Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mercredi 15 juillet 2015




                      Congo Airways» : 
   La fratrie «Kabila» dans l’actionnariat ?


La fratrie "Kabila". De gauche à droite : Zoé, Jaynet et Joseph. Photo d’archives



Une année après la signature de ses statuts, la nouvelle compagnie aérienne congolaise «Congo Airways» ferait déjà face à quelques tribulations. Les partenaires étrangers ne cessent de défiler. Après Brussels Airlines, il semble qu’Air France KLM a également plié bagage. En cause, l’opacité tant au niveau de l’identité des actionnaires que de la gestion. En avril dernier, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo avait annoncé le démarrage de cette compagnie avec deux avions Airbus 320 pris en crédit-bail. Aux dernières nouvelles, «Congo Airways» aurait revu ses ambitions à la baisse par l’achat de deux A320 d’occasion auprès d’Alitalia. 

Le gouvernement congolais assure avoir déboursé 50 millions USD. Des experts d’Air France dénoncent une surfacturation. Selon eux, ces aéronefs, vieux d’une dizaine d’années, ne peuvent coûter plus de sept millions USD l’unité soit, au grand maximum, un total de 15 millions USD. Selon des indiscrétions, Joseph, Jaynet et Zoé seraient les «actionnaires fantômes».

Volera ? Volera pas ? C’est la question que les observateurs se posent une année après l’annonce du lancement d’une nouvelle compagnie aérienne nationale dénommée «Congo Airways». L’annonce a été faite le 15 août 2014 par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo. C’était lors de la signature des statuts.

Dans un entretien avec l’Agence France Presse, en avril dernier, le «Premier» Matata semblait tout heureux d’annoncer que la nouvelle compagnie allait acquérir par crédit-bail deux avions moyen-courrier de type A320. Le groupe Air France KLM devait fournir les deux «zincs».

Dotée d’un capital estimé à 35 millions USD, Congo Airways a pour actionnaire principal l’Etat congolais. L’apport de celui-ci approcherait les 60%. L’INSS (sécurité sociale), l’Ogefrem (Fret maritime) et la RVA font également partie des actionnaires. Qui sont les autres actionnaires? Mystère!

Contre toute attente, on apprenait, fin juin, que l’Etat congolais a «tempéré» ses ambitions en optant finalement pour l’achat de deux Airbus A320 d’occasion auprès d’Alitalia. Selon une source proche de la transaction, il s’agit de deux «coucous» âgés respectivement de 7 et 8 ans. Combien ça coûte ? C’est ici que les Romains se seraient empoignés.

Ouvrons la parenthèse. Au commencement, le gouvernement congolais avait fait appel à Brussels Airlines afin de constituer un partenariat. Il semble que le manque de transparence sur l’identité des actionnaires et l’opacité de la gestion ont fini par persuader les «Belges» à claquer la porte. En disant : courage, fuyons! Et voici les Français. Un contrat de partenariat a été signé en août 2014 Air France KLM. Fermons la parenthèse.

Liée à Congo Airways par un contrat d’assistance technique et de «consulting», Air France KLM aurait exigé deux choses. D’une part, connaître l’identité de tous les actionnaires autres que l’Etat. Et de l’autre, la transparence dans l’acquisition notamment des aéronefs.

« Surfacturation »

Dans le premier cas de figure, Augustin Matata et son comparse Justin Kalumba Mwana Ngongo, le ministre congolais des Transports, ont entretenu le «flou artistique». Dans le microcosme kinois, les deux hommes passent pour des "hommes d’affaires" de "Joseph Kabila". Pas question pour eux de
«dévoiler» les «actionnaires fantômes».

A en croire des sources bien informées, lesdits actionnaires fantômes ne seraient autres que les membres les plus affairistes de la fratrie «Kabila». A savoir : Joseph, Jaynet et Zoé.

