Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

jeudi 11 septembre 2014

Non à la République des «Kulunas» et des «Pombas»!




















Inadmissibles. Il n’y a pas d’autre mot pour qualifier ce qui s’est passé lundi à la Cour Suprême de Justice. Où des gros bras, désignés sous le vocable «Pomba », ont tenu en respect le public et les juges sous le regard indifférent des forces de l’ordre pourtant nombreuses au siège de la plus haute instance de justice du pays où se déroulait le procès « Ewanga », du nom dé ce député UNC: poursuivi par le Parquet général de la République pour offense au Chef de l’Etat.

Au cours de la précédente audience, on s’en souvient, les juges de la CSJ qui venaient de rendre un arrêt portant rejet de la demande de la défense portant mise en liberté du prévenu, avaient été surpris par une exception soulevée par les avocats d’Ewanga visant à vider l’infraction mise à ta charge de leur client de toute sa substance. Le problème posé était d’importance car il s’agissait d’établir la base juridique de l’infraction d’offense au Chef de l’Etat. La défense qui s’était bien documentée a démontré que cette infraction tirait sa légitimité juridique de l’ordonnance n°631300 signée en 1963 par le Président Joseph Kasa-Vubu.
 
Mais pour être légale et donc opposable à tous, ladite ordonnance devait se conformer aux prescrits de la Loi Fondamentale qui faisait office de Constitution du pays à cette époque. Or, pour être légal, tout acte relevant du domaine législatif posé par le Chef de l’Etat devait recevoir le contreseing du Gouvernement avant d’être ratifié dans les six mois par le Parlement, faute de quoi il devenait nul et de nul effet. L’ordonnance n°63/300 n’ayant obtenu ni le contreseing gouvernemental ni la ratification par le Parlement, est juridiquement inexistante et donc inconstitutionnel.
 
C’est à cette exception que la haute Cour réunie comme Cour Constitutionnelle, devait répondre. Mais alors que le public et les deux parties attendaient l’arrêt de la Cour, ils ont eu la surprise de voir surgir une foule importante de « gros bras » qui se sont mis à proférer des menaces à tout le monde, suspectant chaque personne présente d’avoir offensé le Chef de l’Etat. S’adressant à la haute Cour, ils exigeaient que la sentence soit rendue illico presto pour leur permettre de convoyer eux-mêmes Ewanga jusqu’à la prison centrale de Makala.

Initialement prévue à 10 heures, l’audience n’a eu lieu en réalité qu’à 18 heures. Et pendant ces huit heures d’attente, la vie était un enfer à la Cour Suprême et ses environs où tout le monde était insécurisé en dépit de la présence des hommes en uniforme. Même les journalistes ne savaient plus faire leur travail car chacun de leurs déplacements donnait lieu à des réactions menaçantes. Et lorsque la Cour a finalement rendu son drôle de jugement de Salomon, évitant soigneusement .de répondre aux questions posées et demandant à la défense de rie point soulever encore des exceptions, la logique normale était d’essayer de comprendre ce qui venait de se passer. Le fait pour les juges de dire aux avocats qu’ils auraient dû soulever l’exception d’inconstitutionnalité à la première audience confère-t-il une quelconque base juridique à l’ordonnance instituant l’infraction ? Si oui, il faut en expliquer le pourquoi et le comment. Si non, il faudra expliquer les bases sur lesquelles le procès va se poursuivre.
 
C’est pendant que le public s’interrogeait sur ces soubassements juridiques que les « gros bras » ont de nouveau commencé à montrer leurs biceps. L’insécurité devenait totale et il fallait maintenant s’organiser pour quitter le siège de la Cour Suprême. Les journalistes présents ont dû solliciter la compréhension d’un responsable de la Monusco présent sur les lieux pour quitter la CSJ à bord de son véhicule. Les avocats sont restés cloîtrés à l’intérieur jusqu’au départ des « Pombas ». Et c’est alors seulement qu’ils ont regagné leurs domiciles.
Une question capitale : pourquoi les forces de l’ordre présentes sur les lieux n’ont-elles pas fait leur travail en s’occupant des perturbateurs de l’ordre public?
 
