Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

dimanche 25 novembre 2012

Interview exclusive du porte-parole du M23, Bertrand Bisimwa, sur Africa N°1


Par webmaster, le 23 novembre 2012

Bertrand Bisimwa, porte-parle du M23 a été interviewé hier, jeudi 22 novembre, par Stéphanie Hartmann pour Africa N°1. Selon lui les rebelles sont prêts à la négociation.
Comment s’est passée la prise de Goma ?
Les affrontements ont commencé le 15 novembre. Nous avons campés aux portes de Goma pendant deux jours pour mettre en place une zone tampon et éviter le contact physique avec les FARDC (Forces armées de RDC). L’armée congolaise nous a attaqué dans le dos et nous avons alors contre-attaqué. Nous nous sommes rendu compte que les militaires tiraient également des obus vers le Rwanda. Pour nous, c’est une manière d’inviter le Rwanda dans la crise.
Quelle était l’attitude de la Monusco (Mission des Nations Unies pour la stabilisation du Congo) ?
Comme les soldats de la Monusco gèrent la ville de Goma, nous essayons d’établir un contact avec eux. Les efforts actuels portent sur l’établissement d’un lien entre nous et la Monusco, jusqu’ici sans résultat.
Vous contrôlez également la ville de Saké, jusqu’où comptez-vous aller ?
Notre intention n’est pas d’aller jusqu’à Bukavu, ou Kinshasa. Notre intention est d’aller à la table de négociations. Le gouvernement de Kinshasa doit cesser sa logique guerrière. Cette option a échoué maintenant. Nous devons nous retrouver à la table des négociations pour discuter et résoudre les problèmes des Congolais. Mais si le gouvernement continue de nous attaquer, nous serons obligés de faire taire ces armes qui sont en train de tuer notre population.
Quelles sont exactement vos revendications ?
Tout d’ abord, nous demandons la mise en œuvre des accords du 23 mars que nous avons signé avec le gouvernement de Kinshasa [en 2009, qui prévoit notamment la réintégration des anciens rebelles dans l’armée nationale]. Notre seconde revendication a trait à la légitimité du pouvoir de Joseph Kabila. Nous mettons clairement en cause l’élection du chef de l’Etat actuel, élu en 2011 grâce à des tricheries. Nous demandons que le président Kabila reconnaisse qu’il a perdu les élections et accepte la vérité des urnes.
Vous demandez donc le départ de Joseph Kabila ?
Il se pose un grave problème de légitimité du pouvoir de Kabila. Il a tripatouillé la Constitution pour se faire élire par une minorité des Congolais. C’est de notoriété publique, il a été élu par 48 % des congolais après avoir tripatouillé la Constitution.
Vous appelez donc à des négociations. Est-ce que Kinshasa est prêt, selon vous, à négocier ?
Jusqu’à aujourd’hui, le pouvoir continue à refuser les négociations avec le M23.
L’armée congolaise a affirmé à plusieurs reprises que des éléments rwandais combattaient aux côtés du M23, et le 17 octobre dernier, un rapport de l’ONU affirmait que votre mouvement disposait du soutien du Rwanda. Quelles sont vos relations avec Kigali ? Et le M23 est-il composé de combattants rwandais ?
Le pouvoir de Kinshasa nous accuse d’être rwandais, déclarant que le général Makenga est rwandais, que notre président [Jean-Marie Rugina] est un Rwandais. On ne sait plus qui est rwandais pour eux. Les membres de notre armée viennent des FARDC, l’armée régulière. Si nous sommes rwandais, cela signifie qu’eux-mêmes avaient recrutés des Rwandais dans l’armée. Notre force militaire est constituée par les membres de l’armée régulière qui ont fait défection. On les qualifie aujourd’hui de « Rwandais » parce qu’ils sont allés dans l’opposition. Pour nous, il s’agit d’une stratégie du gouvernement de basse campagne.
A défaut d’avoir un soutien du Rwanda, est-ce que vous avez des contacts avec les autorités de Kigali ?
Nous sommes un mouvement de révolution, nous ne sommes pas un Etat. Les autorités de Kigali traitent avec des Etats, non pas avec des mouvements de révolutions. Il n’y a aucun lien entre eux et nous. Nous sommes congolais, nous ne parlons pas des problèmes du Rwanda. Nous parlons des problèmes congolais. Si nous sommes rwandais, comme Kinshasa le prétend, c’est donc que les autorités congolaises estiment que cette région appartient au Rwanda. Mais le Nord-Kivu dépend du territoire congolais, à ce que je sache.
L’Onu vous accuse d’exécutions sommaires et d’exactions. Que répondez-vous à ces accusations ? Et quelles sont vos relations avec la population notamment celle de Goma, et dans les villes que vous occupez ?
Je ne sais pas si l’Onu nous accuse de cela. En tout cas, les experts mandatés par cette organisation internationale n’ont pas fait leur travail. Leur mission consiste à aller voir sur le terrain et faire un travail de recherche. Mais on ne peut pas descendre au Congo et s’arrêter à Kinshasa, travaillait dans des chambres climatisées et monter des rapports sur la base de documents fournis par les services de renseignements congolais.
Est-ce que quand même, vous reconnaissez que la situation humanitaire dans la région est alarmante ?
Pendant la guerre, il est normal que la population fuit les balles. Dans l’espace que nous contrôlons, il n’y a plus de camps de déplacés. Les déplacés sont retournés chez eux. Nous encourageons, par la voie des médias, la population à revenir et à retrouver sa dignité au lieu de se faire infantiliser par des ONG.
Propos recueillis par Stéphanie Hartmann