Quid du second cas ? Dans un premier temps, Matata et Kalumba ont gardé secret le coût des deux A320 d’occasion achetés auprès d’Alitalia. Selon une source proche de cet arrangement, ceux-ci auraient coûté au total 15 millions USD. Surprise. Matata lui avance la somme de 50 millions USD. Conséquence : les « Français » ont à leur tour claqué la porte. La surfacturation des avions et le mystère entretenu autour de l’identité des actionnaires seraient perçus, par eux, comme une cause de rupture de contrat.

En désespoir de cause, Matata et Kalumba ont pris la résolution de lancer une compagnie aérienne composée uniquement des partenaires congolais. Sur le « Net », la société « Sodeico » procède au recrutement du personnel.

Au cours d’un débat organisé le 19 août 2014 dans le cadre de l’émission «Dialogue entre Congolais» de radio Okapi, le député national (opposition) Franck Diongo avait fustigé le «manque de transparence» dans le dossier relatif à la défunte Lignes Aériennes Congolaises «LAC».

Pour lui, au lieu de lancer une nouvelle compagnie aérienne, le gouvernement aurait dû commencer par faire dissoudre «LAC» et amorcer le processus de sa liquidation. Au motif que la défunte compagnie possédait un patrimoine qu’il importe d’évaluer notamment pour liquider les arriérés des salaires.

Lors de cette émission, un conseiller du ministre des Transports et Voies de communication avait annoncé le premier vol de «Congo Airways» dès fin décembre 2014. Aux dernières nouvelles, le premier vol de l’avion aux couleurs de la nouvelle compagnie aérienne serait fixé au mois d’août prochain…



Baudouin Amba Wetshi 
© Congoindépendant 2003-2015



Tanzanie : le CCM désigne son candidat pour succéder à Kikwete




Alternance démocratique :

Tanzanie : le CCM désigne son candidat pour succéder à Kikwete

John Magafuli, actuel ministre tanzanien des Travaux publics

Actuel ministre tanzanien des Travaux publics, John Magafuli, 55 ans, a été désigné dimanche 12 juillet par le Chama Cha Mapinduzi (CCM), le parti au pouvoir, pour le représenter lors de l’élection présidentielle d’octobre prochain. Une belle leçon de modernité au moment où les citoyens notamment du Burundi, des deux Congo, de l’Ouganda et du Rwanda retiennent leur souffle face à un avenir qui s’écrit sous la forme d’un point d’interrogation. En cause, l’approche de la date d’expiration de l’ultime mandat des "hommes providentiels" qui les dirigent. Des hommes qui ne rêvent que d’une chose : la Présidence à vie. C’est eux ou le chaos!
Elu en 2005 et réélu en 2010, l’actuel président tanzanien Jakaya Mrisho Kikweye se trouve à quelques trois mois de l’expiration de son second et dernier mandat. C’est une bonne nouvelle qui nous vient de l’Afrique de l’Est.

Contrairement à Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville et "Joseph Kabila" du Congo-Kinshasa, "Jakaya" n’a pas organisé des "consultations" avec les "forces vives de la nation". Il n’a pas non plus convoqué de "dialogue national" pour faire sauter la disposition constitutionnelle qui verrouille le nombre de mandat présidentiel. Encore moins d’user de roublardise pour obtenir le "glissement" du calendrier électoral.

Soucieux sans aucun doute du serment qu’il a fait en 2005 et 2010 "devant Dieu et la nation" "d’observer et de défendre la Constitution et les lois" de son pays, Jakaya Kikwete s’est tout simplement plié au prescrit constitutionnel. D’aucuns pourraient ergoter qu’il n’avait pas le choix. Sans doute. En 2005, Kikwete a trouvé un Etat tanzanien institutionnalisé. Depuis 1995, le pays expérimente les valeurs démocratiques. Une certaine "culture démocratique" s’ est incrustée dans les esprits.

