Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 22 septembre 2014

RD Congo 2016 : Face au coup de force...





RD Congo 2016 : Face au coup de force...


Le scénario du maintien de Joseph Kabila au pouvoir au-delà de la limite constitutionnelle de 2016 se précise malgré une vive opposition de la population qui s’étend jusque dans les rangs de la majorité présidentielle. Selon DESC, la dernière visite privée du Raïs à Washington en compagnie de l'affairiste israélien Dan Gertler vise à obtenir un aval officieux de Barack Obama, Kabila ayant déjà le soutien de ses principaux parrains régionaux, dont celui du Rwandais Paul Kagamé. DESC croit savoir que la visite de la ministre rwandaise des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, en Israël, en même temps que Kabila se rendait à Washington, s’inscrit dans la même entreprise diplomatique destinée à assurer son maintien au pouvoir au-delà de 2016. Evidemment. 



















Le pacte Kabila – Kagamé relancé

En effet, la fin du règne de Kabila devrait être synonyme d’un point final à l’économie de pillage qui affecte tragiquement les populations congolaises dans l’Est du pays. Son départ pourrait aussi signifier la fin de l’impunité. Seul Kabila assurait aux dirigeants rwandais et ougandais, responsables de massacres, de viols et de pillage au Congo, de ne pas être traînés en justice. Un autre président à Kinshasa exigerait l’arrestation et l’extradition des dirigeants des deux pays. Une démarche qui devrait mettre Kigali et Kampala sur la paille, privées de « la manne du Kivu », mais surtout mettre les présidents Kagamé et Museveni au pied du mur. Les deux dictateurs, « amputés » de Kabila, pourraient être amenés à devoir rendre des comptes devant la justice pour les souffrances qu’ils ont infligées aux populations de l’Est du Congo. Il est donc « normal » que Rwandais et Ougandais fassent bloc derrière Joseph Kabila qui leur doit beaucoup[1] et à qui ils doivent beaucoup.

Les Américains, quant à eux, malgré les sorties médiatiques de Russ Feingold, pourront difficilement passer outre les désidératas de Kagamé, l’enfant chéri des « grandes démocraties »qui sert fidèlement les intérêts mafieux[2] des multinationales[3]. Depuis 1996, les Occidentaux, menés par Washington, savent qu’ils sont les ultimes bénéficiaires de cette économie de pillage[4] que sous-traitent les trois présidents de la région des Grands Lacs[5]. Se pose alors une question juste de bon sens : et le peuple congolais dans tout ça ?


Un peuple passé à la trappe ?


A Kinshasa, les « politiciens » scrutent ce qui se passe entre Kingakati, Washington, Kigali et Tel-Aviv pour savoir s’ils doivent continuer à s’opposer au coup de force que prépare Kabila ou s’ils doivent se « ranger » pour assurer leurs carrières politiques respectives, voire rester en vie tout simplement. Car, conscient qu’il n’obtiendra pas le soutien des Congolais à son maintien au pouvoir, Kabila mise désormais sur deux options : l’option diplomatique au cœur de ses multiples contacts auprès des Américains, et maintenant des Israéliens par l’entremise de son parrain Kagamé ; et l’option militaire, qui lui a toujours réussi, avec la militarisation à outrance de la Garde républicaine[6], le corps d’armée dont les membres ont lié leur sort au sien.

Pour rappel, c’est en menant une répression brutale à Kinshasa en 2006 (plus de 1.000 morts), avec l’aide de la Force européenne (Eufor[size=14][b][7]), que Kabila a pu se maintenir au pouvoir au détriment de Jean-Pierre Bemba. Cinq ans plus tard, il menait une autre répression brutale pour triompher de l’opposant historique Etienne Tshisekedi. Pour 2016, son adversaire le plus actif, Vital Kamerhe, a déjà commencé à compter des morts dans les rangs de ses partisans[8].

On prend ainsi peu à peu conscience qu’il ne suffira pas d’être « pour » ou « contre » le maintien de Kabila au pouvoir. Il va falloir se préparer, pour certains, au pire, ce qui recommande un travail de fond et une ferme solidarité entre Congolais au-delà des clivages partisans et de simples déclarations médiatiques. Malheureusement, les Congolais ne devront principalement compter que sur le peu de force qui leur reste. Les « grandes démocraties » aiment le Congo pour ses richesses, pas pour sa population. Dès que l’aval d’Obama est donné, toutes vont se ranger derrière le Raïs, ne réservant au peuple congolais que sourires hypocrites et déclarations de bonnes intentions.