La ville prise en otage
 
Cette opération des « Pombas » menée au siège de la plus haute instance judiciaire de la République intervient au moment même où la ville semble de nouveau pris en otage par la pègre, les « kulunas » et les « pombas ». Des actes de grand banditisme ont pris de l’ampleur dans toutes les communes de la capitale, où des individus mal famés opèrent avec des machettes, coupant des bras ici, des jambes là-bas et arrachant des biens même à des personnes vulnérables. Il y a quelques jours, un septuagénaire qui regagnait son domicile à Kingasani Pascal, a été tenu en respect par des « kulunas » armés de, machettes. Soulevant ses bras comme dans un film d’épouvante, il leur dit « prenez tout ce que vous voulez et laissez-moi partir ». En réponse, il eut droit à deux coups de machettes avant d’être délesté de sa mallette et du peu d’argent qu’il avait sur lui. C’est après le départ des bandits que des personnes de bonne volonté sont sorties pour le conduire au premier dispensaire pour des soins d’urgence.

Le retour en force des « kulunas» et autres « pombas » dans les rues aussitôt la nuit tombée coïncide curieusement avec là mesure du gouvernement provincial d’interdire la circulation des taxis- moto après 19 heures. On sait que grâce aux taxis- motos, les kinois qui descendent des véhicules de transport sur les artères principales étaient immédiatement pris en charge jusqu’à la porte de leurs résidences. Et comme il n’y avait plus dé piétons qui traînaient à partir de 21 heures sur la route, les « kulunas » ne savaient pas agir, faute de « clients ». Il a donc fallu que la mesure d’interdiction de circuler après 19 heures tombe pour que ces bandits sortent de leurs tanières pour faire la fête à leur manière. Depuis, c’est la psychose dans la ville.

Alors qu’on en est à s’interroger sur les capacités de réaction des autorités urbaines face à cet accroissement de l’insécurité dans la ville, voilà que les « kulunas » et « pombas » se signalent sur un autre terrain, politique celui-là. Ce qui s’est passé lundi à la Cour Suprême de Justice rappelle aux habitants de la capitale les événements de 2011 qui avaient consacré la montée en puissance des « kulunas », utilisés par certains partis• politiques pour terroriser leurs adversaires politiques. Munis de machettes, de tessons de bouteilles et autres carmes blanches, ces voyous surgissaient dans des manifestations publiques (marches, meetings…) pour distribuer des coups, blesser et tuer sans redouter une quelconque action de répression. On se souvient qu’ils ont été utilisés pour saccager des églises catholiques et terroriser prêtres et fidèles au moment où les chrétiens catholiques allaient descendre dans la rue pour commémorer le vingtième anniversaire du massacre dès chrétiens en 1992, massacre qui avait consacré la fragilisation ultime du régime de Mobutu et ouvert définitivement la voie à la démocratisation du pays.

En reprenant du service de manière tonitruante et ce, à la veille de nouvelles échéances électorales voire référendaire, les « kulunas » et « pombas » nous envoient-ils un message ? Est-il possible de croire que les Congolais auront droit à des élections libres et transparentes si des individus armés de machettes peuvent être utilisés pour empêcher les citoyens de parler, .et les leaders politiques d’exprimer leurs divergences?

Le danger plane donc sur les échéances futures dès lors que certains acteurs politiques semblent décidés à recourir à ces inciviques pour intimider leurs adversaires. Quel sera le climat dans les différentes villes et localités de la République lors de l’éventuel référendum sur la révision constitutionnelle si pour un simple procès, on en arrive à des scènes tragiques comme celle vécue lundi dernier à la Cour Suprême de Justice. La question est posée aux autorités urbaines qui doivent réagir vite et bien.