Membre du parti dominant, le Chama Cha Mapinduzi (CCM), Kikwete n’a pas désigné "son" candidat pour lui succéder. Il s’est incliné devant les règles en vigueur en laissant ce soin à cette formation politique. C’est le CCM qui a organisé une sorte des "primaires" pour désigner le meilleur postulant pour défendre ses couleurs lors de la présidentielle prévue le 25 octobre prochain.

Au départ, 40 prétendants étaient en lice dont le vice-président Mohamed Bilal, le Premier ministre Mizengo Pinda et les anciens chefs de gouvernement Edward Lowassa et Frederick Sumaye. Un vrai combat des "gladiateurs".

Après plusieurs tours, il n’en restaient plus que trois aspirants. A savoir : Asha-Rose Migiro (ministre de la Justice), John Magafuli (ministre des Travaux publics) et Amina Salum Ali (ambassadrice de l’Union africaine à Washington).

Après dépouillement des bulletins, John Magafuli a rassemblé 87% des voix autour de son nom. Jakaya Kikwete a littéralement exulté : "Je suis fier de notre candidat, c’est quelqu’un qui travaille dur et je suis certain qu’il fera le meilleur des présidents. "C’est un homme raisonnable, a-t-il ajouté. Nous espérons qu’il aidera le pays à vaincre la pauvreté, à lutter contre la corruption et l’indiscipline".

Leader du Front civique uni (CUF), Ibrahim Lipumba (opposition) a d’ores et déjà annoncé sa cinquième candidature successive à la présidence, après avoir été battu face à Benjamin Mkapa en 1995 et 2000 et Jakaya Kikwete en 2005 et 2010.

Des observateurs estiment que Mugafuli "a de fortes chances" de succéder à Jakaya Kikwete le 25 octobre prochain. La Tanzanie donne ainsi une belle leçon de modernité à quelques "satrapes féodaux" de la Région. Le Congo mal nommé démocratique de "Joseph Kabila" est ainsi "ringardisé". Il en est de même du Burundi de Nkurunziza, le Congo-Brazzaville de Sassou Nguesso, l’Ouganda de Museveni et le Rwanda de Kagamé. La Tanzanie tient lieu, une fois de plus, d’exception régionale.

John Magufuli a désigné la ministre d’État Samia Suluhu Hassan comme colistière. Elle est native de Zanzibar, en conformité avec la Constitution qui prévoit que si le président est originaire du continent, le vice-président doit provenir de cet archipel semi-autonome.

Les observateurs mettent au "débit" du président sortant l’incapacité de son gouvernement à mener une lutte résolue contre la corruption.

B.A.W (avec AFP)
© Congoindépendant 2003-2015

 http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10072

RDC : non au coup d’Etat envisagé!




RDC : non au coup d’Etat envisagé!





