Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 19 avril 2013

Plainte en Belgique contre des militaires et des policiers de RDC


Plainte en Belgique contre des militaires et des policiers de RDC


Bruxelles, correspondant

Une plainte pour violations du droit international et tortures déposée à Bruxelles contre cinq hauts gradés de l'armée et de la police congolaises risque de tendre à nouveau les relations entre la République démocratique du Congo (RDC) et la Belgique. Le Monde a pu prendre connaissance de ce texte remis le 22 mars au procureur fédéral. La plainte concerne un citoyen belge résidant à Kinshasa, Eric Kikunda, arrêté en 2009 et accusé d'avoir transporté des armes au profit de Me Firmin Yangambi, un avocat engagé dans la défense des droits de l'homme. Me Yangambi a, lui, été arrêté à Kisangani et est accusé par le régime de Joseph Kabila d'avoir organisé un mouvement insurrectionnel.

Selon l'avocat bruxellois Georges-Henri Beauthier, son client, M. Kikunda, est à l'époque tombé dans une "souricière". Il s'agissait en réalité de favoriser, sur la base d'une fausse accusation, l'arrestation de Me Yangambi, qui fut proche du président Kabila, mais le défia en se présentant contre lui à l'élection de 2006. Le juriste a été condamné à la peine capitale en mars 2010 par un tribunal militaire, sanction commuée en 20 ans de prison par la Haute Cour militaire de RDC un an plus tard.


“MENTEUR ET FARCEUR”


M. Kikunda, condamné pour sa part à 20 ans pour détention d’armes de guerre et participation à un mouvement d’insurrection, a vu sa peine réduite à 10 ans. Les deux hommes et leurs complices présumés sont incarcérés au centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa, célèbre prison de Makala qui regrouperait plus de 6 000 détenus, criminels et prisonniers politiques. Le lieu connaît, faute de gardiens, une sorte d’autogestion organisée par les prisonniers.

C’est sans doute ce qui explique que M. Kikunda puisse communiquer avec son défenseur et les autorités de son pays. Il leur a fait savoir qu’une fois informé du dépôt de sa plainte, un haut gradé, le général Tim Mukunto Kiyana, l’a convoqué et menacé. Traité de “menteur et farceur” par ce premier avocat général des forces armées visé par la plainte déposée à Bruxelles, le détenu s’est entendu dire que sa nationalité belge ne le protégerait en rien et qu’une décision attendue de la Cour suprême de justice– qui fait office de Cour de cassation – lui serait “défavorable”. Cette instance devait se prononcer, en octobre 2012, sur une éventuelle révision du procès de M. Kikunda. Le procureur général avait donné un avis favorable à la cassation. Depuis, le dossier s’est égaré.

La procédure a été entachée d’autres anomalies, relevées y compris par la Haute Cour militaire. Les magistrats d’appel avaient, par exemple, noté à propos des deux fusils prétendument trouvés dans la voiture de M. Kikunda, qu’ils n’avaient fait l’objet d’aucun procès-verbal. Ces juges n’ont pas tenu compte, en revanche, de feuilles d’audience indiquant que les aveux d’un comparse des accusés avaient été obtenus sous la torture.(...)"

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/04/18/plainte-en-belgique-contre-des-militaires-et-des-policiers-de-rdc_3161954_3212.html

Lire aussi :
http://radiookapi.net/lu-sur-le-web/2013/04/18/plainte-en-belgique-contre-des-militaires-des-policiers-de-rdc-le-monde/