Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

dimanche 18 novembre 2012

RDC : «Joseph KABILA» doit démissionner


imageJoseph KABILA - President sortant de la RDC

La nouvelle défaite subie par les FARDC au Nord Kivu vient confirmer ce que tous les observateurs de la politique congolaise ne cessaient de dire. A savoir que le Congo-Kinshasa est dirigé par un homme énigmatique au passé nébuleux. Un homme sans doctrine ni pensée politique qui a été propulsé au sommet de l’Etat par certains lobbies mafieux. «En douze années passées à la tête de l’Etat, «Joseph Kabila» a démontré qu’il n’a ni projet ni grand dessein pour le pays», enchaîne un analyste. Et d’ajouter : «Le soutien apporté au M23 par le Rwanda n’absout pas Kabila d’avoir failli dans la mise sur pieds d’une armée républicaine et dissuasive. Les cinq chantiers et la fameuse révolution de la modernité constituent une haute farce pour endormir les Congolais, réputés naïfs. Lorsqu’une équipe de football aligne des défaites après défaite, il faut penser à changer d’entraîneur. Après une accumulation d’échecs au plan politique, économique, social et militaro-sécuritaire, Joseph Kabila doit en tirer toutes les conséquences politiques : il doit démissionner avant qu’il ne soit trop tard pour sa sécurité personnelle…».

Où est passé le gouverneur du Nord Kivu, le PPRD Julien Paluku ? L’intéressé prétend qu’il est à Goma. Une dépêche de l’AFP soutient que le gouverneur se trouverait à Bukavu. Selon une source jointe par la rédaction de Congo Indépendant, les autres responsables civils et militaires de la province auraient trouvé refuge…à Gisenyi, au Rwanda. Un comble ! «Joseph Kabila» était injoignable au téléphone le vendredi 16 et samedi 17 novembre pendant que l’armée congolaise avait besoin d’appui. Des responsables de la Mission onusienne au Congo ont tenté sans succès de joindre le «raïs». Retranché dans sa Ferme de Kingakati, l’homme n’a pas encore estimé «opportun» de tenir une réunion extraordinaire du conseil des ministres. Encore moins de manifester une certaine mauvaise humeur en rappelant «en consultation» l’ambassadeur du Congo-Kinshasa à Kigali. «Joseph Kabila est un traître». Cette phrase n’est pas nouvelle. Elle revient avec acuité dans toutes les conversations entre Congolais. Didier Etumba, Amisi Kumba et Olivier Amuli respectivement chef d’état-major général des FARDC (Forces armées de la RD Congo), chef d’état-major des Forces terrestres et porte-parole de la 8ème Région militaire se prélassaient dans la capitale pendant que la guerre faisait rage à Goma.
Tombera ? Tombera pas ? La ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu, avait, dimanche 18 novembre, les allures d’un no man’s land. Désertée par les autorités provinciales tant civiles que militaires, cette cité urbaine n’est pas encore, à proprement parler, investie par les rebelles du M23. Selon diverses sources, ceux-ci se trouveraient à trois ou cinq kilomètres de cette agglomération. Nul ne sait qui contrôle encore l’aéroport. Et dire que l’Etat a déboursé près de 400 millions de dollars US pour financer une guerre qui se solde par une humiliante défaite. Combien de morts et de blessés va-t-on dénombrer dans les rangs des FARDC? Tout ça pour ça !

Le «roi fainéant»

Selon des témoins, des colonnes des FARDC quittaient Goma dimanche abandonnant la population à son triste sort. «Epuisés, certains militaires et officiers disent n’avoir rien mis sous la dent depuis plusieurs jours, faute d’approvisionnements», peut-on lire parmi les texto expédiés du Nord Kivu. Qui a voulu saper le moral des troupes déployées sur le terrain ? Il semble bien que «Joseph Kabila» était injoignable au téléphone durant toute la journée de vendredi 16 et samedi 17 novembre. Les responsables de la Mission onusienne au Congo ont tenté de le joindre. Sans succès. Et cause, les questions militaires et sécuritaires relèvent de lui seul. «C’est un secret de Polichinelle de dire que Joseph Kabila consacre plus de temps à se faire plaisir qu’à s’occuper des affaires publiques, commente un habitué du Palais de la nation. Le Président vient rarement au bureau. D’ailleurs, son directeur de cabinet ne le voit que très rarement. Les réunions du conseil des ministres sont rarissimes alors que le pays traverse des moments difficiles». Roi fainéant, «Joseph» passait du bon temps dans sa Ferme de Kingakati pendant que des jeunes militaires congolais servaient de chair à canon, victimes de la bêtise humaine et de la félonie.
Pendant qu’à Kinshasa les gouvernants affichaient leur insouciance légendaire, le Conseil de sécurité des Nations unies - plus soucieux du Congo que les dirigeants du pays - a tenu, samedi 17 novembre, une réunion d’urgence. A l’ordre du jour : la situation au Nord Kivu. Il fallait à tout prix faire arrêter la «marche victorieuse» des guérilleros du M23. Qui mieux que Paul Kagame pouvait-il le faire ? Le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki Moon, dû se faire violence en recourant aux bons offices du chef d’Etat rwandais. Celui-ci a-t-il fait droit à cette demande ? Goma n’est pas «tombée» aux mains des assaillants. La ville n’est plus contrôlée par les forces gouvernementales. Une situation kafkaïenne. Les rebelles du M23 se trouvent néanmoins en position de force pour «négocier» avec un «Joseph Kabila» qui est brocardé par ses contempteurs comme «une personne fourbe et peu respectueuse de la parole donnée». Sultani Makenga et ses «amis» paraissent décidés à lui tenir la dragée haute.

