ne seront déployées que dans les deux Kivu pour combattre toutes les forces négatives étrangères et les groupes armés réfractaires aux accords de paix du 23 mars, afin de permettre aux refugiés congolais et aux déplacés de guerre de regagner leurs contrées d’origine. Bien qu’ayant chaleureusement adhere au projet, durant les trois ans passés au sein des FARDC, le gouvernement de la République ne nous a jamais dotés des moyens nécessaires pour éradiquer ces forces négatives étrangères et les autres groupes armés ciblés à cet effet.

Pire, il s’était installée, au sein même de l’armée nationale, une discrimination envers les militaires des ex-mouvements rebelles qui ne bénéficiaient pas du même traitement que leurs collègues de l’ex-composante gouvernement. Alors que ceux du gouvernement touchaient leur solde sur base de grade, ceux des composantes ex-rebelles recevaient un montant forfaitaire et inconstant. A titre d’exemple un Colonel ex-cndp percevait l’équivalent de la solde d’un caporal de l’ex-composante FARDC. Durant toutes ces années passées au sein des FARDC, nous avons été humiliés et dénigrés n’eut été la sagesse de notre part, nous aurions quitté le processus juste quelque temps après l’intégration (c’est-à-dire vers fin 2009 déjà!). Nous avions, à maintes reprises, demandé que soient respectés les accords signés le 23 mars 2009, mais une fin de non recevabilité était réservée à notre requête et en lieu et place nous avions subi des menaces et deux d’entre nous qui avaient signé une pétition, ont été radiés de l’armée pour cela.

Bien que nous nous étions convenus que les militaires intégrés ne seraient déployés que dans les deux Kivu, nous avons accepté, par patriotisme, que certains d’entre nous aillent servir sous le drapeau contre les INYELE à DONGO dans la province de l’Equateur, mais hélas, certains avaient été assassinés par leurs « frères » d’arme de l’ex-composante gouvernemental, tandis que d’autres ont subi des traitements inhumains et dégradant avant de les laisser regagner Goma. D’autres, 59 d’entre nous, qui étaient partis à DUNGU pour combattre les LRA et les ADF-NALU ne sont jamais retourné (à l’exception d’un rescapé qui s’etait échappé par le soudan et qui nous a reporté les circonstances de la mort de ses collègues, tués par le major responsable du bataillon qui, au lieu d’être poursuivi en justice, a été promu au rang de Lt Colonel en guise remerciement de la part du gouvernement de Kinshasa.

Il en est de même des militaires ex-CNDP qui ont été déployés dans des opérations à Kindu, trois d’entre eux ont été lapidés par la population au motif qu’ils étaient des rwandais. Le Nord-Kivu n’est pas laissé en reste : dans cette discrimination organisée contre les militaires ex-cndp intégrés après les accords du 23 mars 2009, le Colonel YAV, alors commandant secteur, avait fait assassiner le Lt Colonel ALI, sur l’axe Rumangabo-Rutshuru, et toutes les preuves avaient été présentées à la hiérarchie, mais aucune poursuite n’a jamais été menée en son encontre…
Durant les trois ans passés au sein des FARDC, nous n’avons fourni aucun effort pour dénoncer toutes les injustices, la corruption et le détournement des fonds alloués aux militaires et qui n’arrivaient jamais à la base. Nous étions profondément préoccupés par les répercussions de ces injustices sur l’avenir de l’armée et de notre pays, symboles majeurs de la souveraineté nationale; c’est pourquoi, en tant que patriotes, nous avons attendu 3 ans pour méditer suffisamment, avant de décider, en âme et conscience, de nous insurger contre tous ces fléaux. Drogués en permanence dans l’espoir de se soustraire de la dure réalité de la vie qui leur est imposé par des gouvernements prédateurs, manque des soins pour les blessés de guerre, la corvée de débrouille, les vols, les extorsions, bref, la vie infra-humaine que mènent les militaires congolais, dans l’indifférence arrogante de la hiérarchie militaire et civile, la peur bleue surtout du risque constant de voir nos éléments se contaminer par ces antivaleurs ainsi que celle de participer à ce crime organisé contre la nation et son peuple, nous avaient poussés à franchir le Rubicon.

Tout citoyen congolais est touché par l’institutionnalisation de la corruption dans notre pays mais quand le mal ronge l’armée, cela devient plus qu’inquiétante et tout patriote devrait le dénoncer. Nous avons fais trois ans au sein des FARDC sans solde alors que nous avons passé les épreuves du contrôle physique et l’enregistrement biométrique. Où va la solde destinée aux militaires ? C’est une question taboue dans l’armée et, de plus en plus, les politiciens perdent leur langue quand il s’agit de dénoncer le mal. Toute personne qui en parle devient l’ennemi numéro un du régime KABILA : Ils ont tué le Lt. Colonel BULIMASO à Masisi, ils ont tendu une embuscade au Lt. Colonel Kifaru à Walikale, Le Colonel Byamungu a été attaqué dans son Quartier Général à Uvira, Les Lt Colonel Saddam et Nsabimana attaqués à Fizi sans que moi qui était commandant des opérations au Sud-Kivu je ne sois informé. La chaine de commandement n’existe pas dans les Forces Armées de la République Démocratique du Congo.

Alors que la situation devenait de plus en plus tendue, le Chef d’Etat Major Général des FARDC au lieu de calmer le jeu et de résoudre les problèmes au sein de l’armée, il a mis le feu aux poudres : Il a appelé le Colonel Baudouin NGARUYE à Goma pour recevoir le briefing pour rejoindre, son nouveau poste d’attache à Shabunda, en remplacement du Colonel KABUND, en lieu et place du briefing il fut humilié et désarmé devant soldats et caporaux ; le même sort fut réservé au Colonel Zimulinda, alors qu’il était convié à une réunion avec le Chef d’Etat Major Général des FARDC. Certains militaires ayant senti venir les menaces, se sont vite retranchés dans les montagnes de Masisi pour se protéger contre l’inconnu que ces comportements du gouvernement Kabila venaient d’adopter vis-à-vis des Officiers supérieurs ex-CNDP intégrésdans les FARDC. Le Colonel BIYOYO(Officier ex-CNDP Shi) fut intrepellé, désarmé, arrêté et transféré à Ndolo (à plus de 1000 km de sa famille). Enfin nous avons fait avec l’état Major Général beaucoup de réunions dans lesquelles j’ai dénoncé toutes les antivaleurs(la corruption, le non respect de la chaîne de commandement, le clientélisme, l’affairisme et le tribalisme qui s’installaient au sein de l’armée) et ces exactions à l’égard des militaires rwandophones et non rwandophones et, la seule réponse qui m’avait été réservée c’est l’embuscade qui m’avait été tendue à Nyabibwe, en Mai dernier, alors que je venais de Bukavu pour Goma, en réponse à l’invitation du CEMJ-Force terrestres.

Excellence les représentants des Evêques membres de la CENCO, vous êtes les premiers à avoir dénoncé avec force la culture du mensonge, de la tricherie, du vol qui s’installent au sommet de l’Etat, nous avons, dans l’armée apprécié à juste titre cette très grande contribution, qui consistait à rappeler aux autorités congolaises leur rôle des dirigeants. Vous savez bien que la question de la Balkanisation est un mensonge grossier inventé par le gouvernement Kabila pour embarquer le peuple congolais tout entier dans ses mésaventures bellicistes au Kivu. L’histoire est têtue, mais il semble que les congolais n’apprennent rien de leur histoire : en 1998 lors de l’avènement de l’AFDL, ce sont les mêmes personnes qui criaient à la Balkanisation, je parle du Prof Kin Kye et le très eternel Ministre de la communication Lambert Mende Omalanga. A l’époque c’était pour discréditer et empêcher le père de celui qu’ils servent aujourd’hui à hériter le pouvoir. Nous avions entendu la même rengaine lors de la rébellion du RCD et celle du CNDP. Cela n’étonne personne que ce pouvoir, à mal de légitimité, utilise un discours nationaliste pour se rallier les congolais, mais de là, réussir à embarquer même les Evêques, cela nous imposent des questions !