http://www.africa1.com/spip.php?article27312

Kinshasa accepte pieds et mains liées de négocier avec le M23




Longtemps intransigeant sur le sujet
Les pressions militaires, ravivées avec la chute de Goma, et diplomatiques, activées au sein de la CIRGL, ont eu raison de l’intransigeance de Kinshasa, qui accepte finalement de mener des négociations directes avec le M23. En acceptant de négocier sous la pression des événements, Kinshasa part avec un sérieux handicap. Il s’y engage pieds et mains liées. Arrivera-t-il à le surmonter ? Difficile à prédire.
Intransigeant et accroché à la ligne dure qui excluait toute négociation avec le M23, le gouvernement de la RDC a finalement accepté de négocier directement avec les rebelles. « De toute façon, il ne pouvait pas en être autrement au regard de la situation sur le terrain militaire, totalement défavorable à Kinshasa », commente un observateur de la scène politique de la région des Grands Lacs.
Kinshasa a certes accepté de négocier avec le M23, mais il oublie jusqu’alors les revendications exactes du mouvement rebelle. Car, au fur et à mesure de ces conquêtes militaires, le M23 a profondément revu son cahier des charges qui ne limitent plus aux seuls accords du 23 mars 2009 (signés à Goma), lesquels justifiaient son action au départ.

Un autre son de cloche
Sur Afrikarabia, Christophe Rigaud tente de pénétrer ce mystère. Il pose une question pertinente : Que négociera le M23 avec Kabila ? Après sept (7) mois de conflits, le président Joseph Kabila a fini par accepter de négocier avec la rébellion du M23, écrit-il. « Pour négocier quoi ? », s’interroge-t-il.

« Que peut alors lâcher Kabila », se demande-t-il par la suite. « Difficile à dire », estime-t-il, « tant la situation militaire est versatile ». Il pense que « tant que le président Kabila n'arrive pas à reprendre la main sur le terrain militaire (et c'est actuellement le cas), il sera dans l'obligation de faire quelques concessions sur l'application des accords du 23 mars (localisation des soldats intégrés dans le Kivu, grades, versements des soldes…).

Au niveau politique, Joseph Kabila pourrait peut-être concéder une intégration politique au niveau provincial du M23 et, pourquoi pas, un poste au gouvernement. On parle également à Kinshasa de la possibilité de former un « gouvernement d'unité nationale » qui permettrait à Joseph Kabila de pratiquer une « ouverture politique » qui lui permettrait toutefois de se maintenir à la présidence ».

Après avoir parcouru de pistes probables qui pourraient guider les futures négociations avec le M23, l’analyste d’Afrikarabia termine son texte par une conclusion dont Kinshasa devait sans doute s’inspirer dans la nouvelle palabre avec le mouvement rebelle. Ce qui ne manquera pas d’influer sur ces négociations. Il conclut son analyse en ces termes : « Mais dans le jeu de poker menteur des négociations dans la région des Grands Lacs, seule la situation militaire donnera l'avantage à l'une des deux parties. Pour l'instant, l'avantage militaire tourne au M23, mais depuis samedi, des renforts de l'armée régulière sont annoncées dans la zone, notamment autour de Bukavu, la prochaine cible annoncée des rebelles ».