«Kabila doit démissionner»

La nouvelle défaite subie par les FARDC au Nord Kivu vient confirmer ce que tous les observateurs de la politique congolaise ne cessaient de dire. A savoir que le Congo-Kinshasa est dirigé par un homme énigmatique au passé nébuleux. Un homme sans doctrine ni pensée politique qui a été propulsé au sommet de l’Etat par certains lobbies mafieux. «En douze années passées à la tête de l’Etat, «Joseph Kabila» a démontré qu’il n’a ni projet ni grand dessein pour le pays», enchaîne un analyste. Et d’ajouter : «Le soutien apporté au M23 par le Rwanda n’absout pas Kabila d’avoir failli dans la mise sur pieds d’une armée républicaine et dissuasive. Les cinq chantiers et la fameuse révolution de la modernité constituent une haute farce pour endormir les Congolais, réputés naïfs. Lorsqu’une équipe de football aligne des défaites après défaite, il faut penser à changer d’entraîneur. Après une accumulation d’échecs au plan politique, économique, social et militaro-sécuritaire, Joseph Kabila doit en tirer toutes les conséquences politiques : il doit démissionner avant qu’il ne soit trop tard pour sa sécurité personnelle…».

Proche d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, Tharcisse Loseke Nembalemba d’enfoncer le clou : «Joseph Kabila vient de démontrer qu’il est complice de la situation qui se déroule à Goma. Nous manifestons notre compassion ainsi que notre solidarité à l’endroit de nos compatriotes du Nord-Kivu qui sont victimes des affres des amis et alliés politiques de Monsieur Kabila. On oublie souvent que le CNDP était membre de la Majorité présidentielle». Loseke de conclure : «Joseph Kabila et son gouvernement doivent démissionner pour irresponsabilité. A défaut, ils seront chassés du pouvoir par la population congolaise. D’ailleurs, tous les signaux laissent apparaître l’imminence de la fin du régime kabiliste…»

[Baudouin Amba Wetshi/Congoindépendant]

Message de Vital Kamerhe




Chers Compatriotes,



Après avoir suivi le cri de détresse du Gouverneur du Nord-Kivu, Monsieur Julien PALUKU, du Maire de la Ville de Goma et du Général AMULI, il est clair que la situation à Goma est grave, d’où nos inquiétudes quant au sort de cette population qui subit à répétition les affres de la guerre.




C’est ici le lieu d’exprimer notre solidarité et notre compassion envers nos frères et sœurs qui font encore une fois l’objet d’une guerre injuste leur imposée.




Ce message de solidarité s’adresse aussi aux autres populations dont les territoires échappent au contrôle du gouvernement congolais.


L’UNC constate malheureusement qu’encore une fois :


La population du Nord-Kivu est en désarroi, sans défense, après le retrait des éléments des FARDC ;

Le Président de la République, Chef des armées, incapable de monter une armée républicaine depuis 11 ans, reste aujourd’hui inaudible ;

Le Gouvernement est absent ;

Nos militaires mal encadrés ;

L’Est de la RDC en voie de balkanisation.



Je lance un appel pressant à toutes les forces belligérantes M23-FARDC-MONUSCO pour qu’elles veillent à protéger les populations civiles contre toute forme de violence et exaction et qu’elles s’abstiennent de tout acte de violence et de vandalisme.



La solution militaire ayant démontrée ses limites, il n’y a plus d’autres options que de se retrouver aujourd’hui autour d’une table, comme indiqué dans le plan de sortie de crise que l’Union pour la Nation Congolaise a proposé à la nation, au cours d’un point de presse en date du 05 octobre 2012. Il faut des assises nationales, un dialogue franc et non partisan, non politicien qui attaque le mal à sa racine, tel que nous l’avons préconisé.



Je rappel au peuple congolais qu’avant son entrée en fonction, le Chef de l’Etat, aux termes de l’article 74 de la Constitution, a prêté le serment ci-après : « ….. Je jure solennellement devant Dieu et la Nation :

- d’observer et de défendre la Constitution et les lois de la République ;

- de maintenir son indépendance et l’intégrité de son territoire ;

- de sauvegarder l’unité nationale ;

- de ne me laisser guider que par l’intérêt général et le respect des droits de la personne humaine ;

- de consacrer toutes mes forces à la promotion du bien commun et de la paix ;

- de remplir, loyalement et en fidèle serviteur du peuple, les hautes fonctions qui me sont confiées. »



Devant l’incapacité du gouvernement et du Chef de l’Etat qui a trahi son serment constitutionnel d’assurer l’intégrité du territoire national, nous lui demandons de s’assumer et d’en tirer toutes les conséquences.



Enfin, j’invite la classe politique et les forces vives à se réunir sans délai pour examiner cette situation qui menace l’existence de notre pays, de façon à trouver des solutions idoines et de prendre conscience que devant l’échec de la politique et de la diplomatie appliquées par le gouvernement actuel, il nous appartient de nous approprier ce dossier pour faire le lobbying auprès des pays de la sous-région, de la région et du reste de la communauté internationale pour sortir notre pays de ce bourbier, véritable voie tracée pour sa balkanisation et sa somalisation.

Fait à Kinshasa, le 18 novembre 2012.

Pour l’UNC

Vital KAMERHE

Un demi-million de réfugiés depuis le mois de mai



Qui veut vraiment la paix au Congo ?