Rester unis : une assurance vie


L’enjeu étant d’épargner des vies, dans un pays qui en a tellement perdu (plus de six millions de morts), quelques précautions peuvent être prises individuellement et collectivement. L’une d’elles consiste, pour ceux qui craignent légitimement pour leurs vies et celle de leurs familles, à se mettre en contact avec des avocats ayant pignon sur rue, peut-être de façon groupée pour alléger la charge des honoraires. Les victimes de 2006 et celles de 2011 n’ont jamais obtenu justice. Celles de 2016 devraient bénéficier de garanties longtemps avant le scrutin si les avocats sont préalablement mobilisés à travers le pays pour que des suites judiciaires soient assurées aux victimes du coup de force qui se prépare. Les partis d’opposition et la société civile pourraient inciter les avocats à travailler en réseau et à rester constamment en lien avec le bureau du Procureur de la Cour pénale internationale, même si la juridiction de La Haye est restée étonnamment muette sur les victimes des deux dernières répressions. Des ONG partenaires en Europe et aux Etats-Unis devraient être mises à contribution pour qu’elles veillent à ce que les victimes du coup de force obtiennent justice, même à l’étranger pour pallier les limites des juridictions congolaises.

L’affaire Chebeya – Bazana qui a été relancée devant la justice sénégalaise, en février dernier, doit inspirer les opposants congolais, les ONG et les avocats. Ils devraient sensibiliser la population sur le fait que les victimes de la répression politique au Congo ne sont pas condamnées au déni de justice. Lorsqu’elles disposent d’un dossier bien « ficelé » - d’où l’importance des professionnels du droit en ce moment crucial - les victimes ont tout à fait la possibilité d’obtenir justice à l’étranger, en application du principe de compétence universelle sur lequel nous reviendrons dans une publication en cours de rédaction.



La chasse au trésor ?


La sensibilisation des avocats face au coup de force qui se prépare, ne suffira pas. Les victimes doivent avoir la certitude, non seulement qu’il y aura des suites judiciaires, mais surtout que les rescapés et les familles seront indemnisées. Dans un précédent article[9], nous avons proposé que les patrimoines de Joseph Kabila et des « dignitaires » du régime puissent faire l’objet de recherches approfondies. Que leurs avoirs en banque et leurs principaux biens mobiliers et immobiliers soient localisés, évalués et maintenus sous surveillance citoyenne. Ils pourront être saisis pour servir de caution à l’indemnisation des victimes du coup de force.

Selon le journaliste d’investigation américain Richard Miniter, le Raïs, à lui seul, disposerait d’une confortable cagnotte de 15 milliards de dollars[10], de loin plus que Mobutu à la fin de son règne. Le « magot » serait planqué dans des paradis fiscaux[11]. L’affaire qui avait laissé incrédule au départ, compte tenu de la misère dans laquelle vivent les Congolais[12], a fini par gagner en crédibilité. La première chaîne de télévision française, TF1, a dernièrement abordé le sujet, ce qui devrait suffire à enlever les doutes sur l’immensité de la fortune accumulée par le président en 13 ans de règne.

Il y a sûrement quelqu’un, quelque part dans le monde, qui serait intéressé par la« chasse au trésor ». Il s’agit de débusquer « le magot du Raïs » et des dignitaires du régime. Pour une fois, c’est pour la bonne cause ! Parce qu’il s’agit d’aider un peuple dépouillé et martyrisé à préserver les maigres acquis de sa fragile « démocratie ». C’est-à-dire tout ce qui lui reste.



Alors, Congolais et amis du peuple congolais, au boulot !

