Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 17 janvier 2014

RDC : qui en veut à l'opposant Vital Kamerhe ?




Vital Kamerhe, président de l'UNC, le 20 août 2013
 à Paris. © Vincent Fournier/J.A.

Au lendemain d'une affaire ambiguë d'interdiction de quitter le territoire, Vital Kamerhe est poursuivi désormais pour "dénonciation calomnieuse" par une députée de la majorité. Un "acharnement" estime le parti de l'opposant, une "stratégie de victimisation", selon les autorités congolaises.

Il fut un temps où Vital Kamerhe était un proche du pouvoir. Mais cette époque est bel et bien révolue. Aujourd'hui, l'ancien président de l'Assemblée nationale de la RDC joue dans le camp adverse, celui de l'opposition. Depuis, il est souvent à couteaux tirés avec certains de ses anciens "camarades" de la majorité. Dernier couac en date, la résurgence, le 13 janvier, d’une affaire judicaire qui date de 2011, l’opposant à la députée Wiwine Moleka, membre de son ancien parti, le PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, principale formation de la majorité au pouvoir).

"Vital Kamerhe a sali Wiwine Moleka"

Dans l’entourage de l’élue de Kinshasa, on s'empresse de préciser qu'il ne s'agit nullement d'un quelconque règlement de comptes. "C’est juste une affaire d’imputation et de dénonciation calomnieuses", explique un membre du PPRD. Vital Kamerhe a sali Wiwine Moleka. Cette dernière a droit de se plaindre pour obtenir justice et réparation."
Il ne s'agissait pas d'une accusation, mais plutôt d'une alerte.
Me Sate, avocat de Vital Kamerhe
L'affaire remonte au lendemain des élections présidentielle et législatives du 28 novembre 2011. Un rapport d'observation du déroulement des scrutins, signé par Vital Kamerhe - dont le parti a déployé des témoins dans des bureaux de vote à travers le pays - relève des cas de fraude notamment à Mbudi. En cause dans cette banlieue de la capitale congolaise : Wiwine Moleka, soupçonnée notamment de bourrage d'urnes. "Il ne s'agissait pas d'une accusation, mais plutôt d'une alerte envoyée aux observateurs nationaux et internationaux pour que ces derniers vérifient s'il y avait eu fraude, ou pas", nuance Me Sate, avocat de Vital Kamerhe.

Début décembre 2011, Wiwine Moleka saisit le tribunal de paix de Kinshasa – Ngaliema (où Kamerhe aurait une résidence). Contestant la procédure engagée, la défense interjette appel. L'affaire est désormais portée auprès du tribunal de grande instance, la juridiction supérieure. Une année et plusieurs audiences plus tard, le verdict tombe : le dossier est renvoyé au premier juge pour instruction. Rebelote, la défense fait opposition. "Depuis, l'affaire était restée pendante au tribunal de grande instance", soutient Me Sate.

"Acharnement" ou "stratégie de victimisation" ?

"Des discussions étaient même engagées entre les deux parties pour boucler l'affaire à l'amiable", selon une source proche du dossier. "Vital Kamerhe devait présenter des excuses à Wiwine Moleka et payer tous les honoraires de l'avocat de la députée, en échange du retrait de la plainte", ajoute-t-elle. Mais finalement, la plaignante a décidé de saisir le tribunal de paix de la Gombe. "Là où Vital Kamerhe a son juge naturel, puisqu'il affirme y avoir une résidence", souligne Me Ledi, l'avocat de Wiwine Moleka. "Mais l'affaire est en cours devant une autre juridiction", objecte la défense.

À l'Union pour la nation congolaise (UNC), le parti de Vital Kamerhe, on n'y voit qu'un "acharnement" orchestré par le pouvoir contre son leader. "Pourquoi cette affaire ressuscite quelques jours seulement après la tentative du pouvoir d'interdire à Kamerhe de sortir du territoire", interroge un cadre de l'UNC. 

En effet, dans un communiqué publié le 10 janvier, l'UNC se disait "préoccupée par la mesure de restriction de liberté de mouvement prise contre Vital Kamerhe", joignant une circulaire de la Direction générale de migration (DGM), signée quatre jours plus tôt, laquelle instruisait "les services de sécurité" à empêcher toute sortie de l'opposant du territoire national.

"C'était un faux [document]", explique à Jeune Afrique Richard Muyej, ministre congolais de l'Intérieur, qui dit avoir déjà "rassuré" Vital Kamerhe. "Mais plus on lui dit que c'est un faux, plus il amplifie", déplore le ministre. Pour lui, c'est une "stratégie de victimisation" adoptée par un "Vital Kamerhe [qui] n'a plus de discours, (…) totalement épuisé sur tous les plans", cherchant à "créer l'événement" à tout prix.




Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Opposition congolaise | RDC : qui en veut à l'opposant Vital Kamerhe ? | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

Patrice Lumumba : 53 ans après, Twitter se souvient


Patrice Lumumba : 53 ans après, Twitter se souvient 



Patrice Lumumnba, héros de la lutte pour l'indépendance
de la RDC. © Capture d'écran/Twitter

Sur le site de micro-blogging,Twitter, plusieurs personnes ont salué vendredi la mémoire de Patrice Lumumba, le héros de la lutte pour l'indépendance de la RDC, assassiné le 17 janvier 1961. Florilège.