Pendant ce temps, à Kinshasa (lire le communiqué du gouvernement en encadré), l’on se félicite des conclusions du 5ème Sommet de Kampala, particulièrement avec la perspective du déploiement de la Force neutre internationale dont le commandement a été confié à la Tanzanie. Mais, pour la rendre véritablement opérationnelle, les pays de la CIRGL doivent réunir un montant de 100 millions. Certains dans la région, comme la Tanzanie, l’Ouganda et la RDC, ont annoncé de substantielles contributions financières et logistiques à l’appui du budget de cette force. En dehors de la CIRGL, l’Afrique du Sud est également prête à contribuer.

Encadré
Communiqué du gouvernement de la RDC sur Kampala V

Ce samedi 24 novembre 2012 s’est tenu un Sommet extraordinaire de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) à Kampala (Ouganda).
Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, figurait l’examen de la Déclaration adoptée 48 heures plus tôt par les présidents Yoweri K. Museveni de l’Ouganda, Joseph Kabila de la RDC et Paul Kagame du Rwanda sur la situation sécuritaire et humanitaire à l’Est de la RDC.

Contrairement aux informations publiées par certains médias, seule la délégation gouvernementale conduite par le président Joseph Kabila a siégé au Sommet de la CIRGL pour la République démocratique du Congo. Les éléments du groupe M23 qui séjournaient dans la capitale ougandaise pour être notifiés des décisions de la Déclaration susvisée des trois chefs d’Etat n’ont pris aucune part aux discussions.

Après avoir délibéré sur les derniers développements des événements dans cette partie de la région des Grands Lacs africains, les chefs d’Etat et de gouvernement de la CIRGL ont pris les décisions suivantes :

1) Les éléments du M23 doivent mettre immédiatement fin à leur offensive sur terrain et cesser d’appeler au limogeage des autorités légitimes issues d’élections en RDC ;

2) Les éléments du M23 doivent se replier immédiatement de tout l’espace au-delà de la ville de Goma vers le Sud et se retirer de Goma jusqu’à une ligne située à 20 kilomètres vers le Nord dans 48 heures ;

3) La Force Monusco sera déployée pour sécuriser la zone de 20 km à partir des limites Nord de la ville de Goma jusqu’au bivouac autorisé aux éléments du M23 ;
4) Un bataillon des FARDC (forces gouvernementales congolaises) ainsi que des unités régulières de la PNC (Police nationale congolaise) seront basés à Goma pour sécuriser la ville et ses habitants ;

5) Une compagnie FARDC sera déployée à l’aéroport de Goma aux côtés d’une autre compagnie de la Force internationale neutre et d’une troisième compagnie composée d’éléments du M23. La présence d’éléments du M23 à cet endroit répond aux craintes exprimées par ce groupe de voir ce site servir de point de départ à une offensive majeure contre eux qui compromettrait tout le processus ;

6) Les armes confisquées par le M23 aux éléments de la Police nationale congolaise de Goma doivent leur être restituées pour leur permettre d’assurer la poursuite de leur mission de maintien de l’ordre public ;

7) Le président de la République démocratique du Congo s’est engagé à écouter le M23, évaluer le niveau de mise en œuvre des accords entre le gouvernement congolais et des groupes armés du Kivu de 2009 et répondre aux griefs jugés légitimes sur la base desdits accords de 2009 ;

8) La mise en œuvre des mesures susmentionnées a été confiée aux chefs d’états-majors généraux des FARDC (forces gouvernementales de la RDC) et des RDF (forces gouvernementales du Rwanda), sous la supervision de leur homologue ougandais ainsi que ceux des autres pays membres du dispositif de la Force internationale neutre.

Comme on peut s’en rendre compte, la CIRGL, qui a admis dans ses rangs un douzième membre, la République du Soudan du Sud, vient ainsi, à l’occasion de ce Sommet extraordinaire, de lancer les premières actions de sa Force internationale neutre en gestation.

Le commandement en a été confié à la Tanzanie, un des principaux contributeurs de troupes, tandis que l’Afrique du Sud et la RDC ont annoncé de substantielles contributions financières et logistiques à l’appui du budget de cette Force estimé globalement à 100 millions USD.
À l’issue des travaux, le président hôte du Sommet extraordinaire de la CIRGL, Yoweri Kaguta Museveni, a reçu son homologue congolais Joseph Kabila. En marge de cette rencontre, le président de l’Ouganda a présenté au chef d’Etat congolais une délégation d’éléments du M23 conviés par lui pour recevoir notification des décisions des instances régionales et qui seront appelés à une étape ultérieure du processus de pacification de l’Est de la RDC, à interagir avec les autorités gouvernementales de la RDC.