Boniface MUSAVULI



[size=14][1] Pour rappel, c’est dans les rangs des troupes rwandaises que Kabila est entré au Congo en 1996.
[2] Patrick Mbeko fournit d’intéressants détails sur les liens entre certaines de ces multinationales et les principaux décideurs politiques américains, canadiens et britanniques. Cf. P. Mbeko, Le Canada dans les Guerres en Afrique centrale, Le Nègre éditeur, 2012, pp. 269-342.
[3] Voir la liste des multinationales citées dans les rapports des experts de l’ONU sur le pillage du Congo. http://blogs.mediapart.fr/blog/sam-...
[4] Voir Rapport S/2002/1146 du panel d’experts de l’ONU, dit « Rapport Kassem » du 16 octobre 2002, dont la substance reste d’actualité. Le pillage s’est en effet poursuivi sous diverses formes, indiquent les rapports suivants des experts de l’ONU et d’ONG tout à fait dignes de foi.
[5] (Kabila, Kagamé et Museveni).
[6] Jean-Jacques Wondo Omanyundu, « Pourquoi cette hyper-militarisation de la Garde républicaine au détriment du reste de l’armée ? », desc-wondo.org, 14 mars 2014.
[7] Charles Onana, Europe, Crimes et Censure au Congo - Les documents qui accusent, Ed. Duboiris, 2012.
[8] Selon l’Union pour la nation, le mouvement de Vital Kamerhe, les tirs sur la « Caravane de la paix » qu’il menait le 20 février 2014 à Bukavu avaient faits deux morts et vingt-six blessés. Cf. P. Boisselet, T. Kibangula, « RDC : plusieurs blessés dans la répression d'un rassemblement de Vital Kamerhe à Bukavu »Jeune Afrique, 20 février 2014.
[9] B. Musavuli, « RD Congo 2016 : Trois exigences pour sauver 2016 », agoravox.fr, 6 août 2014.

[10] Hakim Arif, « Joseph Kabila : un dictateur qui vaut 15 milliards de dollars », huffingtonpost.fr, 2 septembre 2014.
[11] En novembre 2011, le député britannique Éric Joyce avait déjà alerté sur des opérations financières opaques au profit de Kabila et de ses proches qui détiendraient des intérêts dans des sociétés enregistrées aux Iles-Vierges-Britanniques. Le bureau du député avait diffusé un communiqué pour étayer ses affirmations.
[12] Le Congo est tout dernier au classement mondial de la pauvreté, selon le PNUD (186ème sur 186 pays). A 87,7%, la population vit en-dessous du seuil de pauvreté fixé à 1,25 $ par jour. 74% des Congolais vivent dans la pauvreté multidimensionnelle tandis que 45,9% vivent dans l’extrême pauvreté. Cf. Rapport du PNUD sur le développement humain 2013, p. 172. http://hdr.undp.org.

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-2016-face-au-coup-de-157058

Bataille de l’article 220 : les catholiques passent aux actes














Ils l’avaient annoncé depuis Rome dans une lettre datée du 14 septembre 2014 adressée aux fidèles catholiques et à tous les hommes de bonne volonté. A partir du dimanche 21 septembre, la sensibilisation des chrétiens catholiques contre la révision constitutionnelle et particulièrement celle des articles verrouillés devait démarrer sur toute l’étendue du territoire national. Ceux qui avaient pensé que la réaction vigoureuse du gouvernement contre la déclaration des Evêques de la République Démocratique du Congo allait refroidir les ardeurs des princes de l’Eglise catholique romaine devraient certainement mal les connaître. Ils devraient avoir mal lu leur détermination déjà soulignée par eux-mêmes lorsqu’ils rappellent le témoignage jusqu’au martyre des apôtres Pierre et Paul ainsi que celui de la Bienheureuse Marie Clémentine Anuarite Nengapeta assassinée il y a cinquante ans par les Simbas opérant pour le compte de la République Populaire du Congo (Kisangani, ex-Stanleyville).
Hier dimanche, dans toutes les églises catholiques du pays, le mot d’ordre des Evêques a été suivi. Le message intitulé « Protégeons la Nation » a été lu à l’intention des millions des fidèles à toutes les messes. La position de l’Eglise catholique a ainsi été soulignée. Il s’agit de l’opposition claire et nette à toute modification de l’article 220, article verrouillé de la Constitution qui stipule que : « La forme républicaine de l’Etat, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du Pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle ».
A l’Eglise Saint Jean-Apôtre de la Cité Mama Mobutu, diocèse de Kisantu, dans la commune de Mont-Ngafula, le message des Evêques appelant à protéger la Nation a été lu par le Curé qui s’est engagé, aussitôt la lecture terminée, à le disponibiliser à l’intention de toutes les communautés ecclésiales et évangéliques de base et ce, conformément au mot d’ordre des Evêques instruisant les curés et catéchistes de sensibiliser les chrétiens dans les CEVB, les Mouvements d’Action catholique, et les groupes à charisme propre. Toutefois, le Curé a demandé que la lettre des Evêques soit lue par les responsables de toutes ces communautés dans son esprit et dans sa lettre, sans trop de commentaires.
Les positions sur la question de révision ou non de la Constitution n’ont donc pas bougé. La Majorité a confirmé sa détermination d’aller jusqu’au bout de sa logique et les anti-révisionnistes n’en démordent pas. Comme il s’agit d’un débat démocratique, il faut espérer que toutes les parties auront le droit de s’exprimer et que nul ne sera tenté par des attitudes putschistes qui consistent à museler les opinions qu’on ne partage pas.

