Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 10 novembre 2015

RD Congo – Pierre Lumbi : « Le MSR n’a pas sollicité le mandat du peuple pour le trahir »







Le Mouvement social pour le renouveau a clôturé le samedi 7 novembre 2015 les activités prévues dans le cadre de son 2ème Congrès extraordinaire et de la célébration de son 10ème anniversaire. En se rangeant désormais dans l’Opposition, le MSR a fait un choix qu’il a promis d’assumer jusqu’au bout – pour le seul triomphe de la démocratie.
Ce 2ème congrès a scellé un seul pacte entre le MSR et sa base. « Le MSR n’a pas sollicité le mandant du peuple pour le trahir », a déclaré son président à la clôture du congrès. Pierre Lumbi reste conscient du sens du combat qu’a engagé son parti.
Ci-dessous la déclaration politique du 2ème congrès du MSR ainsi que les recommandations et résolutions sorties de ces assises.
DECLARATION POLITIQUE DU 2EME ONGRES DU MSR
Nous, membres du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR), Réunis en Congrès extraordinaire au Centre Catholique NGANDA à Kinshasa, du 05 au 07 novembre 2015, sous le thème principal : «Le MSR face au destin de la Nation Congolaise» ;
Après analyse de la situation générale du pays, dégageons le constat que la République Démocratique du Congo traverse une situation sociale et politique difficile, à cause d’une volonté délibérée et déterminée de liquider les valeurs républicaines qui constituent le socle de notre nation;
Conscients des attentes et aspirations profondes du peuple et de notre responsabilité de citoyens, le Congrès du Mouvement Social pour le Renouveau fait la déclaration politique suivante:
* Le Congrès prend acte de l’exclusion du MSR de la Majorité présidentielle et affirme en conséquence son appartenance à l’opposition politique.
* Le Congrès félicite les partis politiques membres du G7 pour leur courage et leur détermination à assumer leur exclusion de la majorité présidentielle et à poursuivre sans relâche le combat du respect de la Constitution et la tenue des élections dans le délai constitutionnel.
* Rappelant l’ambition légitime de tout parti politique de conforter son leadership dans l’objectif de conquérir le pouvoir; le Congrès a décidé que le MSR présente ses candidats à tous les niveaux du scrutin à l’horizon 2016. A cet effet, le Congrès donne mandat lu Bureau politique du Parti de procéder, de concert avec les partenaires du G7, au choix et à la désignation d’un candidat unique à l’élection présidentielle.
*Le Mouvement Social pour le Renouveau constate avec consternation que le processus électoral enclenché par la CENI avec la publication du calendrier électoral global est bloqué. En effet, chaque jour qui passe apporte plus de confusion que de clarté quant à la tenue des prochaines élections tant attendues par le Peuple congolais. Le Congrès du MSR fustige l’absence manifeste d’une volonté politique affirmée des parties prenantes en charge de la facilitation de l’activité de la CENI, en l’occurrence le Président de la République, le Parlement et le Gouvernement.
* Concernant la CENI, le Congrès constate et s’insurge contre les intrusions de la majorité présidentielle dans le fonctionnement de la CENI, hypothéquant ainsi l’indépendance et la neutralité de cette institution d’appui à la démocratie. Ces intrusions visent à prendre en otage cette institution d’appui à la démocratie et à gêner l’organisation régulière de l’ensemble des scrutins.
Le Congrès rappelle à la majorité présidentielle les dispositions de l’article 13 alinéa 1er, des articles 18 et 22 de la loi N°13j012 du 19 avril 2013 portant organisation et fonctionnement de la CENI qui consacre l’indépendance totale de la CENI.
Le Congrès exhorte la CENI à ne céder à aucune manœuvre de pression et à assumer son indépendance en publiant, toutes affaires cessantes, un calendrier électoral réaménagé qui tienne compte du délai constitutionnel.
* Concernant les nouvelles provinces, le Congrès constate que l’installation de nouvelles provinces est chaotique. Les assemblées provinciales sont indûment interdites de fonctionner et en lieu et place de l’organisation des élections de gouverneurs de provinces c’est plutôt la nomination des commissaires spéciaux et des commissaires spéciaux adjoints qui a été privilégiée. Le Congrès dénonce cette nomination faite en violation manifeste de la Constitution et des lois de la République en l’occurrence la loi portant la libre administration des provinces, la loi de programmation et la loi électorale.
* Pour ce qui est des droits humains et des libertés fondamentales, le MSR dénonce avec véhémence les menaces, les arrestations arbitraires et le harcèlement dont les paisibles congolais en général, et les acteurs politiques en particulier sont régulièrement victimes de la part du pouvoir et de ses services spécialisés.
Le Congrès déplore la confiscation abusive des médias publics au profit exclusif de la majorité présidentielle. Il condamne le lynchage médiatique des leaders du G7 en particulier et ceux de l’opposition en général. Il s’insurge contre les tracasseries et pressions exercées sur les journalistes et les maisons de presse.
Le Congrès dénonce, en outre, le non respect des dispositions pertinentes de la constitution relatives à l’organisation des manifestations publiques.
Seuls, les Partis politiques et les organisations de la société civile proches de la majorité présidentielle jouissent de cette faculté.