Patrice Lumumba est sans doute l'un des Africains les plus connus du XXe siècle. Assassiné le 16 janvier 1961 dans des conditions encore non élucidées, le héros de la lutte pour l'indépendance de la RDC est resté moins de six mois à la tête du premier gouvernement congolais.

Cinquante-trois ans jour pour jour après sa disparition tragique, plusieurs twittos ont tenu à lui rendre hommage. Un hashtag, #Lumumbaday, a même été lancé pour rassembler tous les tweets adressés à ce chantre du panafricanisme.


L'actuel gouvernement congolais, à travers le compte de la primature, s'est fendu d'un message.

Kahi Lumumba explique qu'aujourd'hui ce sont des " artistes [qui] contribuent énormément à faire vivre le discours de [son] grand-père dans le monde moderne", rappelant notamment le cas de l'acteur britannique "Chiwetel Ejiofor, nominé pour l'Oscar du meilleur acteur 2014, qui a joué l'été dernier à Londres le rôle de Lumumba dans "Une saison au Congo" écrite par Aimé Césaire et également mise en scène en France en 2013."

Artiste, le youtubeur Chris DeNegro a rendu également, à sa manière, hommage à Lumumba. Il n'a pas trouvé mieux qu'une parodie de "Redemption song" de Bob Marley.

Chris DeNegro @ChrisDeNegro

HOMMAGE A ! Bob Marley - Parodie Redemption Song (for Congo): http://youtu.be/aHkBwpwg0yg  via @youtube






Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Réseaux sociaux | Patrice Lumumba : 53 ans après, Twitter se souvient | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

La RD Congo, un Etat à bâtir institutionnellement et à développer économiquement





La RD Congo, un Etat à bâtir institutionnellement et à développer économiquement


Les orientations politiques et économiques à prendre en vue d’une République Démocratique du Congo institutionnellement cohérente et économiquement puissante ne peuvent être définies que par rapport au passé et à l’héritage que l’on compte laisser aux futures générations. Indissociable du passé, le présent doit en principe permettre la mise au point pour mieux préparer l’avenir. Dans cette optique, les options relatives au futur ne sauraient faire abstraction des facteurs institutionnel et politique, préventif et sécuritaire, économique et social, diplomatique et régional. Par sa situation géographique, la République Démocratique du Congo a toujours représenté un enjeu géostratégique par rapport à la géopolitique mondiale.

 

Ressources naturelles et convoitises

La République Démocratique du Congo est un pays très vaste, 5 fois plus grand que la France et 80 fois plus étendu que la Belgique, qui compte plus de 65 millions d’habitants. Un territoire très riche qui partage ses frontières avec neuf autres pays, dont quelques-uns sont animés d’un vorace appétit expansionniste. Un pays qui est en guerre depuis plus d’une quinzaine d’années.

Si ce territoire aux frontières artificielles s’active autour du fleuve Congo, sa grande diversité ethnique a toujours été une source de différents conflits fonciers à la fois internes et externes, civils ou armés. De plus, les principales ethnies appartiennent au groupe bantou et vivent à cheval sur des États voisins. Ainsi la République Démocratique du Congo se situe-t-elle au croisement des quatre grands espaces linguistiques : le lingala au Nord-Ouest, le kikongo au Sud-Ouest, le tshiluba au centre et le swahili à l’Est.

Par ailleurs, le milieu naturel et ses conséquences sociales, ainsi que la carence des infrastructures constituent depuis des lustres un obstacle majeur au développement du pays, tandis que ses ressources naturelles sont très attractives et suscitent des rivalités de pouvoir à l’intérieur du pays et des convoitises à l’extérieur, c’est-à-dire à l’échelle régionale, continentale et extracontinentale. Ces richesses entretiennent sans cesse les conflits qu’a toujours connus ce pays.

Absence de dynamique unitaire

Le nœud du problème qu’il faudra à tout prix dénouer est la compréhension des fondements de la violence en République Démocratique du Congo. Comment se fait-il que, depuis l’indépendance, ce pays est sans arrêt gouverné par un système politique privilégiant l’instabilité ? Violence et instabilité qui sont organisées soit par le gouvernement central, soit par d’autres acteurs. Au-delà de la difficulté du leadership congolais à émerger et à gouverner, c’est-à-dire à s’affirmer, la complexité dans la gestion de la chose publique est en proie à trois dynamiques différentes. Le Katanga et le Kasaï sont attirés par le Sud et l’Afrique australe, alors que le Maniema, le Kivu et la province orientale tendent vers les civilisations sahariennes. Le Bas-Congo et l’Équateur s’intéressent davantage à l’Ouest. Au milieu existe une forêt dense à l’intérieur de laquelle la vie est très difficile. L’appartenance à une communauté nationale existe seulement dans l’esprit des Congolais, mais non dans les échanges quotidiens. Dans ces conditions, on ne peut impulser une dynamique unitaire qu’en développant les moyens de communication et les réseaux routiers. La violence en République Démocratique du Congo représente donc une force politique, une variable d’ajustement pour conserver le pouvoir – l’appartenance ethnique, la logique politicienne et clientéliste étant souvent utilisées en guise de manipulation au détriment du projet de société.

