Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 1 juin 2015

CONSULTATIONS : Diongo décline farouchement le rendez-vous avec Joseph Kabila







CONSULTATIONS : Diongo décline farouchement le rendez-vous avec Joseph Kabila

























Le dur à cuire, Franck Diongo rejette farouchement l’offre de Joseph Kabila des consultations. Le patron du MLP a, au cours d’un entretien à bâton rompu, hier vendredi 29 mai, dans son cabinet de travail, soutenu qu’il ne trouve pas d’opportunité de dialoguer avec Kabila en ce moment si crucial pour le pays. Pour lui, il attend de Kabila deux choses. Primo, que Kabila prononce un discours ferme devant l’opinion nationale et internationale soutenant qu’il ne briguera pas un mandat supplémentaire à l’issue de son mandat qui prend fin en 2016. Secundo, le farouche opposant à Kabila, tient à l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes dans le vrai sens du terme. A cela, Diongo envoie Kabila à réélire (relire, Ndlr) son mémo qu’il lui avait adressé à travers son émissaire, Kalev, patron de l’ANR.
A qui veut l’entendre, Diongo précise qu’il tient au mémo du MLP qui, pour lui, reflète le non de son parti de l’opposition radicale de dialoguer avec Kabila dos au mur qui tient ipso facto à se maintenir illégalement à la tête du pays. Ici, Diongo se réfère aux deux scrutins de 2006 et 2011 pour justifier son non à l’appel de Kabila. D’après l’élu de Lukunga, Kabila n’a pas initié un dialogue en 2006 ni 2011, alors que le pays était sous crique. «Pourquoi veut-il le faire seulement en 2016?», s’étonne-t-il. A lui de répondre: «C’est donc de la supercherie de la part de Kabila et de son entourage qui veulent prendre le pays en otage pour des intérêts obscures». Diongo pense qu’il fallait dialoguer quand Kabila tentait de modifier la Constitution.
Et aussi, ajoute-il, quand Kabila tenait à faire passer la très controversée loi électorale qui a causé des pertes en vies humaines, le 19 au 25 janvier derniers. «Là, Kabila, ne nous a pas invité. Il a voulu faire les choses à sa manière», soutient-il. Bien hélas! Diongo indique que le peuple s’est opposé à ce schéma diabolique. «Maintenant que Kabila est conscient que l’opinion est éveillé sur son départ, il cherche à créer une cohésion interne pour maquiller son maintien par le dialogue», a-t-il dit. Avant d’ajouter : «Que nous, le MLP, nous ne répondrons pas à l’appel de Kabila quoi qu’il en soit et quoi qu’il coute», fait remarquer l’intraitable Diongo. A la question de savoir comment le MLP se prépare pour affronter les provinciales, Diongo lâche qu’il met sa main à couper qu’il n’y aura pas des élections provinciales. Car, défend-il, la CENI n’est pas encore prête à organiser ces élections. Comment, parce que, les kits posent problème, les matériels à imprimer ne sont pas encore dispo. Jusque-là, la CENI n’a pas encore passé la commande de la logistique.
Que le premier, couac se situe au niveau du budget. Sur le total du budget exigé par la CENI, le gouvernement n’a débloqué que 5 pourcents de la somme exigée par la CENI, explique-t-il. «Il est pratiquement impossible que la CENI organise les élections à l’échéance fixée soit le 25 octobre 2015», a-t-il exprimé. Profitant de l’entretien avec C-NEWS, Diongo a lancé un appel à Kabila pour respecter la Constitution et qu’il s’apprête à partir en 2016. Car, l’actuel locataire du Palais de la nation n’aura aucun souci du fait qu’il y a une loi dans la Constitution qui définie le statut d’ancien président. Et il devra ensuite passer aux  aveux devant les Rd-Congolais suite à sa mégestion de la chose publique depuis plus de quinze années passées, fait-il savoir d’un ton ferme. «Si Kabila refuse de partir, le peuple se prendra en charge comme ce fut le cas le 19 au 25 janvier dernier. L’heure est à l’action et à la responsabilité. Nous n’avons pas besoin d’une démocratie octroyée ou en résidence surveillée. Nous avons besoin d’une démocratie méritée», conclut-il.
XAVIERZ PEREZ
http://7sur7.cd/new/consultations-diongo-decline-farouchement-le-rendez-vous-avec-joseph-kabila/