La population appelée à la vigilance pour éviter tout dialogue piégé et à s’inscrire en faux contre tout projet d’une nouvelle transition comme le souhaite le pouvoir finissant
Dans un communiqué daté d’hier mardi 14 juillet 2015, Justicia Asbl, une organisation de promotionet de défense des droits humains et du droit international humanitaire basée au Katanga, met en garde les acteurs politiques et de la société civile qui préparent l’opinion nationale à la mise en place d’une période transitoire en vue de « bien organiser » les élections. Pour cette association, une transition politique en RDC s’apparente à un coup d’Etat.
L’Ongdh observe avec grand étonnement et vive inquiétude l’évolution de la situation politique du pays à l’approche du terme constitutionnel du mandat du chef de l’Etat.
En effet, après plusieurs tentatives avortées de révision de la constitution, la convocation des concertations nationales en vue d’obtenir l’accord des forces vives sur la révision de la constitution, le vote par l’Assemblée nationale de la loi électorale trop controversée conditionnant la tenue des élections par l’organisation d’un recensement général de la population, la répression dans le sang de plusieurs dizaines des manifestants vers fin janvier dernier, l’arrestation des opposants politiques et défenseurs des droits de l’homme et prodémocratie, le découpage territorial bien que constitutionnel mais difficile à opérationnaliser suite à des défis matériels et financiers ainsi que la publication d’un calendrier électoral global jonché de plusieurs contraintes, la perspective d’un dialogue politique laisse présager un agenda de glissement politique pour une transition de 3 ans.
Pour Justicia Asbl, le dialogue politique tel qu’envisagé par le pouvoir en place, par la bouche du député Ne Mwanda Nsemi, déboucherait sur le partage de pouvoir entre l’opposition, la majorité et la société civile ainsi que la mise en place d’un calendrier électoral consensuel. Ce schéma, d’après l’Ongdh, ne rencontrerait pas l’approbation du peuple congolais qui aspire à une véritable démocratie, à l’alternance, à la consolidation des institutions et au respect des textes constitutionnels.
Pour éviter de faire sombrer inutilement le pays dans une autre crise politique prévisible aux conséquences incalculables, le gouvernement congolais, le parlement ainsi que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) doivent se conformer à la constitution du pays en organisant les élections dans les délais prévus par la loi fondamentale. Faire le contraire de cette démarche serait vain, tance Thimothé Mbuya, président national de Justicia Asbl.
Doter la Ceni des ressources financières i
En tant qu’organisation citoyenne, Justicia Asbl tire la sonnette d’alarme à l’endroit du président de la République. Ce dernier est prié de sensibiliser le gouvernement pour la recherche des ressources financières et matérielles indispensables à la bonne organisation des élections.
Joseph Kabila est appelé à sensibiliser tous les acteurs politiques et sociaux afin que les scrutins se déroulent dans un climat apaisé et de manière transparente et fiable.
Justicia Asbl exhorte le gouvernement Matata à redoubler d’efforts pour mobiliser et mettre à la disposition de la Commission électorale nationale indépendante, les ressources nécessaires pour la bonne tenue des élections dans le délai constitutionnel.
Une sévère mise en garde est aussi adressée à la Ceni qui ne doit pas être complice d’un quelconque glissement du calendrier électoral au risque de causer du tort à la jeune démocratie congolaise.
La Ceni est invitée à présenter un calendrier électoral qui tiendrait compte de contraintes en renvoyant pour une échéance ultérieure, les élections locales, urbaines et municipales par faute des ressources financières et matérielles.
Non à un dialogue piégé
Aux opérateurs politiques congolais, Justicia Asbl les exhorte à s’opposer à tout dialogue politique dont la finalité serait d’obtenir une transition politique injustifiée et qui remettrait fondamentalement en cause les acquis démocratiques. Ce que semble souhaiter Ne Muanda Nsemi qui soutient la mise en place d’une période de transition de trois ans.
L’homme crache ainsi sur des milliers de compatriotes tués à Luozi pour sa cause. La population est appelée à rester vigilante et à s’opposer à toute tentative de prise de pouvoir par des voies contraires à celles prescrites par la constitution.
Par GKM
http://7sur7.cd/new/rdc-non-au-coup-detat-envisage/

L’Ambassadeur de France aux Congolais : « Il faut savoir quitter le pouvoir … quitter ses fonctions »




L’Ambassadeur de France aux Congolais : « Il faut savoir quitter le pouvoir … quitter ses fonctions »




