Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 13 février 2012

Paris: Koffi Olomidé va dormir à la prison de Fresnes !


Koffi Olomidé a été cueilli hier dimanche 12 février 2012 à l'aéroport international Roissy-Charles-de-Gaulle-à Paris en provenance de Kinshasa par des policiers Français. Arrivée à 7h15, Koffi Olomide a été interpellé par la police des frontières qui l’a ensuite remis aux agents de la police judiciaire. Il s'était réfugié dans la capitale congolaise depuis la plainte pour viol et séquestration déposée par trois de ses danseuses et instruite par un juge parisien.


Koffi Olomidé, le chanteur Joséphiste n'a pû disparaître devant le juge d'instruction malgré son Abracadabra, mot magique par ecellence ! Photo Réveil FM


Il y a un an, convoqué au tribunal de Nanterre dans les Hauts-de-Seine pour accusation de viol par ses danseuses, Koffi Olomide, le franco-congolais s'était de bonne foi présenté au tribunal et lorsque son avocat Manuel Aeschlimann, député UMP, est venu lui dire qu'il avait vu le billet d'écrou, Koffi Olomidé avait prétexté d'aller aux toilettes, il avait enjambé les grandes grilles de la préfecture de Nanterre, direction la Gare du Nord. Il avait bondi dans un Thalys direction Bruxelles et avait pris son avion pour Kinshasa. En accointance avec la dictatute totalitaire de Joseph Kabila, le chanteur Koffi a chanté pour le fermier de Kingakati espérant obtenir un soutient comme Jules Wembadio dans l'affaire Ngulu où le gouvernement congolais a dû payer les dommages et intérêts. Après une nuit en garde à vue, Koffi Olomidé, le compositeur de l'album Abracadabra, mot magique qui fait disparaître ou apparaître, sauf que Koffi Olomidé n'a pu disparaître, il a été auditionné par la juge d’instruction. Au moment où nous couchons ces lignes, il est dans un fourgon direction prison de Fresnes.

2 commentaires:

  1. bien fait pour sa gueule!!!!

    RépondreSupprimer
  2. s ' il merite je ne vois pas le mal , pourvu que ça soit une histoire vraie. lusevikueno frank.

    RépondreSupprimer