Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 4 novembre 2011

LES "POMBA" DU PPRD TERRORISENT LA VILLE.

DES GENS ARMÉS TIRENT SUR DES MILITANTS DE L'OPPOSITION AU ROND-POINT NGABA

.
Jean-Claude Tshinemu, victime des balles du PPRD.

Mercredi dernier au Rond-point Ngaba, des inciviques armés ont créé émoi et consternation auprès de la population du quartier.
Des éléments armés se sont attaqué à une foule de militants de l'UDPS non-armée pour la seule raison que celle-ci distribuait des affiches d'Étienne Tshisekedi, ce que le parti adverse n'accepte pas.
C'est depuis plusieurs jours que les militants de l'Opposition se rassemble près du Rond-point et discute des stratégies à prendre pour battre démocratiquement le PPRD qui ne l'entend pas de cette oreille et installe la terreur pour empêcher les adversaires de travailler sereinement.
Mardi dernier, des inconnus se sont présentés à la discussion des membres de l'Opposition et menacé ceux-ci de représailles s'ils continuaient de soutenir Étienne Tshisekedi.

Mercredi après-midi, ils sont revenus et sont allés directement voir Jean-Claude en lui demandant de leur remettre tout ce qu'il avait. (Les affiches de l'UDPS notamment). Il les leur remettra mais ceux-ci exigèrent également de l'argent. Pris de panique, quelques membres qui étaient avec lui se sont sauvés par la fuite. Ils confisquent alors une somme de 3.600$, lui tirent à la jambe et transpercent ses testicules avant de s'évader dans la nature.
Une dame âgée d'environ 50 ans qui attendait son bus non loin de là a également été touchée et se trouve aux cliniques universitaires tout comme JC Tshinemu.


Il est touché aux parties génitales.

Il est grand temps que la Communauté Internationale se décide de porter des accusations à la CPI contre le gouvernement irresponsable de la RDC qui combat ses propres concitoyens. 

Candidat n°11 à la présidentielle 2011 - Tshisekedi bloqué, Nyanguile accuse l’Udps !



Personne n’aurait interdit aux avions du candidat n°11 d’atterrir sur le sol congolais. Tshisekedi, l’Udps ou, à la limite, une compagnie étrangère, fut-elle, sud-africaine ou autre, n’en a jamais formulé la demande auprès de l’Autorité de l’Aviation Civile dont les portes sont, pourtant, grandement ouvertes, à l’immeuble ex-Sofide, à la Gombe.