Débat autour de la révision ou non de la Constitution : Le projet déposé par le Gouvernement divise le Parlement





Débat autour de la révision ou non de la Constitution : Le projet déposé par le Gouvernement divise le Parlement

















L’insertion du projet de révision déposé en urgence par le Gouvernement parmi les matières du calendrier de la session parlementaire de septembre a donné lieu à un débat très houleux entre députés de la Majorité et de l’Opposition vendredi dernier à la Chambre basse.
Les députés nationaux ont adopté, vendredi dernier, le calendrier des travaux de la cession ordinaire de septembre 2014. Cette décision a été prise au terme d’une séance plénière organisée dans la salle des Congrès du Palais du peuple, siège du parlement de la République.
Elle est intervenue après un débat très houleux axé sur le projet de loi portant révision de certaines dispositions de la Constitution du 18 février 2006 en vigueur en République Démocratique du Congo. Dans leurs interventions, plusieurs députés de l’Opposition ont fait savoir que la révision de la loi fondamentale est inopportune et doit être élaguée du calendrier de cette session.
Face à cette intransigeance, le président de l’Assemblée nationale a expliqué que le projet de loi relative à la révision constitutionnelle a été déposé en procédure d’urgence au bureau de sa chambre législative par le gouvernement de la République. Et qu’en vertu de la loi, les députés ne peuvent pas élaguer un projet de loi déposé en procédure d’urgence par le Gouvernement.
Pour Aubin Minaku, tout ce que les députés réfractaires peuvent faire, c’est d’attendre le moment venu, afin de se prononcer sur la recevabilité ou l’irrecevabilité de ce projet de loi.
En dépit de ces explications, les députés membres de l’Opposition politique ont prévenu : « Si vous voulez violer la Constitution, vous le ferez seuls, sans nous ». En termes clairs, les députés de l’opposition siégeant à la chambre basse ont promis de boycotter les séances plénières consacrées à la révision constitutionnelle.
L’article 220 non concerné
Par l’entremise de son président, le bureau de l’Assemblée nationale a précisé que seuls les articles 198, 197, 104 et 101 de la Constitution sont à réviser. Il s’est engagé à assurer l’arbitrage entre les antagonistes et protagonistes de la révision dont le projet de loi est mis en réserve. Il en est de même de la proposition de loi modifiant et complétant la loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielles, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales, telle que modifiée par la loi n°11/003 du 25 juin 2011.
Cette proposition de loi a été initiée et déposée au bureau de l’Assemblée nationale par le député Delly Sessanga Hipungu.
Puis, le gouvernement de la République a initié et déposé trois projets de loi sur la même matière, à savoir le projet de loi portant organisation des élections urbaines, municipales et locales ; le projet de loi portant organisation des élections provinciales, des gouverneurs et vice-gouverneurs ; enfin, le projet de loi portant organisation de l’élection présidentielle et des élections législatives.
Certains députés soutiennent que tous les acteurs politiques et administratifs doivent être élus sur base d’une même loi. Ces députés ne veulent pas voir les élections organisées sur base de 3 lois, en vue d’éviter des cas de fraude.
En outre, l’assemblée plénière a élagué du calendrier de la présente session toutes les matières dont les textes ne sont pas encore déposés au bureau de leur chambre législative, à l’exception du projet de loi des finances de l’exercice 2015 parce que, ont-ils dit, « la présente session est essentiellement budgétaire et que, le calendrier de la session ordinaire étant ouvert, les textes élagués seront inscrits dès qu’ils seront déposés. »
Par M.T.

