Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 9 novembre 2015

UN CONGRÈS POUR RIRE ET SANS OBJET:

UN CONGRÈS POUR RIRE ET SANS OBJET:

De l’argent perdu. En suscitant des traîtres dans l’opposition, Kabila oublie qu’il se faite entourer des traîtres et des opportunistes aussi qui vont le trahir et le quitter pour quelqu’un d’autre. Une bande des comédiens des mauvais goût. Tout le monde sait l’ARC c’est le Parti de Olivier KAMITATU, il en est l’initiateur et Président National. Aucun congrès ne peut se tenir sans lui ou son délégué dûment mandaté. Arrêtez de rêver et de gaspiller les billets des banques pour rien. Le peuple n’est pas dupe.

Pauvre Élysée, a force d’offrir tes charmes tu as perdu la raison jusqu’à trahir ceux qui ont fait de toi ce que tu es devenue aujourd’hui. Toi qui était une nullité, incapable de lire un discours malgré ta prétendue licence. Si le ridicule pouvait tuer. N’oublie pas que les charmes finissent toujours par faner et ils te rejetteront ceux qui se ruaient sur toi pour ton corps!

Apprenti journaliste alimentaire, journal de caniveau. regardez ce que les vrais journalistes et un vrai organe de presse (Radio Okapi) ont dit sur le même sujet : « RDC : les dissidents de l’ARC en congrès »



A TRAVERS SON TOUT PREMIER CONGRES NATIONAL L’ARC SE RÉORGANISE SANS OLIVIER KAMITATU


Tenues du 12 au 13 octobre à Kinshasa, ces assises se sont donné pour objectif de réorganiser les structures du parti après ’’l’auto exclusion’’ du président national.
L’Alliance pour le Renouveau du Congo (ARC) vient d’organiser son tout premier Congrès ordinaire. Tenues du 12 au 13 octobre dernier dans l’enceinte de la Foire internationale de Kinshasa, ces assises se sont donné pour objectif de réorganiser les structures du parti après ’’l’auto exclusion’’ du président national, Olivier Kamitatu. Occasion aussi de peaufiner de nouvelles stratégies pour affronter le Dialogue national et les élections de 2016, comme l’a souligné Justin Kangundu Khossy, le Secrétaire général du parti.
C’est dans un pavillon bondé comme un œuf que le Collège des fondateurs de l’ARC a lancé son Congrès le samedi dernier. Venues de quatre coins du pays, des centaines de membres ont pris d’assaut la salle, brandissant drapeaux, drapelets, banderoles, écharpes et tee-shirts oranges, estampillés ’’ARC’’. Cette forte présence des délégations venant des ex-provinces du Bandundu, de l’Equateur, du Katanga, de la Province Orientale, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Maniema, du Kasaï occidental et du Kasaï oriental a été confortée par celle de nombreux militants de Kinshasa, qui se sont massés tout autour du pavillon de la Fikin.
Sur le podium, les porte-étendards de ce parti créé le 31 janvier 2006 ont répondu massivement à l’appel du collège des fondateurs de l’ARC. On a, à cet effet, noté la présence de la députée Elysée Minembwe, la Questeur de l’Assemblée nationale, et de Lucie Kipele, la ministre de la Famille et Enfants récemment promue par le chef de l’Etat, à l’issue du dernier réaménagement du Gouvernement central. De même que la présence d’Emery Kafutu Vita, nommé récemment Commissaire spécial du Kwango en charge de l’administration.

LOYAUTE A KABILA 
Au cours de la cérémonie d’ouverture, l’ARC a réaffirmé son appartenance à la Majorité présidentielle et son soutien indéfectible à l’autorité morale de cette plate forme. « Notre famille politique a toujours été séduite par la vision du Chef de l’Etat, vision des cinq chantiers et de la révolution de la modernité, car ce qui était des idées en 2006 est en train de se réaliser et porter des fruits à travers le pays », a affirmé à cet effet le président du comité provisoire de l’ARC, Gaston Kisanga Kabongelo. 
Faisant allusion à la polémique née des déclarations du G7 au sein de la Majorité présidentielle, M. Kisanga a indiqué que ces réactions reflétaient une vue profondément erronée de la démocratie. 
Voilà pourquoi l’ARC a refusé « cette vision tronquée des choses, en se désolidarisant des cadres du parti ayant suivi la voie de la fronde qui les a conduits dans l’opposition », a estimé le président du comité provisoire. 
Selon M. Kisanga, la politique n’est pas un jeu solitaire, mais un jeu d’équipe où chacun doit jouer son rôle pour faire gagner l’équipe. « Que chacun de nous joue donc son rôle afin que l’équipe ARC gagne », a-t-il recommandé.