Fait à Kinshasa, la 24 Novembre 2012
Lambert Mende Omalanga
Ministre des Médias, chargé des Relations avec le Parlement et de l’Initiation à la nouvelle citoyenneté, Porte-parole du Gouvernement

«KABILA» a nommé le général OLENGA aux fonctions de chef d’Etat-major




imageFrançois Olenga Tete


Joseph Kabila Kabange a nommé vendredi 23 novembre 2012 le lieutenant-général François Olenga Tete aux fonctions de chef d’Etat-major ad intérim des Forces terrestres, en remplacement du général-major Gabriel Amisi Kumba suspendu pour « distribution d’armes et de munitions à des groupes armés ».

Le président Joseph Kabila Kabange, chef de l’Etat et commandant suprême des Forces armées et de la Police nationale de la RD Congo, a nommé vendredi 23 novembre le lieutenant-général François Olenga Tete (matricule 47887/K) aux fonctions de chef d’Etat-major ad intérim des Forces terrestres, en remplacement du général-major Gabriel Amisi Kumba suspendu pour « distribution d’armes et de munitions à des groupes armés ».

Inspecteur général des FARDC en 2005 (nommé le 7 juillet par décret présidentiel) puis en juin 2010 (par ordonnance présidentielle), François Olenga était commandant de la Force terrestre en 2001 lorsqu’il avait conduit le 3 avril à Mbandaka une délégation de la Communauté de développement économique des pays de l'Afrique centrale et australe (SADC) à la cérémonie de désengagement de 3 bataillons des FAC (Forces armées congolaises) et Alliés à l'Equateur.

Accueillie par le général-major Philémon Kisempia Sungilanga Lombe, la délégation était composée de l'amiral angolais Filipe Viper (commandant adjoint des Forces de la SADC en RDC), du général de brigade Mike Sango (Zimbabwe), directeur des opérations militaires de la Sadc en Rdc, du général Sixtone Sibangumuzi Khumalo (Zimbabwe) et du colonel Chimambi de (Namibie).

Communiqué officiel

Le Président de la République, Commandant suprême des Forces armées de la République démocratique du Congo, vient de désigner, ce vendredi 23 novembre 2012, le lieutenant-général Olenga Tete pour exercer, à titre intérimaire, les fonctions de chef d’Etat-major des Forces terrestres.
Le vice-Premier ministre, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, et le chef d’Etat-major général des Forces armées de la République démocratique du Congo sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de la mise en application de cette décision.

Fait à Kinshasa, le 23 novembre 2012

Le Cabinet du Président de la République
Gustave BEYA SIKU
Directeur de Cabinet

MARCHE CONTRE LA BALKANISATION DE LA RD CONGO


"MARCHE CONTRE LA BALKANISATION DE LA RD CONGO, CONTRE L'AGRESSION RWANDAISE À TRAVERS LE M23 ET POUR QUE KABILA DEGAGE". 

 24 NOVEMBRE 2012, PARIS flower flower flower flower flower









NOUS REMERCIONS LES KONGOLAIS QUI SE SONT MOBILISÉS HIER À PARIS, À BRUXELLES COMME À  MONTRÉAL...

CEUX QUI ÉTAIENT HIER DANS CES DIFFÉRENTES VILLES ONT PU COMPRENDRE QUE LE KONGOLAIS N'ABANDONNERA JAMAIS CE COMBAT. SON OBJECTIF RESTE LA VICTOIRE SUPRÊME DU KONGO, ET NOUS Y APPROCHONS DE MANIÈRE SOLAIRE.

MERCI À TOUS LES COMBATTANTS DE PARIS POUR LA MOBILISATION HIER QUI A ÉTÉ UNE RÉUSSITE TOTALE.

Le M23 ne compte pas quitter Goma avant un dialogue inclusif, selon Jean-Marie Runiga






Les rebelles du M23Les rebelles du M23


La rébellion n’abandonnera pas la ville de Goma sur la seule promesse d’une ouverture de discussions avec le gouvernement. Le chef politique du M23, Jean-Marie Runiga l’a déclaré samedi 24 novembre à radio France internationale (RFI) à partir de Kampala en Ouganda, où il se trouve. Le M23 réclame un dialogue inclusif avec différentes couches de la population dont l’opposition et la société civile. De son coté, la Société civile du Nord-Kivu se dit déçue des résolutions issues du sommet des chefs d’Etats de la conférence internationale sur la Région des Grands Lacs(CIRGL). Le vice-président et porte-parole de La Société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota a affirmé que ces résolutions légitiment le M23.