En tant que deuxième personnalité du Mouvement du 23 mars, au nom de notre Président (qui est aussi un Bishop) nous disons au peuple congolais que le M23 est un Mouvement National pour libérer tous les congolais, et que la balkanisation n’existe que dans l’imaginaire de Mende pour distraire le peuple congolais et prolonger son, peu soit-il, son séjour au pouvoir. Le Congo est un et indivisible, il restera uni et les Congolais doivent être unis derrière le M23 pour se défendre contre cette nouvelle féodalité compradore que Kabila tend à installer à Kinshasa.
Quant à la question de l’aide que le M23 bénéficierait du Rwanda, le récent retour en pleine journée de tout un bataillon des militaires rwandais vêtus en uniformes congolais, a mis à nu les mensonges du gouvernement Kabila qui croyait qu’il continuerait à tromper éternellement au peuple congolais. Le M23 félicite la population de Rutshuru qui a refusé de céder à la manipulation des politiciens de Kinshasa. Cette population a compris que, finalement, à chaque fois que le pouvoir de Kinshasa est menacé, il appelle le peuple à la solidarité alors que les FDLR ont toujours constitué la source principale de l’insécurité, mais le gouvernement de Kabila n’a jamais utilisé autant des moyens que ceux déployés pour combattre le M23 !

Pour terminer, leurs Excellences, permettez-moi de rappeler à l’opinion qu’au lendemain des élections présidentielles, les Evêques du Congo s’étaient levés, comme un seul homme, pour dénoncer les fraudes massives dont étaient entachés les scrutins.

Nous retirer dans les montagnes de Runyoni (où le gouvernement de Kabila nous a attaqué, car c’est lui qui avait pris l’initiative de la guerre dans l’espoir de nous anéantir en un clin d’œil, dans une sorte de guerre-éclair, conscient d’avoir totalement réussi à nous désorganiser par l’atomisation de nos troupes ex-CNDP en plusieurs régiments) était, pour nous, une façon de suivre votre mot d’ordre. Chers Messeigneurs, qu’est-ce qui s’est donc passé depuis ? Avez-vous changé de point de vue où tout simplement les réalités ont-elles changées ? Si tel est le cas, leurs Excellences, je voudrai, au nom de toute ma délégation, que vous :

1. Rassuriez le peuple congolais que les élections se sont déroulées en toute transparence, liberté et régularité,
2. Rassuriez le peuple congolais que toutes les forces négatives étrangères qui sèment l’insécurité et la désolation à l’Est de la RDCongo, ont toutes étaient éradiquées,
3. Rassurez le peuple congolais que l’insécurité est terminée sur tout le territoire congolais du Sud-Kivu au Katanga, en passant par la province Orientale.
4. Rassuriez le peuple congolais que tous les réfugiés congolais vivant à l’étranger et les déplacés internes ont été rapatriés et réinstallés.
5. Rassuriez le peuple congolais que le social du congolais a été amélioré au point que le salaire est devenu décent et régulier,
6. Rassuriez le peuple congolais que la justice est exercée partout et sur tout congolais.

Si vous nous rassurez solennellement de tout cela, Excellences, nous sommes prêts à déposer nos armes et à vous suivre à Goma, pour mettre fin aux hostilités.
Apres les applaudissements des Evêques, L’Evêque de Goma a pris la parole pour dire au Président à l’intérim du Mouvement, le Colonel Makenga SULTANI, qu’ils ont écouté attentivement, qu’ils sont désormais informés et satisfaits des assurances que le M23 a donné concernant la balkanisation.

Pour terminer son mot, le chef de la délégation des Évêques de la CENCO, a demandé ce que le M23 attendait de l’Eglise.

Prenant la parole, l’Administrateur du territoire de Rutshuru, Monsieur Benjamin MBONIMPA, est revenu sur la balkanisation en disant que c’est une intoxication, un stratagème pour se dérober de ses devoirs régaliens et qui ne relève que de la fiction et des supputations du gouvernement congolais. Aussi le M23 demande-t-il aux Evêques d’être rassurés que la balkanisation n’existe que dans la tête de Kabila et de celles de membres de son gouvernement et demande à cette délégation de corriger le message qu’elle a donné à la population en prêtant des intentions au M23. La délégation du M23 a, enfin, exhorté les Evêques à dire fidèlement ce qui est, réellement, sorti de la bouche de l’autorité numéro un du M23, à savoir que, si cela ne peut dépendre que du M23, la Balkanisation n’existera jamais au Congo. A cet effet, le Colonel MAKENGA priera aux évêques de rapporter que les symboles de l’Etat congolais n’ont pas été touchés : le drapeau flotte et l’hymne national est partout chanté. "

La rédaction www.m23.org

http://www.soleildugraben.com/actualite/locale/285-une-d%C3%A9l%C3%A9gation-des-ev%C3%AAques-de-la-cenco-chez-le-colonel-sultani-makenga.html

dimanche 23 septembre 2012

Déclaration solennelle de l'Honorable Roger Lumbala




Le gouvernement présente le passeport de Roger Lumbala à la presse




Le ministre de l´intérieur montre certaines preuves concernant le voyage de Mr. Lumbala au Rwanda. Et il pose la question : aller à Kigali n’étant pas une infraction, pourquoi Roger LUMBALA s’obstine-t-il à nier ses séjours au Rwanda, alors que nous qui vous parlons, nous y avons déjà été ?


Mesdames et Messieurs de la Presse ;

Le 1er septembre 2012, Monsieur Roger LUMBALA TSHITENGA, Député National et Président du RCD/N, parti de l’Opposition, avait été arrêté par les Services Burundais.

Depuis cette date, cette affaire défraie l’actualité dans la Région des Grands Lacs, en général, et en République Démocratique du Congo en particulier.

A ce stade, nous pouvons vous dire que le Député Roger LUMBALA était en contact avec un groupe armé, reconnu Force Négative, et qui est en intelligence avérée avec un pays étranger, dans le dessein de déstabiliser les Institutions de la République légalement établies.

Des éléments en notre possession par nos Services de Renseignements et qui continuent à faire l’objet d’un traitement technique approprié, comportent des indices sérieux allant dans le sens des préparatifs d’un coup de force, au terme duquel le Député Roger LUMBALA projetait d’assumer les plus hautes charges de l’Etat, en sa qualité de Président autoproclamé du Conseil National de Transition du Congo (CNTC).

Vu la gravité des faits, vous comprendrez bien, qu’à l’heure actuelle, nous ne puissions en faire une très large diffusion afin de ne pas gêner l’instruction judiciaire déjà enclenchée.

Néanmoins, le Gouvernement de la République a le devoir sacré d’apporter à l’opinion publique l’information et rien que l’information, à travers les organes de presse que vous représentez, afin que vous soyez en état de faire toute la lumière sur certains aspects, amplifiés par les médias, concernant la présence ou non de Monsieur Roger LUMBALA au Rwanda, notre objectif étant d’enrayer une controverse qui n’a pas lieu d’être.