Quoique respectée, la tradition a connu hier une variante de taille avec le démarrage de la cérémonie par l’exécution de la chanson historique et immortelle de « Indépendance Cha Cha » de l’inoubliable Jeff Kabasele par l’orchestre « Bakolo miziki ». Ladite cérémonie de la fête de l’indépendance de laFrance a connu la présence d’invités triés sur le volet, à savoir des autorités et personnalités politique, de la société civile, des affaires, de la culture, de la science
et des représentants des pays et organismes accrédités à Kinshasa. Une présence fort remarquée a été celle du Cardinal Laurent Monsengwo, Archevêque de Kinshasa.
L’Ambassadeur de France qui vient de totaliser 8 ans de service en RDC, en a profité pour annoncer son départ dans deux semaines pour rejoindre un autre poste ailleurs. Du 1er conseiller jusqu’aux fonctions d’ambassadeur et ce, pendant les périodes sensibles de la transition 1+4, du référendum, des élections de 2006 et celles de 2011 ainsi que les multiples soubresauts de la vie politique, économique et sociale de l’histoire aussi agitée que le fleuve qui vous fait face ce soir, a souligné Luc Hallade.
Dans son discours de circonstance, Luc Hallade a rendu un hommage particulier à toutes les organisations du système des Nations-Unies, dont particulièrement la Monusco, qui ont abattu un travail de titan pour ramener et consolider la paix en RDC. Son pays, la France, n’est pas restée en reste car a-t-il précisé, la France a aussi connu une histoire agitée.
A l’endroit de la classe politique, Luc Hallade n’a pas été tendre. Bien au contra ire, il a lancé un appel pathétique pour « qu’elle ne croit pas à penser que la politique de ce grand pays se joue, se fait et se défait dans un cercle et un périmètre restreints, comme si, au sein du vaste Con go, la République de la Gombe devait décider du sort et du destin du peuple congolais tout entier, à son profit ». Par F.M.

DISCOURS POUR LA CELEBRATION DU 14 JUILLET 2015
Son Eminence le Cardinal Laurent Monsengwo, Monsieur le Président du Sénat, Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, Mesdames et Messieurs les Ministres, Monsieur le Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, non découpée, Honorables députés et sénateurs, Messieurs les Officiers Généraux, Messieurs les Hauts Magistrats Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques, Mesdames, Messieurs, Chers amis, Chers compatriotes,
Ce 14 Juillet est un peu particulier pour moi et ma famille.
Vous voudrez donc bien me pardonner ce protocole un peu raccourci.
C’est probablement la dernière fois que je m’adresse à vous en tant qu’ambassadeur de France en RDC. Je vais en effet, d’ici quelques semaines, quitter mes fonctions et ce beau pays, dans lequel j’aurai passé, au total, 8 ans de ma vie et de ma carrière professionnelle, et qui m’aura beaucoup apporté.
Comme l’a dit dans d’autres circonstances un personnage qui a marqué la vie politique du Congo:« Comprenez mon émotion ».

J’aurai connu, d’abord comme Conseiller, puis comme Ambassadeur de France, une période particulièrement dense et riche de l’histoire de la RDC : celle de la transition, du 1 +4 et du ClAT; le référendum sur la Constitution en 2005, les élections de 2006, celles de 2011 et les multiples évènements et soubresauts qui ont marqué, entre 2003 et 2015, la vie politique, économique et sociale du Grand Congo, à l’histoire aussi agitée que le Fleuve qui vous fait face ce soir.
Quel bilan en tirer? Le Congo est-il, comme le dit son hymne qui vient d’être chanté, «plus beau qu’avant»?
Oui, bien sûr. Le Congo est en paix, avec ses voisins et à l’intérieur de ses frontières, à quelques régions près malheureusement. Il lui a fallu pour cela surmonter bien des obstacles. Il a pu aussi compter sur l’indéfectible soutien de la Communauté internationale, illustré notamment par l’action stabilisatrice de la MONUSCO, qui a succédé à la MONUC.

Depuis plus de 15 ans, avec leurs défauts et leurs insuffisances, mais aussi avec les grandes qualités, la valeur et la bravoure de leurs contingents, la MONUC, puis la MONUSCO, ont contribué au rétablissement et à la préservation de la paix en RDC, à la protection de ses populations civiles, à la réforme de son armée, à la défense et à la promotion des Droits de l’Homme, à l’organisation des élections.
La Communauté internationale y a consacré plus de 20 milliards de dollars, une somme énorme, à la mesure des défis et des enjeux de cet immense pays, au cœur d’une Afrique encore trop souvent soumise à la violence, aux guerres et à l’instabilité, voire au terrorisme.
Mais elle a surtout accompagné, jour après jour, année après année, la reconstruction de l’Etat Congolais, indispensable au rétablissement de l’autorité publique et de sa crédibilité aux yeux des autres nations, mais aussi de sa population.
Beaucoup de chemin a été accompli, et beaucoup reste à parcourir. Les mois qui viennent seront déterminants pour, soit consolider la paix et approfondir la réconciliation entre les fils et les filles du Congo, soit au contraire retourner en arrière et défaire ce qui a pu être fait depuis 13 ans, depuis les accords de Sun City qui ont mis fin à la guerre qui a déchiré le Congo et provoqué la mort de millions de Congolais.
La paix est une condition nécessaire du développement. Mais ce n’est pas une condition suffisante. Il faut aussi une réconciliation sincère, une mobilisation générale de toutes les forces vives de la nation et des politiques publiques appropriées.
Il faut surtout cultiver le sens de l’intérêt général pour mieux combattre ou au moins harmoniser les intérêts particuliers.
Ceci implique de la hauteur de vue, une vision claire et déterminée de ce que l’on veut construire ou reconstruire, et aussi d’être à l’écoute de la population, de ses attentes, de ses espoirs et de sesfrustrations.
C’est à ces qualités que l’on reconnaît les hommes d’Etat, ceux qui laissent dans l’histoire de leur pays voire de l’humanité le souvenir de bâtisseurs de paix, d’espoir et de développement, a contrario de ceux qui défendent des intérêts égoïstes ou des visions de court terme.

Un paradoxe m’aura particulièrement marqué durant ces 8 années passées au Congo. La population congolaise, qui a beaucoup souffert et continue à beaucoup souffrir, a fait preuve d’une capacité de résilience remarquable. Beaucoup d’autres nations, confrontées aux mêmes épreuves, se seraient effondrées.
Pourtant le Congo est toujours là, et les Congolais debout, comme un peuple fier qui croit à son destin.
Mais dans le même temps, l’élite politique, majorité comme opposition, semble continuer à penser que la politique de ce grand pays se joue, se fait et se défait dans un cercle et un périmètre restreints, comme si, au sein du vaste Congo, la République de la Gombe devait décider du sort et du destin du peuple congolais tout entier, à son propre profit.
De ce point de vue, une décentralisation bien pensée et bien construite, dénuée d’arrière-pensées et de calculs politiques, pourra contribuer à élargir le cercle de cette élite, qui a trop longtemps confisqué le pouvoir à son profit.
De ce point de vue aussi, l’alternance politique, quelle que soit la forme qu’elle prendra, pourvu qu’elle soit démocratique, est ou sera une bonne chose. Il faut savoir quitter le pouvoir, comme il faut savoir quitter ses fonctions, aussi intéressantes et prestigieuses soient-elles.
Il y a tellement de choses à faire dans ce beau pays! Tellement de ressources et de richesses à mettre en valeur, que la politique ne peut et ne doit pas être un métier ou une fin en soi.

Il faut un certain courage pour cela. « De l’audace, encore de l’audace » …
Permettez-moi ce soir, pour clore ce chapitre politique, de souhaiter pour le Congo que ses responsables, quels qu’ils soient, sachent faire preuve de courage et d’audace pour conduire le pays sur la voie de l’apaisement et de la réconciliation.
«Nul n’est prophète en son pays» dit la maxime. Mais certains ont plus que d’autres la responsabilité et le devoir moral de montrer la voie.

Puisque ce discours est en forme de bilan, permettez-moi aussi de me féliciter devant vous de la place éminente que mon pays a jouée et continue de jouer pour accompagner la RDC dans sa stabilisation et sa reconstruction.
Je n’en suis bien sûr ni le seul responsable, ni même le seul comptable, loin de là. A cet égard, je voudrais devant vous rendre un hommage appuyé et adresser des remerciements mérités à toutes celles et tous ceux qui m’ont accompagné et soutenu pendant les années de mon mandat.