Les différents défis

Dévastée par les conséquences de la première « guerre interrégionale africaine » de 1996 et de longues années de crise sociale et politique, la République Démocratique du Congo est confrontée à plusieurs défis endogènes et exogènes : la restauration de son intégrité territoriale, l’affirmation de sa souveraineté politique, sa réunification administrative, la consolidation de la cohésion nationale, la mise en place d’un appareil d’État performant et transparent, la stabilité des structures étatiques représentatives, la légitimité du pouvoir, la reconstruction physique des infrastructures, la démobilisation et la réinsertion sociale des groupes armés, la gestion durable et responsable des ressources naturelles, l’amélioration du niveau de développement humain de l’ensemble de la population congolaise, la défense du territoire...

Par rapport à ce constat, le nouveau projet de société doit grosso modo évoluer dans deux directions. D’une part, il est impératif de développer une diplomatie performante en vue de la paix dans la région des Grands Lacs. D’autre part, il faudra initier à très court terme une sérieuse politique républicaine qui aura pour finalité la croissance économique – l’objectif étant l’amélioration des conditions de vie des Congolais, la lutte contre la pauvreté, l’évolution sociale, la cohésion nationale et la bonne gouvernance, ainsi que le partenariat économique avec les pays limitrophes. Patriotisme et actions politiques pour quels choix pratiques ?

Un État de droit

La maîtrise du dispositif administratif passera par la réforme profonde de la fonction publique sur la base d’une délégation provinciale interministérielle, de la déconcentration et de la défense nationale. En effet, une maîtrise parfaite des circonscriptions d’actions régionales permettra de mieux cerner le fonctionnement des zones de défense, des académies, de l’inspection et de la médecine du travail, des hôpitaux publics, de l’économie et des transports, des services fiscaux… De ce fait, il faudra marquer la rupture avec le régime semi-parlementaire et semi-présidentiel, en instaurant la IVe République sur la base d’une réforme profonde des institutions – l’objectif étant de conforter les acteurs sociaux, de permettre aux citoyens d’être écoutés et actifs, et de doter les élus du peuple d’un véritable statut pour les protéger dans l’exercice de leurs fonctions, plus précisément contre les arrestations arbitraires et l’abus du pouvoir.

Des projets devront également être déclinés en vue du développement et des services aux populations. Voilà pourquoi les entités provinciales devront contribuer au renforcement de la capacité de l’État à offrir ses services à l’ensemble des citoyens. À cet effet, leurs attributions politiques, administratives et fiscales devront être revues et corrigées par le biais de la représentation nationale, dans le but d’atteindre des objectifs de développement économique et de progrès social dans le cadre d’un partenariat avec le gouvernement central. Cet aspect technique nécessitera un « toilettage » de la Constitution du 18 février 2006.

La déconcentration devra avoir pour préoccupation majeure le management territorial, le partage des responsabilités politiques, économiques, sociales, culturelles ainsi que du fardeau fiscal entre l’État et les collectivités publiques locales. Cela permettra de mieux servir les citoyens et de garantir leur épanouissement individuel, ainsi que leur essor collectif. L’État devra donc être présent là où vivent quotidiennement les administrés, pour leur procurer protection et services publics adéquats. Encore faudra-t-il introduire, dans le paysage politique congolais, des commissaires du gouvernement

Assemblée Nationale

La défense nationale et la protection civile

Il n’est un secret pour personne. La stabilité politique et la croissance économique sont tributaires d’un système de sécurité et de défense performant et républicain : d’où la nécessité de combattre à tout prix l’insécurité et d’asseoir un environnement propice à la reconstruction, ainsi qu’au développement ou alors, plus en amont, à la prévention des crises et des conflits. On réalise donc l’importance d’une politique favorable à la constitution des forces de sécurité civiles et militaires efficaces, bien formées et responsables devant les instances politiques. Il faudra surtout renforcer les institutions étatiques ayant en charge la gestion et le contrôle démocratique des acteurs qui concourent à la sécurité et à la défense nationales, tout en rendant perfectible la chaîne de commandement des forces armées nationales.
La défense et l’intégrité du territoire, la protection des centres et des installations d’intérêts vitaux contre les agressions armées devront nécessiter un intérêt accru, particulier, et un budget considérable. Ces missions devront mobiliser les institutions de la République par la lutte contre toutes menaces susceptibles de compromettre la sécurité nationale et la protection civile. La défense nationale devra désormais être envisagée comme un devoir patriotique consistant à sécuriser et à assurer l’intégrité du territoire, à protéger les centres et les installations d’intérêts vitaux contre les agressions d’origine interne ou externe. Une armée à la fois républicaine et performante est une exigence fondamentale pour la souveraineté étatique. L’armée nationale congolaise devra par conséquent devenir, par sa formation et sa composition, par sa logistique et sa capacité de réaction, un outil sécuritaire capable d’assumer les immenses défis de notre temps en matière de défense, de paix intérieure, de sécurité régionale et internationale, ainsi que sur le plan de la lutte contre le terrorisme et l’espionnage.