NOUVELLE IMPULSION
Aux dires du Secrétaire général de l’ARC, Justin Kangundu Khossy, les enjeux politiques du moment exigent que les différents délégués du parti se réunissent en vue de donner une nouvelle impulsion au parti, après les turbulences connues par sa plateforme politique, la Majorité présidentielle, avec l’auto exclusion de certains de ses membres.
Les délégués venus de toutes les provinces du pays se réjouissent d’avoir pris part à ce congrès qui a eu pour thème : « L’ARC, des origines à ce jour « . Parmi les quatre exposés prévus, l’attention de ‘assistance s’est focalisée sur l’intervention portant sur « le fondement idéologique du parti et sa participation au dialogue, stratégies d’implantation du parti et de mobilisation de ses membres ». 
Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration de Gaston Kisanga, président du comité provisoire de l’ARC.Yves KALIKAT

DISCOURS PRONONCE A L’OCCASION DU PREMIER CONGRES DE L’ALLIANCE 
POUR LE RENOUVEAU DU CONGO A LA FOIRE INTERNATIONALE DE KINSHASA

Honorables, Excellences,
Mesdames,
Mes demoiselles et Messieurs,
Chers invités en vos titres et qualités respectifs,
Nous vous souhaitons la bienvenue.
C’est pour nous une très grande joie que de vous recevoir ici à la Foire Internationale de Kinshasa à l’occasion du Premier Congres de l’Alliance pour le Renouveau du Congo notre Parti.
Notre joie est d’autant plus grande que de voir parmi nous des hommes et des femmes qui viennent de partout à travers la République Démocratique du Congo, cela du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest mais aussi du Centre. Réunis dans ce cadre qui nous accueille, divers par nos cultures, nos langues et nos Provinces d’origine, mais ayant comme dénominateur commun notre mouvement, appartenant tous à une même plate-forme la Majorité Présidentielle, aimant tous une même patrie, la République Démocratique du Congo, mus tous par un même objectif, son développement, décide ENSEMBLE de sceller notre destinée par la mise en commun de nos efforts.
Il y a neuf ans, un groupe de 21 personnes s’est réuni pour former une Alliance et ont lancé un Parti Politique, l’Alliance pour le Renouveau du Congo.
Hommes de diverses fortunes, à savoir hommes politiques, agriculteurs et citoyens qui ont, après avoir milité dans d’autres mouvements, se sont joint à eux et donnèrent forme enfin par la mise en commun de leurs efforts à une organisation qui s’est révélé d’une efficacité redoutable. Après quelques mois seulement d’existence, l’Alliance pour le Renouveau du Congo avait pu faire élire à tous les niveaux, des Députés Nationaux, des Députés Provinciaux, des Sénateurs, des Vice-Gouverneurs, et avait pu avoir aussi des Ministres au Gouvernement central, des Ministres provinciaux, des Mandataires et autres responsables à divers niveaux de responsabilité de la gestion étatique. 
Cette situation témoignait de la vitalité de notre Parti. Lors des élections de 2011, notre Parti a malgré quelques vicissitudes pu avoir un nombre important des Députés, chose qui lui a donné de participer au Pouvoir pendant cette législature. Cela, ENSEMBLE avec les autres forces politiques de la Majorité Présidentielle.
Pour confirmer notre place au sein de la MP, notre parti a été honoré de la nomination de Mme Lucie Kipele en qualité de ministre du Genre, Femme et Enfants, et de M. Kafutu Vita, promu commissaire spécial en charge de l’administration dans la province du Kwango.
Par notre quête de la Démocratie, nous avons été une cheville ouvrière dans la création de l’Alliance pour la Majorité Présidentielle ; puis de la Majorité Présidentielle. ENSEMBLE avec d’autres partis politiques, associations et personnalités nous soutenons le Chef de l’Etat, le Président de la République Joseph KABILA KABANGE. Cette union peut et doit être perfectionnée au fil du temps.
Notre famille politique a toujours été séduite par la vision du Chef de l’Etat ; vision des 5 Chantiers, et de la Révolution de la Modernité. En effet, ce qui était des idées en 2006 est en train de se réaliser et porter des fruits.
Nous avons vu surgir des tensions à plus d’une année de la fin du mandat du Président de la République au sein de la Majorité Présidentielle. Un groupe des cadres de notre famille ont fait de cette question un facteur de division, division qui a fait que nous n’avons pas accepté cette vision des choses, estimant que nous ne pouvons résoudre les problèmes de notre famille politique que si nous les résolvons ENSEMBLE. Que nous ne pouvons parfaire la démocratie que si nous comprenons que cela doit commencer dans nos partis respectifs. Que nous ne pouvons être forts que si nous comprenons que nous avons tous une histoire différente mais que nous partageons le mêmes espoirs et voulons aller dans la même direction, vers un avenir meilleur pour notre pays.