Ngoy Mulunda ne parle plus en bien de Kabila





Ngoy Mulunda ne parle plus en bien de Kabila












Le controversé Pasteur Daniel Ngoyi Mulunda ne parle plus en bien de Joseph Kabila. Il fait ça et là des déclarations contre Joseph Kabila à qui il dit, à qui veut l’entendre, avoir aidé pour être réélu à la pré¬sidence, en 2011.
Lors du dépôt de sa candidature à la députation provinciale à Lubum’, Mulunda fait savoir qu’il a quitté le PPRD et la majorité présidentielle. Là où il reste ambigu, c’est quand le minuscule pasteur dit qu’il a quitté la Kabilie tout en restant Kabiliste. Cette Kabilie dont fait allusion Mulunda, est de Kabila père et non de Joseph Kabila qu’il ne cesse de critiquer chez ses proches. Mulunda a créé un parti pour affronter les échéances électorales que nos sources nous promettent donner le nom dans les jours à venir.
Les déclarations de Mulunda mettent déjà mal à l’aise certains Kabilistes des derniers rangs qui avancent comme argument que le pasteur risque la mort ou la prison s’il continuait à parler en mal du «Rais». En privé, Mulunda projette déjà le départ de Joseph Kabila en 2016.
Selon lui, Joseph Kabila n’osera pas de faire un mandat supplémentaire sinon il risque gros. Surtout que la communauté internationale garde l’oeil sur la Rd-Congo. Le hold-up électoral organisé en 2011, sera difficile à répéter en 2016. Et qu’il faut des nouveaux dirigeants en Rd-Congo. Mulunda veut se laver comme-ci, il n’a pas causé du tort aux Rd-Congolais en insultant Joseph Kabila. N’est-ce pas à lui que Etienne Tshisekedi avait dit: «Oko lela na munoko ya mboka?» Cela suite à la tricherie qu’il avait orchestré lors des élections de novembre 2011 en proclamant Joseph Kabila vainqueur à la présidentielle. Le voilà surgir du néant pour tromper l’opinion avec des déclarations fantaisistes.
Que Mulunda retienne qu’aucun Rd-Congolais n’est prêt à lui pardonner de ses démesures politiques. L’histoire le jugera tôt ou tard de ses bavures politiques.
Pire, Mulunda reconnait qu’il a aidé Joseph Kabila à se faire élire en 2011. Pareils propos remettent en cause la victoire de Joseph Kabila en 2011. Ce qui confirme l’hypothèse selon laquelle que Joseph Kabila n’avait pas été élu mais plutôt nommé par le minuscule Daniel pasteur Ngoie Mulunda, incapable de définir son appartenance politique, s’il est de gauche ou de droite.

XAVIER PEREZ
http://7sur7.cd/new/ngoy-mulunda-ne-parle-plus-en-bien-de-kabila/

Les Consultations de Kabila mal parties : UDPS, UNC, MLC, non au Dialogue !





Les Consultations de Kabila mal parties : UDPS, UNC, MLC, non au Dialogue !

