Le Directeur Général de l’Autorité de l’Aviation Civile Congolaise, M. Richard Nyanguile est, en effet, formel : ‘‘l’Udps n’a jamais introduit une demande de survol ou d’importation d’avions auprès de ses services’’. Il l’a dit hier, devant les professionnels des médias, dans la salle de réunion de ce service public.
L’AAC, a-t-il rappelé, est une institution de l’Etat et n’a pas de considérations politiques, pour discriminer un dossier. A l’en croire, l’importation d’un avion en RD-Congo suit une procédure cohérente et que les textes y relatives sont disponibles et sont offerts gratuitement à ceux qui en font la demande. Par ailleurs, accusé par l’Udps de faire obstruction à la campagne électorale des opposants, le Gouvernement, par la voix de son porte-parole ne s’est pas fait prier pour réagir. Intervenant au journal télévisé de 20 heures sur la Rtnc au sujet de cette supposée interdiction de survol des avions du candidat n°11, Lambert Mende parle plutôt des accusations graves de l’Udps qui ne se fondent sur rien. A l’en croire, l’Udps n’a introduit aucun document, ni par télégramme, ni par e-mail. Il s’agit, pense-t-il, d’une échappatoire tendant à rationaliser les difficultés logistiques, parce que, poursuit-il, ‘‘ils ne se sont pas préparés à cette campagne’’. Sinon, le Ministre de la Communication et des Médias met quiconque au défi d’exhiber un document, avec accusé de réception, sollicitant le survol d’avions par l’Udps ou une quelconque compagnie sud africaine opérant dans ce secteur aérien. «Je rappelle, persiste et réitère qu’il n’y a pas une demande ni de survol ou d’importation des avions présentée par l’UDPS». C’est en ces termes que le Directeur Général de l’Autorité de l’Aviation Civile RD-Congolaise, M. Richard Nyanguile a fixé l’opinion, par médias interposés, au sujet des rumeurs qui font état de ‘‘l’interdiction formelle’’ des avions de campagne du Candidat Etienne Tshisekedi, Président national de l’Udps, de survoler l’espace aérien congolais. Il l’a dit hier, jeudi 3 novembre 2011, au cours d’une conférence de mise point tenue dans la salle de réunion de cette institution de régulation de l’espace aérien congolais. Selon Richard Nyanguile, l’Autorité de l’Aviation Civile est une institution de l’Etat et n’a pas des considérations politiques pour discriminer un dossier. Elle a donc le devoir de rendre service à qui en a besoin, qu’il soit personne physique ou morale.
A l’en croire, l’importation d’un avion en RD-Congo suit une procédure conséquente et, à ce sujet, les textes y relatifs sont disponibles et offerts gratuitement à ceux qui en font la demande. Les préalables… Enumérant les conditions d’une demande, soit de l’importation, de survol ou d’atterrissage d’un avion sur le sol congolais, le Directeur Général de l’Autorité de l’Aviation Civile a fait savoir que, le requérant doit reprendre toutes les références possibles définissant notamment, le type d’avion, l’immatriculation, le nombre d’équipage, le motif ou la raison pour laquelle la demande est faite, la personne à contacter ou le point focal. Et, c’est seulement après que tous ces éléments soient fournis et examinés que le document est approuvé par l’AAC, a soutenu Nyanguile, avant de préciser que : «nous n’avons pas de priorités, toutes les demandes subissent le même traitement et qu’il n’y a jamais eu refus d’un dossier sans motivation». Quid du requérant ? Répondant à une question de la presse au sujet de la version qui soutient que cette demande de survol a été introduite par une société Sud-africaine dénommée «Aéronautique solution», laquelle a toujours opéré dans l’espace aérien congolais, plus précisément dans le Katanga et qui, à chaque fois qu’elle sollicite l’autorisation de survol, l’a reçoit dans les 48 heures qui suivent, le DG de l’AAC a répondu en ces termes : «Comment allions-nous bloquer une telle demande d’autant plus que l’UDPS n’est pas apparente ? Je ne suis pas magicien». Ce, avant d’ignorer la nature de toute demande quelconque réceptionnée par ses services au nom de cette compagnie sud-africaine. Si tel n’est pas le cas, qu’on me fournisse des preuves, a-t-il martelé. En outre, poursuit-il, aucune action du requérant qui aurait introduit le dossier, allant dans le sens de suivi, au motif qu’il aurait beaucoup traîné, n’a été enregistrée jusque-là. «Je suis dans le flou», dit-il avant d’indiquer que si jamais une demande n’est pas conforme, nous répondons toujours, et si cette compagnie peut nous montrer le refus attesté et notifié par l’autorité de l’aviation civile, cela couperait court à toute sorte de spéculations. Revenant sur cette compagnie sud-africaine, Richard Nyanguile a rappelé que son survol sur l’espace aérien de la République Démocratique du Congo est soumis à une autorisation et ceci pour chaque entrée et chaque sortie.
Donc, il n’y a pas des acquis et personne ne peut utiliser l’espace aérien de la RDC s’il n’y a pas un accord car, il relève de la souveraineté d’un Etat, a-t-il souligné. Que dit le Gouvernement ? Intervenant au journal télévisé de 20 heures sur la Rtnc au sujet de cette supposée interdiction de survol des avions du candidat n°11, le porte-parole du Gouvernement, M. Lambert Mende parle plutôt des accusations graves de l’Udps qui ne se fondent sur rien. A l’en croire, l’Udps n’a introduit aucun document, ni par télégramme, ni par e-mail. Il s’agit, pense-t-il, d’une échappatoire destinée à rationaliser les difficultés logistiques, parce que, poursuit-il, ‘‘ils ne se sont pas préparés à cette campagne’’. Sinon, Mende soutient qu’il peut aussi s’agir d’une stratégie de mobilisation si jamais on se rend à l’évidence qu’il n’y a pas de mobilisation là où on criait à une victoire d’avance. Stratégie, renchérit-il, vielle comme le monde. Toutefois, le Ministre de la Communication et des Médias met quiconque au défi d’exhiber un document sollicitant le survol, ou encore un accusé de réception. L’Udps accuse le pouvoir ! Sur les antennes de la rfi, le SG de l’Udps accuse le pouvoir de faire obstruction à la campagne électorale des opposants. Shabani accuse, sans en apporter les preuves, Joseph Kabila de chercher à ‘‘décourager les autres candidats’’.