Les FARDC


Une performance économique et sociale


Pour faire front à l’explosion démographique à laquelle elle est confrontée, la République Démocratique du Congo est contrainte de trouver des voies et moyennes susceptibles de permettre son épanouissement économique, facteur indispensable à la paix sociale et à l’évolution démocratique. Cela nécessitera de l’audace, de l’innovation, de l’inventivité, du pragmatisme et une réelle volonté politique dans l’articulation d’une politique équitable en matière d’eau et d’électricité, ainsi que des produits de première nécessité, dans l’exportation licite des capitaux, ainsi que dans l’exploitation et la gestion des ressources naturelles et minérales, stratégiques et précieuses.
Les autorités congolaises devront prendre en compte les différentes dimensions du développement humain en vue de la définition d’une politique socio-économique idoine. La finalité devra consister à booster le produit intérieur brut, à doper le pouvoir d’achat et à mettre en place une politique progressiste en matière de protection sociale et d’assurances.
Par ailleurs, l’aménagement du territoire facilitera le développement tous azimuts et l’essor de l’emploi : d’où la nécessité de la programmation de grands chantiers publics, ou travaux d’infrastructures. En effet, le désenclavement du territoire national ne pourra faire l’économie, en matière de communication – comme pour d’autres secteurs, d’ailleurs – et de nouvelles technologies de l’information. Des mesures incitatives devront donc être prises en vue de la croissance, de la stabilité et de la maîtrise de la monnaie nationale, ainsi que de l’amélioration du coût de la vie.
Au vu des ressources naturelles dont regorgent son sol et son sous-sol, ainsi que de sa situation géostratégique, la République Démocratique du Congo devra en principe se transformer en centre d’impulsion de l’activité économique sous-régionale. À cet effet, il sera de bon augure de conclure avec les pays limitrophes des accords de libre-échange. Cela permettra aux entreprises congolaises d’écouler chez leurs voisins le surplus non consommé sur le marché domestique. Cependant, des précautions préalables devront être prises en amont en faveur des entreprises naissantes, qu’elles soient congolaises ou étrangères, qui s’installeront dans le territoire national.

 barrage d'Inga

Une diplomatie intelligente et des mécanismes de paix

Sur le plan sous-régional, au vu de la dramatique situation en cours dans la partie orientale, il est important de discuter par le truchement d’une Commission d’évaluation des modalités d’une éventuelle relance de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL), ainsi que du réaménagement des mécanismes et des instruments existants afin de faire des propositions opérationnelles. Pour cela, il faudra entreprendre des démarches idoines et établir un calendrier précis. Un aperçu général s’imposera, à propos de la renaissance de ladite Communauté et des recommandations nécessaires à l’implication réelle des pays concernés. En conséquence, quelques paramètres devront être pris en compte, quant aux obstacles, aux atouts et aux éventuelles opportunités à propos de l’aménagement de ladite Communauté. Cela sera aussi valable pour les intentions réelles de différents partenaires, ainsi que pour les perspectives de paix et de développement économique. Il faudra enfin se pencher sur les éventuels instruments de l’intégration régionale et sur la possibilité d’une conférence internationale en vue de l’entente cordiale.
La diplomatie congolaise ne sera productive que si Kinshasa parvient à se doter d’une armée dissuasive. Un beau challenge auquel il faudra s’atteler dans les meilleurs délais. Après tout, la politique de la carotte et du bâton a souvent permis de régler des différends et d’éviter des affrontements meurtriers.
 

En guise de conclusion

Il est évident que quelques facteurs doivent être réunis, s’agissant de l’articulation concrète des résolutions évoquées ci-dessus. C’est en jonglant habilement avec les chiffres que l’on parviendra à se projeter dans l’avenir, à s’atteler aux grands équilibres sociaux, économiques et politiques. Ainsi pourra-t-on définir un projet de société d’avant-garde et humaniste dans les secteurs de l’emploi, de l’éducation nationale et de l’enseignement, ainsi que de la défense nationale, de la sécurité et de la protection civile. En effet, il va falloir en finir avec un État patrimonial au service de quelques oligarques dont la logique reste la gabegie, la prédation, la mendicité internationale, le pillage des richesses nationales et l’enrichissement personnel.

Le schéma global de ventilation budgétaire devra donc répondre aux ambitions d’un grand pays comme la République Démocratique du Congo. Son élaboration devra tenir compte du processus de programmation et de budgétisation rationnelle, ainsi que de la volonté de souveraineté étatique. Raisons pour lesquelles il faudra entreprendre des réformes structurelles et « structurantes ». Cela nécessitera une véritable innovation dans la gouvernance, dans l’éthique de la chose publique et dans la maîtrise de différents gaspillages relatifs aux mauvaises dépenses de l’argent du circuit officiel et à la récupération de l’argent des filières non contrôlées. Un effort constant devra être fourni pour que le budget puisse correspondre aux dépenses réelles et croître chaque année au profit du bien-être et de la sécurité des populations.