F.M

Constitution : le refus se durcit dans le fief de Kabila



Constitution : le refus se durcit dans le fief de Kabila

Des forces vives katangaises sont venues à Kinshasa pour livrer leur message contre toute révision, modification ou changement de la Loi suprême en vigueur.
Quatre ténors de la plateforme des organisations et associations membres de la Concertation nationale pour la bonne gouvernance en RDC ont tenu en haleine hier mercredi 10 septembre un groupe de journalistes sur les brûlantes questions de l’heure au cours dune conférence de presse animée au Centre de rééducation pour handicapés physiques situé à Gombe. Dans un langage sans fioriture, ils répugnent toute tentative de révision, de modification ou du changement dé la Constitution telle qu’envisage la Majorité au pouvoir depuis les élections de
2011.

Sans rancune à l’endroit de Joseph Kabila qu’ils ne se cachent pas d’avoir soutenu lors du dernier scrutin, ils lui demandent cependant de ne pas personnifier le pouvoir et de respecter le serment prêté devant Dieu et la nation en passant le flambeau à une autre personne au nom de l’alternance démocratique.
Ces orateurs croient bien s’assumer en demandant ouvertement à leur élu du 28 novembre 2011 de respecter sa parole donnée en tournant le dos à tous les membres de sa cour alignant toutes sortes d’artifices mêmes le plus loufoques dans l’unique but de tailler la constitution sur mesure pour un troisième mandat présidentiel en faveur de ce dernier au mépris des engagements pris.
N’étant pas d’accord avec cette démarche suicidaire, les dirigeants des organisations et associations membres de la plateforme pour la bonne gouvernance en RDC se sont mis debout en insistant qu’il” est du devoir patriotique pour chaque citoyen de défendre et de protéger la constitution de la République contre toute forme de sa violation “. MM Oscar Rachidi Akida, Corneille Mbuyu Mitonga, Jean-Luc Kayoka et Me Thimothée Mbuya respectivement Président, Vice-président, Secrétaire et Porte-parole de ladite plateforme, ont soutenu haut et fort voire à maintes reprises n’avoir aucun problème avec Joseph Kabila Kabange à qu’ils demandent juste de ne pas tomber dans le système qu’il a combattu lors de la guerre menée par l’Alliance des forces démocratiques de libération, Afdl en sigle.
Ces intervenants déconseillent la réinstallation de la dictature dont les méfaits sont décriés jusqu’à ces jours.
Les arguments n’ont pas manqué à ces orateurs pour défendre leur prise de position et renvoyer aux études ceux de la cour qui tiennent à la révision ou à l’élaboration d’une nouvelle constitution pour leurs propres intérêts, égoïstes du reste. Le conseil, Un succès sans successeur est échec “, est adressé aux défenseurs de la thèse de voir Joseph Kabila rempiler sur de certaines performances dans la réhabilitation et construction des infrastructures. Un autre argument massue a’ été annoncé pour montrer la mauvaise foi des révisionnistes.