A ce sujet, permettez-moi de féliciter les médias congolais, dans leur ensemble, étant donné que ce sont eux qui ont révélé à l’opinion publique cette présence de Monsieur ROGER LUMBALA dans un pays étranger, malgré ses dénégations répétées.

Avant son arrestation, le 1er septembre 2012, par les Services Burundais, il n’avait cessé de semer le doute dans les esprits des congolais en répétant publiquement qu’il n’a jamais séjourné au Rwanda.

Par la suite, deux membres du Gouvernement, en leurs qualités respectives, ont informé l’opinion que contrairement à ses dénégations, Monsieur Roger LUMBALA avait bel et bien séjourné à Kigali.

Le dimanche 16 septembre 2012, après avoir quitté l’Ambassade d’Afrique du Sud à Bujumbura, pour prendre l’avion en direction de Paris, en France, une constance continuait à dominer toutes ses déclarations :

« Je n’ai jamais été à Kigali », ne cessait-il de répéter.

Pour ce seul aspect, nous voudrions vous apporter les preuves de la présence de Monsieur Roger LUMBALA dans la Région des Grands Lacs, et précisément au Rwanda durant la période allant de juin à août 2012.

Nous vous avons remis, par le Service du Protocole, les copies des pages du passeport diplomatique n°DB 0001056 délivré à Monsieur Roger LUMBALA, à Kinshasa le 26 juin 2009, lequel avait été saisi sur lui et dans lequel chacun d’entre vous peut constater les visas obtenus ainsi que les entrées et sorties effectuées.

Ainsi que vous aurez à le constater, les mouvements de Roger LUMBALA peuvent avec précision être retracés de manière suivante :

•12 juin 2012, départ de Kinshasa/Aéro-N’djili pour Bujumbura, au Burundi, où il arrive le 13 juin 2012, après escale à Addis-Abeba ;
•19 juin 2012, départ de Bujumbura par l’Aéroport pour Kinshasa qu’il atteint le 20 juin 2012, après escale à Addis-Abeba ;
•29 juin 2012, Monsieur Roger LUMBALA sort de la RDC par le Beach Ngobila vers Brazzaville avec un laissez-passer individuel ;
•30 juin 2012, il quitte Brazzaville par l’Aéroport de Maya Maya et arrive au Rwanda par l’Aéroport International de Kigali ;
•02 juillet 2012, il part de Kigali, au Rwanda, pour Brazzaville (Aéroport de Maya Maya) ;
•09 juillet 2012, il traverse, de Kinshasa pour Brazzaville, avec un laissez-passer individuel ;
•14 juillet 2012, il quitte Brazzaville par l’Aéroport de Maya Maya pour Bujumbura où il arrive le même jour après escale de 7 heures à Kigali, au Rwanda ;
•02 août 2012, aux environs de 23 heures 00’, il quitte Bujumbura par l’Aéroport International de Bujumbura pour arriver à Kigali, au Rwanda, peu après 0 heures 00’, le 03 août 2012, par l’Aéroport ;
•03 août 2012, il sort du Rwanda, par route, pour entrer en Ouganda par le poste frontalier de Cyanika ;
•05 août 2012, il quitte l’Ouganda, par route, par le poste frontalier de Cyanika pour rentrer au Rwanda ;
•06 Août 2012, il quitte Kigali pour Bujumbura ;
•08 août 2012, il quitte Kigali pour Brazzaville ;
•13 août 2012, il sort de Kigali par l’Aéroport International pour le Burundi ;
•30 août 2012, il quitte Bujumbura pour Kigali, au Rwanda ;
•1er septembre 2012, il quitte Kigali, au Rwanda, par route, pour Bujumbura, où il est arrêté par les Services Burundais.
A ce niveau, trois questions méritent d’être posées, à savoir :

Primo, Monsieur Roger LUMBALA pourra-t-il nier que ce passeport n’est pas le sien ? Shocked Shocked

Secundo, les pays qui lui ont délivré des visas en sa qualité de Député National de la République Démocratique du Congo peuvent-ils affirmer le contraire ?

Tertio, aller à Kigali n’étant pas une infraction, pourquoi Roger LUMBALA s’obstine-t-il à nier ses séjours au Rwanda, alors que nous qui vous parlons, nous y avons déjà été.

Par ailleurs, les indications fournies par les différents cachets des visas de séjour, d’entrée et de sortie sont, ça et là, corroborées par la présence des billets de la Compagnie Aérienne RWANDAIR, trouvés en possession de Monsieur Roger LUMBALA.

Puisque nous nous interdisons de parler sans preuves, nous vous avons remis aussi des photocopies de ces billets d’avion.

Il s’agit, notamment, des cas de quatre billets d’avion de la compagnie RWANDAIR :

•N° 4592408001043 du 12 juillet 2012 avec comme itinéraire Brazzaville-Kigali, Kigali-Bujumbura ;
•N° 4592400257036 du 02 août 2012 dont l’itinéraire est Bujumbura-Kigali, Kigali-Brazzaville ;
•N° 4592400268784 du 06 août 2012 suivant l’itinéraire Kigali- Bujumbura, Bujumbura-Kigali ;
•N° 4592400269363 du 13 août ayant pour itinéraire Bujumbura-Kigali.
A ces éléments de preuve sur la présence de Roger LUMBALA au Rwanda, nous avons le devoir de porter à votre connaissance que pendant son audition par les services Burundais, il avait reconnu avoir été invité par le canal d’un responsable travaillant dans les Services de Renseignements Rwandais et portant le nom de code de ‟VOYAGE″ en français, qui se traduit par ‟SAFARI″ en swahili.

Au cours de la même audition, il avait indiqué avoir reçu de l’Etat Rwandais, la mission de déstabiliser la République Démocratique du Congo, en complicité avec d’autres acteurs congolais qui sont en connexion avec le pouvoir de Kigali, en planifiant notamment l’ouverture de plusieurs fronts, en renforcement du M23.

Interrogé sur les raisons précises de son séjour au Burundi, Monsieur Roger LUMBALA avait allégué qu’il y était allé rencontrer son épouse, Madame Alice NDAYISENGA.

Contrairement à ses déclarations publiques, faites le 22 août 2012 sur la Radio Top Congo, selon lesquelles il ne se trouvait pas du tout à Kigali, en ce moment- là, mais plutôt à Paris, en France, l’audition confirme que Roger LUMBALA était bel bien dans la Région des Grands lacs, précisément au Rwanda.

Les renseignements en notre possession indiquent que le Député National Roger LUMBALA a pris soin de cacher au Bureau de l’Assemblée Nationale, ses déplacements vers le Rwanda en juin, en juillet et en août 2012, période cruciale au cours de laquelle, vous vous en souvenez, Mesdames et Messieurs de la Presse, ce pays voisin a agressé le nôtre sous couvert du M23.

De nombreux documents et effets personnels avaient été saisis sur Monsieur Roger LUMBALA le 1er septembre 2012, parmi lesquels :

•Trois livres sur la guerre :
•Les 36 stratagèmes. Manuel secret de l’art de la guerre, de jean LEVI ;
•L’Art de la guerre, de SUN TSE ;
•L’Art de la guerre, de SUN TZU ;
•Six appareils de communication ayant les caractéristiques ci-après :
•Un téléphone cellulaire de marque SAMSUNG WIFI GTS 3350 ;
•Un téléphone cellulaire de SAMSUNG GOWIN ;
•Un téléphone cellulaire de marque NOKIA RM-761 ;
•Un téléphone cellulaire de marque IPHONE A 1332 ;
•Une tablette IPAD de marque APPLE, modèle IPAD A 1396 ;
•Un téléphone satellitaire de marque THURAYA APsi 2025 ;
•Ainsi qu’un flash disk 2GB de marque LEXUS.
Ont également été saisis, un passeport diplomatique congolais n° 0001056 établi au nom de Roger LUMBALA TSHITENGA, ainsi que des billets de la Compagnie RWANDAIR dont nous avons déjà fait mention.