*Au sujet de la participation au dialogue, le Mouvement Social pour le Renouveau, estime que ce forum tel que proposé, à ce jour, par la majorité présidentielle est inopportun pour les raisons ci-après:
* Les matières proposées pour ce forum relèvent de prérogatives d’autres institutions constitutionnelles;

* Ces assises politiques présentent les contours d’un schéma de violation de la constitution et de légitimation d’une transition destinée à un partage du pouvoir au détriment de la démocratie ;
Le Congrès attire l’attention du peuple congolais qu’adhérer à un tel schéma s’apparente à un acte de haute trahison.
*Face à la misère et à la pauvreté de la population, Le congrès recommande aux élus du MSR en particulier et à tous les autres élus en général, toutes tendances confondues, de ne ménager aucun effort pour que le budget 2016 actuellement sous examen à l’Assemblée Nationale mette un accent particulier sur l’organisation des élections et le social de l’ensemble de la population, et de manière spécifique qu’il soit porté une attention particulière aux fonctionnaires de l’Etat, aux agents des services spécialisés, aux militaires ainsi qu’aux policiers.
Peuple congolais, lève-toi, cette affaire te concerne
Peuple congolais, lève-toi, cette affaire te concerne
Peuple congolais, lève-toi, cette affaire me concerne.

Ainsi, fait à Kinshasa, le 07 novembre 2015
Pour le Congrès
ESUKA Jean-Claude                      MALANGU André
Secrétaire – Rapporteur                       Président