Plusieurs partis politiques de l’Opposition ont décliné l’invitation leur lancée par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, à participer au Dialogue dont l’ouverture était annoncée pour le samedi 30 mai 2015 au Palais de la Nation. F. Tshisekedi (UDPS), Delly Sessanga (plate-forme UNC, MLC, Envol, le CDR, les FAC, le MPCR…) et autres Matungulu (Congo Na Biso) ont fait chorus pour décréter l’inopportunité de pareille rencontre.
La grande surprise est venue de l’UDPS, au départ d’accord sur le principe de la participation à un Dialogue avec la Majorité au pouvoir mais sous réserve des réponses claires à quelques préalables (médiation internationale, réexamen du contentieux électoral de 2011, pas de glissement de calendrier électoral, neutralité du Bureau de la CENI, audit externe du fichier électoral, libération des prisonniers politiques). S’exprimant à cette occasion, Félix Tshisekedi, fils de son père et Secrétaire national aux Relations Extérieures, a martelé que l’UDPS récusait un Dialogue ayant pour initiateur Joseph Kabila, car considéré comme à la fois juge et partie. Dans une déclaration sur RFI, il a notamment souligné : « Le dialogue, tel que nous l’entendons à l’UDPS, c’est une initiative de la communauté internationale. C’est dans ce cadre-là que nous nous sommes inscrits pour participer, et non pas un dialogue initié par Joseph Kabila qui, lui-même, fait partie du problème. Parce qu’il ne faut pas oublier que, selon la feuille de route que nous proposons, il y a le problème du contentieux électoral de 2011, dont il faut discuter. Et là, nous avons reçu un écho favorable de l’émissaire de monsieur Kabila, qui se disait prêt à discuter de tous les sujets sans tabou. Ensuite, il faut baliser la voie pour que l’on ait un processus électoral crédible et apaisé, et enfin discuter du sort de monsieur Kabila ».
Position commune de l’UNC, MLC, FAC, Envol, MPCR…
Dans une déclaration commune livrée à la presse par Delly Sessanga, son rapporteur, le vendredi 29 mai courant, la plateforme de l’Opposition regroupant le MLC (Mouvement de Libération du Congo), l’UNC (Union de la Nation Congolaise), le CDR, l’Envol, les FAC (Forces Acquises au Changement)… a fait connaître son refus de prendre part au Dialogue politique initié par le Président de la République. L’intéressé a confié à RFI que « L’Opposition, dans son ensemble, a considéré l’essentiel des points de vue lors des rencontres avec son émissaire, qui a transmis ses préoccupations au Président de la République sur ce que sont des sujets d’importance pour le pays. Nous considérons qu’il y a inopportunité de pouvoir tenir un dialogue. Donc, nous ne participerons pas aux pourparlers engagés entre la classe politique et les forces politiques et sociales ».
Selon Delly Sessanga, l’Opposition se focalise sur ses échanges avec la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) autour du calendrier électoral, dans l’objectif d’obtenir des élections crédibles et transparentes, conformément aux prescrits de la Constitution. «Nous pensons que ce qui est important aujourd’hui, c’est de centrer l’intérêt du pays et de la population sur le cycle électoral, qu’il faut tenir de manière apaisée et qu’il faut pouvoir aérer dans son calendrier, plutôt que de réunir un second forum. Il faut rappeler qu’il y a eu les concertations nationales, qui ont donné lieu à une série de recommandations et on ne voit pas ce qui va être renouvelé aujourd’hui et qui n’ait pas été dit ».
Kengo contre le Dialogue
Dans une déclaration rendue publique le mercredi 27 mai 2015, l’Opposition Républicaine, dont l’ « Autorité morale » n’est personne d’autre que Léon Kengo wa Dondo, président du Sénat, avait informé l’opinion nationale de son rejet de l’offre de dialogue du Chef de l’Etat. De l’avis de ce vieil animal politique et ses alliés, ce forum était inopportun, dès lors que les résolutions des Concertations Nationales (septembre-octobre 2013), qui avaient balisé le chemin de la cohésion nationale, n’étaient exécutées qu’à hauteur de 22 %. Plutôt que de ramener les Congolais à la table des négociations pour la énième fois, il était plus pratique d’accélérer l’exécution des résolutions de ces assises.
Matungulu aussi
Président d’une nouvelle formation politique, dénommée Congo Na Biso (CNB), Freddy Matungulu a condamné, sur Radio Okapi, l’initiative présidentielle visant la tenue d’un nouveau dialogue entre forces politiques et sociales de la République Démocratique du Congo.
« Nous avons un gouvernement en place. Son devoir est de travailler et de faire en sorte qu’il puisse nous amener, l’année prochaine, aux législatives et à la présidentielle, donc à des élections paisibles. Cela permettrait que la question de la légitimité au pouvoir, restée entière, puisse trouve solution. Les membres de ce gouvernement sont là et il revient à eux de travailler. Et, il ne faut pas qu’on pousse la balle du côté de l’opposition, qui n’a pas le contrôle sur le fonctionnement de l’appareil de l’Etat », a-t-il indiqué.
Le PPRD d’accord
Le PPRD (Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie) a accueilli avec enthousiasme l’idée du Président de la République d’ouvrir un large débat national autour des questions nationales de brûlante actualité. Interrogé à ce sujet, Ramazani Shadari, président du Groupe parlementaire du PPRD à l’Assemblée Nationale, a déclaré sur RFI : « Ce dialogue nous amène la cohésion nationale et je crois que c’est extrêmement important. Nous avons besoin d’un processus électoral apaisé et d’élections plus libres qu’avant, et nous voulons savoir si ce dialogue peut permettre d’identifier les causes directes ou indirectes de tout ce qui se passe à Beni, au Nord-Kivu. Si ce dialogue peut nous amener à stabiliser définitivement la région pour une paix tout court ou la paix sociale durable, nous pensons que ce sera déjà un pas en avant ».
La porte du dialogue fermée ?
Après le couac du week-end passé entre le Chef de l’Etat et l’Opposition politique, la porte du dialogue est-elle définitivement fermée ? Il est difficile de le savoir face à une classe politique amoureuse d’agendas cachés. L’on retient que plusieurs cahiers de charges, en provenance des anti comme des pro-dialogue, se trouvent sur la table de Joseph Kabila depuis pratiquement un mois. Il semble qu’il suffirait à l’un et aux autres de dégager un consensus autour de la médiation, du format, du lieu et de l’ordre du jour pour rendre possible un nouveau tour de table entre Congolais. Si volonté de se parler franchement existe, de même que celle de ne pas impulser un glissement de calendrier électoral, l’horizon pourrait s’éclaircir dans les jours ou semaines à venir. Mais si le résultat recherché est celui d’une nouvelle transition, sur fond d’un énième partage équitable et équilibré du pouvoir, il est à craindre que la rue s’en mêle, avec les conséquences fâcheuses que l’on peut imaginer. 
Kimp
http://7sur7.cd/new/les-consultations-de-kabila-mal-parties-udps-unc-mlc-non-au-dialogue/