A ce stade, nous pouvons vous annoncer que nombre de ces documents et effets intéressent significativement la Justice et nous nous interdisons d’en faire état publiquement pour des raisons évidentes.

Force nous est également de vous indiquer, dans la même perspective, que l’exploitation des données contenues dans les appareils de communication et dans le flash disk de Roger LUMBALA a été très enrichissante sur le plan sécuritaire, notamment en relevant ses contacts tant avec les officiels Rwandais de renseignements et de la sécurité qu’avec les responsables du groupe armé Force Négative M23, et en établissant nettement ses liaisons avec d’autres foyers en gestation.

Le même constat a été fait sur ses écrits, très compromettants, trouvés dans sa mallette et saisis par les Services Burundais. Comme il se doit, ceux-ci seront communiqués, en toute responsabilité, à la Justice congolaise, au regard de leur caractère extrêmement sensible.

Mesdames et Messieurs de la Presse,

Vous avez tous abondamment lu le rapport du Groupe des Experts des Nations unies, vous avez également appris que les Services de Renseignements Congolais ont communiqué suffisamment d’éléments accablants sur l’implication du Rwanda dans la déstabilisation de notre pays ; et ces éléments ont été communiqués à plusieurs reprises, aussi bien en bilatéral qu’en multilatéral, aux officiels Rwandais.

En effet, vous vous souviendrez que Human Right Watch avait publié un premier rapport mettant en cause l’implication du Rwanda dans la création et le déploiement de la Bande à Bosco NTAGANDA étiquetée M23.

L’affaire Roger LUMBALA constitue une preuve de plus que malgré toutes les réunions de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs, CIRGL en sigle, et en dépit de la volonté de la République Démocratique du Congo de maintenir le dialogue avec tous ses voisins, le Rwanda s’obstine dans sa visée de balkanisation de notre pays.

Pour toutes ces raisons, la République Démocratique du Congo réitère sa position de considérer que, pour le moment, la solution la mieux indiquée, est celle qui soit à même de surveiller et de sécuriser la frontière RDC-Rwanda, tout en intégrant comme objectif, de neutraliser les différentes Forces Négatives qui opèrent dans l’Est du pays. Cette solution se trouve dans l’opérationnalisation de la Force Internationale Neutre.

Je voudrais souligner, avant de terminer, que l’affaire Roger LUMBALA n’est pas celle de toute l’Opposition.

Elle est le fait d’un individu, en connexion avec des officiels d’un pays étranger et d’autres politiciens congolais, qui tente de raviver, dans notre pays, les vieux démons de la division, de la balkanisation et des rebellions à répétition que notre peuple a rejetés catégoriquement en adoptant en 2005, par referendum, une Constitution qui consacre, entre autres, la forme républicaine de l’Etat congolais, en précisant clairement les modes d’accès au pouvoir.

Il y a eu des millions des morts dans ce pays du fait de la guerre, je voudrais donc m’adresser aux complices de Roger Lumbala que nos mères n’ont plus de larmes pour pleurer de nouvelles victimes.

L’humiliation n’a que trop durer, nous voulons mettre nos filles, nos sœurs et nos mères à l’abri de toutes formes de violence, y compris les plus ignobles.

Je vous remercie.

Fait à Kinshasa, le 20 septembre 2012

Richard MUYEJ MANGEZE






ROGER LUMBALA LA VRAIE VERITE SUR LE COMPLOT CONTRE LUI AVEC





Il (Roger Lumbala) dénonce avec une grande énergie , la diabolisation du régime illégitime de Kinshasa qui prend l'eau et parle de la manipulation de masse méthode gestapiste de MUYEJ ministre de l’intérieur et de Lambert MENDE aujourd'hui on accorde le blancs seings de la vérité à ces menteurs.

Qui peut croire aux propos de Lambert MENDE et du chien de garde de Kanambe Muyej ? Ceux qui les feront, sont tout bonnement des manipulés ou des suppôts du régime pour berner les gens, particulièrement les Kinois qui ne connaissent la réalité de l'Est.

Les vrais coupables sont connus. Bosco NTAGANDA, Joseph KABILA, Kundabatware, Mutebuisi ! Pas le Général MUNENE, John TSHIBANGU, Roger LUMBALA et les autres patriotes qui ont découvert le pot aux roses..

Roger BONGOS










vendredi 21 septembre 2012

Le député Eugène Diomi toujours à l’ANR / TEMPETE DES TROPIQUES 21/09/12









Le président de la Démocratie Chrétienne (DC) et député national élu à la circonscription électorale de la Funa, Eugène Diomi Ndongala, vient de totaliser 80 jours de détention dans un lieu tenu secret par les autorités congolaises. C’est pourquoi les organisations congolaises de la Société civile de défense et de promotion des Droits de l’homme de la République Démocratique du Congo réclament sa libération immédiate.

Au cours d’un point de presse tenu hier jeudi 20 septembre, les représentants des Ongdh congolaises ont fait le point sur cette affaire en affirmant haut et fort que le député Diomi est détenu au secret par l’Agence Nationale de Renseignements (ANR).

En effet, depuis la disparition de Diomi Ndongala, plusieurs versions sur les circonstances réelles de cette situation circulent. Mais d’après les investigations menées par les Ongdh, il appert que Diomi Ndongala a été enlevé puis amené sous haute surveillance par les services spéciaux de la RDC auprès d’un proche du chef de l’Etat dans la nuit du 27 au 28 juillet 2012. Après cette étape, le président de la DC a subi des interrogatoires serrés de la part de deux agents du service du Comité de sécurité de l’Etat (CSE), ex-conseil national de sécurité (CNS) dont les bureaux sont situés dans la commune de Ngaliema, précise les Ongdh.

Après cet interrogatoire, le dossier Diomi a été transmis à un chargé des Opérations sur terrain de l’ANR. Ce dernier a, à son tour, sur demande de sa hiérarchie a confié le dossier à un inspecteur de l’ANR 3ème Direction, dont les bureaux sont situés en face de la Primature, dans la commune de la Gombe. D’après les Ongdh, jusqu’à ce jour, le député Diomi se trouve gardé dans les locaux de l’ANR, en face des bureaux du Premier Ministre.

Le collectif des Ongdh déplore le fait que le dossier de Diomi Ndongala soit instruit au niveau du Parquet général de la République, alors que le présidente DC est toujours détenu au secret par les services de sécurité, en violation de la loi fondamentale du pays.
Face à cette situation, le collectif des Ongdh affirme mains sur le coeur que Diomi est toujours détenu à l’Anr et exige sa libération immédiate et sans condition ou son transfèrement devant l’autorité judiciaire compétente au cas où des faits infractionnels seraient retenus contre le président de la Démocratie Chrétienne.

Les Ongdh exigent également l’ouverture d’une enquête indépendante pour déterminer les circonstances réelles de l’enlèvement et détention illégale de l’honorable Diomi.
L’Association congolaise pour l’Accès à la Justice (Acaj), Action contre l’imputé pour les droits humains (ACIDH), Avocats sans Frontières/RDC, Œuvre sociale pour le développement (OSD), Ligue des Electeurs (LE), Observatoire congolais pour les droits de l’Homme (OCDH), Toges Noires, Amis de Nelson Mandela pour les droits de l’homme (ANMDH), Synergie Congo culture pour le développement (Sccd), Comité droits de l’homme Maintenant et le comité droits des observateurs des droits de l’homme sont parmi les Ongdh la sincérité du gouvernement congolais sur ce dossier et exigent la libération sans condition de l’honorable Diomi Ndongala.