En visite à Kinshasa pour le sommet de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), le 13 octobre dernier, le président français François Hollande a ostensiblement marqué ses distances avec son homologue congolais Joseph Kabila. Si celui-ci fait preuve d’autoritarisme, les diplomates lui reprochent surtout son incapacité à rétablir la paix dans les Kivus.
KAMPALA, août 2012. La capitale de l’Ouganda est le théâtre d’un de ces bals masqués dont les diplomates semblent avoir le secret. Réunis au sein de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) (1) par M. Yoweri Museveni, les présidents congolais et rwandais, MM. Joseph Kabila et Paul Kagamé, se livrent à un simulacre de négociations sur la crise qui ravage le Nord- Kivu (République démocratique du Congo, RDC) depuis 1996.
La tension au Nord-Kivu est, depuis le printemps 2012, à nouveau montée d’un cran avec la mutinerie de plusieurs centaines de soldats, anciens rebelles récemment intégrés dans l’armée officielle. Formant un nouveau mouvement rebelle majoritairement tutsi, le M23 (ex- Conseil national pour la défense du peuple, CNDP) – soutenu en sous-main par le Rwanda –, ils ont pris le contrôle de la plus grande partie de la région en quelques semaines, provoquant la mort de plusieurs milliers de civils et la résurgence de dizaines de milices oubliées.

Malgré cette situation dangereuse pour la paix régionale, les chefs d’Etat de la CIRGL, sachant les positions irréconciliables, se séparent sur un accord en trompe-l’oeil prévoyant la création d’une « force internationale neutre ». Il s’agit surtout d’apaiser les chancelleries européennes et américaines, inquiètes d’un conflit qui peut à tout moment dégénérer en guerre régionale. Congolais et Rwandais ont en effet une conception radicalement différente de cette force internationale censée rétablir l’ordre dans la région. Alors que les premiers y voient le moyen de renégocier le mandat de la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), la plus importante force de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (ONU) en exercice, afin de lui donner des prérogatives offensives, les seconds privilégient au contraire une force régionale, non pas neutre, mais incluant des éléments... rwandais. Une cotutelle de Kigali sur le Nord-Kivu inenvisageable pour Kinshasa.

La crise qui ravage le Nord-Kivu n’est qu’une énième réplique des conflits incessants entre les deux voisins depuis le génocide des Tutsis, en 1994, et la contre-offensive du Front patriotique rwandais (FPR) de M. Kagamé, laquelle avait poussé des millions de Hutus rwandais à fuir au Zaïre voisin (future RDC). Ce flux massif, que le Zaïre déliquescent du maréchal Joseph Mobutu n’avait pas cherché à contrôler, incluait de nombreux cadres du « Hutu power » génocidaire. Ils allaient rapidement se constituer en milices armées, dont la plus célèbre demeure les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). A l’époque, la violence et la misère dans les immenses camps de réfugiés où circulent toutes sortes d’armes, ainsi que la volonté de Kigali comme de Kampala de mettre la main sur les immenses richesses congolaises, ont formé un cocktail rendu encore plus explosif par les conflits de pouvoir au Zaïre même. Ainsi, en 1996, l’opposant congolais Laurent-Désiré Kabila (1941-2001) s’appuya sur la volonté proclamée du FPR et des troupes ougandaises de lutter contre les milices hutues pour s’emparer des provinces du Kivu avant de renverser le régime de Mobutu et prendre le pouvoir en 1997. Ce fut sa rupture avec Kigali qui précipita la deuxième guerre du Congo (2).

Aujourd’hui encore, Kigali soutient un mouvement politico-militaire comme le M23 pour accaparer les ressources naturelles congolaises tout en s’assurant une protection militaire vis-à-vis des groupes armés hutus, de plus en plus faibles. De son côté, pour lutter contre le M23 et maintenir un semblant d’autorité sur son territoire, la RDC n’hésite pas à s’appuyer sur de multiples milices, dont, épisodiquement, les FDLR de M. Sylvestre Mudacumura, inculpé de crimes de guerre par la Cour pénale internationale (CPI).

Un bon exemple des louvoiements du président Kabila est fourni le 11 avril dernier, quand le chef de l’Etat congolais annonce, de manière très calculée, son intention d’arrêter M. Bosco Ntaganda, surnommé « Terminator ». Ex-dirigeant du groupe rebelle tutsi CNDP, soutenu par le Rwanda, celui-ci avait été inculpé en 2006 par la CPI de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Ce qui n’avait pas empêché M. Kabila de le nommer général de l’armée congolaise le 23 mars 2009, à la faveur d’un accord prévoyant la réintégration des CNDP au sein des forces régulières. M. Ntaganda a joué un rôle crucial dans les élections congolaises contestées de novembre 2011 – le principal opposant, M. Etienne Tshisekedi, refuse de reconnaître la victoire de M. Kabila – en s’assurant que les deux Kivus « choisissent la bonne voie » électorale. Menaces et violences en tout genre conditionnent le vote des populations locales, qui s’avère déterminant dans la victoire finale de M. Kabila. Les nombreuses irrégularités entachant le processus, financé à hauteur de 250 millions d’euros par l’Union européenne, poussent d’ailleurs les bailleurs de fonds à hausser le ton, pendant que des voix dans la société dénoncent les violences et les réseaux de corruption constitués à cette époque

Jamais très loin des terrains de tennis

LORSQUE M. Kabila énumère les « cent raisons » d’arrêter M. Ntaganda, il tente de donner des gages de bonne conduite à la « communauté internationale », sans mettre en application cette mesure. Nul n’ignore pourtant ses lieux de villégiature à Gisenyi (Rwanda) et Goma (RDC), où des responsables de la Monusco le croisent régulièrement sur les terrains de tennis de l’hôtel Ihusi. A la suite de la déclaration présidentielle, il a tout loisir de fuir à Masisi (RDC), où, encerclé, il profitera d’une étonnante « trêve » de cinq jours pour partir à nouveau vers le Rwanda – il y fondera le M23, le 6 mai, avec M. Laurent Nkunda, lui aussi inculpé par la CPI, et M. Sultani Makenga, son ancien aide de camp, devenu la vitrine légale du mouvement.