Les déclarations à la base de la sortie du G7 ne relevaient pas seulement de la polémique. Elles reflétaient plutôt une vue profondément erronée de la démocratie dans notre pays. Une vue qui voit la tricherie partout qui met l’accent sur ce qui va mal dans la Majorité que sur ce qui va bien. Une vue qui voit le complot même là où il n’existe pas. Les problèmes de la RDC et de la démocratie ne sont ni de la Majorité, ni du G7, ni de l’Opposition tant institutionnelle que non institutionnelle, mais ce sont des problèmes qui nous concernent tous.
C’est ainsi que nous avons refusé, vous avez refusé cette vision tronquée des choses en se désolidarisant de ceux des nôtres qui ont suivi la voie de la fronde qui les a conduits finalement dans l’opposition, si ils n’y étaient pas déjà.
Nous avons eu le courage de ne pas renoncer à notre Alliance et à notre place au sein de la Majorité Présidentielle. Nous avons décidé de ne pas commettre les mêmes erreurs que les autres qui, en simplifiant, en recourant à des stéréotypes et en accentuant les côtés négatifs des choses, au point de déformer la réalité, ont trahi leur famille politique.
Vous savez, si nos amis avaient agi par la colère, il convient de souligner que la colère n’est pas toujours une arme efficace. Bien trop souvent en effet, la colère nous détourne de nos vrais problèmes, la colère nous empêche de confronter notre part de responsabilité, et elle empêche d’avoir la lucidité nécessaire pour juger des choses. 
L’erreur des autres n’est pas d’avoir parlé de certains problèmes de notre pays. C’est d’en avoir parlé comme si il y avait une affirmation de notre Autorité Morale d’aller vers la révision constitutionnelle, comme si notre famille politique n’était qu’un groupe des comploteurs contre le peuple, comme si aucun progrès n’a été accompli, comme si la démocratie n’existe pas dans ce pays ; ce pays ou chaque jour matin et soir les hommes s’expriment jusqu’à tenir même des propos désobligeants vis-à-vis du Chef de l’Etat. 
Ce que nous savons, ce que nous avons vu, c’est que la RDC est engagée résolument sur le chemin de la démocratie car la liberté d’opinion existe. La liberté d’association est garantie preuve en est que des mouvements voyaient le jour même avec les moyens pris à la Majorité Présidentielle. 
Ce que nous avons déjà accompli nous donne de l’ESPOIR le courage d’espérer pour ce que notre Parti peut et doit accomplir demain dans notre pays. Il faut que nos amis comprennent que leurs ambitions et rêves ne peuvent pas forcément se réaliser au détriment des ambitions et des rêves des autres.
Sommes-nous un mouvement fermé ? Non ! Il convient de souligner que ceux qui ont été ébranlés dans leurs convictions et susceptibilités, nous leurs disons que, l’ARC a toujours ses portes grandement ouvertes.
Les sujets de distraction dans notre pays ne manquent pas à l’approche des échéances importantes. Si un sujet est épuisé ; un autre surgit, et puis un autre et encore un autre. Et rien n’est concret. Cette fois, nous voulons parler des choses plus importantes dans notre Parti, en vue de nous projeter dans l’avenir sans calcul politicien.
Cette fois, nous ne voulons pas être cyniques comme ceux qui demandent la démocratie sans être eux-mêmes démocrates.
Cette fois, nous voulons parler de la vie de notre Parti et des nouvelles stratégies pour notre futur.
Cette fois, nous voulons parler de comment travailler ENSEMBLE, sans que cela ne soit un slogan vide de sens.
Cette fois, nous voulons parler du fait que le vrai problème n’est pas que nous puissions avoir des ambitions mais comment les exprimées sans trahir.
Cette fois, nous voulons parler du Dialogue National à convoquer par le Chef de l’Etat, auquel notre Parti est, parti prenant pour vider toutes les questions qui risquent de miner notre jeune démocratie et aplanir les vues pour un processus apaisé.
Cette fois, nous voulons parler des hommes et des femmes de toutes les origines, des diverses fortunes qui militent ENSEMBLE, qui combattent ENSEMBLE et qui travaillent ENSEMBLE avec les autres pour le rayonnement de notre Parti.
Nous ne serions pas réunis ici et maintenant si nous ne croyions pas du fond du cœur que c’est ce que veut l’ensemble de nos militants pour notre Parti. Cette union ne sera peut-être pas parfaite, mais, année après année, elle a montré qu’elle pouvait se faire et donner des résultats.
Pour finir notre propos de ce jour, il y a une vérité que j’aimerais partager avec vous ce soir.
La politique n’est pas un jeu solitaire, mais un jeu d’équipe comme le football ou chacun doit jouer son rôle pour faire gagner l’équipe. Que chacun de nous joue donc son rôle et l’équipe ARC va gagner.
Je vous remercie.
http://7sur7.cd/new/a-travers-son-tout-premier-congres-national-larc-se-reorganise-sans-olivier-kamitatu/




