Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 16 novembre 2012

Guinée: assassinat d’Aïssatou Boiro, une femme clé dans la lutte contre le détournement de fonds




Conakry, Guinée.
Conakry, Guinée.
(CC)

Par RFI
La directrice nationale du Trésor public de Guinée, Aïssatou Boiro, a été assassinée, ce vendredi 10 novembre dans la soirée à Conakry, par des inconnus qui n’ont pas encore été retrouvés. Elle était l'une des personnalités les plus importantes dans la lutte contre le détournement de fonds au sein des services de l'Etat.

C’est au sortir d’une réunion de plus d’une heure, qui s’est tenue au ministère du Budget entre 19h00 et 20h00, ce vendredi 10 novembre, et donc en route vers son domicile, que Mme Aïssatou Boiro a été assassinée par des inconnus, dans le quartier chic de Kipé, dans la banlieue nord de Conakry.
Un crime qui a tout l’air d’être un règlement de comptes entre cadres guinéens, dit un haut responsable du ministère des Finances, qui ne tarit pas d’éloges pour la victime. Mme Boiro, dit-il, est une femme de caractère et de rigueur, qui allie compétence et efficacité, qualité qui manque à beaucoup de cadres guinéens de sa génération. Elle a été, affirme-t-il, à la pointe du combat qui a démantelé en mai dernier une tentative de détournement de fonds de plus de 13 milliards de francs guinéens, soit environ 1,5 million d’euros, des guichets de la Banque centrale de Guinée.
Le démantèlement de ce réseau de malfaiteurs, au sein même de son service, dans les couloirs des Finances et de la Banque centrale, qui a conduit à l’arrestation et à l’incarcération de neuf personnes, lui a valu des soucis, dont des menaces de mort, dit un autre cadre du Trésor qui a requis le strict anonymat.
Et voilà donc que, si ces menaces étaient vraies, elles ont été mises à exécution ce vendredi soir. Elle est tombée sous des balles tirées à bout portant par des inconnus qui courent encore. Elle était mariée et mère de quatre enfants.

http://www.rfi.fr/afrique/20121110-guinee-assassinat-aissatou-boiro-femme-cle-lutte-contre-detournement-fonds-criminalite-conakry


Grande émotion en Guinée après l'assassinat d'Aïssatou Boiro

Guinee7.com

Par RFI
La directrice nationale du Trésor public de Guinée, Aïssatou Boiro, a été assassinée vendredi 9 novembre au soir par des inconnus dans un quartier résidentiel de Conakry. L'assassinat par balle, aurait été commis par un homme en uniforme de l'armée guinéenne. Son assassinat préoccupe les plus hautes autorités guinéennes


L'assassinat de la directrice nationale du Trésor public ne laisse personne indifférent à Conakry. Samedi 10 novembre, dans les cafés, les commerces, et les salons, le crime était dans toutes les conversations. C’est aussi une source de préoccupation majeure pour le gouvernement guinéen qui se trouve confronté à la montée de la criminalité.
Le Premier ministre guinéen, Mohamed Saïd Fofana s’est rendu au domicile de la défunte à la tête d’une importante délégation gouvernementale pour présenter ses condoléances à la famille éplorée. Dans une déclaration improvisée, le porte-parole de la délégation a assuré que le gouvernement fera tout pour attraper les assassins afin qu’une sanction exemplaire leur soit infligée. Un engagement qui a fait sourire plus d’un Guinéen quand on sait combien de crimes de cette nature sont restés impunis dans un pays dont l’histoire est marquée par les violences politico-militaires depuis son indépendance en 1958.
Un pays aussi rongé par une corruption endémique
Cette corruption, Aïssatou Boiro voulait la combattre au sein du service public hautement stratégique dont elle avait la gestion. Elle avait été à l'origine du démantèlement d'un réseau qui avait tenté, en mai dernier, de détourner plus de 13 milliards de Francs guinéens (soit 1,5 million d'euros) de la Banque centrale de la république de Guinée impliquant plusieurs cadres du Trésor public, du ministère des Finances et de la Banque centrale.
Mais son combat et sa détermination ont été brutalement interrompus car «les forces du mal ont eu raison de cette combattante des causes justes» explique dans un sanglot un de ses plus proches collaborateurs.