Bien qu’il démente toute implication dans la crise, le président rwandais s’y engage résolument. Tributaire de l’exploitation illégale des ressources naturelles des deux Kivus et de l’Ituri, qui pèsent pour près d’un quart dans le produit intérieur brut de son pays, et cherchant à se défaire définitivement des FDLR, il soutient en sous-main la création du M23 dès le mois de février, accueillant ses responsables et l’approvi- sionnant tant en hommes qu’en matériel. C’est dans ces circonstances, et alors que les preuves accablantes de ce soutien (4) suscitent une réprobation internationale, menaçant les flux d’aide qui alimentent Kigali, que le Rwanda tente de gagner du temps en acceptant, à Kampala, la création d’une force internationale qu’il sait illusoire. Il cherche également à apaiser le feu des critiques venues des Etats-Unis, dont l’ambas sadeur Stephen Rapp menace les dirigeants rwandais de poursuites devant la CPI. La France en profite pour condamner, dès le 2 août, le M23 et tout soutien étranger à ce mouvement, sans cependant mentionner explicitement le Rwanda, avec lequel les relations restent tendues depuis le génocide de 1994 (5). Paris semble privilégier, dans un certain isolement, une diplomatie particulièrement peu offensive vis-à-vis du « pays des mille collines »

De son côté, l’Afrique du Sud a décidé d’utiliser le sommet de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) de Maputo (Mozambique), dont est membre la RDC, et qui a refusé l’adhésion du Rwanda en 2005, pour condamner, le 19 août, le soutien de ce pays à la rébellion. Une décision tardive, qui s’explique par la tentative de rapprochement de Pretoria avec Kigali, symbolisée par la présence de M. Kagamé au centenaire du Congrès national africain (ANC). Les relations entre les deux Etats s’étaient tendues après l’assassinat à Johannesburg d’un général rwandais en exil, en juillet 2011. Avec la décision de la SADC, l’Afrique du Sud revient à sa position traditionnelle, en appuyant son allié historique congolais. Elle apporte à M. Kabila une bouffée d’oxygène, après plusieurs mois de relatif isolement sur la scène continentale.

La médiatisation comme moyen de pression

EN EFFET, malgré l’intense activité de son ministre des affaires étrangères Raymond Tshibanda, la RDC peine à rallier à sa cause ses alliés traditionnels – du moins au-delà des déclarations d’intention et des condamnations de pure forme. L’Angola, notamment, membre de la CIRGL, semble temporiser face aux demandes pressantes d’assistance formulées par Kinshasa, tandis que le président centrafricain François Bozizé est accaparé par la rébellion tchadienne qui écume son pays. M. Bozizé se trouve également aux prises avec une révolte de la jeunesse ; des craintes de complot l’ont récemment amené à limoger son ministre des finances, qui était aussi son neveu. Dans le même temps, l’affaire Faustin Munene, du nom d’un général de M. Kabila accueilli à Brazzaville en tant que « réfugié politique », empoisonne les relations de la RDC avec sa voisine, la République du Congo.
Affaiblie, la RDC a adopté une stratégie de médiatisation du conflit au Kivu destinée à accentuer la pression humanitaire sur Kigali. De fait, associations et médias internationaux concentrent depuis le mois d’avril leur attention sur les exactions commises par les ennemis déclarés du président congolais, faisant ainsi oublier les déboires électoraux et les nombreuses accusations de corruption qui touchent son entourage. Cette stratégie lui a vraisemblablement permis de conserver la capitale provinciale, Goma, malgré un rapport de forces clairement en faveur du M23. Ce faisant, Kinshasa se donne du temps pour réorganiser ses forces armées et établir des rapprochements avec les milices locales.
En 2009, la proposition du président français Nicolas Sarkozy de partager l’administration des ressources de la région entre la RDC et le Rwanda avait été reçue comme un camouflet et rejetée en bloc par Kinshasa. Il n’en reste pas moins que l’Etat congolais se montre incapable d’exercer sa souveraineté sur de larges pans de son territoire. Objet de tous les trafics, les ressources naturelles des deux Kivus comme de l’Ituri sont systématiquement pillées. De l’or aux diamants en passant par la cassitérite et même l’uranium, l’administration n’enregistre qu’une part infime de l’activité minière. 

En parallèle, l’intégration d’anciens mouvements rebelles dans l’armée régulière en vertu d’accords de paix, avec de belles promotions à la clé, a ouvert un cycle d’impunité favorisant la multiplication des rébellions. Dans une région économiquement sinistrée, la violence est devenue le meilleur moyen d’exister et de gravir les échelons, voire de se construire un destin national. L’espoir représenté par la justice internationale, qui semble seule à même de rompre ce cycle, n’a pour l’instant pas porté ses fruits, faute de concrétisation quelconque.