Dans le même ordre d’idées, chaque fois qu’il sera question de la sécurité nationale, le patriotisme devra primer sur les divergences politiciennes. Raison pour laquelle il faudra préconiser l’éducation civique tout au long de l’enseignement primaire et secondaire – l’objectif devant être la conscientisation du peuple congolais. Par conséquent, le patriotisme devra s’obtenir, entre autres, par un service militaire pour tous les Congolais âgés de 18 à 30 ans, excepté ceux qui exercent une responsabilité parentale. Il faudra aussi proposer à tout jeune de 15 à 18 ans déscolarisé une formation, un apprentissage ou un service civique, dans l’armée, qui puisse aboutir à un emploi d’avenir.

D’aucun n’ignorent la corrélation bénéfique entre l’épanouissement culturel et le développement économique. Miser sur l’être humain, c’est le meilleur pari que l’on puisse faire. L’intelligence, voilà l’arme décisive pour les enjeux à venir. La culture étant l’âme d’un peuple à qui elle permet de se définir ou de se construire, le pouvoir public congolais devra s’assurer des conditions optimales de la progression de l’intellect dans l’espace national en renforçant la création et la diffusion artistique. Ainsi devra-t-il faciliter l’accès à la culture et établir, entre l’État et les gouvernements provinciaux, des contrats en vue d’une efficace et meilleure coordination du maillage culturel. De plus, dans le cadre de la politique de décentralisation territoriale, l’État devra signer des contrats de partenariat avec les gouvernements provinciaux et les municipalités pour la dotation des équipements collectifs.

Le devoir patriotique doit s’imposer à tout acteur public, dans le but de restituer au peuple congolais et à la Nation la mémoire historique. Cela passera par la réhabilitation et la promotion des sites valorisant l’Histoire nationale, ainsi que par la restauration des musées. Destinée aussi aux visiteurs, cette mémoire historique devra être intégrée dans les circuits touristiques.

Pour stabiliser à jamais la République Démocratique du Congo, il faudra recourir à une réelle restructuration des services de sécurité, au perfectionnement du système démocratique, à l’indépendance de la justice, à la garantie de la représentativité politique et civile, à l’organisation des élections crédibles, à la crédibilisation du pouvoir politique et à une coopération davantage humaniste avec la communauté internationale.

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Les accords de la honte et les vieux démons

RD Congo – M23 – Nairobi : Les accords de la honte et les vieux démons

« Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre », 
lançait Winston Churchill à Neville Chamberlain qui venait de signer les accords de Munich avec Adolf Hitler. 

C’est à peu près la sagesse que les autorités congolaises ont sûrement oublié de méditer en signant, comme elles viennent de le faire, une série d’engagements à Nairobi avec le M23, une organisation criminelle orchestrée par le Rwanda et l’Ouganda, et que les Congolais croyaient pourtant disparue.


Le déshonneur et la politique de la joue tendue

Le déshonneur pour le Congo est évidemment consommé. Aucun gouvernement au monde n’accepterait de se soumettre comme le régime de Joseph Kabila vient de le faire à Nairobi. Et si un gouvernement est capable de se déshonorer à ce point, devant son peuple et devant la face du monde, il se met en situation de ne plus être pris au sérieux par personne, surtout pas les instigateurs des guerres à répétition qui dévastent le Congo depuis deux décennies.

Ainsi les combattants rwandais du M23 et leurs parrains (Museveni et Kagamé) auront fini par plier le Congo et obtenir pratiquement tout ce qu’ils exigeaient les armes à la main. Car, faut-il le souligner, ces engagement de Nairobi reprennent le contenu des cauchemardesques accords du 23 mars 2009 dont se prévalait le M23, lesquels accords faisaient échos aux accords de Lemera du 23 octobre 1996, responsables des guerres à répétition contre le Congo et de la mort de plus de six millions de Congolais.

Les Congolais qui avaient cru, naïvement, que le M23 était fini vont devoir réapprendre à subir la présence de ces sinistres personnages. Car le régime de Joseph Kabila a pris l’engagement de reconnaître le M23 en tant que « parti politique légitime » (engagement n° 4).

Les accords de Nairobi vont plus loin en renouant avec la vieille tradition de l’impunité (engagement n° 1). En effet, une loi d’amnistie va être adoptée pour priver les victimes du M23 de la possibilité de porter plainte et d’obtenir réparation pour les dommages qu’elles ont subis.

Par ailleurs, le Congo n’a même pas la certitude que les auteurs de crimes graves seront extradés, sachant que le Rwanda et l’Ouganda qui les protègent ont déjà fait savoir qu’ils ne les extraderont jamais.
Ainsi un gouvernement, dont la population endeuillée n’a même pas fini de sécher ses larmes, aura manqué d’exiger au titre de préalable à toute discussion, des impératifs comme l’arrestation, l’inculpation et l’extradition des auteurs de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. On croit rêver.

Il faudra par ailleurs que les Congolais acceptent l’arrivée massive de leurs agresseurs, par la grande porte, dans les mêmes villes qu’ils ont bombardées (Goma) pour cohabiter avec les mêmes populations qu’ils ont martyrisées. Nombreux vont être réintégrés dans la même armée qu’ils ont plusieurs fois combattue en tant que mutins, « rebelles », soldats rwandais, ougandais ou burundais. D’autres vont réintégrer les administrations où ils se sont illustrés de la pire de manière. Ceux qui sont en prison vont être libérés (engagement n° 3) et relâchés dans la nature, le processus DDR[1] au Congo n’étant pas réputé pour son efficacité.