Le M23 réclame un dialogue inclusif avec la société civile congolaise, l’opposition et la diaspora sur tous les sujets qui concernent la vie publique notamment la démocratie et la gouvernance. Le chef politique du M23, Jean-Marie Runiga l’a déclaré à RFI à partir de Kampala. Pour lui, le retrait du M23 de Goma doit être le résultat de ces négociations.

Réactions aux résolution du sommet de la CIRGL

Les réactions sur les résolutions du sommet de chefs d’Etats de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs divergent. La société civile du Nord-Kivu se dit déçue. Le vice-président et porte parole de la société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota, a qualifié de trahison le fait que ces résolutions légitiment le M23, et que le président de la république, Joseph Kabila et son gouvernement acceptent de discuter avec le M23.

Omar Kavota estime que ces résolutions foulent aux pieds toutes les autres qui ont été prises avant : « Le M23 devait se retirer de ses positions d’ aujourd’hui jusqu’à 20 kilomètres, ce n’est même pas à Kibumba; donc la menace va continuer à peser sur les populations de Goma. Les FARDC et la population du Kivu ont tous été trahis par le commandement de l’armée et par le pouvoir de Kinshasa, et le résultat est l’avancée du M23 ».

L’Union Africaine, elle, appelle le M23 à se conformer à ces résolutions et de cesser les combats. Dans un communiqué rendu public le samedi 24 novembre, la présidente de la commission de l’union africaine Nkosazana Dlamini Zuma a réitéré « la grande préoccupation de l’UA » quant à la situation humanitaire qui s’aggrave sur terrain et aux abus commis contre la population civile à l’Est de la RDC.
Nkosazana Dlamini Zuma a également « salué l’engagement » du gouvernement congolais à prendre en compte les revendications des rebelles.

http://radiookapi.net/actualite/2012/11/25/guerre-la-rebellion-du-m23-ne-compte-pas-abandonner-goma-avant-dialogue-inclusif-selon-jean-marie-runiga/

Monsieur le Président où est votre sens de l’honneur?


Monsieur le « Président » où est votre sens de l’honneur? /CONGOINDEPENDANT



                  « Joseph Kabila » en plein désarroi









Un chef qui a perdu tout sens de l’honneur et de dignité pourvu qu’il conserve son poste. Un tel dirigeant ne donne-t-il pas raison à ceux qui depuis des années, doutent de sa nationalité, de sa loyauté et de son patriotisme?

Comment se fait-il que le premier geste qu’il pose après cette humiliante débâcle de son armée, avec la perte de la ville de Goma, est de se rendre, illico presto, chez les personnes qu’il accuse d’être les agresseurs de son pays et de son peuple ?

Comment les observateurs pourraient-ils interpréter ce geste sinon comme une convocation pour aller ’recevoir des ordres’ de la part de vos véritables patrons qui sont Kagamé et Museveni concernant l’attitude à adopter ainsi que de la suite de cette tragédie.

Naturellement, un leader digne de ce nom se serait rendu à la rencontre de ses troupes ainsi que de son peuple.



Prenons comme hypothèse, les occidentaux qui vous poussent aux négociations-distractions avec les agresseurs du Congo. Accepteraient-ils de négocier avec les violeurs de leurs femmes, les assassins de leurs citoyens et les envahisseurs de leurs pays?
D’ailleurs, les américains et leurs alliés ont déjà attaqué des nations et des peuples sur simples présomptions de disposer d’armes de destruction massive alors que ces attaques n’avaient pas raison d’avoir lieu? Aujourd’hui dans le cas qui concerne notre pays, pourquoi les Congolais devraient-ils dialoguer alors que leurs femmes sont, réellement, violées et égorgées, leurs enfants mutilés et leur territoire occupé? Bref, alors qu’il y a une véritable guerre engagée pour leur extermination.
Peut-on imaginer un seul instant, que Barack Obama, Elio di Rupo ou David Cameron rester au pouvoir même pour une durée d’une ou deux minutes si des femmes, des enfants et des pauvres américains, belges et/ou britanniques étaient traités comme le sont les Congolais ou si leurs citoyens étaient massacrés? Et encore moins si une partie de leur territoire était occupée?
Monsieur le Président qui dans ce cas pourra vous comprendre ? Jusqu’à quand allez-vous dialoguer et pour atteindre quel but? Ne constatez vous pas que l’on vous mène en bateau ou alors c’est vous qui voulez mener le peuple en «pirogue». À moins d’être complice des bourreaux des congolais ou coauteur des crimes commis lors de ces sanglantes randonnées dans le Kivu.