Il est vrai que l’Union africaine maintient une ligne agressive à l’encontre de la CPI, y compris depuis l’élection, en juillet dernier, de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la présidence de la commission de l’organisation, en remplacement du Gabonais Jean Ping. Conflictuelles dès l’origine, les relations de l’Union avec la Cour ont connu une importante détérioration avec l’émission du mandat d’arrêt pour génocide contre le président soudanais Omar Al-Bachir : l’Union a enjoint à ses pays membres de ne pas coopérer avec la CPI, comme elle le fera lors de l’inculpation de Mouammar Kadhafi. Un échec révélateur de la nature du multilatéralisme africain, trop souvent réduit à un réseau infrapolitique de solidarités personnelles.

Terrain de jeu des puissances régionales comme elle le fut des puissances coloniales, pays à l’indice de dévelop pement humain (IDH) le plus faible du monde malgré ses innombrables res sources, la RDC se trouve une fois encore au coeur d’une crise violente à l’issue incertaine. Alors que le conflit aurait fait entre trois et dix millions de morts depuis 1997, les événements en cours depuis le mois de mai ont provoqué la fuite de plus de cinq cent mille réfugiés et une « épidémie de viols », selon Médecins du monde. Depuis le mois d’août, les violences ethniques resurgissent tandis que trois sommets de la CIRGL se sont succédé sans aucune avancée, les protagonistes ne semblant avoir, encore et toujours, qu’un seul point d’accord : le désintérêt le plus total pour le destin des populations.

Notes
(1) Structure fondée en 2000 par l’Organisation des Nations unies (ONU) et l’Union africaine, la CIRGL, qui a son siège à Bujumbura (Burundi), est le principal forum diplomatique de la région des Grands Lacs africains. Elle réunit onze Etats : Angola, Burundi, Centrafrique, Congo-Brazzaville, Kenya, Ouganda, République démocratique du Congo, Rwanda, Soudan, Tanzanie et Zambie.
(2) La première guerre du Congo débute en 1996 et s’achève par la chute du président Mobutu en 1997. Il est remplacé par Laurent-Désiré Kabila, qui change le nom de Zaïre en République démocratique du Congo (RDC). La deuxième guerre du Congo (1998- 2002) implique huit pays : Angola, Namibie, RDC, Tchad et Zimbabwe d’un côté ; Burundi, Ouganda et Rwanda de l’autre.
(3) Lire Tristan Coloma, « Congo, la société en campagne », Le Monde diplomatique, décembre 2011.
(4) Conseil de sécurité des Nations unies, addendum au rapport intérimaire du groupe d’experts sur la RDC, 27 juin 2012, S / 2012 / 348 /Add.1
(5) La France n’a plus d’ambassadeur au Rwanda depuis le refus de Kigali, en février 2012, d’accréditer Mme Hélène Le Gal, devenue entre-temps conseillère Afrique du président François Hollande.

PAR JUAN BRANCO * * Chercheur, ancien assistant spécial du procureur de la Cour pénale internationale.
http://www.pressegauche.org/spip.php?article12230

www.monde-diplomatique.fr/2012/11/BRANCO/48344

RDC: les rebelles du M23 aux portes de Goma




29 juillet 2012, Nord-Kivu. Les soldats des FARDC patrouillent dans la région de Goma.
29 juillet 2012, Nord-Kivu. Les soldats des FARDC patrouillent dans la région de Goma.
REUTERS/James Akena

Par RFI
Des hélicoptères de l'ONU sont entrés en action contre les rebelles du M23 dans l'est du Congo-Kinshasa, en vain semble-t-il. Car les rebelles congolais sont ce dimanche 18 novembre à la lisière de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu. Ils exigent la neutralité de la mission de stabilisation de l'ONU en RDC, ainsi que l'arrêt de son soutien à l'armée régulière congolaise. La nuit dernière, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence à New York pour réfléchir à l'éventualité de la chute de Goma. Pendant ce temps, la population de Goma se terre chez elle.

« Nous sommes enfermés dans nos maisons, couchés sous les lits », explique une habitante de Goma. En tout cas, l’inquiétude persiste encore au chef-lieu du Nord-Kivu. Les combats sont signalés à quelques kilomètres de l’aéroport, aux environs du camp des déplacés de Kanyarucinya.

Selon des sources humanitaires, tous les déplacés ont quitté ce camp, en direction de Goma. L’armée régulière s’est retirée de ses positions, y compris à l’aéroport, selon la Monusco. Mais le lieutenant-colonel Olivier Hamouli, porte-parole des FARDC, refuse de parler de débandade.


Lieutenant colonel Olivier Hamouli
Porte-parole des FARDC

On résiste encore au niveau de l’aéroport pour que nous puissions nous assurer que l’aéroport de Goma est gardé. Néanmoins, au niveau de la ville, on a évité les combats. On a évité le bain de sang parce que l’ennemi était en train de lancer des bombes au niveau de Goma. Alors, on a évité que les populations civiles puissent être victimes de ces agissements

Les FARDC se sont dirigés vers Saké, avec des chars et autres engins. Le porte-parole du M23 a confirmé que les rebelles sont à l’entrée de Goma. Vianney Kazarama a cependant déclaré qu’ils ne vont pas entrer dans cette ville maintenant, le M23 serait décidé à poursuivre les FARDC, où qu’elles aillent.


Lieutenant colonel Vianney Kazarama
Porte-parole militaire du M23

Notre mission, ce n’est pas d’entrer dans la ville de Goma (…), c’est pour poursuivre l’ennemi et neutraliser la capacité des forces armées de Kabila
18/11/2012 par Boniface Vignon

Les autorités congolaises accusent le Rwanda d’avoir aligné ses troupes d'élites aux côtés de la rébellion.
http://www.rfi.fr/afrique/20121118-rdc-goma-m23-onu-nord-kivu-fardc-rebellion-monusco-kanyarucinya-rwanda-

Les rebelles congolais du M23 aux portes de Goma



par Jonny Hogg

KINSHASA (Reuters) - Les rebelles congolais étaient dimanche aux portes de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu dans le nord-est de la RDC, après avoir repoussé les forces de l'armée régulière et les casques bleus de la Monusco.

