Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 13 février 2012

Mort de Katumba MWANKE :

 Réponse de Lambert MENDE aux Combattants

Font size: Decrease font Enlarge font
imageLambert MENDE OMALANGA - Le ministre des communications et des médias

Pour « Les Combattants » ou les compatriotes de la résistance congolaise qui se sont réjouies de la mort de Katumba MWANKE, Lambert MENDE persiste et signe : « Ils sont inhumains et j'ai honte de les considérer comme mes compatriotes ! »
Le ministre des communications et des médias, Lambert MENDE, a également confirmé que le président sortant « Joseph KABILA » est en très bonne santé. Il les avait reçu le dimanche 12 février 2012 dans sa ferme de Kingakati.
La mort a encore frappé en République démocratique du Congo. En effet, dimanche 12 avril, aux environs de 13 heures, un avion, un jet privé, un biréacteur Gulfstream 200 s’est écrasé aux abords de l’aéroport de Kavumu, à Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu. L’avion provenait de Kinshasa, après une escale à Goma, et avait à son bord de nombreuses personnalités politiques. Les causes de cet accident ne sont pas encore connues. A en croire les premières informations, le pilote a raté son atterrissage et terminé sa course dans la rivière Kulanga. Ce serait dû à une erreur de pilotage. Les pilotes de nationalité américaine voyageaient pour la première fois dans la région.
Le responsable de l'aéroport : "La météo était bonne, je pense que c'était une mauvaise appréciation (de la piste) parce que c'est la première fois que ces pilotes arrivent ici à Bukavu".
Ingénieur de formation, M. Katumba Mwanke, 48 ans, avait été réélu fin 2011 au Katanga (sud-est) député du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, au pouvoir), dont il a été l'un des membres cofondateurs.
Dans un rapport d'experts de l'ONU sur l'exploitation illégale des ressources naturelles et autres formes de richesses en RDC, publié en 2002, M. Katumba Mwanke était décrit comme membre d'un "réseau d'élite congolais et zimbabwéen ayant des intérêts politiques, militaires et commerciaux (qui) cherche à garder la mainmise sur les principales ressources naturelles (...) dans la zone (de la RDC) tenue par le gouvernement".
Le rapport précisait alors que "ce réseau a transféré des actifs représentant au moins 5 milliards de dollars du secteur minier public à des entreprises privées qu'il contrôle, sans verser aucune indemnité ni prestation au Trésor public".
Les experts avaient placé M. Katumbe Mwanke sur une liste de personnes contre lesquelles ils avaient recommandé une "interdiction de déplacement" hors du Congo, le "gel de leurs avoirs personnels" et une "interdiction d'accéder au système bancaire".
A l'époque ministre délégué à la présidence, en charge du portefeuille de l'Etat, il avait été suspendu de ses fonctions fin 2002 par M. Kabila qui l'avait nommé en 2004 "ambassadeur itinérant" à la présidence.
Il est vrai que la disparition prématurée de Augustin Katumba Mwanke, l’une de fortes personnalités politiques, est un vide pour la République Démocratique du Congo (RDC).

propos recueillis par BIGROBERTO, Radio RAKI - www.radioraki.net

3 commentaires:

  1. POURQUOI VOUS REJOUIR DE LA MORT DE QUELQU'UN?ON NE FAIT PAS LA FETE LORSQUE CA BRULE CHEZ LE VOISIN,NUL N'EST ETERNEL ICI SUR TERRE,AUJOURD'HUI C'EST MOI,DEMAIN CE SERA TON TOUR.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai, on ne se rejouit pas du malheur des autres. Nos devons parcontre prier pour la famille et le pays qui vient de perdre une personalite aussi importante. Par ailleur les gents se rejouissent suite peut etre a ce que cet homme a ete sur la terre comme l'ont fait le jour de la mort de Mobutu et Kabila. Notre pays a besoin de changer.

    RépondreSupprimer
  3. A qui le prochain tour ? Kabila? Bosbab ? Le troubadour Mende? Likambo lokita grave!!!!!

    RépondreSupprimer