Oublier, c’est mourir

Il faudra que les Congolais oublient qu’il s’agit bien des mêmes individus, animés des mêmes intentions, et dont la loyauté reste braquée sur Kigali et Kampala, et non Kinshasa, et qu’au premier mot d’ordre de Kigali et Kampala, ils reprendraient les armes comme d’habitude.

Winston Churchill dit, à ce propos, qu’« un peuple
 qui oublie son passé, se condamne à le revivre. » A Nairobi, les autorités de Kinshasa ont pu être frappées d’amnésie, mais les démons de Lemera étaient bel et bien sur place, et c’est désormais un nouveau cycle angoissant qui s’ouvre pour le Congo. La date du 12 décembre, aux allures d’un compte à rebours (12 : 12), va désormais devenir une obsession pour les Congolais. Le scenario semble même assez clairement tracé.


En effet, dans un accord comme celui-ci, deux données importent vraiment : le rapport des forces et les garants de son application. Sur le rapport des forces, cela crève les yeux. Le Congo s’est totalement rabaissé à tel point que sa victoire militaire apparait désormais comme ayant été pour l’essentiel une sorte de « match arrangé ». Le M23 étant la création du Rwanda et de l’Ouganda, selon plusieurs rapports des experts de l’ONU, les ONG et les chercheurs, c’est tout un gouvernement qui se sera rabaissé au niveau de marionnettes des Etats voisins. Il en faudra du chemin pour que Kinshasa atteigne le niveau de respectabilité des pouvoirs de Kampala et Kigali pour envisager des discussions d’Etat à Etat.

Quant aux garants des accords de Nairobi, les Congolais n’ont pas à se bercer d’illusion sur leurs intentions. Elles sont nocives. L’Américain Russ Feingold a déjà exprimé le fond de sa pensée. Il ne considère pas le Congo comme étant une « nation souveraine[2] » et a dernièrement évoqué la question taboue du tracé des frontières[3]. Il reprenait ainsi les deux discours de Pasteur Bizimungu, l’ancien Président rwandais, qui, en 1996, parlait de Berlin II, c’est-à-dire la révision des frontières actuelles du Rwanda pour en étendre le territoire sur le Kivu.

ADVERTISEMENT
L’Ouganda de Yoweri Museveni n’est guère plus rassurant puisqu’il nourrit les mêmes prétentions territoriales et n’a pas hésité à s’emparer du territoire congolais de Mahagi, en octobre dernier, au moment où l’armée rwandaise, sous couvert du M23, bombardait la ville de Goma et massaient les troupes de l’autre côté de la frontière à Gisenyi. Ces deux pays vont donc s’associer à la mise en œuvre des accords de Nairobi, notamment au sujet du retour des réfugiés (engagement n° 6)

Ce sont donc là les garants des accords de Nairobi qui, naturellement, pourront, un jour ou un autre, décider arbitrairement que le Congo exécute ou n’exécute pas ses engagements.

Dilapider la liberté de son peuple est un suicide

En gros, ces accords consacrent un acte de renonciation à la liberté. Les Congolais avaient acquis une certaine liberté après la reprise du contrôle du territoire national par l’armée. Avec les « accords de Nairobi », cette liberté n’est plus aussi certaine. Le gouvernement espère garantir la sécurité du peuple congolais en sacrifiant la liberté de sa population obligée de subir, à nouveau, la présence du M23.

Ce qui donne à méditer cette pensée de Benjamin Franklin : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni la liberté ni la sécurité, et finit par perdre les deux. »
Les Congolais n’avaient pas à signer les accords de Nairobi, mais ils l’ont fait. Comme avant eux, d’autres Congolais signèrent les accords de Lemera. L’histoire fut impitoyable pour de millions de Congolais qui avaient cru, naïvement, qu’il ne s’agissait que d’un papier banal, emportés qu’ils étaient dans l’euphorie d’une chute certaine de Mobutu. Tout comme ils le sont aujourd’hui dans l’euphorie de la « victoire » des FARDC, sûrement trop magnifiée.

L’histoire, après les accords de Lemera, ne fut pas seulement impitoyable pour la population congolaise (massacres, viols, pillages, exodes, exil,…). Elle le sera aussi pour les « politiciens » qui avaient personnellement apposé leurs signatures sur le document.

En l’espace de quatre ans, tous avaient péri de mort violente[4] ou avaient disparu de la circulation[5].