Mais le porte-parole du M23, le colonel Vianney Kazarama, qui a précisé que ses hommes étaient désormais à seulement deux km de Goma au terme de quatre jours d'accrochages, n'entendaient pas occuper la ville.

Cette dernière abrite le QG de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC pour l'est du pays.

"Nous n'allons pas prendre l'aéroport, a-t-il dit. Nous ne faisons que riposter à une attaque de l'armée (...) nous agissons de la sorte simplement pour briser la capacité des Forces armées de la République du Congo démocratique (Fardc)", a-t-il assuré.

De son côté, un porte-parole de l'armée gouvernementale, le colonel Olivier Hamuli, a déclaré à Reuters lors d'une conversation téléphonique vite interrompue: "Des combats se déroulent à cinq km environ de l'aéroport".

Aucun bilan des derniers combats n'a été avancé par les deux camps.
Les insurgés du M23, qui se sont mutinés en avril, avancent au Nord-Kivu en brisant la résistance des Fardc et des casques bleus de la Monusco.

Samedi, le Conseil de sécurité des Nations unies, réuni en urgence à la demande de la France, a adopté à l'unanimité une déclaration condamnant les nouvelles attaques des insurgés du M23 dans l'est de la RDC.

Dans leur déclaration, les 15 membres du Conseil de sécurité ont demandé au M23 de cesser son avance vers la ville de Goma et appelé à la fin de "tous les soutiens extérieurs et fourniture d'équipements au M23".

La Monusco, dont le mandat est de protéger les populations civiles, compte environ 6.700 casques bleus au Nord-Kivu, dont 1.400 soldats environ à Goma et dans ses environs.
On estime à plus de 750.000 le nombre de civils à avoir quitté précipitamment leurs foyers depuis le début des combats dans l'est de la RDC en avril.

50.000 DEPLACÉS AUJOURD'HUI ?

Samedi, des hélicoptères de la Monusco ont été dépêchés pour mitrailler des positions rebelles, ce qui n'a pas empêché le M23 de gagner du terrain lors des derniers engagements qui, selon l'Onu, ont accentué l'exode des populations.

Tariq Riebl, coordinateur du programme humanitaire de l'ONG Oxfam, a indiqué que les habitants de Goma tentaient d'évacuer leurs familles. Des camions transportant des militaires congolais quittent aussi dimanche le chef-lieu de province.

"Les gens se déplacent dans toute la ville. J'en connais beaucoup qui font partir leurs familles lorsqu'ils en ont les moyens financiers", a ajouté l'employé d'Oxfam. D'après lui, des milliers de déplacés abandonnent aussi des camps installés au nord de Goma pour éviter la progression des insurgés.

"On s'attend à un déplacement de 50.000 personnes aujourd'hui et ce n'est que demain que nous saurons où elles sont allées. La question qui se pose désormais est : que signifient ces combats et est-ce que le M23 va prendre Goma ? Personne ne le sait en fait."
Goma, située à l'extrémité nord du lac Kivu, à la frontière rwandaise, compte aujourd'hui un million d'habitants, personnes déplacées comprises.

Les insurgés du M23 ont toujours dit qu'ils n'entendaient pas prendre le contrôle de la ville.
Les rebelles du M23 sont d'anciens militaires de l'armée régulière qui ont déserté en accusant le gouvernement central de Kinshasa ne pas appliquer l'accord de paix de 2009 qui a mis fin à une précédente insurrection au Nord-Kivu et était censé les intégrer au sein des Fardc.
Le gouvernement de Kinshasa ainsi que des enquêteurs des Nations unies accusent le Rwanda de soutenir l'actuelle rébellion dans l'est de la RDC.

Kigali, qui a une longue histoire d'ingérence et d'intervention militaire dans l'Afrique des Grands Lacs ces vingt dernières années, nie farouchement soutenir aujourd'hui le M23.
Samedi, le secrétaire général adjoint de l'Onu chargé du département des opérations de maintien de la paix, le Français Hervé Ladsous, a affirmé à la presse que les insurgés du M23 disposaient de matériels perfectionnés comme des mortiers de 120 mm et des équipements de vision nocturne.
On estime que plus de cinq millions de personnes ont péri dans les diverses guerres au Congo démocratique depuis 1998, victimes de la violence, de la faim et des maladies.

Jean-Loup Fiévet pour le service français
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121118.REU0964/les-rebelles-congolais-du-m23-aux-portes-de-goma.html


AFP) - Militaires, autorités et civils congolais ont commencé dimanche à fuir Goma, la capitale régionale du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) étant aux portes de la ville, a-t-on appris de sources concordantes.

"Beaucoup de militaires et d'autorités (de la province) sont partis" de Goma, a déclaré à l'AFP par téléphone une source onusienne, qui attendait à un point de ralliement mis en place dans la ville par l'ONU pour ses personnels.

Une source humanitaire occidentale a évoqué une "débâcle des forces armées de RDC qui évacuent la ville de Goma".