GODE KALONJI






lundi 17 septembre 2012

Bitakwira demande à Kabila de confesser son péché

Justin Bitakwira prédit la fin du système Kabila. Dans une interview accordée à « CONGONEWS», il ne trouve de salut pour Joseph Kabila que si celui-ci s’humilie pour demander pardon au peuple congolais. Son avis sur la mise en accusation du Chef de l’Etat pour «haute trahison» est très tranchant. Il trouve qu’il existe des éléments matériels qui en apportent la preuve, notamment dans les provinces du Nord et Sud-Kivu. 








Justin Bitakwira prédit la fin du système Kabila. Dans une interview accordée à « CONGONEWS», il ne trouve de salut pour Joseph Kabila que si celui-ci s’humilie pour demander pardon au peuple congolais. Son avis sur la mise en accusation du Chef de l’Etat pour «haute trahison» est très tranchant. Il trouve qu’il existe des éléments matériels qui en apportent la preuve, notamment dans les provinces du Nord et Sud-Kivu. 

Anselme Enengunga, Roger Lumbala et vous-même, êtes accusé de préparer une rébellion chez vous à Uvira. Qu’elle est votre point de vue à ces accusations?
Je vais porter plainte contre l’auteur de l’article. Je l’ai déjà dit dans une des agences de presse, que Roger Lumbala n’engage pas l’opposition politique congolaise et il faut prouver qu’il est effectivement en connivence avec les agresseurs de ce pays. Si on doit relayer les voyages des Congolais au Rwanda, je crois que Lumbala ne sera pas le champion.

Comment expliquez-vous ces accusations contre vous. Sont-elles gratuites ou viennent-elles d’une manipulation ou êtes-vous tout simplement visé?
Je ne suis pas du même parti politique que Lumbala et nous n’avons pas le même parcours. Nous sommes seulement de la même famille politique. C’est comme dans une église. Me lier avec les agresseurs de notre pays, c’est une accusation gratuite, parce que tous mes proches connaissent ma position virulente contre les pays voisins qui se devenus des maîtres et nous, leurs esclaves. Me voir aux côtés du Rwanda, Burundi ou de l’Ouganda, je crois que c’est mal me connaître. Je ne peux jamais être en connivence avec des pays qui ont tué chez nous. Mêmes ces négations qui se font à Kampala, mais, les troupes ougandaises et rwandaises se sont tirées à Kisangani. Dans notre armé, nous avons plein d’éléments des armées étrangères et certaines personnalités occupent des responsabilités importantes dans notre pays. Donc, tout le monde peut être soupçonné d’être de mèche avec le Rwanda.

On ne peut m’associer ni de près ni de loin de servir ceux qui ont violé et pillé nos richesses.

Venons-en aux enjeux de la session de septembre. Comment avez-vous jugé le discours de Minaku prononcé à l’occasion de la rentrée parlementaire?
J’ai jugé son discours positif et je l’ai pris pour un mea-culpa par rapport à ce que nous avons vécu en 2008 avec le président Vital Kamerhe. A travers ce discours, j’ai eu l’impression que le Congo va se libérer définitivement du joug rwandais. Mais, il faut que le président Joseph Kabila et sa majorité présentent les excuses au peuple congolais et au président Vital Kamerhe. Il y a 4 ans, nous leur avons dit qu’ils étaient entrain de brader la souveraineté congolaise, ils n’ont pas compris. Aujourd’hui, comme par hasard et comme l’histoire est tenue, nous entendons de la bouche de la majorité d’hier et celle d’aujourd’hui dire, devant les cameras du monde, que le Rwanda a agressé le Congo. C’est un retournement politique inimaginable auquel les Congolais ne pouvaient jamais s’attendre. Ce que j’ai encore retenu de ce discours, le président de l’Assemblée nationale a invité les députés de l’opposition et de la majorité à la cohésion. Ici, il ne faut pas escamoter les mots. Soit on traduit le président Kabila en justice pour haute trahison…

Vous êtes prêt à assumer, vous, cette mise en accusation pour haute trahison qui se prépare à l’opposition?
Je suis président de l’un des groupes parlementaires de l’opposition les plus importants. Pourquoi refuserai-je d’assumer cette mise en accusation.

Vous savez que le rapport de force ne peut pas vous permettre de faire aboutir cette démarche?
Si ça ne dépendait que de la majorité, le Congo n’existerait plus. C’est grâce aux résistants et le petit reste que nous sommes que le Congo vit encore. Alors que la majorité aveugle hier, semble ouvrir les yeux aujourd’hui. Nous avons ramené cette majorité à la raison. Maintenant, nous devons aller jusqu’au fond. C’est-à-dire, soit on présente la question de l’avenir du Congo autour d’une table, ce que nous appelons le débat national… 

Ça signifie pour vous, la mise accusation, vous la brandissez comme un moyen de chantage pour obtenir un dialogue avec Joseph Kabila?
Ce n’est pas un moyen de chantage. Nous sommes sérieux avec nous-mêmes et nous avons des éléments suffisants, qu’il y a une armée étrangère que le président de la République et son gouvernement ont gardé sur le sol congolais sans passer par le parlement et ce, à l’insu de peuple congolais. Ces mêmes éléments de l’armée rwandaise se retrouvent dans les territoires conquis par la rébellion. Comment expliquer que depuis 2009 ces militaires se trouvaient à Rutshuru? Qui y faisait la rébellion? Qui fournit le M23 en armes? C’était un décor déjà planté au Nord-Kivu. Pourquoi pas dans le Nord Katanga et dans l’Ituri? De retrouver toujours les mêmes rebelles, criminels depuis l’AFDL, RCD et CNDP nommé par Kinshasa à travers les Nord et Sud-Kivu. Pourquoi ces militaires ne sont pas dans d’autres provinces de la République par exemple le Bandundu, le Bas-Congo et les deux Kasaï? Vous allez trouver dans les Nord et Sud-Kivu plus de 250 officiers issus du CNDP. D’ailleurs pour montrer que la trahison est profonde, qui a remplacé Makenga, à Bukavu comme commandant des opérations, mais, c’est son compagnon d’armes, son meilleur ami de même groupe ethnique.

Vous envisagez la mise en accusation du chef de l’Etat sur cette question de l’Est et sur cette même question, vous avez apprêté une motion de censure contre le ministre de la défense. Vous voulez faire payer tout le monde à la fois?
Si moi j’étais un des conseillers de Joseph Kabila, je lui dirais un seul mot. Qu’il demande pardon pour tous les forfaits de complicités qui ont été commis avec le Rwanda dans le Nord et Sud-Kivu. De deux, je lui dirais comment le CNDP est encore membre de la majorité présidentielle alors que le M23 est sa rébellion. Je lui dirais encore que pourquoi sur le plan élémentaire de la diplomatie, on n’appelle pas en consultation notre ambassadeur en poste au Rwanda. Et je lui poserais la question de savoir pourquoi le ministre des Affaires étrangères ne convoque pas l’ambassadeur du Rwanda en poste chez nous ne fut ce que pour l’écouter sur toutes les allégations qui pèsent sur son pays. Je ne dis pas qu’il faut rompre les relations avec le Rwanda. Même pendant la guerre froide les Etats-Unis et la Russie ont gardé respectivement leurs ambassadeurs.