Dites-nous quel sens donnez-vous au serment constitutionnel en tant que garant de la défense de l’intégrité territoriale ainsi que de la protection du peuple?


Si ce problème était congolo-congolais, pourquoi iriez-vous discuter avec les Ougandais et les Rwandais? Devrait-on conclure que vous confirmez maintenant ce que vous aviez déjà dit en juillet dernier à savoir que « c’est un secret de polichinelle de dire que le Congo est agressé par le Rwanda»?
Monsieur le Président, votre voyage en Ouganda équivaut, à notre sens, au crachat sur le peuple congolais, au pipi sur les militaires tombés sur le champ des batailles et sur ceux qui se sacrifient encore pour le Congo. Ce geste ne peut être autrement qualifié que comme une haute trahison.

Dans un pays digne de ce nom, une défaite de telle ampleur aurait entraîné, immédiatement, des démissions et des limogeages en série, au sein des institutions. Elle aurait entraîné une crise politique majeure, pourquoi pas le nettoyage total au sommet de l’état?

Jérôme K.

http://democratiechretienne.org/2012/11/25/monsieur-le-president-ou-est-votre-sens-de-lhonneur-congoindependant/

ACCORD DE PAIX ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LE CONGRES NATIONAL POUR LA DEFENSE DU PEUPLE (CNDP)

ACCORD DE PAIX ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LE CONGRES NATIONAL POUR LA DEFENSE DU PEUPLE (CNDP)
http://afrikarabia2.blogs.courrierinternational.com/media/02/01/2360797318.pdf

Les derniers « succès » militaires de la rébellion du M23, soutenue par le Rwanda, dans l’Est de la République Démocratique du Congo, illustrent à merveille que ce vaste pays au cœur de l’Afrique tangue comme un vaisseau sans pilote. La ville de Goma, dans l’Est, est désormais considérée comme une ville perdue et, avec elle, toute la province riche en coltan du Nord-Kivu. Les errements dont les « dirigeants » de Kinshasa font étalage depuis des années ont atteint de telles proportions que la « énième » débâcle militaire en cours s’inscrivait dans l’ordre prévisible des choses. Dans la foule des fautes fondamentales de gouvernance, on peut en relever au moins trois, au hasard.

La première faute majeure des dirigeants congolais, le Président Kabila en premier, c’est de n’avoir pas doté le pays d’une véritable armée, ce qui est assez incompréhensible pour des gens parvenus au pouvoir par la guerre. Depuis des années, on déplore l’état lamentable de l’armée congolaise. Elle ne pouvait rien faire face à une armée aussi structurée que l’armée rwandaise. Puisqu’il s’agit bien de l’armée rwandaise. Le M23 n’est qu’une façade.

Tous les pays de la région, dont les dirigeants ont été confrontés à la guerre, ont entrepris de bâtir des armées nationales avant toute chose (Angola, Ouganda, Rwanda). Le Président Kabila est au pouvoir depuis janvier 2001. Il faisait déjà partie du premier cercle des décideurs du pays aux côtés de son père, Laurent-Désiré Kabila, dès 1997.

Joseph Kabila, ancien maquisard, aura donc mis plus de 15 ans sans se rendre compte que le Congo a besoin d’une armée à la hauteur de ses défis ? C’est à n’y rien comprendre.

En tout cas, de nombreux Congolais soutiennent que la faiblesse de l’armée congolaise est sciemment entretenue dans le but de faciliter aux dirigeants rwandais l’annexion du Kivu. Difficile de leur donner tort lorsqu’on observe à la fois l’état chronique de l’armée congolaise, la « facilité » avec laquelle les « rebelles », soutenus par le Rwanda, progressent sur le terrain et le silence de Joseph Kabila. Il n’a pas dit « un mot » et ne semble pas concerné alors qu’une région stratégique de son pays (80% des réserves mondiales de coltan à téléphones portables) est en train de passer sous contrôle d’une puissance « ennemie ».

Ainsi, depuis l’arrivée des casques bleus en avril 2001, les Congolais, reposent tous leurs espoirs sur les épaules des soldats onusiens. Or tout le monde sait que les casques bleus sont tout au plus une force de maintien de la paix, pas une force de défense nationale. Les casques bleus ne se battent pas pour protéger un territoire national. D’ailleurs, d’ordinaire, ils ne se battent même pas. Ils se contentent d’assurer une simple présence dissuasive. C’est à l’armée nationale qu’il revient de défendre le « territoire national ».

Celle du Congo en est tellement loin qu’en août dernier, le ministre rwandais de la défense, James Kabarebe, pourtant honni par les Congolais[1], a dit une vérité que la plupart des Congolais n’ont pas pu contester : « cette armée-là ne peut même pas tuer un rat »[2]. Si la référence au « rat » est évidemment excessive, on sait au moins que l’armée congolaise n’a pas réussi à capturer « un seul homme », Bosco Ntaganda. D’ailleurs, toute la tragédie en cours vient de la tentative ratée de capturer ce criminel de guerre recherché par la Cour Pénale Internationale.

La deuxième erreur fondamentale des dirigeants congolais devrait s’appeler « la naïveté ». Ils donnent l’impression d’ignorer à qui ils ont affaire. Ils ont affaire aux « Rwandais »[3] qui ont la réputation de « ne rien lâcher ». Ils ont tenu quatre ans durant dans les maquis avant de s’emparer du pouvoir à Kigali. Ils avaient la possibilité de prendre part au pouvoir aux termes d’un règlement politique. Ils se sont accrochés à l’espoir fou de prendre « tout le pouvoir » et ils y sont parvenus avec les dégâts qu’on connaît (génocide + des centaines de milliers des Hutus massacrés). Avant la guerre du Rwanda, ils avaient tenu des années dans les maquis ougandais aux côtés de Yoweri Museveni avec qui ils ont fini par prendre le pouvoir à Kampala en 1986. Maintenant qu’ils ont le Congo dans leur collimateur, avec ses immenses richesses minières, on perçoit aisément qu’ils ne sont nullement disposés à « lâcher le morceau ».

Lorsqu’on a affaire à des « individus » aussi redoutables, et qu’on a entre ses mains la responsabilité du son peuple, on doit impérativement élever le niveau. Malheureusement, pour le peuple congolais, les autorités de Kinshasa jouent les naïfs, ce qu’elles risquent de payer cher. Ils devraient penser aux dignitaires de Mobutu qui, ont un jour tout perdu et se sont retrouvés en exil, « chassés » de leur propre pays pour avoir négligé ce qui se passait dans le Kivu.

L’exemple emblématique de cette « naïveté » réside dans le fameux « accord du 23 mars 2009 » dont se prévaut la rébellion actuelle et qui contient des revendications assez hallucinantes pour des individus considérés comme de simples mutins.

En effet, cet accord, conclu sous l’égide de deux co-facilitateurs, les anciens Présidents Olusegun Obasanjo (Nigéria) et Benjamin Mkapa (Tanzanie), avec les hommes du criminel de guerre Laurent N’Kunda[4] fut un énorme piège puisqu’il a omis de faire mention du Rwanda dont on savait qu’il se dissimulait derrière le CNDP. En négociant avec le CNDP, le gouvernement congolais faisait entrer dans la vie nationale un « cheval de Troie » minutieusement « façonné » par les autorités de Kigali. La démarche qui s’imposait consistait à traiter directement avec le Rwanda et obtenir un accord d’Etat à Etat.

Maintenant qu’on en est là, le Rwanda peut commencer à manœuvrer derrière ses « protégés » en disant à l’opinion internationale : « ce n’est pas nous, ce sont les ‘Congolais’ entre eux ». Des milliers de combattants rwandais rejoignent les rangs du M23 qui a acquis du matériel de guerre sophistiqué comme des équipements de vision nocturne. Est-ce toujours une mutinerie, chers amis de Kinshasa ? On est dans une guerre internationale dont le Congo se serait passé en refusant de négocier avec des « lampistes ».

Aujourd’hui, le M23-CNDP ne fait plus mystère de la mission dont le Rwanda l’a chargé. Des mutins qui exigent le retour des réfugiés (article 6 de l’accord du 23 mars). Une question explosive au Kivu mais dont on sait qu’elle fait écho aux ambitions territoriales du régime de Kigali pour qui, une partie de sa (sur)population a vocation à se déverser sur l’Est du Congo.

Ils refusent d’aller intégrer les unités de l’armée congolaise au-delà de la région du Kivu. Autrement dit, la fin d’une armée nationale. Il y aurait donc au Kivu, des officiers et des troupes qui ne serviraient que dans le Kivu. Ça s’appelle la partition du pays, première étape du processus d’annexion tant redoutée de l’Est du Congo par le Rwanda.

Les Congolais qui crient « non à la balkanisation » ont là, sous leurs yeux, l’acte officialisant cette balkanisation. L’accord du 23 mars 2009 n’aurait jamais dû exister. Cet accord fut une erreur fondamentale et les Congolais mettront des années à s’en défaire, surtout au vu de l’état actuel de l’armée.

La troisième faute politique majeure des dirigeants congolais, au moins là, ils ne sont pas uniques au monde, c’est de s’accrocher au pouvoir malgré l’accumulation des échecs dans quasiment tous les domaines.

Joseph Kabila, décevant comme Président pour les Congolais, ne semble plus, par ailleurs, en odeur de sainteté auprès des dirigeants rwandais à qui il doit son arrivée à Kinshasa. Il fut depuis longtemps un « protégé » du général James Kabarebe, dont on disait, dans certains milieux américains, qu’ils seraient « oncle et neveu ». Lorsqu’on lit les propos de Kabarebe dans l’interview de Colette Braeckman selon lesquels « Cet homme (Kabila) n’est pas fait pour diriger », on comprend que le divorce est consommé, ou, en tout cas, que le dépit s’est profondément installé entre le Président congolais et ses parrains de Kigali.

Joseph Kabila avait d’autres alliés, les Occidentaux. Depuis le hold-up électoral de novembre 2011, et l’accumulation des violations massives des droits de l’homme (assassinat du militant des droits de l’Homme Floribert Chebeya), il ne fait plus recette. Il est même en situation de « rejet » personnel. Il suffit de se rappeler l’attitude du Président français François Hollande à l’occasion du sommet de la francophonie à Kinshasa. Le locataire de l’Elysée ne pouvait absolument pas supporter la nature du régime de Joseph Kabila. Lorsqu’on se retrouve dans une telle situation de « déchéance », on s’en va. Si on reste, on devient un boulet pour le pays et on entraîne son peuple dans son « suicide » personnel.




En tout cas, Joseph Kabila a raté l’occasion de s’en aller « démocratiquement » en novembre 2011 et à passer la main à Etienne Tshisekedi, le candidat élu selon toute vraisemblance. A la place, il se retrouve aujourd’hui englué dans une situation comparable à celle de Mobutu dans les dernières années de son règne.

Comme Joseph Kabila, le Maréchal, isolé et boudé partout, ne contrôlait plus le pays. Et, comme aujourd’hui, le Congo n’était visiblement plus gouverné. Il a suffi de quelques escarmouches dans le Kivu pour que tout l’ « édifice » du mobutisme s’effondrât comme un château de cartes.

Malheureusement, pas dans l’intérêt du peuple congolais.

Le président Kabila rencontre la rébellion du M23 à Kampala



http://www.rfi.fr/afrique/20121125-rdc-le-president-kabila-rencontre-rebellion-m23-kampala

Déclaration finale du sommet de Kampala
Le texte appelle Kinshasa à négocier avec le mouvement du M23. Des négociations qui doivent permettre de répondre aux revendications légitimes selon la déclaration finale de la rébellion.

De son côté, le M23 doit mettre fin aux combats dans l’est de la RDC et quitter Goma, selon ce texte. Les chefs d’Etat de la région des Grands Lacs appellent également les rebelles à retirer leurs troupes dans un rayon de 20 kilomètres autour de la capitale provinciale du Nord-Kivu et ce dans les 48h.

Parmi les mesures demandées, il y a également le déploiement à l’aéroport de Goma, d’une force composée de soldats congolais, de rebelles du M23 et d’une force neutre qui n’est pas encore définie.

La police de Goma doit enfin être réarmée pour pouvoir reprendre ses activités en ville. Tout cela sous la supervision des chefs d’états-majors congolais, rwandais et ougandais.

Exclusif chute de GOMA:


 Honorable Francis Kalombo, ne pas se tromper d' ennemis






AGRESSION DE LA RDC


1ère partie télé iranienne AGRESSION DE LA RDC PAR LE RWANDA ET L'IMPOSTURE DE KABILA



2 ème partie télé iranienne AGRESSION DE LA RDC PAR LE RWANDA ET L'IMPOSTURE DE KABILA


VITAL KAMERHE TRES EN COLERE DEMANDE LA DEMISSION DE JOSEPH KABILA


VITAL KAMERHE TRES EN COLERE DEMANDE LA DEMISSION DE JOSEPH KABILA

LES PATRIOTES CONGOLAIS ENTAMENT UNE GRÈVE DE LA FAIM