Selon une source militaire occidentale, des officiers des forces armées ont commencé à partir par bateaux vers Bukavu, la capitale du Sud-Kivu distante d'environ 80 kilomètres au sud. Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, est parti sur l'un de ces bateaux, a déclaré une source administrative à Bukavu.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121118.AFP5285/rdc-la-rebellion-aux-portes-de-goma-civils-et-militaires-fuient.html




Les rebelles du M23 ont arrêté leur progression à l'entrée de Goma

afp
Mis en ligne le 18/11/2012

Militaires et autorités avaient commencé dimanche à fuir Goma, les rebelles du Mouvement du 23 mars étant aux portes de la ville.

Les rebelles congolais du M23 ont arrêté leur progression à environ trois kilomètres du centre de Goma, capitale régionale du Nord-Kivu dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a constaté l'AFP, mais ils ont menacé de "prendre la ville" s'ils étaient attaqués par l'armée régulière.

Un responsable du Mouvement du 23 mars (M23), le colonel Innocent Kayina, a indiqué avoir installé son poste de commandement à la hauteur du camp de Munigi, principal camp des Nations unies à la sortie de Goma, tenu par un bataillon sud-africain, à environ trois kilomètres au nord du centre-ville. Un correspondant de l'AFP a constaté que les rebelles y étaient positionnés.

"Si les FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo) nous attaquent, on prendra la ville ( ...) nous nous sommes battus pour hausser la voix de nos revendications", a affirmé en milieu d'après-midi à l'AFP Innocent Kayina, commandant des opérations du M23 dans cette zone.
Aucun corps ni aucune trace de combat n'était visible à proximité du camp de Munigi, qui se trouve à l'extrémité de l'aéroport, aux pieds des contreforts du volcan Nyiragongo sur la route qui mène au nord.

Militaires et autorités avaient commencé dimanche à fuir Goma, les rebelles du Mouvement du 23 mars étant aux portes de la ville, selon des sources concordantes. Une source humanitaire occidentale avait évoqué dans la matinée une "débâcle des forces armées de RDC" en assurant qu'elles évacuaient la ville de Goma".

Cependant, la situation était calme en milieu d'après-midi à Goma, selon une autorité locale. Aucun tir n'était entendu et "aucun incident majeur" n'a été signalé, a assuré à l'AFP le vice-gouverneur, Feller Lutaichirwa, interrogé par téléphone.
Il a affirmé que les autorités militaires avaient décidé de se retirer afin "d'éviter un bain de sang" dans Goma, "ville de déplacés, prise en étau", entre le lac Kivu et la zone occupée jusqu'à présent par le M23.

Dans les rues, la circulation était rare comme tous les dimanches mais beaucoup d'habitants étaient sur le pas de leur porte, guettant l'arrivée éventuelle de rebelles, a constaté l'AFP. Au poste frontière menant à la ville rwandaise voisine de Gysenyi, aucune foule importante ne tentait de passer. Des sources concordantes avaient évoqué en milieu de journée une "débandade" voire une "débâcle" des militaires.

Mais un porte-parole des forces armées, Olivier Hamuli, a soutenu sur la radio Top Congo que les combats étaient "rudes", notamment "autour de l'aéroport", alors qu'aucun bruit de tir ni écho d'artillerie n'était perceptible dans la ville. "Notre souci est d'éviter le bain de sang dans Goma, une ville surpeuplée", a ajouté le porte-parole, à la radio.

Le camp de Kanyarucinya, à une dizaine de kilomètres au nord de Goma, a commencé à se vider après le passage, en milieu de matinée, des premiers rebelles armés.
Ce camp accueillait en début de semaine environ 30.000 déplacés arrivés par vagues de la région du Rutshuru conquise depuis juillet par les rebelles. Le M23 a été créé début mai dans le Nord-Kivu par des militaires congolais qui avaient pour la plupart combattu au sein de la rébellion pro-rwandaise du Congrès national pour la défense du peuple.


