Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 30 décembre 2013

Ecce Homo: Kcreascence Paulusi, Résistant-Patriote-Combattant !

Ecce Homo: Kcreascence Paulusi, Résistant-Patriote-Combattant !




Pas facile de décrocher une interview alors que les balles crépitent à Kinshasa. Directeur commercial et porteur des projets, tiré toujours à quatre épingles, avec sa barbiche poil et sel bien taillée, Kcreascence Paulusi est un vrai Résistant-Patriote-Combattant. Il est écouté et respecté dans la résistance congolaise. Souvent héros dans l'ombre, il contribue à sa manière dans ce combat pour la libération totale du Congo. Fédérateur, rassembleur il est de tous les combats, il joue au sapeur-pompier lorsque les Résistants-Patriotes-Combattants veulent s’enflammer. Il est pour l'unité et non la division. Inspirateur mais aussi acteurs avec d'autres de la marche "Kabila dégage" ! C'est cette marche qui le 19 février 2011 a aboutit à l'éveil de conscience pour bloquer la machine des concerts dont le premier a été celui de Jules Shungu Wembadio Zoba et son Viva la Musica à l'Elysée Montmartre. Depuis l'interdiction des concerts à Paris est devenu une fatwa adoptée dans la communauté congolaise de l'étranger. Président du « Collectif RDCongo », c’est Kcreascence Paulusi qui était en permanence convoqué à la préfecture de Police de Paris pour s’expliquer de la mobilisation des Congolais. C’est aussi au nom de son collectif que la communauté congolaise a obtenu l’autorisation de la marche du 21 décembre à Paris contre le concert politique de JB Mpiana Tippo Tip.

1. Réveil FM International : Comment Objectif Rd congo a pu obtenir l'autorisation pour la grande marche des Congolais pour le samedi 21 décembre alors que c'est la même préfecture de police de Paris qui a interdit le concert de JB Mpiana 48h avant pour la même date ?

Kcreascence Paulusi : Tout d'abord je tiens à remercier tous les compatriotes combattants et résistants pour la réussite de cette marche et pour leurs pressions pour l'annulation de ce concert programmé par le gouvernement congolais dans un seul but ; diviser les congolais de la diaspora. Depuis février 2011 la démarche du collectif Rd Congo est de sensibiliser l'opinion tant nationale qu'internationale sur la situation alarmante du Congo. C'est aussi dans cette optique que c'est inscrit la demande de la manifestation du 21 décembre. Il est évident que pour la préfecture l'annulation du concert entraînait de facto l'annulation de la manifestation il fallait donc convaincre du bien-fondé de notre démarche et de la nécessité dans le cadre du décret-loi du 23 octobre 1935 de tenir cette manifestation. Nos arguments et notre historique ont fait le reste; je tiens à y associer tous les membres du collectif RD CONGO en particulier notre secrétaire générale Patricia Eketebi pour son implication cette marche a été une grande réussite. Qui dit que les Combattants sont divisés ? Qui peut mettre en doute l'unité des Combattants et la détermination à mettre fin au régime de l'ancien soldat de FPR Joseph Kabila ? Une fois de plus nous remercions les autorités françaises pour leur décision responsable.

Paris, le samedi 21 décembre 2013, Kcreascence Paulusi lors de la méga marche victorieuse contre le concert politique de JB Mpiana Tippo Tip

2. Réveil FM International: Quel bilan tirez-vous de la marche du 21 décembre avec la présence des congolais de 5 continents ?

Kcreascence Paulusi : La mobilisation était à l'image de la frustration des congolais qui étaient déterminé à répondre au défi qui était lancé à la diaspora sur le choix de refuser toute distraction des lors que nos frères souffrent et meurent au Congo. Il s’agissait de rappeler une fois encore que le public reste le seul employeur de ses musiciens et que la diaspora était l'actionnaire majoritaire il y avait un contrat moral entre le public de la diaspora et les musiciens congolais rappelons que ces dernier ont été intronisé ici en Europe. Il devait y avoir une contrepartie du soutien et support apporté par diaspora. Ses musiciens ont l'obligation entant que patriote et leaders sociaux défenseur de la culture de moraliser la population d' être attentif à leurs souffrances au lieu de faire l' apologie des bourreaux.

François Zimeray, ambassadeur des droits de l'homme et Kcreascence Paulusi à Paris

3. Réveil FM International: L'interdiction du concert de JB Mpiana à Paris est devenu une affaire d'Etat à telle enseigne que le Vuvuzélateur national Lambert Mende Omalanga traître les résistants-patriotes-combattants de terroristes, les sont-ils vraiment ?

Kcreascence Paulusi : A qui s'applique le terme terroriste entre les fils du pays qui ont délibérément pris les armes en complicité avec les armées étrangères pour massacrer leurs propres populations et les combattants qui refusent toute distraction pour dénoncer ses crimes? Devons-nous rappeler que Monsieur Lambert Mende Omalanga courtisan thuriféraire de Kabila est transfuge de RCD GOMA groupe des rebelles criminels dont certains cadres comme "Mende" compris sont cités dans le rapport Mapping? N'oublions pas que le M 23 est partenaire de la majorité présidentielle après avoir terrorisé nos populations à l'est s'apprête à réintégrer la mouvance présidentielle en toute impunité.

Mars 2012, à la gare de Lyon, les résistants-patriotes-combattants accueillent Mama Annie Chebeya, la veuve de Floribert Chebeya, l'icône des droits de l'homme en RDC assassiné par le régime des joséphistes à Kinshasa

4. Réveil FM International : JB Mpiana clame partout que 5000 à 7000 congolais présents au méga marche étaient venus pour son concert, est-ce vrai ?

Kcreascence Paulusi : Une première au monde les congolais sont venus de tous les continents pour exprimer leurs ras le bol à un régime en plein déliquescence avec moins de 30 billets vendus pour 250 invitations JB Mpiana avait fait le fiasco de sa vie il était étonnant de voir que malgré l’annulation du concert les gens sont venus quand même à la manifestation.

Boketshu Ier wa Yambo, prophète de la nation, le colonel Odon Mbo et Kcreascence Paulusi

5. Réveil FM International : La résistance n'est pas l'opposition n'y-t-il pas risque de la récupération politico-politicienne ?

Kcreascence Paulusi : L’un des objectifs du mouvement Kabila dégage que nous avons lancé le 19 février 2011 savamment préparé durant 2 mois était l' éveil de conscience du peuple congolais cet objectif est atteint avant 2010 il y avait moins de 700 000 congolais sur les réseaux sociaux dont la majorité discutait sur la musique aujourd'hui nous sommes pas moins de 8.000.000 sur le net et 90% parle du Congo en 2 ans nous avons ressuscité le sens patriotique nous avons restitué aux congolais leurs lettres de noblesse nous avons fait en deux ans ce que aucun partie politique n' as fait en 50 ans le mérite reviens aux résistants combattants c'est un fait.

6. Les détracteurs de la résistance congolaise mise sur les divisions internes qui peuvent exister pour mieux l'atomiser pourtant c'est l'unité que tout le monde a vu le samedi 21 décembre...

Kcreascence Paulusi : Plutôt multiplicité que division la différence des points de vue n'est pas une mauvaise chose au contraire des lors qu'on a la maîtrise; les combattants résistants divergent sur la forme de leurs combats mais sont tous d'accord sur le fond des qu'il s'agit de la défense du Congo l'unité prime sur les querelles de boutique.

uillet 2011, Kcreascence Paulusi lors de la marche contre le viol des femmes congolaises au Congo Paris-Bruxelles 309 Km

7. Réveil FM International: Comment analyser vous cette phrase que l'on entend de plus en plus il n'y a pas des grands combattants seul le combat est grand ?

Kcreascence Paulusi : Le Congo d'abord ! C'est la cause que l'on défend qui fait le combattant et non l'inverse j'associerai cette citation de Nelson Mandela: "Un combattant de la liberté apprend de façon brutale que c'est l'oppresseur qui définit la nature de la lutte, et il ne reste souvent à l'opprimé d'autre recours que d'utiliser les méthodes qui reflètent celles de l'oppresseur".