Le Code minier resté à l’avantage des individus pendant dix ans n’a été retouché qu’après ce délai. Joseph Kabila qui s’en était plaint au cours du Forum minier tenu à Lubumbashi a dû respecter cette petite loi pendant que la suprême a été taillée sur mesure cinq an après sa promulgation à quelques jours de la tenue de l’élection présidentielle du 28 novembre 2011. Et aujourd’hui, on veut tenter la même aventure périlleuse alors que l’exposé des motifs de la constitution en vigueur depuis février 2006 reste d’actualité.
Pour cette plateforme mobilisée à faire obstacle à toute tentative de prendre le pouvoir par la force, le respect de la Constitution doit rester dans la culture des Congolais. Il en est aussi du mandat une fois renouvelable pour toujours en vue d’éviter la personnification du pouvoir.
Le Président de la République, le Parlement, la Cour suprême de justice, la population congolaise et les partenaires multi et bilatéraux de la RDC ont été invités chacun en ce qui le concerne à barrer la route à toute manœuvre dilatoire engrangée pour dénaturer la Constitution dans l’unique but de conserver maladroitement le pouvoir. Ainsi, cette plate forme exige à Joseph Kabila de respecter scrupuleusement les termes de l’engagement contenu dans le serment fait à la nation, d’user de ses prérogatives de garant de la Constitution en décourageant toute initiative de révision partielle ou totale de la loi dès lois et de faire poursuivre quiconque proposerait d modifier les article 219 et 220 pour haute trahison.
Les parlementaires sont tenus de considérer que toute proposition de révision totale ou partielle de la Constitution visant les articles 197,219 et 220 est constitutive de l’infraction imprescriptible de haute trahison, de la rejeter et la déclarer non fondée. L’Assemblée nationale et le Sénat sont appelés à retirer les propositions de calendrier électoral taxé de partiel et d’anticonstitutionnel introduit par la Ceni dont la démission du bureau est aussi exigée en remplacement d’un autre capable de rassurer les différents acteurs politiques. La Cour suprême de justice est tenue de son côté d’inculper de droit et d’office pour l’infraction imprescriptible de haute trahison toute personne initiatrice d’une proposition de révision de la constitution visant les articles 197,219 et 220.
Aux partenaires multi et bilatéraux, il est demandé de soutenir le peuple congolais dans sa lutte pour l’instauration et la consolidation de la démocratie en dénonçant toute tentative de révision de la constitution visant à s’éterniser au pouvoir ou prolonger le mandat du Président de la République. Il est aussi sollicité de la part de la Monusco, du Conseil de sécurité de l’Onu, de l’Union Africaine, de la Sadc, de la
Cirgl de geler les avoirs des personnalités congolaises impliquées dans le coup d’Etat constitutionnel en gestation en RDC, de les sanctionner et de mettre sous embargo politique et économique les autorités congolaises en cas de modification en force de la Loi suprême.
La population congolaise, comme souligné précédemment, a la charge de s’opposer à toute tentative de révision partielle ou totale de la constitution. Elle est aussi invitée à dénoncer toute tentative d’achat de conscience, de tricherie et intimidation et de défendre les acquis de la démocratie, le respect des droits humains, l’amour de la patrie et d’unité nationale.
MKM
http://7sur7.cd/new/constitution-refus-se-durcit-fief-kabila/