RDC : la rébellion aux portes de Goma, civils et militaires fuient





Des Casques bleus stationnés à Goma, le 8 août 2012 en RDC.
Des Casques bleus stationnés à Goma, le 8 août 2012 en RDC.© AFP
Militaires, autorités et civils congolais ont commencé dimanche à fuir Goma, la capitale régionale du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) étant aux portes de la ville, a-t-on appris de sources concordantes.
"Beaucoup de militaires et d'autorités (de la province) sont partis" de Goma, a déclaré à l'AFP par téléphone une source onusienne, qui attendait à un point de ralliement mis en place dans la ville par l'ONU pour ses personnels.
Une source humanitaire occidentale a évoqué une "débâcle des forces armées de RDC qui évacuent la ville de Goma".
"Nous sommes en panique générale", a déclaré à l'AFP un chauffeur de taxi de Goma. "C'est comme si les rebelles étaient en train de repousser nos militaires. En ville, les boutiques sont fermées. Moi, comme d'autres, je vais rejoindre ma famille", a-t-il dit.
En fin de matinée, les rebelles avaient eux-même annoncé qu'ils se trouvaient tout près de Goma.
"En ce moment, nous sommes à Kibati, à 5 kilomètres de Goma", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire de la rébellion. Affirmant n'avoir pas l'ambition de prendre la ville, il a ajouté: "Si toutefois l'armée de Kabila (le président) nous attaque, nous allons poursuivre l'ennemi jusqu'à ce qu'il soit rejeté très loin de Goma".
Selon une source militaire occidentale, des officiers des forces armées ont commencé à partir par bateaux vers Bukavu, la capitale du Sud-Kivu distante d'environ 80 kilomètres au sud. Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, est parti sur l'un de ces bateaux, a déclaré une source administrative à Bukavu.
L'aéroport, situé à quelques centaines de mètres du centre-ville, a été fermé et seuls quelques éléments de la Garde républicaine congolaise y sont encore stationnés, a ajouté cette source militaire occidentale. Un vol civil qui devait y atterrir a été détourné, a indiqué un proche d'un passager.
Dans la matinée, un colonel congolais avait affirmé à l'AFP que des affrontements se déroulaient "au camp de Kanyarucinya", à une dizaine de kilomètres de Goma. Ce camp regroupait vendredi selon le Haut commissariat aux réfugiés 30.000 personnes déplacées. Mais des milliers d'autres personnes y sont arrivées depuis, dont un grand nombre de femmes et d'enfants.
Fuyant les combats, des colonnes de centaines de déplacés - et des militaires ayant quitté le front - étaient arrivés aux portes de Goma avec leurs effets personnels et leurs chèvres, en espérant rejoindre d'autres camps de déplacés, a constaté un journaliste de l'AFP.
"Débandade"
Le porte-parole de la province du Nord-Kivu, Célestin Sibomana, très inquiet, a évoqué "une débandade" et pointé l'inaction des Casques bleus dimanche, selon lui. La mission de l'ONU en RDC, "la Monusco actuellement ne fait absolument rien!", a-t-il dit.
Dimanche, les Casques bleus n'ont pas bougé pour protéger Goma, ont constaté différentes sources dont un photographe de l'AFP réfugié dans la base de Munigi, principale base des Nations unies au nord de la ville. Dans leur avancée vers Goma, les rebelles ont dépassé ce camp situé à environ 5 kilomètres de la ville, a constaté le photographe.
Les Casques bleus de la Monusco étaient intervenus samedi pour appuyer l'armée régulière congolaise avec des hélicoptères de combat, ce qui n'avait pas empêché les rebelles de prendre la petite ville de Kibumba, à 25 kilomètres au nord de Goma.
Mais le M23 a exigé, dimanche matin, que la Monusco cesse de soutenir l'armée. "Nous mettons en garde la Monusco qui est en train de bombarder nos zones au lieu de montrer sa neutralité sur le terrain (...) S'ils continuent à nous bombarder, nous allons réagir", a déclaré le porte-parole du mouvement.
Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni samedi soir à New York, a demandé l'arrêt de l'avance de la rébellion vers Goma, et que "tout soutien extérieur et toute fourniture d'équipement au M23 cessent immédiatement".
La RDC et l'ONU accusent le Rwanda, frontalier de la région du Kivu, de soutenir les rebelles, ce que Kigali dément. Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, avait affirmé samedi soir que "4.000 hommes en colonnes motorisées et à pied" étaient arrivés "en provenance du territoire rwandais", mais le Rwanda a réfuté.
Le M23 a été créé début mai dans le Nord-Kivu (est) par des militaires congolais qui avaient pour la plupart combattu au sein de la rébellion pro-rwandaise du Congrès national pour la défense du peuple. Ils ont officiellement intégré l'armée en 2009 après un accord avec le gouvernement, mais se sont mutinés en avril dernier, arguant que Kinshasa n'avait pas respecté ses engagements.


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : RDC : la rébellion aux portes de Goma, civils et militaires fuient | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique





Des rebelles du M23 dans la province du Nord-Kivu, le 28 juillet 2012.Des rebelles du M23 dans la province du Nord-Kivu, le 28 juillet 2012.© AFP
La rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) a "mis en garde" dimanche la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (Monusco), lui intimant de cesser de soutenir l'armée régulière dans les combats qui font rage dans l'est du pays, et menaçant d'une riposte.
"Nous mettons en garde la Monusco qui est en train de bombarder nos zones au lieu de montrer sa neutralité sur le terrain. Qu'elle cesse de nous bombarder!", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23.
"S'ils continuent à nous bombarder, nous allons réagir", a-t-il ajouté.
Après une trêve relative de trois mois, les combats ont repris depuis jeudi entre l'armée et le M23 dans la zone de Kibumba, frontalière du Rwanda, poussant des milliers de civils à fuir. Pour tenter de stopper l'avancée de la rébellion qui se rapproche de Goma, la capitale régionale, les Casques bleus de l'ONU sont entrées en action samedi en appuyant l'armée congolaise avec des hélicoptères de combat.
Le porte-parole militaire du M23 a souligné que son mouvement n'a "jamais attaqué" les camps de la Monusco à Kitale et Kiwandja, sous contrôle des rebelles, mais a sous-entendu que cela pourrait changer car ils ne peuvent "tolérer" que la Monusco utilise "des hélicoptères, des chars de combats contre la population".
Monusco pointée du doigt
"Nous voudrions que la Monusco montre sa neutralité dans ces affaires congolaises, entre les Congolais. Est-ce que la Monusco est venue ici pour combattre les Congolais ou pour protéger les Congolais?", s'est interrogé le porte-parole du M23.
Le M23 est surtout formé d'anciens rebelles qui, après avoir été intégrés en 2009 dans l'armée, se sont mutinés en avril dernier et combattent depuis l'armée régulière dans la région du Kivu. Deux pays voisins, le Rwanda et l'Ouganda, sont accusés par l'ONU de soutenir les rebelles, ce qu'ils démentent.
Samedi, le conseil de sécurité de l'ONU a demandé l'arrêt de l'avance de la rébellion vers Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu et que "tout soutien extérieur et toute fourniture d'équipement au M23 cessent immédiatement".


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : RDC : la rébellion du M23 "met en garde" l'ONU qui attaque ses positions | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

DOCTEUR MUKWEGE PARLE DES VIOLS EN RDC


53

JEAN-CLAUDE VUEMBA PARLE DE L'ÉCHEC DE "JOSEPH KABILA"