8. Réveil FM International: Pourquoi Paris est-il devenu le bastion de la résistance ?

Kcreascence Paulusi : Le Congo est dirigé comme un avion sans plan de vol au bord duquel il y a un pilote inexpérimenté qui assassine petit à petit les passagers ; il y a urgence de convaincre la tour de contrôle de la nécessité de forcer l’atterrissage de cet avion afin de changer le pilote. La France est l’un des pays défenseur de droits de l’homme après avoir observé passivement le génocide pour ne pas le citer des 8000 000 des congolais les assassinats des journalistes ; la mort de Floribert Chebeya et Armand Tungulu il était légitime que les compatriotes de France lance la résistance à partir de celle-ci pays de droit de l’homme.

Kabila dégage ! du slogan il est devenu un mouvement de libération

9. Réveil FM International : Devant l’ouragan de l'histoire mûr ou pas mûr le fruit tombe quand même, Si demain il y a libération du Congo pensez-vous que les Résistants-Patriotes-Combattants auront leur mot à dire ?

Kcreascence Paulusi : Absolument, la résistance est en pleine mutation elle n’est plus qu’une force de contestation elle est devenue une force de proposition capable d’assurer l’alternance à l’image du grec ( groupe de réflexion sur le Congo en France) les congolais de la diaspora s’organisent partout pour préparer le Congo du futur. Je remercie le travail abattu par nos journalistes qui font un travail remarquable pour porter les idées de la résistance.


10. Réveil FM International : Le Congo vit une multiplicité des crises: crise de légitimité, crise de sécurité, crise alimentaire, crise de non-développement...Quels sont d'après les 10 projets prioritaires que la RDC devienne un Etat de droit mais aussi un pays émergent au cœur de l'Afrique ?
Kcreascence Paulusi : Le Groupe de Réflexion sur le Congo (Grec) est en train de préparer les 100 propositions de la diaspora pour le Congo du futur que nous aurons l’occasion de présenter prochainement. Concernant l’est du Congo paradoxalement l’insécurité est créé par ceux qui ont prétendu libéré le zaïre en 1997 sans pour autant être capable de sécurisé le pays les alliées sont devenus à leurs tours des prédateurs la suite on connait une des piste sera la restructuration et la professionnalisation de notre armée en profondeur d’autres pistes sont envisageable la création d’une grande école de formation des officiers à Goma le déplacement de la base de Kitona à l’est, la révision de la cirgl pour lui donner une portée plus économique ; la création d’un grand aéroport international à proximité de Goma pour désenclaver la région et permettre des échanges commerciales internationales ainsi développement économique de la région servira de gage à la paix Le PPRD et alliés au pouvoir nous ont montré leurs limites : « aucune vision, aucune projection, on ne sait où on va et d'où on veut partir ; une économie désorganisée, une fonction publique tribalisée, mécanisée, métallisée, immobilisée et sclérosée par des maux qui ne devraient plus faire partie du langage politique (tribalisme, corruption, ect.) ». La diaspora fera quelques propositions pour ne citer que quelques exemples La densification du tissu industriel Création d’un service public de l’emploi des jeunes. Mobilisation de 20% des ressources minières pour l’emploi des jeunes Création d'un Conseil Supérieur de la Démocratie (CSD), chargé de vérifier la manière dont les responsables politiques exercent leurs fonctions. Le Conseil Supérieur de la Démocratie, représenté dans chaque région, rendra tous les six mois des observations publiques, de nature à éclairer les citoyens et les institutions de la République, sur le respect des promesses électorales et les principes de bonne gouvernance. Formation d’un gouvernement paritaire (50% d’hommes – 50% de femmes) - Création du haut conseil des congolais de la Diaspora avec des représentants à l’Assemblée Nationale. Ce Conseil sera le cadre permanent du dialogue avec les Congolais de l’étranger. Instauration de la double nationalité au cas par cas Participation de la Diaspora à toutes les consultations électorales. Renforcement des droits de la défense ainsi que la présomption d’innocence. Respect des droits de l’homme dans les prisons. La Création d’une police de la gouvernance des entreprises entreprise etc…









Lambert Mende terrorise à Sankuru


Lambert Mende terrorise à Sankuru



Lambert Mende Omalanga, initiateur du parti politique Convention des Congolais unis- CCU, devient de plus en plus dangereux dans le district de Sankuru province du Kasaï Oriental. Il entretient une milice dont la capacité de nuisance n’est plus à démontrer dans ce coin de la rd-Congo peuplé par les Tetela d’où il est originaire. Sa milice fortement équipée en armes blanches de toute nature et disposant des éléments actifs sur terrain, n’arrête pas de terroriser des personnalités et autres cadres politiques de Sankuru.
 
Il aurait instruit aux membres de cette bande dangereuse à s’en prendre à tous ceux qui n’adhèrent pas à l’idéologie de son parti politique CCU. Mende a créé un climat d’intolérance et de terreur dans ce district. Son objectif, c’est d’être le seul leader en vue et ayant le vent en poupe au Sankuru. Plusieurs leaders originaires de cette juridiction en ont fait les frais. Il s’arrange surtout à préparer des coups et des violences pendant les périodes électorales. Le sénateur Shé Okitundu, l’ambassadeur Jean Charles Okoto, le député national Christophe Lutundula, l’ancien journaliste Woteto Wa Djemba, le sénateur Omba et tant d’autres sont des personnalités originaires de Sankuru, victimes des attaques de la milice de Mende. “Il ne veut pas voir et entendre une formation politique prendre corps dans un coin qu’il considère comme sa parcelle privée“, apprend-t-on à Lodja.

Dernier forfait en date est le passage à tabac du chef d’un groupement, Ondimba Opeta. Celui-ci est entre la vie et la mort pour n’avoir pas obtempéré à certains ordres donnés par les miliciens de Mende. Venu à sa rescousse, le commandant en place de la police a été molesté et pris sérieusement à partie. Les attaques violentes de la milice de Mende ont déjà causé plusieurs morts. Face à cela, la population de Sankuru demande au gouvernement central l’instauration de l’opération Likofi ayant mis fin aux zèles des Kuluna dans la ville de Kinshasa.
Le président national de CCU a ordonné à sa milice de ne tolérer aucun drapeau d’un parti politique adverse flotter sur le sol du district de Sankuru. Tous ceux qui font, indiquent les habitants de Sankuru, ombrage à Lambert Mende, sont directement pris à partie par les bandits en armes blanches. Lors de la dernière campagne électorale, le leader de la convention des Congolais unis, était nommément cité pour avoir entretenu des troubles contre des candidats concurrents à la députation nationale. Il dispose d’un groupe de presse constitué des radios communautaires, à travers lesquelles les campagnes d’intolérance, d’humiliation et de mépris sont véhiculées. Ces médias alimentent également des incitations à la haine ethnique et clanique dans le Sankuru. Certaines personnalités l’accusent de profiter de sa qualité de ministre des médias pour installer et implanter dans plusieurs territoires de ce district du Kasaï des radios communautaires servant d’instrument pour réduire et descendre les autres leaders. Pour lui, Sankuru est exclusivement réservé au CCU.
Des commentateurs n’ont pas hésité un seul instant à qualifier ce district de fief incontestable de la formation politique de Mende. Et pourtant, c’est connu de tous que le Sankuru est le bastion du Lumumbisme et non de l’idéologie de Mende. Sur place, il affirme tout haut que le CCU est un parti de la majorité présidentielle-MP et en sa qualité du ministre des médias et porte parole du gouvernement, il a le soutien total du chef de l’Etat, Joseph Kabila. “Kabila me soutient; personne ne peut faire quoi que ce soit“, lance-t-il des temps en temps lors de ces visites dans le Sankuru. Il recourt aux trafics d’influence et se fait du zèle au nom du président de la République, Joseph Kabila. Tous ceux qui n’ont pas des moyens sont écrasés par le leader de CCU. Des ONG et certains acteurs de la société civile de Sankuru ne cessent de dénoncer ces agissements qualifiés d’esprit de division qui freine l’élan de développement du district de Sankuru. Les confessions religieuses multiplient les appels au calme pour que la paix y règne. Mende maintient une situation de désordre à travers laquelle il tire les dividendes de tous ordres.

SAMUEL MBUTA

Exclusivité- Attaque de Kinshasa: Les Enfants du Pst. MUKUNGUBILA

Mega exclusivité , Troubles à Kinshasa: Reportage avec les militaires

 Suivez bien l'Officier:

01.45: «Nous avons abattu des gardes du corps du Général Bisengimana .. son commandant de sécurité et son garde du corps.»









Exclusivité- Attaque de Kinshasa: Les Enfants du Pst. MUKUNGUBILA rétorquent: 

COMMUNIQUÉ de presse du bureau du prophète joseph mukungubila sur les evenements actuels en RDC






COMMUNIQUÉ de presse du bureau du prophète joseph mukungubila sur les evenements actuels en RDC, publié sur FaceBook


Il est nécessaire de rétablir la vérité. Cela a commencé le Dimanche 29 décembre au soir à Lubumbashi, dans la région du Katanga. Des enfants, qui distribuaient une lettre ouverte que le Prophète Joseph Mukungubila a publié, ont été interpellés par des forces armées. Ils ont été questionnés sur qui les avaient envoyés. Dans cette lettre, le Prophète Joseph Mukungubila a dit la vérité c’est-à-dire qu’on ne peut pas garder un étranger à la tête du pays. Le lendemain matin vers 5h-6h, ces mêmes forces ont encerclé puis attaqué la résidence de Banza Kyungu, partisan du prophète Joseph Mukungubila. Ils ont tiré des rafales blessant ainsi sa femme.


Ce même matin entre 7h-8h, ils ont attaqué la résidence du prophète Joseph Mukungubila à Lubumbubashi. Lors de ces attaques, plusieurs de nos frères ont été tués par balle, d’autres ont été blessés. Ils ont ensuite commencer à pilonner sa résidence. Le pilonnage a toujours lieu en ce moment même. Les obus ne font rien, ils n’ont même pas abîmé les véhicules.

Suite à cela, les partisans du Prophète Mukungubila sont allés se plaindre auprès de la MONUSCO pour que cessent ces attaques. Mais la monusco traîne des pieds, disant “attendons nous allons aller”. En ce moment même, un de nos frères insiste toujours auprès d’elle. Cette dernière ne réagit toujours pas, elle laisse faire.
Aussi nous demandons à la MONUSCO de faire son travail : intervenir pour mettre fin au pilonnage de la résidence du Prophète Joseph Mukungubila.

Suite à toutes ces attaques, les frères, se trouvant dans d’autres villes, se sont soulevés pour protester d’autant plus que ce n’est pas la première attaque menée par les autorités contre le Prophète Joseph Mukungubila.

En ce moment même, l’aéroport de Kindu est entre les mains des frères soutenant le Prophète Mukungubila.
Ceux de Kisangani ont pris une partie de la ville et ils continuent.

http://www.congomikili.com/communique-de-presse-du-bureau-du-prophete-joseph-mukungubila-sur-les-evenements-actuels-en-rdc-publie-sur-facebook/


La situation est redevenue CALME a Kinshasa. Reportage











Secret ezo bima muke muke, à part le fait que ba assaillants batangi kombo ya Mukungubila, na kati na bango bakuti ba gardes ya Général Bisengimana na chauffeur na ye selon le témoignage oyo tozui na mont Ngaliema et puis na ba oyo bakufi na RTNC garde ya tango fort.

Mutuna eza que; pourquoi ces 3 noms ya ba Généraux:John Numbi,Tango fort et Bisengimana ? Il est à noter que ba oyo ya RTNC bazalaki na ba cartes ya ba supporters ya vita selon le témoignage surplace



RDC : triple attaque à Kinshasa

RDC : triple attaque à Kinshasa, 34 assaillants tués, selon le gouvernement


° http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20131230113201/kinshasa-fardc-camp-tshatshi-aeroport-de-ndjili-rdc-rdc-triple-attaque-a-kinshasa-34-assaillants-tues-selon-le-gouvernement.html

Le ministre de la Communication, Lambert Mende, a affirmé lundi en milieu de journée, que 34 assaillants avaient été tués lors des attaques perpétrés en début de journée contre le siège de la radio-télévision, le ministère de la Défense et l'aéroport de Ndjili. Les commandos feraient partie d'une milice à la solde d'un certain Paul-Joseph Mukungubila, selon la RTBF.