Boniface MUSAVULI

[1]http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-m23-nairobi-les-accords-145073

[2]http://www.rfi.fr/afrique/20140106-rdc-rwanda-ouganda-soutien-m23-nouveau-rapport-onu

[3]http://www.rfi.fr/afrique/20140114-rdc-onu-craint-une-resurgence-m23-fdlr-rwanda

[4]http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131226133546/rdc-fardc-monusco-adf-crise-dans-le-kivu-rdc-qui-sont-les-assaillants-de-kamango.html

[5]http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/rd-congo-le-m23-version-kampala-145535

[6] Au sujet des combattants étrangers, la Mission de l’ONU au Congo a fait remarquer que les membres de la Séléka opèrent désormais sur le territoire congolais et que le conflit centrafricain risquait d’affecter la Province d’Equateur et la Province Orientale. Voir http://radiookapi.net/nations-unies/magazine-un/2014/01/12/rdc-la-province-orientale-lequateur-sous-menace-des-foca-des-seleka/

[7]https://www.un.org/wcm/webdav/site/undpa/shared/undpa/pdf/PSC%20Framework%20-%20Signed.pdf

[8]http://www.rfi.fr/afrique/20131107-rdc-le-chef-militaire-m23-sultani-makenga-mains-autorites-ougandaises

[9]Dans une interview à RFI, le Représentant de Barack Obama dans la région des Grands Lacs, Russ Feingold, a laissé entendre, au sujet des négociations avec les groupes armés, que le Congo n’était pas une nation souveraine, contrairement au Rwanda. Lien http://www.rfi.fr/afrique/20131028-russell-feingold-rfi-effort-militaire-pousse-rdc-risque-mettre-peril-pourparlers-kampala-m23-kabila-grands-lacs



[1] Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR). Le processus de DDR est un ensemble de missions de l’ONU en matière d’efforts de consolidation de la paix après un conflit. Il s’inscrit dans le cadre des mandats confiés aux opérations de maintien de la paix.
[4] Laurent-Désiré Kabila du PRP (Parti de la Révolution populaire), André Kisase Ngandu du CNRD (Conseil National de Résistance pour la Démocratie), Anselme Masasu Nindaga du MRLZ (Mouvement Révolutionnaire pour la Libération du Zaïre).
[5] Déogratias Bugera de l'ADP (Alliance Démocratique des Peuples) et Bizima Karaha.

SOS CONGO : Ba komi ko katisa nzela na pirogue na LIMETE,...

Kinshasa : La méga-métropole africaine de tous les contrastes


En surplombant le fleuve Congo, Kinshasa, dont le nombre d'habitants frôle les 10 millions, est l'une des méga-métropoles du Continent africain de tous les contrastes qui peine à concilier entre une urbanisation galopante et une gestion efficiente lesquelles se répercutent sur le mode de vie des Kinois, tiraillés entre l'emprise de la modernité et la préservation de leur authenticité.

Les problèmes écologiques

La ville est confrontée à d'importants problèmes écologiques.

Au premier rang, le problème de l'énergie. En effet, en dépit d'un fort potentiel hydroélectrique des barrages Inga I et II, le réseau électrique est vieillissant, mal calibré et peu étendu. Les branchements illégaux et les incidents quotidiens, d'origine naturelle ou humaine, provoquent des pannes à répétition. L'absence d'une énergie disponible partout et peu coûteuse explique l'usage des autres sources d'énergies. En 1984, Marc Pain montre qu'environ 45 % de la population fait la cuisine avec des combustibles d'origine pétrolière, la grosse majorité des autres avec du bois ou du charbon de bois provenant de la déforestationK 2. Des solutions sont recherchées pour gérer des plantations à repousse rapide (eucalyptus, pins). En 2010, la consommation de charbon de bois est estimée à 500 000 tonnes et un grand projet, nommé “Makala”, est lancé pour mieux gérer la filière bois-énergie9.
Le second est la gestion de l'eau. L'eau potable est assurée par la société publique REGIDESO. Mais les infrastructures de traitement et de d'acheminement de l'eau sont également vétustes et limitées, donc incapables de satisfaire les demandes grandissantes de la ville. La suspicion sur la qualité de l'eau est la raison pour laquelle grandit un marché de l'eau en bouteille et s'installent des systèmes de filtration chez les particuliers aisés. Sans eau courante, des quartiers entiers emploient le système D. Des travaux sont en projet pour résoudre le problème. Il n'existe aucune station d'épuration. Les eaux usées sont donc rejetées directement dans les rivières et le fleuve Congo, ce qui implique une pollution latente. Le tout à l'égout ne concerne que le centre ville et certains quartiers. Il en va de même pour l'évacuation des eaux de ruissellement. Malgré cela, le système actuel est peu entretenu donc presque inutile. Par conséquent, Kinshasa est régulièrement touchée par les inondations et parfois par des épidémies.
Le troisième est la gestion des déchets. Il existe un service de traitement des déchets mais reste insignifiant. Le tri n'existe pas. Fort heureusement, un recyclage d'ordre économique a lieu dans la population. Ainsi, les métaux sont réemployés, ou revendus au poids, et les contenants plastiques sont réutilisés. Les matériaux inertes, comme le ciment, la brique et la faïence, sont pilés et revendus comme gravier. Le bois sert de combustible. Toutefois, la ville produisant une quantité de déchets très importante, il reste bon nombre de détritus inexploitables, le plastique souple en tête. La technique courante consiste à les regrouper en tas puis les brûler, voire les enterrer. En conséquence de quoi, une pollution invisible des sols, de l'air et des eaux par les suies, les gaz toxiques et les métaux lourds, n'est pas à écarter.


Malheureusement aujourd'hui, Kinshasa ressemble plus à un grand village d'antiquité qu'à une ville moderne. Les cinq chantiers puis la  révolution de la modernité proclamés par «Joseph Kabila» n'ont rien apporté à Kinshasa qui se meurt de sa bonne mort.