Vous ne répondez pas à notre question, quant à la motion contre le ministre de la défense?
S’agissant de cette motion de défiance, je dirais que ce sont les événements qui se sont précipitées. Vous trouverez que dans cette motion ne figure pas la question de la présence des militaires rwandais sous l’autorisation du gouvernement ou du président de la République Joseph Kabila sur le sol congolais. Les événements dépassent des limites, jusqu’au niveau du président de la République. Les querelles de 2008 entre Vital Kamerhe et ses anciens partenaires de la majorité donnent raison aujourd’hui au président de l’UNC. Je me répète que la chose la plus importante que Joseph Kabila peut faire aujourd’hui, c’est de demander pardon au peuple congolais. Avec ça, on peut rompre et l’accusation contre le chef de l’Etat et la motion contre le ministre. Il faut être humble, reconnaître ses fautes et demander pardon.

A cette même session, l’opposition attend élire son porte-parole. Croyez-vous que la majorité soit disposée à vous laisser les mains libres?
En fait, cette majorité qui viole la Constitution, je vous ai dit qu’il y a une armée étrangère qui opère chez nous sans l’accord du Parlement. Si la majorité veut faire obstruction à l’élection du porte-parole de l’opposition, ça serait la violation de la loi d’une manière permanente. Et l’histoire châtiera la majorité tôt ou tard. La phase dans laquelle nous sommes aujourd’hui, n’est pas différente de celle du sort de Mobutu 2, 3 ou 4 ans avant son départ.

Vous pensez que nous allons vers la fin du règne de Kabila?
Sincèrement, j’ai un troisième oeil pour lire les signes de temps. Je dis bien que si le président Kabila ne demande pas pardon au peuple congolais, si on ne met pas autour d’une table la question de l’agression de la RD-Congo par le Rwanda, qui est devenue permanente et qu’on en discute en se regardant dans les yeux, ça sera la fin du système. 



H.M. MUKEBAYI NKOSO 

jeudi 13 septembre 2012

Sommet de la Francophonie en RDC :


 La France fait la cour au Sénégal

Le ministre délégué aux Affaires étrangères de la Francophonie, Yamina Benguigui vient d’effectuer une visite au Sénégal. Objectif : Convaincre le Sénégal afin de participer à la prochaine rencontre internationale de la Francophonie qui se va se tenir en République démocratique du Congo. 





Selon le ministre délégué aux Affaires étrangère de ladite organisation, aucun report n’est possible. Elle a été interrogée par nos confrères de la Radio Futur medias (Rfm).
ministre_delegue_f16_des_affs_etrangeres.mp3 Ministre délégué f16 des Affs étrangères.mp3 (768.98 Ko)


http://www.africatime.com/rdc/

Chronique de l' actualité avec Mfumu Ntoto:



Kabila ne comprend que le language des armes



VOC- RD.CONGO DEBAT : 3 OPPOSANTS METTENT PAPY TAMBA CONTRE MUR

 


mercredi 12 septembre 2012

COMMUNICATION DU GOUVERNEMENT

NOTE:

C'est vrai la kanambie est sens dessus dessous avec les révélations rwandaises de son incapacité et de sa complicité à être allé cycliquement lui demander secours pour régler les problèmes dans son propre pays, à avoir permis le maintien des soldats rwandais au Congo en catimini sans débat ni décision démocratiques...
Maintenant qu'ils règlent leur compte entre élèves et maîtres ils voudraient que nous jouions leur caution en brandissant la cohésion nationale contre l’ennemi commun alors qu'hier ils divisaient, gouvernaient par défi sans rien demander ni au Parlement ni à la population...

Et maintenant ils nous demandent de les croire sur parole et pire ils le demandent à la CI...
Il fait peut-être semblant Mende de ne pas comprendre que c'est n'importe quoi, qu'une telle défense enfonce davantage leur crédibilité...

Quel pays sérieux va gober à l'oeil des preuves aussi légères?
Ils sont aux abois, si l’opposition et toute la population s'en donnaient les moyens, ils les achèveraient facilement
Attendons voir même si la mise en accusation de Kanambe ne passera pas, un coup sérieux aura été donné à ce régime !
Il faut que la pression continue plus forte !!!


Compatriotiquement!
Ndo, correspondance particulière




      Crise au Nord Kivu : Mende charge Lumbala...


Lambert Mende Omalanga, ministre des Médias et porte-parole du gouvernement.

Dans un communiqué remis mardi 11 septembre à l’Agence congolaise de presse, le ministre des Médias, Lambert Mende Omalanga qui est par ailleurs porte-parole du gouvernement y fait état des "aveux" qu’aurait faits le député national Roger Lumbala à des policiers burundais. A en croire Mende, Lumbala a séjourné à Kigali où il aurait reçu mission de rejoindre les rebelles du M-23 afin d’en donner une "couleur nationale". Au nom du gouvernement, Mende qui feint d’ignorer que les relations entre Etats est avant tout une question de rapports de force invite la communauté internationale "à initier des sanctions dissuasives, significatives et ciblées à même de contraindre le Rwanda à mettre fin à sa politique agressive et hégémonique" à l’Est du Congo.

Décidément, il y a lieu de parler désormais de «l’affaire Lumbala». Friand de conférence de presse, le très volubile Lambert Mende Omalanga a, une fois n’est pas coutume, choisi de s’adresser à l’opinion via un «banal» communiqué de presse. Il y fait état des «révélations» que le député national Roger Lumbala aurait faites à la police judiciaire burundaise. On le sait, Lumbala s’est réfugié à l’ambassade d’Afrique Sud à Bujumbura.

A en croire Mende, ce député national aurait déclaré aux policiers venus l’interroger le 1er septembre «qu’il avait été à Kigali à l’invitation du gouvernement rwandais, par le canal du secrétaire particulier du ministre de la Défense de ce pays ». Il aurait ajouté que les "Rwandais" «lui avait été proposé la mission de déstabiliser la RDC en synergie avec le M23, l’ex-colonel Jules Mutebusi, l’ancien gouverneur RCD/Goma du Sud-Kivu Chiribanya Chirimwami et l’ex-capitaine Amuli alias Yakutumba». Selon Mende, le «déposant» aurait par ailleurs affirmé «avoir reçu mission de se connecter avec différents groupes rebelles dont les Maï-Maï Raia Mutomboki au Kivu et un autre groupe à créer au Kasaï, en vue de favoriser leur fédération dans une alliance contre le gouvernement en place en RDC ». Objectif : donner «une couleur nationale à la guerre de l’Est».

"Révélations"

Pour Lambert Mende, «ces révélations constituent une preuve supplémentaire de l’implication directe du gouvernement rwandais dans la déstabilisation de la République Démocratique du Congo». «Le gouvernement de la RDC invite la communauté internationale à transcender le cap des mises en garde symboliques et à initier des sanctions dissuasives, significatives et ciblées à même de contraindre le Rwanda à mettre fin à sa politique agressive et hégémonique dans l’Est du pays», conclut le communiqué. Lambert Mende, à l’image de ses pairs du gouvernement, "pleurniche" en feignant d’ignorer que les rapports entre Etats se fondent généralement sur les rapports de force et que la déclamation des principes ne suffisent pas.