(Mis à jour le 30 décembre à 12h37)
Si la situation est "désormais sous contrôle" à la Radio-télévision nationale congolaise (RTNC), selon le ministre de la Communication, Lambert Mende, qui s'est exprimé en direct à la télévision ce 30 décembre. Augustin Matata Ponyo, le Premier ministre, a également confié à Jeune Afrique : "La situation est sous contrôle. Tout se remet dans l'ordre." L'aéroport de Ndjili a ainsi été fermé avant que l'armée ne semble en reprendre le contrôle et des tirs ont également été entendus dans le camp de Tshatshi.
Quelque 20 assaillants auraient été capturés au camp militaire tandis que 16 auraient été tués, selon le bila. Le bilan est du même ordre à la RTNC avec 30 personnes impliquées, 3 capturées et 8 tuées. Enfin, dix assaillants sur 20 auraient été abattus à l'aéroport de Ndjili, toujours selon les chiffres communiqués par Lambert Mende.

Selon certaines sources, notamment l'ambassadeur de RDC en Belgique, cité par la RTBF, ces hommes appartiendraient à un commando se réclamant d'un certain Paul-Joseph Mukungubila, "un illuminé qui venait de se proclamer président d'Afrique". Un des assaillants de la RTNC aurait ainsi lu un message en son nom, déclarant vouloir "libérer le peuple congolais de l'esclavage des Rwandais". Cet homme, qui s'autoproclamerait prophète, serait originaire de Lubumbashi mais vivrait à Kinshasa.
"Mukungubila est connu à Kinshasa comme un prophète de Dieu qui a toujours condamné ou lancé des attaques verbales contre le pouvoir", explique Adam Shemisi, un journaliste congolais interrogé par France 24. "Il conteste tout ce que le pouvoir en place fait. On se demande comment il a pu mettre en place cette milice pour qu’elle arrive à prendre en otage des journalistes", a-t-il ajouté. Il a été candidat à la présidentielle de 2006.



Par Mathieu OLIVIER"

Exclusivité: Video de l' Attaque à la RTNC par des personnes non identifiées





RDC: prise d’otages et fusillades à Kinshasa, tirs à Lubumbashi  Shocked Shocked Shocked

http://www.rfi.fr/afrique/5min/20131230-rdc-prise-otage-fusillades-kinshasa-rtnc-aeroport

Des journalistes de la radio-télévision nationale congolaise ont été pris en otage par des jeunes armés à Kinshasa, ce lundi 30 décembre. Des tirs ont été entendus dans la capitale tôt ce matin, et une attaque aurait aussi eu lieu à l’aéroport et dans un camp militaire. A Lubumbashi, principale ville du Katanga, des tirs ont aussi été signalés.

Cet article est réactualisé régulièrement,

La situation reste confuse à Kinshasa en République démocratique du Congo. Ce lundi matin, des coups de feu ont été tirés dans le secteur de la radio-télévision nationale. Un groupe armé a pénétré dans les locaux. Ses éléments ont réussi à s'exprimer brièvement, avant que l'antenne ne soit coupée, brièvement.

Des journalistes seraient détenus, selon les forces de l’ordre et une intervention de la police serait en cours dans les locaux de la RTNC. Avant la coupure, les images montraient les deux jeunes présentateurs de l'émission en cours, assis, effrayés, mais calmes, avec derrière eux un jeune homme menaçant. Les autres personnes présentes sur le plateau n'étaient pas visibles à l'écran.

Dans les minutes qui viennent, le porte-parole du gouvernement congolais doit s'exprimer sur les ondes.

La situation est également tendue à l'aéroport international de Ndjili, situé à la sortie de la ville. Selon l’AFP, un responsable des douanes évoque des tirs intenses dans l'aérogare. Toujours selon l’Agence France-Presse, une fusillade aurait aussi eu lieu dans un camp militaire de la ville, le camp de Tshatshi, situé à une dizaine de kilomètres du siège de la RTNC.

Des évènements ont été aussi signalés à Lubumbashi, capitale du Katanga. Des tirs ont été entendus vers 11h dans le quartier du Golf.

Infos Fusillade à l’aéroport international de Kinshasa en RDC

Fusillade à l’aéroport international de Kinshasa en RDC




Des tirs intenses ont éclaté ce lundi matin à l’aéroport international de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), peu après la prise de contrôle du siège de la radio-télévision publique par une bande d’hommes en armes, a déclaré un responsable des douanes.
Des témoins avaient auparavant signalé une fusillade au siège de la radio-télévision publique, dans la capitale. Les chaînes publiques ont arrêté leur diffusion après ces tirs.