Afrique / USA

"(...)Afrique / USA

En prenant connaissance du dernier numéro (74) du Télégramme du Congo, l’on 
s’aperçoit que l’actualité congolaise, avec ses “feuilletons” à rebondissements multiples, 
est un terrain difficile pour une publication hebdomadaire. Sa manchette, consacrée au 
“pavé dans la mare” du discours de Kengo, donne déjà une impression de réchauffé, 
voire même de refroidi. 

Un article, dans ses pages intérieures, est consacré à la déception de l’Afrique devant le 
bilan du “premier président américain de couleur”. 
“ Il faut pourtant l’admettre : Barack Obama participe depuis bien longtemps au bal des 
hypocrites qu’il décriait naguère. Personne, en effet, ne peut citer le moindre avantage 
apporté par sa politique et ses prises de positions, ni en Amérique (principalement dans 
la « communauté noire »), ni en Europe, pire encore en 
Afrique où l’on peine à distinguer ce président-là d’un autre, la où la figure d’un Bill Gates 
et même celle d’un George Bush fils sont plus sympathiques aux Africains que celles du 
premier président noir et de son épouse Michèle. 

La magie de la rhétorique mise à part, l’actuel président américain ne saurait convaincre 
quiconque qu’il a essayé de faire le contraire de ce que faisaient ses 
prédécesseurs, en Israël, au Moyen-Orient, en Afrique, en Amérique latine, et dans les 
anciens pays de l’Est européen.

De déception en déception. Pour assurer sa réélection et son entrée dans l’histoire 
politique de son pays, le premier président noir a compris tout l’intérêt qu’il y avait à 
ne pas contredire les grands intérêts qui gouvernent le monde : les multinationales, les 
banques, les pactes avec les pays amis, dont certains, au Moyen-Orient, sont fort peu 
recommandables : le Qatar, l’Arabie saoudite, et l’Egypte notamment. Plus de mille 
morts en une journée pour déloger les partisans du président Morsi embastillé. Au lieu de 
s’étrangler de colère, nous avons eu droit, de sa part, à un plaidoyer pour la démocratie 
militaire égyptienne. Pas même une phrase de condoléances pour 
effacer les larmes de la veuve et de l’orphelin.

 
Sacré Barack Obama ! Qu’est-ce que l’histoire retiendra de toi ? 
Michael Moore, l’un de ses plus fidèles partisans n’hésite pas à dire tout haut que ce 
dernier aura été une énorme déception : «Dans 100 ans, lorsqu’on écrira l’histoire de 
cette époque, voici ce qu’on retiendra de Monsieur Obama : il a été le premier noir 
américain à être élu président. Ce n’est pas mal, mais c’est tout. Voilà, de vos huit 
années de vie, c’est tout ce dont on se souviendra. J’ai le sentiment qu’il aurait aimé 
qu’on se souvienne de lui pour d’autres choses, d’autres choses qu’il aurait pu faire. À ce 
niveau, je suis vraiment très déçu», a-t-il lâché au micro, lors du dernier festival du film 
de Toronto”. 

(Ce rappel pourrait s’avérer utile si l’on considère que JKK, pour élargir la base de son 
soutien extérieur, serait parti ce samedi 20 septembre pour Washington en visite privée 
de 10 jours. Il n’a toujours pas le cœur à l’aise tant qu’il n’est pas parvenu de convaincre 
l’oncle Sam et compterait sur Dan Gertler, pour infléchir la position de la Maison blanche 
qui reste, jusque-là (mais jusques à quand ?) ferme et décidée à obtenir « le respect de 
la Constitution » et donc son départ en 2016. Gertler a essayé d’utiliser le réseau du 
lobby juif de l’AIPAC pour calmer les ardeurs de Washington peu avant le sommet Etats-Unis – Afrique d’août dernier, sans grand résultat. Aucun de ses proches conseillers ne
l’accompagne dans ce voyage dont l’agenda précis reste inconnu. Mais tout porte à croire 
que Dan Gertler pourrait essayer d’ouvrir à Kabila la porte d’autres groupes de lobbying à 
Washington au-delà de l’AIPAC. Un fait anodin, mais qui pourrait ne pas l'être vraiment, 
est que la visite du duo Kabila-Gertler survient quelques semaines après la visite de la 
ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, à Tel Aviv.
Certainement, les raports avec la RDC ; et donc le cas Kabila n’a pas manqué de faire 
partie des sujets discutés par Mushikiwabo en Israël lorsque l’on connait les relations 
stratégiques qu’entretiennent le Rwanda, l’Etat hébreux et les Etats-Unis. NdlR)(...)"


