Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

samedi 7 mars 2015

Contraintes–pièges–glissement biaisé : Incontournable, le dialogue s’impose






Contraintes–pièges–glissement biaisé : Incontournable, le dialogue s’impose

Plutôt que d’être accueilli comme une bouée de sauvetage, le calendrier électoral soi-disant global publié par la CENI apparait comme le remède pire que le mal. Il faut en juger par plus de coups de gueule désapprobateurs que de cris d’enthousiasme qu’il a suscités au sein de la classe politique et la société civile.
C’est la CENI elle-même qui laisse la porte ouverte aux critiques acerbes et à la dépréciation de son travail, en dévoilant sans s’en cacher des contraintes qui sont des pièges susceptibles de conduire à un glissement biaisé au delà de l’échéance légale de 2016. En d’autres termes, le staff de la CENI semble dire qu’il a publié ce calendrier à son corps défendant, avec le couteau de la pression sous la gorge. Il étale des contraintes comme pour dire qu’il s’en lave les mains, laissant ainsi aux composantes ou parties concernées le soin d’en déduire la conséquence. Il ne faut pas être sorcier pour se rendre compte que ce calendrier tel qu’il est conçu, avec des scrutins dont l’organisation est assujettie à des dispositions complexes de la nouvelle loi électorale, se révèle en tout cas hypothétique. Son application s’annonce problématique et sous-entend un glissement biaisé au-delà de 2016.

Comment sortir de cette impasse pour respecter strictement le cadre de l’échéance légale ? On à entendu un personnage de la CENI dire à la cantonade au cours de cette semaine, que ce calendrier n’était pas sujet à des modifications quelconques. Un langage irresponsable et hypocrite. Comment oser tenir pareil discours quand on a reconnu et souligné des contraintes dans le calendrier, ce qui signifie la perfectibilité du travail fait ? S’opposer à toute modification du calendrier comme si c’était une parole d’évangile, laisse à penser que ce document est établi sciemment, farci de complications, pour favoriser implicitement le glissement, de mèche avec le pouvoir en place dans son intérêt. En tant obstinément à ce calendrier décrié, le staff de la CENI montre le bout de l’oreille et permet de deviner pour qui il roule, avec Apollinaire Malumalu ayant l’œil à tout; cet homme-orchestre de la CENI, un homme de ressources pour opérer des miracles électoraux en symbiose avec coterie autocratique. La CENI et le pouvoir ne doivent pas se croire tout permis. Ils ne disposent pas d’un qu’en-dira-t-on. L’opinion nationale et internationale les tient constamment à l’œil, avec une vigilance qui ne se relâche pas.
Des opposants arrivistes
Le calendrier global et la nouvelle loi électorale qui lui sert de boussole portent ensemble tous les deux les germes de pagaille.
On ne serait pas loin de sentir que leur teneur est imprégnée de la. vision politique et électoraliste des nomenklaturistes du pouvoir. Ils ne sont pas conçus de manière désintéressée pour donner lieu à des élections apaisées. Il y a visiblement péril en la demeure.
Etant donné que les conservateurs de l’establishment hostiles à toute évolution et les progressistes partisans du changement du système en faveur de l’alternance démocratique par une nouvelle méthode de redistribution des cartes, campent tous sur leurs positions diamétralement opposées et apparemment inconciliables, le seul moyen approprié pour calmer le jeu est le recours au dialogue préconisé dans l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et la Résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. Ce dialogue s’avère incontournable pour remettre les pendules à l’heure et limiter les dégâts que la pagaille pourrait engendrer en cas d’obstination dans l’impasse. De ce dialogue, se dégagera un consensus salutaire, débarrassé des scories dont on a enrobé le calendrier et la nouvelle loi électorale.
En dehors du dialogue dégageant un consensus pour les élections apaisées et la concrétisation d’une nouvelle donne démocratique, on ne voit pas comment serait-il possible de conjurer une tempête terrible qui gronde déjà à l’horion, et dont nul n’est en mesure d’anticiper l’évaluation des ravages. Les réactionnaires qui tiennent les commandes l’entendent pas lâcher prise pour tout l’or du monde, Ce dialogue n’est pas la conception de la classe politique ni des dirigeants congolais. C’est un concept made in Conseil de sécurité. Les dirigeants et les opposants n’ont aucun pouvoir de l’empêcher ni de le boycotter. Ils sont contraints de le subir bon gré mal gré, la mort dans l’âme.
.
Des opposants boudeurs du dialogue et qui font preuve d’arrivisme, sont obsédés uniquement par la préoccupation de congédier Joseph Kabila le plus vite possible, s’imaginant naïvement que son successeur sortira de leurs rangs Quelles garanties ont-ils pour avoir la conviction que l’élection présidentielle de 2016 sera différente de celles de 2006 et 2011 ? Hors du dialogue pour vider ‘abcès, déblayer le terrain et baliser le chemin des urnes, ils seront déçus et s’en mordront les lèvres.