RDC : les dissidents de l’ARC en congrès

Le congrès des dissidents de l’Alliance pour le renouveau du Congo (ARC) a ouvert  ses portes samedi 7 novembre à la Foire internationale de Kinshasa (Fikin). Le président interfédéral du Maniema, Jérôme Bikengo Mosembe, a indiqué que ces assises permettront de sauver le parti du tourbillon politique dans lequel il se retrouve actuellement.
Ces membres se sont désolidarisés de leur autorité morale, Olivier Kamitatu, engagé dans le G7, les sept partis politiques qui ont adressé une lettre ouverte au président de la République, lui demandant de respecter la constitution. Tous ces partis ont été exclus et ont basculé dans l’opposition.
Jérôme Bikengo indique que les congressistes sont venus de différentes provinces de la RDC pour « opérer des changements dans la manière de gérer le parti ».
Il a précisé qu’ils sont co-fondateurs de l’ARC et ne voudront pas « voir ce parti disparaître à cause d’un individu ».
« L’objectif est de créer un organe qui permettra au parti de jouer son rôle au sein de la Majorité présidentielle parce que ce parti n’a jamais quitté la MP. Ce que vous avez entendu n’est qu’une décision en rapport avec l’ancien président du parti (Olivier Kamitatu).
De son côté, l’ARC d’Olivier Kamitatu a reporté son congrès ordinaire programmé le même samedi. Dans un communiqué publié la veille, le secrétaire général de cette formation politique, Bruno Lapika, a indiqué que cette décision a été prise à la suite de la confusion entretenue par quelques dissidents (…)
Selon ce document, l’ARC de Kamitatu demeure un parti respectueux des lois de la République et évite de céder à toute provocation de « quelque nature que ce soit, tout en dénonçant l’irrégularité de ce congrès pirate convoqué par des personnes qui n’ont ni titre, ni qualité et en violation des statuts et règlement intérieur de l’ARC ».​