Gouvernement : les noms qui circulent









Gouvernement : les noms qui circulent





Il a suffi d’un bout de phrase lors de la dernière rencontre de la majorité présidentielle à Kingakati pour que les candidats ministrables perdent le sommeil. Le nouveau gouvernement promis depuis les concertations nationales organisées à Kinshasa il y a pratiquement un an devrait voir le jour avant le 15 septembre. Une liste de personnalités présentées comme des opposants et qui émanerait probablement de Léon Kengo est déjà arrivé à destination. Il ne resterait donc plus que les ultimes arbitrages, puis le choix du Chef.
A l’heure où la préoccupation de la majorité est au changement de constitution, avec ce que cela entraîne comme bataille politique à mener pour faire passer la pilule amère au niveau de la population, la question qui est dans tous les esprits est celle de savoir si le nouveau gouvernement Matata sera constitué sur base des objectifs économiques et de développement qu’il faut absolument atteindre ou si l’effort de rigueur observé jusqu’ici va être cassé au profit des agents de campagne dont la seule compétence sera de parler pour parfois ne rien dire.
 En attendant que Joseph Kabila tranche et qu’il pêche dans la liste des opposants lui présentée des hommes qui lui conviennent, il y a eu d’insister sur le fait que la tâche à accomplir est immense. Il suffit, pour s’en convaincre, d’écouter le message des gouverneurs de provinces qui viennent de se réunir à Kinshasa sous la direction du ministre de l’Intérieur. Leur constat est terrible. Le Congo profond est à reconstruire et il leur manque les moyens d’atteindre cet objectif. La phrase qui a été lâchée en guise de conclusion est une indication majeure de la détresse de ceux qui administrent nos régions « le développement des provinces est impossible » tant qu’on n’aura pas mis fin aux actions tape à l’œil là où il faut travailler en profondeur. Même le maître de Kinshasa précise : les boulevards c’est bien, mais je préfère que les communes deviennent accessibles.
 Pour capter la confiance du peuple, il va donc falloir travailler en faveur du développement de leurs milieux (provinces, district, territoires, secteurs, communes). Quelques participants à la réunion de Kingakati l’avaient compris et n’avaient pas hésité à le dire, en choisissant des mots qui ne devraient pas les faire passer pour des tièdes. Si l’analyse tee de ces propos va dans le sens de l’amélioration du vécu quotidien de la population et de son milieu existentiel, on devrait espérer une équipe de travailleurs et non d’individus qui arrive raient uniquement pour se faire fêter par la coterie. Il y a des moments où il faut donner un sens à la chose publique, c’est-à-dire choisir des hommes qui ont des épaules larges pour servir la nation et non pour chanter le djalelo comme au temps jadis.
 En attendant d’être fixé sur le choix du Chef de l’Etat, il y a lieu de signaler que de nombreux noms circulent et dans l’une de ces moutures, on signale pour la liste dite des opposants les noms de Me Kamanda wa Kamanda, Kiakwamakia-Kiziki, José Makila, Michel Bongongo, Serge Welo, Denis Tabiana, Soki Fuani, Germain Kambinga et Jean-Baptiste Bomanza. Le nom de Ruberwa Azarias est également cité sans que l’on sache si c’est au compte de l’opposition ou de la majorité.
En ce qui concerne la Majorité elle-même, on croit savoir que les personnalités jouant généralement le rôle d’autorité morale – avec petit a – de différents regroupements politiques devraient faire partie de la nouvelle équipe de Matata. On cite pêlemêle Endundo Bononge, Olivier Kamitatu, etc.
Pierre Katondji

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais






Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais


Mobutu Sese Seko (g), Henri Konan Bédié (c), et
Zine el-Abidine Ben Ali (d).
 © Montage Jeune Afrique


Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois rocambolesques. De Mobutu à Amadou Toumani Touré en passant par Ben Ali, voici quelques-uns des dirigeants "fuyards" les plus célèbres du continent.

Mobutu Sese Seko quittant Kinshasa à bord d'un imposant cortège de berlines, Henri Konan Bédié fonçant sur la lagune d'Abidjan à bord d'un zodiac, ou, plus récemment, Amadou Toumani Touré dévalant la colline de Koulouba à Bamako... Ces dernières années, plusieurs chefs d'État africains ont été contraints de quitter le pouvoir en catastrophe, poussés vers la sortie par des putschistes, des rebelles, ou encore leur propre peuple. Jeune Afrique vous propose de revenir sur l'histoire mouvementée de certains d'entre eux, sans aucune prétention d'exhaustivité.



Amadou Toumani Touré, Mali


Amadou Toumani Touré a été président du Mali de 2002 à 2012. © AFP

Il a quitté le pouvoir en courant. Ou plus précisément en dévalant la côte de Koulouba, l'une des collines dominant Bamako et sur laquelle est érigé le palais présidentiel malien. Le 21 mars 2012, un groupe d'officiers, excédés par l'inaction des autorités face à la rébellion touarègue dans le Nord, prend le siège de l'Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM) avant de foncer vers la présidence.

Au courant de mécontentements grandissants au sein de l'armée, Amadou Toumani Touré (ATT) est persuadé, jusqu'en fin d'après-midi, qu'il peut retourner les mutins et garder la main. Peu avant 18 heures, les assaillants attaquent le palais à coup de mitrailleuses lourdes et de lance-roquettes. Le président n'a plus le choix : il faut fuir. Accompagné de son aide de camp et de trois autres militaires, il évite l'unique route desservant Koulouba et descend la colline par l'ouest – parfois porté par ses guides, en raison d'un genou douloureux. Après avoir braqué une Mercedes plus discrète qu'un véhicule officiel, le petit groupe gagne finalement le camp de parachutistes de Djicoroni, fidèle au désormais ex-chef d'État.