L’affaire Lumbala est une bien étrange affaire. Le député s’était-il rendu au Rwanda ? Dans l’affirmative, une autre question mérite d’être posée : est-il interdit aux Congolais de se rendre dans ce pays ? Pourquoi Lumbala a-t-il été entendu par la police judiciaire burundaise? Aurait-il commis une infraction au regard des lois du Burundi ? Lesquelles? Pour autant que les allégations de Mende soient confirmées, comment a-t-il pu entrer en possession des dépositions qu’aurait faites Lumbala alors qu’il s’agit des pièces de procédure couvertes par le secret d’instruction ? Mende qui se targue d’être criminologue de formation, ignore-t-il l’article 11 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui stipule que «toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées» ? Est-il vrai que Lumbala s’est réfugié dans une ambassade étrangère pour échapper au patron de l’ANR (Agence nationale de renseignements), Kalev Mutond, venu se saisir de sa personne à Bujumbura ?

Il est temps que le duo "Kabila"-Matata cesse de traiter les Congolais en mineurs d’âge. L’opinion a le droit de connaître la vérité. Toute la vérité doit être dite sur l’affaire Lumbala. Une affaire qui dégage à mille lieux l’odeur d’une pitoyable «chasse aux sorciers» dont le but est de détourner l’attention des Congolais des véritables enjeux.

Madeleine Wassembinya/B.A.W 
© Congoindépendant 2003-2012

JOSEPH KABILA : « HAUTE TRAHISON ? »


Billet




Les Kinois n’ont pas cru leurs oreilles en suivant la retransmission de la déclaration de M. Rémy Massamba, fils du richissime propriétaire des écoles Massamba et leader d’une des ailes de l’Udps, accusant le Président de la République du crime de haute trahison. On s’était attendu à une réaction fulgurante du pouvoir pour réfuter cette gravissime accusation et, en même temps, si pas nécessairement une action policière mais au moins une montée en ligne des médias du pouvoir. Ce fut le calme plat. Depuis, José Makila du Mlc s’est engouffré dans la brèche, suivi par un certain M. Mavungu, de l’Udps /Tshisekedi. Visiblement, le camp présidentiel a été sonné, ce qui veut dire que, quoi qu’il advienne, plus rien ne sera comme avant.

Jusqu’à maintenant, la gestion de la politique rwandaise du pouvoir a été du domaine exclusif des Katangais, les différents ministres des affaires étrangères ayant toujours été tenus à l’écart des véritables enjeux des négociations avec Kigali. 

Lors de son dernier entretien avec quelques représentants de la presse kinoise, le Président Joseph Kabila a parlé, s’agissant de la présence militaire rwandaise au Kivu, « d’un secret de Polichinelle ». En l’état, cette expression signifie « connu de tout le monde ». Si la formule fit mouche, elle fut loin d’éclaircir une question bien ténébreuse. Triés sur le volet, les journalistes présents s’abstinrent de chercher à embarrasser le Chef de l’Etat en sollicitant plus d’explications.

Mais, depuis, les faits ont été plus éloquents que les discours, des faits de plus en plus troublants, le dernier en date étant le rapatriement très médiatisé de deux compagnies des forces spéciales rwandaises. Le Dr Kiantede Nzogu, certes un anti-kabiliste avéré, n’en pose pas moins une série des questions qui rendent perplexe. L’une d’elles : «Pourquoi, en plus, le commandant militaire congolais au Nord-Kivu (général B.) et le chef de la DEMIAP (colonel Yav) sont-ils présents sur la vidéo diffusée par les Rwandais (….) riant, plaisantant et en train de s’embrasser avec leur supposé ennemi rwandais, le général Charles Kayonga, un de ceux parmi les hauts dignitaires de Kigali qui sont accusés d’avoir créé, entraîné, armé et dirigé le soi-disant M23 ?».

Dans un article paru dans Jeune Afrique le 13 juillet dernier, M. Rudatsimburwa,, directeur de Radio-contact de Kigali, parlant sans doute au nom du pouvoir, qualifiait feu Katumba Mwanke de « plus brillant stratège politique congolais du début du 21ième siècle ». L’opinion congolaise apprenait ainsi que c’est Katumba Mwanke qui était le concepteur de la politique rwandaise de la RDC. Ce qui, par contre, était du domaine du public est que le plénipotentiaire de Kinshasa dans les contacts avec Kigali était le Général John Numbi, qui s’afficha devant les caméras avec Laurent Nkundabatware et fut payé en retour, paraît-il, d’un important cheptel de bovins transporté par une flotte d’avions au Katanga, aux frais de l’Etat congolais. 

Depuis, Katumba Mwanke est mort au cours d’un accident d’avion pour n’avoir pas attaché sa ceinture de sécurité, comme si sa toute puissance lui avait fait croire pouvoir commander aux éléments.

Le génie de M. Katumba Mwanke serait donc d’avoir inspiré cette politique qui s’abstint de dénoncer la présence continue des forces armées rwandaises au Kivu depuis 1996, faute de l’avoir autorisée, en plus du fait d’avoir permis l’intégration des milliers des soldats rwandais dans les rangs des Fardc et confié la chaîne de commandement des armées congolaises du Nord-Katanga jusqu’à l’Ituri en passant par les Kivu. Comme par hasard, c’est sur cet espace que le Rwanda ambitionne d’élargir ses frontières. On peut se référer, pour ce faire, à la carte des nouvelles frontières rwandaises publiée par Kigali en 1998.

Certains de ceux qui avaient fréquenté feu Katumba disent de lui que c’est un homme qui se plaisait à dire « Hatukuya kucheza » (On n’est pas arrivé au pouvoir pour jouer mais pour s’enrichir) (traduction libre). Grâce à cette politique, le Rwanda se livre à l’épuration ethnique dans les Kivu sans discontinue, massacrant, terrorisant afin d’inciter les populations à abandonner leurs terres. En même temps, des populations rwandaises sont régulièrement transplantées au Kivu, ce dont avait rendu compte un journaliste britannique quelques années passées, ayant visité l’île d’Iwawa sur le lac Kivu où des ex-Interhamwe sont reconditionnés, réarmes et transférés au Congo. Nos compatriotes de Beni-Lubero Line ne cessent d’informer sur des prétendus réfugiés tutsi « revenus » du Rwanda, dont les grosses familles (25 personnes en moyenne) se caractérisent par le fait que la différence d’âge entre parents supposés et enfants tournerait autour de cinq ans. 

La question me posée par un homme politique européen est celle de savoir comment M. Joseph Kabila, le Président du Congo, a pu, à tout le moins, laisser faire Katumba Mwanke et son cercle des Katangais. L’explication qui me vient à l’esprit se rapporte à l’état psychologique du Chef de l’Etat. Voici un homme dont on dit que son père ne serait pas son père ; que sa mère ne serait pas sa mère (un universitaire connu ayant même déclaré avoir rencontré « sa mère biologique » aux Etats-Unis) ; que son nom ne serait pas son nom ; que sa sœur ne serait pas sa sœur ; que sa femme ne serait pas sa femme mais celle d’Eric Lembe ; que sa tribu ne serait pas sa tribu ; que son pays ne serait pas son pays etc 

Une telle campagne d’intox, comparable à celle qui fut déclenchée contre Patrice Lumumba en 1960, mène inévitablement à conséquences. Le résultat est donc que Joseph Kabila se serait recroquevillé sur son très proche entourage, abandonnant pratiquement la gestion des affaires à Katumba. Car imaginez les dégâts en cas de défection d’un de ces proches, lequel aurait alimenté la thèse de sa filiation douteuse. A cela, il sied d’ajouter la dimension sécurité personnelle de la part d’un homme dont le père fut tué dans son bureau, et le grand père assassiné par des adversaires politiques.