A tout seigneur tout honneur. Je commencerai par remercier mon épouse, et à travers elle mes enfants, nos enfants.
Sans une famille solide et unie, sans l’affection des miens, notamment dans les moments difficiles ou délicats qui ne manquent pas, jamais je n’aurais pu exercer mes fonctions avec dévouement, constance et droiture. J’ai toujours été sincère dans mon engagement pour ce pays et loyal vis-à-vis du mien. Mais cette sincérité et cette loyauté s’enracinent dans celles que j’ai toujours eues à l’égard de mon épouse, de ma famille. Je la et les remercie, du fond du cœur, de m’avoir fait confiance et de m’avoir toujours soutenu, dans les joies comme dans les peines, dans les succès comme dans les échecs.

Je remercie aussi mes collaborateurs, français et congolais. On dit souvent qu’on a les chefs qu’on mérite. Je ne sais pas si la réciproque est vraie. Mais si j’en crois mon expérience, alors je dois avoir beaucoup de mérite pour avoir eu des collaborateurs et collaboratrices qui ont travaillé avec dévouement, engagement et loyauté à mes côtés. Sans eux, rien de ce que j’ai pu accomplir n’aurait été possible.
Merci donc à vous toutes et à vous tous. Je ne vous oublierai pas. Et, pour celles et ceux qui restent au Congo, je vous demande de continuer à défendre, aux côtés de mon successeur, les mêmes valeurs de solidarité, entre vous et avec nos amis congolais.
J’ai souvent parlé de l’« équipe France ». C’est à mes yeux plus qu’un concept. C’est une réalité vivante, qui se construit jour après jour. Continuez à promouvoir cet esprit d’équipe, sans lequel rien n’est possible et sans lequel tous les efforts individuels restent vains.

Ce n’est qu’ensemble que l’on réussit de grandes choses.
« Last but not least » comme disent nos amis anglo-saxons, je voudrais remercier toutes les Congolaises et tous les Congolais, petits et grands, qui m’ont fait la joie et l’honneur de leur amitié et de leur confiance durant toutes ces années.
Votre pays est attachant. Vous êtes attachants. Sinon, je n’aurais pas demandé à y revenir comme ambassadeur, 4 ans après l’avoir quitté comme 1er Conseiller.
Ce sont votre amitié et votre confiance qui m’ont donné la force et le courage d’accomplir, du mieux que je l’ai pu, ma mission dans ce pays. Je vous en sais gré et me souviendrai longtemps de vous, de vos joies et de vos peines partagées, des échanges toujours francs et constructifs que nous avons pu avoir, de l’aide et de la compréhension que vous m’avez apportées.

Enfin, à mes compatriotes, à ceux qui vivent ici comme à ceux qui sont de passage, je voudrais dire la fierté qui est la mienne de les avoir représentés, assistés, défendus parfois dans ce pays certes accueillant mais pas toujours facile, où l’Etat de droit reste encore trop souvent un concept flou.
Soyez fiers vous aussi de ce que vous accomplissez Ici, pour vous-mêmes, vos familles, vos sociétés ou organisations, mais aussi pour l’image et l’influence de la France.

S’il n’y a qu’un seul ambassadeur en titre, il y a autant de représentants de la France qu’il y a de Français en RDC. N’oubliez donc jamais que vous aussi, dans vos sphères d’activité respectives, vous représentez la France.
Notre pays a lui aussi connu une histoire agitée. Nous avons fêté cette année le 70ème anniversaire de la fin d’une guerre qui a bien failli le voir disparaître, n’eût été l’audace et la clairvoyance de certains et le courage voire le sacrifice de beaucoup.

Souvenons-nous, même si nous ne les avons pas connues, de ces heures sombres. Souvenons-nous aussi que ce n’est que rassemblés que les Français ont pu reconstruire la France. Et s’il est un conseil que nous pouvons, modestement, donner à nos amis congolais, c’est bien celui-là: la nécessité du rassemblement de son peuple pour assurer la grandeur d’un pays.
En 1945, comme l’a dit le Général de Gaulle de Paris à la Libération, la France s’est remise debout. Puissent les Congolais faire de même en 2015 et dans les années à venir.
Un bon discours étant un discours bref -sauf à Cuba sous Fidel Castro et dans quelques autres contrées ou à des époques révolues, j’arrêterai là mon propos, pour vous laisser profiter de l’excellent buffet préparé comme chaque année par Noël Camilieri et toute l’équipe du CafConc.