KINSHASA A FEU ET A SANG : LA RTNC ENTRE LES MAINS DES INSURGES

KINSHASA A FEU ET A SANG : LA RTNC ENTRE LES MAINS DES INSURGES




RADIO OKAPI :
Kinshasa : des coups de feu entendus aux environs de la télévision publique (RADIO OKAPI)publié il y a 20 minutes, | Denière mise à jour le 30 décembre, 2013 à 9:12 | sous Actualité. Mots clés: RTNC

Des coups de feu sont entendus dans les environs du bâtiment de la Radio télévision nationale congolaise (RTNC) à Kinshasa. Des personnes non autrement identifiées ont investi le plateau de la télévision. 
Le signal de la télévision a été coupé. Des militaires sont déployés  dans le périmètre du bâtiment. Nous vous tiendrons informés de la situation sur place.



Par RFI

RDC: selon la police, des journalistes de la radio-télévision nationale ont été pris en otage par des hommes armés
En République démocratique du Congo, des coups de feu ont été entendus ce lundi matin dans le secteur de la radio-télévision nationale à Kinshasa. Un groupe armé a pénétré dans les locaux. Ses éléments ont réussi à s'exprimer brièvement, avant que l'antenne ne soit coupée.



Tirs à l'aéroport, journalistes pris en otage: chaos à Kinshasa

INTERNATIONAL "Ce sont des gens armés avec des machettes et des armes, ils ont pris en otage des journalistes. Une opération est en cours pour les déloger."

Des tirs d'armes lourdes ou légères étaient entendus lundi matin dans plusieurs endroits de Kinshasa, dont l'aéroport et le camp militaire Tshatshi, ont affirmé des habitants.

Entre 09H00 et 09H30 (08H30 GMT), une journaliste a entendu plusieurs tirs d'arme lourde dans les environs du camp de Tshatshi. Un chauffeur de taxi a évoqué "six à sept tirs" d'arme lourde. Selon lui et un autre habitant, ils étaient localisés vers le camp militaire. Des coups de feu sont également tirés à l'aéroport international de Ndjili, à la sortie de la ville, selon un journaliste de l'AFP.

Journalistes pris en otage

Des journalistes de la Radio-Télévision Nationale Congolaise (RTNC) ont été pris en otages par des jeunes armés, lundi matin à Kinshasa, où la police s'était déployée pour les déloger, a-t-on appris de source policière.

"Ce sont des gens armés avec des machettes et des armes, ils ont pris en otage des journalistes. Une opération est en cours pour les déloger. Ils ont déjà été cernés", a déclaré à l'AFP le colonel Mwana Mputu, en charge de la communication de la police.

Le signal de la RTNC a été coupé peu après la prise d'otage. Avant la coupure, les images montraient les deux jeunes présentateurs de l'émmission en cours, "Le Panier". Ils étaient assis, effrayés mais calmes, avec derrière eux un jeune homme menaçant et transpirant. Les autres personnes sur le plateau n'étaient pas visibles à l'écran.

Des tirs d'armes légère ont retenti, sans que l'on puisse savoir dans l'immédiat s'il s'agissait de tirs de la police, des assaillants ou d'échanges entre les deux camps.

Dans la ville, la panique a saisi les habitants. "Il n'y a pas de circulation, plus de véhicules (...) C'est la panique dans la ville, les gens se demandent ce qui se passe", a déclaré à l'AFP un jeune homme dans la zone.

"Il y a des policiers, des militaires et des gardes républicains (chargés de la protection du président Joseph Kabila) un peu partout près de la RTNC et du Palais du peuple", siège du parlement congolais, juste à côté de la télévision publique, a-t-il ajouté.

Plusieurs habitants ont affirmé que les tirs d'arme légère ont cessé assez rapidement du côté de la RTNC.

Mais entre 09h00 et 09h30 (08h30 GMT), une journaliste a entendu plusieurs tirs d'arme lourde. Un chauffeur de taxi de Kinshasa a pour sa part évoqué "plusieurs tirs d'arme lourde, six à sept tirs".

Selon lui et un autre habitant, ces tirs étaient localisés vers le camp Tshatshi, à une dizaine de kilomètres de la RTNC et du Palais du peuple.

http://www.lalibre.be/actu/international/tirs-a-l-aeroport-journalistes-pris-en-otage-chaos-a-kinshasa-52c136fb35701baedaad042f