RECOMMANDATIONS ET RESOLUTIONS DU CONGRES EXTRAORDINAIRE DU MSR
Nous, délégués du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR) de 26 provinces et de la ville de Kinshasa, réunis en congrès extraordinaire du 05 au 07 novembre 2015, dans la salle des conférences du Centre Catholique NGANDA à Kinshasa.
Avons pris les décisions, résolutions et recommandations suivantes:
A.     CONCERNANT LE MSR. NOTRE PARTI
1.    Décisions:
*L’adoption à l’unanimité, des Statuts et du Règlement Intérieur de notre Parti en séance plénière du 06 novembre 2015. De ce fait, ces deux actes juridiques sont entrés en vigueur et sont opposables à tous les membres du MSR;
*Le renouvellement de la confiance en la personne du camarade Pierre LUMBI OKONGO en sa qualité de Président National du MSR et le soutien inconditionnel et sans atermoiements dans l’exercice de son mandat;
*L’approbation des options levées par le Bureau Politique engageant le Parti dans la plateforme G7 et dans l’opposition au regard de la loi portant statut de cette dernière;
*Le refus de toute offre de participation à un quelconque dialogue aux contours, d’un schéma de violation de la constitution et de légitimation d’une transition destinée à un nième partage du pouvoir au détriment des intérêts du peuple congolais et de la démocratie.
2. Recommandations
*Que le Président National fasse la tournée dans les 26 provinces du pays et disponibilise son effigie dans toutes les fédérations;
* Que le Comité Exécutif National disponibilise un budget de fonctionnement, la logistique nécessaire et les insignes du Parti pour les organes de base;
* Que le Parti aligne les candidats aux élections à tous les niveaux;
* Que la liste de candidats du Parti soit confectionnée en tenant compte des avis de la base et avalisée à temps par le Bureau Politique afin de permettre à ceux-ci de se préparer en conséquence;
* Que le Bureau Politique, les Députés et Sénateurs MSR se préoccupent de la situation sociale des militaires, des policiers, des enseignants et des fonctionnaires de l’Etat;
* Que le Bureau Politique, les Députés et Sénateurs MSR luttent pour le désenclavement de tous les Territoires afin de permettre aux masses paysannes d’écouler leurs produits et de s’approvisionner en biens manufacturés.
B. CONCERNANT LE G7
1. Que cette nouvelle plate-forme soit consolidée et structurée rapidement en vue de mener avec efficacité et efficience le combat pour le respect par tous des valeurs républicaines en RDC et la démarcation nette des pratiques rétrogrades.
2. Que le G7 s’érige en bouclier du peuple par le combat pour la restauration de la démocratie et d’un Etat de droit en RDC;
3. Que le G7 soit une plateforme soudée et déterminée dans son engagement pour le respect de la constitution et des lois de la République.
C. CONCERNANT LA CENI
1. Que l’indépendance de la CENI soit respectée;
2. Que le calendrier électoral réaménagé soit publié à temps pour permettre l’organisation des élections dans les délais constitutionnels en garantissant la transparence et la crédibilité du scrutin;
3.Que la CENI rende régulièrement compte au peuple congolais de son action et de difficultés qu’elle rencontre tout au long du processus électoral.
D. CONCERNANT LE GOUVERNEMENT
1. Que le Gouvernement dote la CENI des moyens logistiques et financiers lui permettant d’assurer sa mission;
2. Que le Gouvernement cesse de dilapider l’argent du contribuable congolais dans des initiatives improductives, comme celle du dialogue en perspective, au lieu d’affecter ces moyens à l’organisation des élections dans les délais constitutionnels.
E. CONCERNANT LES AUTRES FORCES DE L’OPPOSITION POLITIQUE ET LA SOCIETE CIVILE
1.La Nation congolaise étant en danger, nous exhortons les autres forces de l’Opposition politique et la Société civile à s’unir et se mobiliser pour faire échec aux dérives dictatoriales du pouvoir en place;
F. CONCERNANT LES PARTENAIRES
1. Que les partenaires extérieurs et la Communauté Internationale ne ménagent aucun effort pour accompagner le peuple congolais dans son processus démocratique.
G.     CONCERNANT LE PEUPLE CONGOLAIS
1. Nous demandons au peuple congolais de se dresser comme un seul homme pour s’opposer à toute velléité de liquidation des valeurs républicaines.
http://7sur7.cd/new/rd-congo-pierre-lumbi-le-msr-na-pas-sollicite-le-mandat-du-peuple-pour-le-trahir/

Bahati jusqu’au bout avec Kabila


























Modeste Bahati Lukwebo, « Autorité morale» de l’AFDC (Alliance des Forces Démocratiques du Congo), a adressé ses vifs remerciements au Chef de l’Etat et pris l’engagement de l’accompagner jusqu’au bout. C’était le samedi 07 novembre 2015 à Béatrice Hôtel, dans la commune de la Gombe, en marge de la réception organisée en honneur des cadres de son parti et ses alliés récemment nominés au Gouvernement Matata III ainsi que dans les nouvelles provinces de la République.

Comme témoins de cette profession de foi, on comptait des membres du Bureau politique de l’AFDC, des députés et sénateurs de cette plate-forme politique ainsi que des cadres des partis alliés.

Il convient de signaler à ce sujet, la présence du gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, président de Burec, de Christophe Mboso Nkodia Mpuanga, vice- ministre de la Justice et Droits Humains et président national de CRD, de Patick Bolonia de l’ACO, de Jean-Louis Mutombali du LDIC.

Le professeur Bahati a tenu à exprimer sa reconnaissance au Chef de l’Etat pour avoir récompensé l’AFDC à sa juste valeur, celle d’une force politique ayant une solide assise sur le terrain et fortement attachée à son projet de société, dont le socle n’est autre que la « Révolution de la Modernité ». En réponse aux rumeurs le donnant partant de la Majorité présidentielle, il a tenu à souligner que l’idée n’a jamais tenté l’AFDC et ses cadres. « La patience a fini par payer », a-t-il lâché, comme pour faire savoir aux frondeurs qu’il ne sert à rien de se précipiter dans la coursé aux postes.

S’agissant des nominés proprement dits, il s’agissait de Joseph Kokonyangi (député national et Secrétaire général adjoint de la Majorité présidentielle), Jean-Bosco Kaboyi Bwivu (député national et Questeur adjoint de l’Assemblée Nationale), Adèle Degbalase Kanda (Ministre des Affaires Sociales et Actions Humanitaires), Christophe Mboso Nkodia Mpwanga (vice-ministre de la Justice et des Droits Humaons), Simplice Ilunga Monga (vice-ministre des Transports), Marcelline Mondjiba (Commissaire spéciale de la

province de la Mongala), Arama Ndima Isamaël (Commissaire Spécial Adjoint de la province du Haut-Uélé chargé de l’Administration), Néné Nkulu (Commissaire Spécial Adjoint de la province du Haut-Lomami chargé des Finances), Massamba Malika Anto me Bob (Commissaire Spécial adjoint de la province de Maï-Ndombe chargé de l’Administration), Bonaventure Pele Mengebo (Commissaire spécial adjoint de la province du Nord-Ubangi chargé des Finances, Geneviève Abanakyelo (Commissaire spéciale Adjointe de la province du Hut-Uélé chargée des Finances).

Dans le cadre de ses alliances avec d’autres partis, l’AFDC a résolu d’assimiler aux nominés Claudine Ndusi, Directeur général adjoint de l’INPP (Institut National de Préparation Professionnelle).

KIMP
http://7sur7.cd/new/bahati-jusquau-bout-avec-kabila/




Dialogue : l’UDPS répond à Martin Fayulu

























La réflexion de Martin Fayulu, numéro 1 de l’Ecidé, parue dans Le Phare du 26 octobre 2015, sur le dialogue politique, peu après son entretien à Bruxelles avec Etienne Tshisekedi a poussé le Secrétaire général adjoint de l’UDPS chargé des Finances, Joseph Kapika, à organiser une conférence de presse hier lundi 9 novembre 2015 au siège du parti, sur la 10me rue, dans la commune de Limete.
L’orateur s’est insurgé, d’emblée, contre l’idée selon laquelle l’entourage de Tshisekedi profiterait de la convalescence de leur leader pour négocier, derrière son dos, le partage du pouvoir avec le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, et favoriser un glissement de facto.

Volontiers pédagogue, Kapika est revenu sur la crise de légitimité au sommet de l’Etat provoqué par les résultats truqués des élections de 2011, publiés par la CENI, dont les conséquences sont encore perceptibles.

C’est dans le souci de résorber ladite crise que fut signés l’Accord-cadre pour la Paix, la Sécurité et la Coopération pour le Congo/Kinshasa et la région dès Grands Lacs en février 2013 et furent votées les Résolutions 2098, 2147 et 2211 du Conseil de Sécurité des Nations- Unies.

Et ce cadre de l’UDPS de préciser que ces résolutions donnent mandat au Représentant Spécial du Secrétaire général de l’ONU dans notre pays de promouvoir le dialogue logue politique sans exclusive, en vue dé favoriser la réconciliation, la démocratisation et contribuer par la même occasion à la tenue des élections apaisées.
Peut-on alors affirmer que tous les signataires de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et des Résolutions onusiennes roulaient déjà pour le glissement? s’est- il interrogé.

Kapika a rafraîchi la mémoire de l’assistance en précisant que dans un passé récent, des défenseurs inconditionnels ‘du dialogue avaient mis sur pied la « Coalition pour le Vrai Dialogue » ou. CVD, les Forces Politiques et Sociales « FPS » ….. et battu campagne pour la tenue dudit forum. Subitement, il sont devenus des ennemis acharnés du dialogue.
Kapika a fait constater que ces Congolais exigent l’élaboration par consensus d’un calendrier global pour les prochaines élections et proposent une tripartite CENI-Majorité-Opposition ou simplement la convocation d’un forum réunissant la Majorité, la Société Civile et l’Opposition. Paradoxalement, ils refusent de qualifier ces rencontres de dialogue. « N’est-ce pas que c’est de la mauvaise foi ? » s’est-il de nouveau écrié.

Il a soutenu que l’éclatement des FPS est survenu à la suite des rumeurs qui avaient circulé dernièrement et selon lesquels Félix Tshisekedi, le fils de Tshisekedi et Secrétaire national aux Relations Extérieures de l’UDPS, occuperait la Primature après le dialogue. Ulcéré, l’un des ténors des FPS, lui aussi tenté par ce poste et fervent partisan du dialogue, s’était dédit et mis à diaboliser Tshisekedi. Déclinant une fois de plus la feuille de route de I’UDPS publiée en date du 14 février 2015, l’hôte des médias a rappelé que ledit document est un texte de haute facture qui n’a pas encore été contredit jusqu’à ce jour. Dans la foulée, il .a martelé que l’UDPS et son leader ont toujours milité pour le respect des délais constitutionnels et le recours à la médiation internationale.
De ce qui précède, Kapika considère ces critiques comme non fondées et demande à la personne qui les a formulées de présenter des excuses au numéro un de leur parti.
Et il a conclu en ces termes : « Qu’il pleuve ou qu’il neige; le dialogue aura bel et bien lieu car il y va de l’intérêt de la nation. Ceux qui s’y opposent vont se dédire. L’UDPS réitère son ultimatum sur la date du démarrage de ce forum et insiste sur la présence d’une médiation internationale ».

Jean-Pierre Nkutu
http://7sur7.cd/new/dialogue-ludps-repond-a-martin-fayulu/

RDC: le parti ARC menace de traduire en justice ses dissidents





































Le secrétaire général de l’Alliance pour le renouveau du Congo (Arc), Bruno Lapika, a promis mardi 10 novembre de traduire en justice les organisateurs du congrès de l’ARC à Kinshasa,  une initiative des dissidents de ce parti. Selon lui, il s’agit d’un «congrès pirate», qui se tient en violation des statuts du parti d’Olivier Kamitatu et de la loi sur les partis politiques en République démocratique du Congo.
«Nous allons suivre la procédure qui est inscrite dans nos statuts pour faire annuler purement et simplement les résolutions de ce congrès pirate», a annoncé Bruno Lapika dans un  entretien avec Radio Okapi, ajoutant qu’«un pirate doit être traduit purement et simplement en justice.»
Bruno Lapika affirme que, dans les statuts de l’ARC, seul le président du parti est qualifié pour convoquer le congrès ordinaire:
«N’importe qui ne peut pas se réveiller un matin prendre un mégaphone et déclarer sur la rue qu’il est président d’un parti et qu’il peut convoquer le congrès. Non ! Il y a toute une procédure que les statuts du parti (prévoient en désignant) les personnes qui ont qualité pour convoquer un congrès.»
Le congrès des dissidents de l’Alliance pour le renouveau du Congo s’est ouvert  samedi 7 novembre à la Foire internationale de Kinshasa (Fikin), pour «opérer des changements dans la manière de gérer le parti».
Ces membres se sont désolidarisés de leur autorité morale, Olivier Kamitatu, engagé dans le G7, le groupe des sept partis politiques qui avaient adressé une lettre ouverte au président de la République, lui demandant de respecter la constitution. Tous ces partis, désormais exclus de la Majorité présidentielle, ont basculé dans l’opposition.
http://7sur7.cd/new/rdc-le-parti-arc-menace-de-traduire-en-justice-ses-dissidents/

RDC: Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi

RDC: Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi

Vital Kamerhe affirme que la Dynamique de l’opposition mène également le même combat.

Le président national de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe a déclaré lundi 9 novembre à ses militants à Lubumbashi qu’il menait le même combat que Moïse Katumbi, qui a récemment quitté le parti présidentiel. Il a fait savoir que ce combat porte notamment sur le respect de la constitution.
«Nous sommes tous des acteurs politiques et ce qui nous rapproche maintenant ce que nous avons décidé de mener le même combat. C’est le combat du peuple congolais : faire respecter la constitution de la RDC, obtenir le calendrier électoral dans le délai fixé par la constitution pour que seul le peuple congolais puisse se choisir librement et dans la transparence ses dirigeants», a expliqué Vital Kamerhe.
Le président de l’UNC a affirmé que la Dynamique de l’opposition qui regroupe plusieurs formations de l’opposition mène également le même combat.
 
Vital Kamerhe a également invité les militants de son parti à garder espoir «quels que soient les problèmes que traverse le Congo maintenant».
«L’espoir est permis et nous devons porter notre rêve jusqu’à sa concrétisation. Nous rêvons d’un grand Congo», a fait savoir l’opposant.
Vital Kamerhe séjourne depuis quelques jours à Lubumbashi où il a assisté à la finale retour de la Ligue de champions de la Caf, remportée par le TP Mazembe, club de football que dirige Moïse Katumbi. Ce dernier a démissionné du parti présidentiel et de son poste de gouverneur du Katanga en septembre dernier, affirmant être opposé « fermement à tout prétexte pour retarder les élections ».

Ancien président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe a démissionné de son poste et quitté le parti présidentiel en 2010, après des désaccords avec le chef de l’Etat sur une intervention de l’armée rwandaise sur le sol congolais.
Depuis, il a créé son parti politique, l’UNC, et s’est présenté à la présidentielle de 2011 où il est arrivé troisième."


 http://www.radiookapi.net/2015/11/10/actualite/politique/rdc-vital-kamerhe-affirme-mener-le-meme-combat-que-moise-katumbi

RDC : l’autre victoire du TP Mazembe




RDC : l’autre victoire du TP Mazembe

En devenant champion d’Afrique pour la cinquième fois de son histoire, le Tout Puissant Mazembe propulse Moïse Katumbi au rang de « héros national », au grand dam de la majorité présidentielle qui voit dans l’ex-gouverneur du Katanga un dangereux rival pour la présidentielle de2016.

Moïse Katumbi a réussi le tour de force de réunir Boshab et Kamerhe dans la même tribune ce dimanche à Lubumbash

Tout semble lui réussir. Ce dimanche, dans son fief de Lubumbashi, l’ex-gouverneur du Katanga est devenu le Tout Puissant Moïse Katumbi. Son club de football, le Tout Puissant Mazembe, a effet remporté pour la cinquième fois la Ligue des champions d’Afrique face à l’USM d’Alger. Une victoire attendue, mais qui prend un drôle de relief en République démocratique du Congo (RDC). Car en dehors des stades de football, Moïse Katumbi joue un autre match… sur le terrain politique.

Et Katumbi franchit le rubicon

Le climat est particulièrement tendu à Kinshasa à un an de la prochaine élection présidentielle, prévue fin 2016. Le président Joseph Kabila est soupçonné de vouloir s’accrocher au pouvoir, alors que la Constitution lui interdit de briguer un troisième mandat. Sur la route, de la présidentielle, Joseph Kabila ou le futur candidat de la majorité présidentielle risque de retrouver un ancien allié : Moïse Katumbi, le très populaire ancien gouverneur du Katanga… et l’heureux président du TP Mazembe. En septembre, le Tout Puissant Moïse a franchi le rubicon en démissionnant du parti présidentielle, dénonçant la volonté de Joseph Kabila de vouloir modifier la Constitution pour rester au pouvoir. Depuis cette date, plus personne n’est dupe des ambitions présidentielles de l’ex-gouverneur de la riche province minière.

Un match politique

]En quelques jours, le très charismatique président du TP Mazembe est passé d’allié du président Kabila à rival, dans son propre fief katangais. Le match de dimanche a donc pris une tournure politique inattendue. La victoire du TP Mazembe deviendrait, de fait, la victoire de son président, possible candidat à la présidentielle. Pour preuve de l’importance de l’enjeu politique du match contre Alger : la mobilisation de toute la classe politique congolaise. Après la première victoire du match aller, les caciques de la majorité s’étaient peu manifestés publiquement pour encourager l’équipe de Lubumbashi. Dans les journaux, les caricaturistes s’étaient amusés de la situation. Dans Le Potentiel, le titre le plus lu à Kinshasa, le dessinateur Kash avait représenté les « gros bras » de la majorité arborant des maillots « vive l’Algérie ».

L’allié Kamerhe dans les tribunes






















Tweet de Moïse Katumbi à propos de sa rencontre avec Vital Kamerhe © Twitter

Ce dimanche, le stade de Lubumbashi était « the place to be » pour les politiques. Même Evariste Boshab, ministre de l’Intérieur et haut responsable du parti présidentiel était assis à côté de Moïse Katumbi. Le Premier ministre, Matata Ponyo s’est même fendu d’un message de soutien sur son compte Twitter. Mais c’est dans l’opposition que les leaders se sont bousculés à Lubumbashi pour assister au match. La visite la plus remarquée a sans doute été celle de Vital Kamerhe, le patron de l’UNC, qui est même venu saluer le Tout Puissant Moïse avant le match dans sa résidence privée. La venue de Kamerhe symbolise le mieux les nouvelles alliances qui sont en train de se nouer entre l’opposition et Katumbi. Même si l’ex-gouverneur a rencontré l’opposant historique de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, et passé un coup de fil au patron du MLC, Jean-Pierre Bemba, c’est bien avec Vital Kamerhe que le président du TP Mazembe semble le plus proche. Il faut dire que comme lui, Kamerhe a été un très proche de Joseph Kabila, avant de claquer la porte du parti présidentiel en 2009.

Au centre du jeu politique

Avec la victoire du TP Mazembe ce dimanche, Moïse Katumbi a réussi en 90 minutes d’un match de football, ce qu’il aurait mis plusieurs mois à réaliser en campagne électorale : fédérer tout une nation et montrer à tous les Congolais un pays qui gagne. En s’affichant dans les tribunes, avec à la fois Boshab et Kamerhe, Katumbi démontre qu’il peut être le point de convergence entre majorité et opposition. Une position stratégique qui le place au centre du jeu politique à un an de la présidentielle 2016. Une place idéale sur un terrain de football… comme en politique."



 http://afrikarabia.com/wordpress/rdc-lautre-victoire-du-tp-mazembe/