Accordez-moi cependant encore quelques instants d’attention pour remercier tous les «sponsors» -mais je préfère parler de partenaires et d’amis-qui ont bien voulu contribuer à l’organisation de cette soirée, dont j’espère que vous garderez comme moi le souvenir d’une soirée réussie et conviviale. Après tout, le 14 Juillet se veut aussi la Fête de la Fraternité:
Le Club Français des Affaires et son Président, David Guamieri, AGS, AGB, Air France, Bank of Africa, BIVAC, Bolloré Africa Logistics, BRACONGO, le CafConc, CFAO, le CMK, Congo Paint, Delmas, Distritec, Gras Savoye, KPMG, Nestlé, Orange, la Pâtisserie Nouvelle, PERENCO, PERNOD RICARD, Pullman Grand Hôtel, Rayon Vert, SERVAIR, SMS, SODEICO, TENKE FUNGURUME MINING, TOTAL.
Qu’ils trouvent tous ici l’expression de mes sincères remerciements.
Merci aussi à toute l’équipe de la Résidence et de l’Ambassade de France qui, comme chaque année, n’a pas ménagé sa peine pour faire de cette soirée un évènement auquel, je le sais, chacun de vous a toujours à cœur de participer et d’être présent.

Une petite précision enfin sur le programme des festivités de ce soir:
Vous allez assister dans quelques instants à un défilé de mode, à l’occasion duquel une jeune créatrice congolaise que nous avons voulu, mon épouse et moi-même, mettre en lumière: Mme Fanny MANDINA, présentera ses créations, que portent déjà certaines femmes ce soir, dont la beauté est ainsi mise en valeur. Elles se reconnaîtront.
Je remercie la Sté VLISCO et sa directrice générale Mme Monique GIESKES, d’avoir bien voulu lui apporter leur soutien pour l’organisation de ce défilé.
Après quoi, pendant que vous goûterez aux charcuteries et fromages français apprêtés par Noël et son équipe, l’animation musicale sera assurée par 4 groupes congolais:
Deux « abonnés »de cette réception: la Chorale Mgr Luc Gillon et l’orchestre Afrojazz, et deux « nouveautés» sur la scène congolaise, ou du moins celle de la Résidence:

Le groupe « Deuxième Bureau» de Rémi Bernier, à la batterie, Evan Mac Millan à la guitare et Anders Mantius à la basse. Ces trois musiciens, qui vous joueront des standards du rock, prouvent qu’on peut, malgré de lourdes occupations professionnelles, s’adonner à la musique à ses moments perdus. J’imagine que dans leur cas, elle leur permet de se détendre et ils en ont fait leur 2ème bureau, ce qui ma foi en vaut bien d’autres … Et enfin un groupe de toujours jeunes musiciens qui sont les héritiers et dépositaires de la rumba congolaise authentique, les « Bakolo Miziki », qui vous feront danser au son des standards de la musique d’ici, qui a inspiré tant d’artistes contemporains.
Je les remercie tous d’avoir accepté de venir animer cette soirée, pendant laquelle il vous sera loisible, entre deux verres de vin ou de champagne, d’éliminer vos kilos superflus sur la piste de danse ou plutôt l’herbe des jardins de la Résidence, qui s’en remettra.
Bonne soirée à tous et à toutes, et place au défilé de mode, dont je ne doute pas qu’il retiendra mieux votre attention que mon discours, décidément trop long.


http://7sur7.cd/new/lambassadeur-de-france-aux-congolais-il-faut-savoir-quitter-le-pouvoir-quitter-ses-fonctions/