« La RDC a besoin d’un président très fort et légitime »




« La RDC a besoin d’un président très fort et légitime »












L’ONU estime que la République démocratique du Congo (RDC) a besoin d’un président « très fort et légitime » et est prête à soutenir le cycle électoral devant mener à la présidentielle de 2016, à condition que la Constitution du pays soit respectée.
Dans un entretien à l’AFP, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC, le diplomate allemand Martin Kobler, avertit aussi que le désarmement des rebelles rwandais présents dans l’est reste l’une des priorités de la mission de l’ONU dans le pays (Monusco).

« Tout le monde, les Congolais, la communauté internationale (…) a un intérêt à avoir un président très très fort et légitime », déclare M. Kobler dans son bureau du quartier général de la Monusco à Kinshasa. « Il faut avoir une légitimité dans le processus électoral et le respect de la Constitution comme partout dans le monde », souligne-t-il.
Arrivé au pouvoir en 2001, le président Joseph Kabila a été élu en 2006 lors des premières élections libres depuis l’indépendance du pays en 1960. Il a été réélu pour cinq ans en 2011, mais la communauté internationale avait dénoncé des fraudes massives et l’opposition n’a jamais accepté le résultat du scrutin. Aux termes de la Constitution de 2006, résultat de la transition politique ayant permis de mettre fin à la deuxième guerre du Congo (1998-2003), M. Kabila ne peut pas se représenter en 2016 pour un troisième mandat.
Mais, depuis plusieurs mois, une question monopolise le débat politique: le président et son clan sont soupçonnés de vouloir modifier la Constitution pour rester au pouvoir au-delà de cette date. Cette idée est défendue ouvertement par des membres de la Majorité présidentielle (MP) et l’opposition craint qu’elle ne soit mise à exécution au cours de la session parlementaire qui a débuté lundi. A l’ordre du jour de cette session figure un projet de révision constitutionnelle, destiné à permettre d’organiser avant 2016 certaines élections en retard du fait de la crise politique ouverte en 2011.

Lundi, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a averti qu’il ne fallait « pas tirer prétexte de la révision constitutionnelle pour aboutir à un changement de Constitution » en faisant sauter ses « articles intangibles », en particulier celui qui interdit toute révision destinée à modifier le nombre et la durée des mandats présidentiels. A la question de savoir si M. Kabila perdrait de sa légitimité si une telle modification était introduite, M. Kobler répond: « c’est un processus qui est discuté ici, j’ai entendu que le chef du Sénat (…) en a parlé. Je crois qu’il faut respecter la Constitution ».

Ces conditions remplies, pour que l’ONU puisse soutenir financièrement l’organisation des élections de 2015-2016 (locales, sénatoriales, provinciales, puis présidentielle et législatives), le chef de la Monusco souhaite la publication de leur calendrier complet « le plus vite possible ». « Je sais de ma propre expérience que si on nous demande de soutenir les élections, il faut avoir huit mois de préparation », explique celui qui fut représentant spécial de l’ONU en Irak avant de prendre ses fonctions à Kinshasa en juillet 2013.

Mais l’ONU se soucie aussi de la situation sécuritaire dans l’Est, où pullulent encore des dizaines de mouvements armés: « le groupe armé le plus important à combattre, ce sont les FDLR » (Forces démocratiques de Libération du Rwanda), tranche M. Kobler. Le désarmement des rebelles rwandais présents dans l’est de la RDC depuis le génocide des Tutsi de 1994 au Rwanda, auquel un certain nombre des chefs des FDLR sont accusés d’avoir participé, passe pour être l’une des conditions d’un règlement des conflits qui secouent les Grands Lacs depuis vingt ans.

Les FDLR ont entamé fin mai un processus de reddition volontaire et ont jusqu’au 2 janvier pour déposer les armes. Ce « processus est bloqué » et n’enregistre aucun progrès depuis la mi-juin, regrette M. Kobler, qui veut malgré tout « leur donner la chance » de se rendre avant que la Monusco « puisse vraiment les combattre » avec le soutien de l’armée congolaise.