François Bozizé, Centrafrique


François Bozizé a été président de la République centrafricaine de 2003 à 2013. © Vincent Fournier/Jeune Afrique


Le 22 mars 2013, quatre mois après le début de leur rébellion contre le régime de François Bozizé, deux colonnes de rebelles de la Séléka, fortes chacune d'environ deux mille hommes, fondent sur Bangui. Deux jours plus tard, à l'aube, elles pointent leurs canons sur le palais présidentiel de la Renaissance.

À 8 heures, alors que les tirs résonnent, le président Bozizé se résout à fuir les lieux. Trente minutes plus tard, sa garde rapproché rend les armes. Lui a pris la direction du camp de Roux tout proche, où est stationné son hélicoptère de commandement Dauphin. Avec son aide de camp et deux de ses fils, il s'envole vers l'ouest. L'équipage gagne Batouri, dans l'est du Cameroun, d'où le président déchu sera ensuite amené à Yaoundé.




Mobutu Sese Seko, RDC








Mouammar Kadhafi, Libye





Zine el-Abidine Ben Ali, Tunisie







Henri Konan Bédié, Côte d'Ivoire




Henri Konan Bédié, président ivoirien de 1993 à 1999. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

Jeudi 23 décembre 1999, Abidjan. Alors que la ville se réveille pour entamer les derniers préparatifs de Noël, des coups de feu retentissent. Quelques heures plus tôt, un petit groupe de soldats de la caserne d'Akouédo a pris les armes pour réclamer le paiement de primes et d'arriérés de salaires. Informé de la mutinerie naissante, Henri Konan Bédié refuse toutefois d'annuler une visite dans son village de Daoukro.

En début d'après-midi, le président est rattrapé par la réalité. À Abidjan, les mutins ont pris la radio, la télévision, et ne semblent rencontrer aucune résistance. Bédié accepte de revenir dans la capitale. Dans la nuit, les soldats vont aller jusqu’à Kabacouma, dans l’ouest du pays, chercher leur homme : le général Robert Gueï. Lequel annonce le lendemain matin, vendredi 24 décembre, à la radio, la destitution du chef de l'État et la création d'un Comité national de salut public. Vers midi, Bédié comprend que la partie est jouée. Il quitte le palais pour la résidence de l'ambassadeur de France, via le célèbre tunnel construit entre les deux édifices. Avec quelques proches, dont son épouse, Henriette, il sera ensuite évacué par zodiac vers la base française de Port-Bouët, avant de gagner le Togo en hélicoptère.



Pascal Lissouba, Congo

Pascal Lissouba, président du Congo Brazzaville de 1992 à 1997. © AFP

Début juin 1997, le Congo sombre dans une guerre civile opposant les partisans de Denis Sassou Nguesso aux forces du président Pascal Lissouba. Cinq mois plus tard, à la mi-octobre, le pouvoir en place est chancelant. Le 10 octobre, les "Cobras" de Sassou lancent l'assaut final sur Brazzaville. De retour dans son palais après une tournée en Afrique australe, où il est allé chercher des soutiens de la dernière chance, le président Lissouba déclare, le 11, devant les caméras de CNN : "I am at home".

S'en suivent trois jours de combats. Appuyé par des centaines de combattants angolais, le camp Sassou prend l'avantage. Le 14, à 3 heures du matin, un convoi de 4x4 exfiltre le président et ses derniers fidèles hors de la capitale. Destination : son fief de Dolisie, sa ville natale située à deux-cent kilomètres, d'où ils gagneront la frontière gabonaise dans la nuit du 17 au 18 octobre.
___
Benjamin Roger


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : 
Histoire | Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook