Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

jeudi 2 juillet 2015

Léopards et TP Mazembe : Décès de Pierre Kalala Mukendi en Afrique du Sud







Pierre Kalala Mukendi, icône du football congolais, est décédé le mardi 30 juin vers 11h Afrique du Sud où il avait été évacué d’urgence, il y a plusieurs mois, suite à la dégradation de son état de santé.
Le géant footballeur, né en 1939, venait de Likasi, au Katanga, où il avait effectué ses premiers pas dans la discipline au sein de l’US Panda. Repéré à la fin des années 50, il est incorporé au sein du TP Englebert d’Elisabethville, TP Mazembe avec la politique de recours à l’authenticité en 1971. Cet instituteur va allier l’éducation et sa carrière sur le terrain.
Le stade Léopold de la commune de Kamalondo, débaptisé plus tard stade Mwanke, sera le temps où il construira le début d’une réputation qui ira au-delà des limites de la province du Katanga.
Pierre Kalala fait partie de l’équipe nationale, les «Lions », appelée à prendre part aux Jeux des Tropiques, en 1964 à Yaoundé, au Cameroun. En finale perdue par 1-2, contre la Nationale camerounaise, il est l’auteur de l’unique but des fauves congolais. Pour avoir tellement empilé des buts, il lui est collé le sobriquet de «l’homme de Yaoundé».
Le canonnier fait bien sûr partie de la campagne que les «Lions» effectuent, en 1965, en Tunisie où la RDC est invitée à la phase finale de la 5ème Coupe d’Attique des nations, en lieu et place du Soudan qui s’est désisté, celui-ci ayant lui-même suppléé l’Egypte en ce moment en rupture diplomatique avec le pays hôte.
Pour leur première apparition dans ce tournoi continental il est avec les siens dans le groupe B, à Sous1e puis à Sfax, avec les «Black Stars» du Ghana, champions d’Afrique en titre, qui les rudoient d’entrée (2- 5) et les « Eléphants » de la Côte d’ivoire, vainqueurs par 0-3, lors de la 3ème et dernière journée. Contre les Ghanéens, qui mènent rapidement par 2-0, Pierre Kalala parvient à égaliser (42ème et 44ème sur pénalty), inscrivant ainsi à l’occasion les premiers et historiques buts congolais dans la compétition.
L’année suivante, le capitaine du TP Englebert amène sa troupe, munie de tous les titres de la province du Katanga, au tournoi triangulaire marquant le tour final de la 3ème Coupe du Congo, en 1966, au stade Père Raphaël à Kinshasa. L’US Union Saint Gilloise de Luluabourg, ancêtre de l’US Tshinkunku de Kananga, ne tient pas la comparaison, écrasée par 6-1, tandis que l’AS V. Club de Kinshasa essuie une nouvelle défaite de 2-1, après celle contractée lors de la 2ème journée devant le représentant du Kasaï.
Les porteurs des maillots noir et blanc de Lubumbashi, anciennement Elisabethville, frappent un grand coup, sous la houlette de leur capitaine emblématique et entraîneur, pour leur première participation en Coupe d’Afrique des clubs champions, en 1967, en atteignant la finale contre la formation ghanéenne d’Ashanti Kotoko de Kumasi: 1-1 à Accra et 2-2 à Kinshasa. Tirage au sort indiqué le règlement en vigueur. La cérémonie au stade Révérend Père Raphael est perturbée par le capitaine de l’équipe visiteuse qui attrape au vol la pièce de monnaie lancée en l’air par l’arbitre du match retour Un match de barrage est imposé par la Confédération africaine de football (CAF) sur terrain neutre… à Yaoundé puis le 21 février à Kinshasa. Kotoko ne s’y présentera pas en prétextant donner priorité à la défense du double titre continental que détiennent les Black Stars, l’équipe nationale dont l’ossature est formée de ses éléments, appelés au tour final en Ethiopie, en 1968. Le TP Mazembe remporte le titre par forfait.
Dans la foulée, Pierre Kalala est du contingent des Léopards partis défendre les couleurs nationales sur les hauteurs éthiopiennes. Son unique réalisation de la 6ème édition de la CAN intervient en finale, à Addis-Abeba, et offre le premier trophée continental à la RDC au détriment des Black Stars du Ghana 1-0 (64ème), le dimanche 21 janvier 1968.
La même année, le bombardier monte sur la plus haute marche en réalisant le doublé en Coupe d’Afrique des clubs champions contre la formation togolaise d’Etoile Filante : 5-0 à Kinshasa et 1-4 à Lomé. Mais, avant cet autre feu d’artifice, il faut signaler que deux tours avant, le club ivoirien d’Africa Sports avait quasiment sorti le TP Englebert (3-1 à Abidjan, 4 4 à Kinshasa dont quatre buts de Kalala), qualifié in extremis par le forfait infligé à son adversaire pour alignement d’un joueur non qualifié, Bléziri encore sous contrat avec Bastia en France. Puis, s’ensuivent deux finales perdues face à Ismaïlia d’Egypte (2-2 à Kinshasa et 1-3 au Caire, en 1969), et Ashanti Kotoko (1-1 à Kumasi, décembre 1970, et 1-2 à Kinshasa, janvier 1971).
Quelque peu diminué par une fracture en 1969 sans compter plusieurs autres ennuis physiques ainsi que le poids de l’âge, Pierre Kalala s’éloigne des terrains mais en se mettant plus sur le banc. D’abord, du TP Mazembe qu’il dirigera dans sa marche triomphante, en 1981, lorsqu’est gagné le trophée de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe contre Africa. Sports de la Côte d’ivoire : 3-1 à Abidjan et 1-0 à Kinshasa.

Ensuite, il sera vu sur celui de l’AS Bilima, du FC Sozacom, de l’IC Onatra, etc. Il va maintes fois occuper le poste de directeur technique de l’équipe nationale de football, les « Léopards » ou «Simba» en 1998. Pierre Kalala sera parmi les experts nommes dans une des commissions spécialisées de la CAF, en 2005. Et, pendant de nombreuses années, il a également été directeur des sports au sein de l’entreprise ONATRA (Office national des transports), devenu SCTP (Société congolaise des transports et ports), son employeur.
Par SIKI NTETANI MBEMBA
http://7sur7.cd/new/leopards-et-tp-mazembe-deces-de-pierre-kalala-mukendi-en-afrique-du-sud/