Sous d’autres cieux, étant donné que sa fortune est faite et qu’il est encore jeune, il se serait retiré mais c’est mal connaître la nature du pouvoir en Afrique. L’ampleur des abus est telle que la perspective de quitter le pouvoir fait peur, à l’idée que le successeur ne demande des comptes. En effet, si ceux qu’on appelle les Mobutistes s’en sont tirés à si bon compte, c’est par la volonté du pouvoir qui les a remplacés. Autrement, les prisons auraient manqué de places. 

A moins que le Président en soit venu à croire, ce qui semble ahurissant, que grâce à ses appuis occidentaux, qu’aucune force ne pouvait empêcher le Rwanda de réaliser ses ambitions d’expansion territoriale aux dépens du Congo. 

Si cette hypothèse s’avère plausible, la pression de maints dirigeants occidentaux, dont Sarkozy, y aura été pour quelque chose. 

L’autre hypothèse est celle que j’ai déjà eu à formuler, à savoir que, comme feu son père, Joseph Kabila a pu être convaincu que le projet rwandais buterait à l’handicap démographique, et que donc le Rwanda n’aurait jamais suffisamment de populations pour peupler le Kivu. Cette hypothèse semble également soutenue par Pierre Péans, dans un article retentissant paru à Bruxelles dans lequel il prône le retour des Tutsi congolais au Rwanda, leur mère patrie. Bénéficiant de la profondeur que lui donne un pays vaste, le Chef de l’Etat aurait pu penser laisser faire le Rwanda au Kivu pendant qu’il se bâtirait une puissante armée afin d’en découdre le moment venu.

Si c’est le cas, son pari aura été extrêmement risqué. On ne dîne avec le diable qu’en se munissant d’une bien longue cuillère. Celle du Président a été trop courte. En l’occurrence, penser surprendre un ennemi si futé, qui a su rouler dans la farine le monde entier, relevait de l’équation impossible. 

Ensuite, la volonté de construire une armée forte, dans un climat de corruption généralisée, systémique, est une chimère. Pour créer les conditions devant inciter le soldat à sacrifier sa vie pour son pays, il faut impérativement une gouvernance plus ou moins saine. Le soldat doit bénéficier d’une solde permettant de se valoriser au sein de la société ; il doit être convaincu qu’en tombant sur le champ de bataille, sa famille aura la reconnaissance de l’Etat. La Nation doit poser des actes forts en reconnaissance de ceux qui l’ont précédé dans le sacrifice. Ce n’est pas pour rien que dans la plupart des pays du monde, l’entretien de la flamme du soldat inconnu est élevé au rang du premier devoir de la Nation, que des cérémonies grandioses sont régulièrement organisées pour saluer la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour le pays. Au Congo, rien de tout cela n’est fait. Si c’était pour endormir la vigilance de Kagame, c’est raté. 

Il y a quelques semaines, une information de la presse britannique, toujours en avance sur l’Afrique, indiquait que Kigali aurait décidé l’éviction de Joseph Kabila. Un des noms cités pour le remplacer serait….John Numbi, empêtré dans le scandale de l’assassinat de Floribert Chebeya. John Numbi est l’ancien patron des jeunesses de la Juferi de Kyungu Wa Kumwanza lors du pogrom des Kasaïens dans les années 90. Or, que constate t-on ? Kyungu, un sécessionniste katangais notoirement connu, est entré dans une soudaine agitation politique, soi-disant pour forcer Kinshasa à organiser un référendum sur l’autonomie des provinces. Entre-temps, par le M23 interposé, le Rwanda a promis un coup d’Etat à Kinshasa en septembre. 

Je crois devoir ajouter l’information donnée par l’ambassade de la RDC à Bruxelles indiquant que la décision ayant frappé le cinéaste belge Thierry Michel, refoulé de Kinshasa malgré la possession d’un visa en règle, n’avait été prise ni par la Présidence, ni par la Primature. Cela veut clairement dire que, pour le moins, le pouvoir, au Congo, ne serait pas aussi concentré comme il le fut sous Mobutu ou sous Laurent Kabila.

Il y a quelques années, Laurent Nkunda avait déclaré que Joseph Kabila était tutsi comme lui, ce qui est évidemment faux mais destiné à le discréditer aux yeux de ses compatriotes. Comme chez eux rien ne se passe au hasard, les observateurs en avaient conclu que le Président congolais était dans le viseur de Kagame. James Kabarebe, dans sa longue interview avec Braeckman, vient de l’accuser d’être associé à Bosco Ntanganda dans le trafic des minerais au Kivu. S’y ajoute, naturellement, l’épisode du rapatriement des deux compagnies spéciales rwandaises. 

Pourquoi le Président reste-il sans voix ? Ses détracteurs disent, comme on le lit sur le Net, que c’est par peur que Kigali ne « le déballe » davantage. Mais ceux qui le soutiennent rappellent qu’il communique généralement peu, et souvent mal et que sa stratégie ne l’a pas empêché de rester au pouvoir depuis plus de 10 ans. Mais s’il communique mal, Joseph Kabila bénéficie des effets d’un retournement de l’opinion internationale non seulement au sujet des crimes commis par Kigali au Kivu mais des tenants et aboutissants du génocide rwandais. Il y a eu tellement d’écrits, tellement d’enquêtes notamment menées par des experts du Tribunal d’Arusha, des investigations menées par des chercheurs américains qui démontrent que si génocide il y a eu au Rwanda, il fut le fait du Fpr. 

Mais comment faire alors que les Etats-Unis, l’Angleterre, voire la Belgique, ont été impliqués dans la commission des massacres ayant permis au Fpr de prendre le pouvoir, même si le vent tourne immanquablement ? Il y a trois ans, le Premier Ministre Yves le Terme avait refusé de rencontrer Kagame de passage à Bruxelles, tout comme son Ministre des Affaires étrangères Van Ackerre, alors qu’auparavant, les autorités belges s’empressaient de dérouler le tapis rouge pour le tyran de Kigali. De surcroît, les rapports de force au niveau mondial ne sont plus ce qu’ils étaient dans les années 90 et le Fpr lui-même est en proie à de graves dissensions d’ordre historico-culturelles entre Bega et Nyinginya qui vont inévitablement se terminer par des massacres généralisés comme cela a toujours été le cas dans l’histoire des monarchies tutsi à l’époque pré-coloniale. 

Toutefois, même si la conjoncture internationale est favorable, le Congo ne se tirera des griffes rwandaises qu’en mobilisant toutes ses forces. Or, pour y parvenir, le Chef de l’Etat a trois faiblesses de taille qu’il devrait d’abord vaincre : 1. la corruption généralisée (la quasi-totalité des responsables sont concernés). Accepteraient-ils la perte de leurs privilèges sans réagir ?) ; 2. Un appareil de l’Etat loin d’être totalement sous contrôle, y compris l’armée dont par exemple le bataillon Simba est la propriété personnelle de John Numbi alors que, par ailleurs, la loyauté de maints hauts responsables politiques et militaires issus de l’Afdl, Rcd, Mlc, Cndp et autres créations rwando-ougandaises demeure douteuse ; 3. La perte de confiance d’une population qu’il faudra convaincre de l’inanité ou de la fausseté de l’accusation de haute trahison.

Je ne serais pas complet si j’oubliais de mentionner l’effet dévastateur de la décision de porter le salaire des parlementaires à……13.000 $ (parmi les plus élevés du monde) dans un pays qui n’arrive pas à payer 70$ à ses soldats.



Wait end see



Albert Kisonga Mazakala

http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=36778:-joseph-kabila--l-haute-trahison--r-&catid=45:other