SOS CONGO : Ba komi ko katisa nzela na pirogue na LIMETE,...


L’avenir de la RD Congo est entre les mains de son Parlement

L’avenir de la RD Congo est entre les mains de son Parlement

PAR OLUSEGUN OBASANJO ET LINAH MOHOHLO

Tous les deux sont Membres de l’Africa Progress Panel.


Olusegun Obasanjo a été president du Nigeria entre 1999 et 2007. Linah Mohohlo est Gouverneur de la Banque du Botswana depuis 1999. Tous les deux sont Membres de l’Africa Progress Panel.

Utilisées avec discernement, les ressources naturelles de la République démocratique du Congo pourraient contribuer à sortir des millions de personnes de la pauvreté et à poser les fondements d’une société fonctionnelle et pacifique.

Depuis de nombreuses années, l’abondante richesse des ressources naturelles de la République démocratique du Congo (RD Congo) attise les conflits ; elle a permis l’enrichissement des élites et des parties belligérantes, alors que l’immense majorité de la population peine à faire un repas par jour.

En 2013, l’Africa Progress Panel a mis en évidence les dangers posés par le manque de transparence du gouvernement en révélant le manque à gagner souffert par le pays suite à la vente secrète de concessions minières entre 2010 et 2012. S’élevant à au moins 1,36 milliard de dollars, ce manque à gagner représente près du double du budget annuel de la santé et de l’éducation en RD Congo.

Plusieurs hauts responsables du gouvernement ont promis une plus grande transparence et une meilleure gouvernance du secteur pétrolier et du secteur minier. Quant au Parlement, il devrait élaborer des lois déterminantes sur la gestion des ressources pétrolières et minières nationales au cours de sa présente session.
L’adoption de lois sur la transparence et la répartition équitable des revenus miniers constituera un test décisif, qui éprouvera la sincérité de la promesse des dirigeants de créer un avenir meilleur pour le pays.

Au cours des prochaines semaines, le Parlement examinera la première loi nationale sur le pétrole, un secteur dont l’essor, déjà important, devrait s’accentuer dans les années à venir suite à la signature d’un accord avec l’Angola relatif à l’exploitation de gisements offshore communs.

La proposition de loi nationale sur le pétrole n’est pas en mesure de mettre un terme à la corruption et aux graves dommages environnementaux.

Malheureusement, la proposition de loi actuelle est inadéquate à tout point de vue et n’est pas en mesure de mettre un terme à la corruption et aux graves dommages environnementaux. Elle ne rend pas obligatoire la publication des contrats pétroliers ou de l’identité des propriétaires réels des licences pétrolières et ne soumet pas l’attribution de ces licences à des appels d’offres ouverts.

De plus, elle ouvre la voie au forage dans les parcs nationaux, y compris celui des Virunga, au Nord-Est de la RD Congo, où des explorations sont déjà en cours. Les Virunga, le plus ancien parc national d’Afrique, sont l’un des derniers lieux de la planète abritant des gorilles de montagne.

Jusqu’à présent, cette proposition de loi n’a fait l’objet d’aucune consultation publique. L’Africa Progress Panel, ainsi que des organisations militantes comme Global Witness, ont demandé le report du vote du Parlement et l’inclusion de solides garanties environnementales et anti-corruption dans la loi.

Début 2014, le Parlement de la RD Congo votera également une nouvelle loi minière, qui revêt une importance semblable puisque le pays possède l’un des plus grands gisements de cuivre au monde, est le premier exportateur mondial de cobalt, et détient des gîtes minéraux inexplorés de « terres rares » très convoitées, utilisées dans la fabrication de produits informatiques et de téléphonie.

La loi minière doit comprendre les mêmes garanties environnementales et anti-corruption que la loi sur le pétrole, et exiger des compagnies qu’elles contrôlent leurs chaînes d’approvisionnement pour éviter de financer les parties belligérantes au sein du pays.

Les revenus générés par la production minière et pétrolière appartiennent au peuple.

Des clauses strictes sur la transparence permettront aux citoyens de demander des comptes au gouvernement et d’exiger l’application de la législation en vigueur. Les autorités devraient sérieusement envisager la publication (par exemple mensuelle) du bilan national, rendant ainsi publiques les recettes financières issues, entre autres, de la vente des ressources minérales et pétrolières.

En dépit de ces richesses, la RD Congo figure en dernière place de l’Indice de développement humain des Nations Unies et plus de 70 % de sa population vit avec moins d’un dollar par jour.

Les revenus générés par la production minière et pétrolière appartiennent au peuple. Utilisés correctement, ils peuvent contribuer à aider des millions de personnes à sortir de la pauvreté et à poser les fondements d’une société fonctionnelle et pacifique. Écouler ces revenus sous forme de pots-de-vin, de sous-évaluations et d’évasion fiscale relève tout simplement du pillage. En 150 ans, le peuple de la RD Congo n’a que trop souffert de la spoliation. Il est temps qu’il reçoive sa juste part de l’abondante richesse nationale.

° http://economie.jeuneafrique.com/tribune/326-tribune-afrique-subsaharienne/21126-lavenir-de-la-rd-congo-est-entre-les-mains-de-son-parlement.html