La mainmise impérialiste
Ambitieux, ayant les yeux plus grands que le ventre, ils vendent déjà la peau de l’ours. Les impérialistes occidentaux tireurs de ficelles qui financent plus ou moins largement les élections, téléguident discrètement le maquillage des résultats, et la désignation des vainqueurs jugés soumis pour servir d’intendants de leurs intérêts, laissent encore les politiciens congolais s’amuser et distraire l’opinion. Ils ne s’engagent’ pas à contribuer au financement des élections pour les beaux yeux de ces politiciens trop prétentieux. Leurs plénipotentiaires font la navette entre Kinshasa et leurs capitales pour prendre le pouls de la situation et s’assurer que rien ne leur échappe qui puisse contrarier leurs propres calculs de maintenir à jamais leur mainmise sur le Congo-zaïre-Rdc. Ils décrètent « interdits d’accéder au pouvoir » les leaders populaires, patriotes, nationalistes. Lumumba a été liquidé pour préserver cette mainmise impérialiste. Cette politique de domination néocolonialiste continue depuis Mobutu jusqu’ici. Les résultats des élections de 2006 et 2011 ont été goupillés au goût des tireurs de ficelles. Des opposants « chasseurs de Joseph Kabila » qui répugnent au dialogue, hypothèquent pour ainsi dire l’élection présidentielle de 2016 sur laquelle ils misent à outrance.
Obnubilés par le souci de balayer Joseph Kabila à tout prix, des opposants congolais dédaignent de disséquer objectivement la “ Feuille de route de sortie de crise “ du président de l’UDPS. Etienne Tshisekedi, d’où ils ne voient que le dialogue et rien d’autre, alors que le document est très profond, très édifiant. Il retrace à grands traits l’histoire politique de ce pays au lendemain de la chute du règne de Mobutu, évoque le rendez-vous de Sun city en Afrique du Sud, les élections de 2006 et ses conséquences dramatiques, celles de 2011, et en arrive à souligner la nécessité d’un dialogue pour pouvoir sortir de l’impasse actuelle avant d’aller encore aux élections. II faut d’abord un consensus pour conduire aux élections apaisées avec le départ sans troubles de ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui. Ce dialogue, ce n’est pas Tshisekedi qui l’invente et le préconise. II reprend à son compte et paraphrase ce concept du Conseil de sécurité de l’ONU. Les partisans du dialogue sont nombreux, alors que les détracteurs sont une poignée d’opposants qui marchent à la carotte, maladivement préoccupés uniquement de virer Joseph Kabila. Les élections sans consensus préalable sont hasardeuses et lourdes de conséquences dramatiques. Le dialogue s’impose et il se tiendra bon gré malgré.
Par Jean N’SAKA wa N’SAKA (journaliste indépendant)
http://7sur7.cd/new/contraintes-pieges-glissement-biaise-incontournable-le-dialogue-simpose/

Mende pressenti ministre de la défense nationale au gouvernement Matata III






Mende pressenti ministre de la défense nationale au gouvernement Matata III


L’implication de Lambert Mende, ministre des médias dans les opérations de traque des FDLR suscite des réactions dans un sens comme dans l’autre au sein de l’opinion. Après recoupement, nos sources nous
informent qu’il y a forte probabilité que le porte-parole du gouvernement se voit attribuer le porte-feuille de la défense à défaut celui de l’intérieur. C’est la raison pour laquelle Lambert Mende s’approprie l’affaire de la traque des FDLR. Mende est mieux parti pour ce poste pour sa maitrise des zones de conflits pendant ses années de rébellion. Son expérience puisée au sein du RCD-Goma de Ruberwa sera mis à contribution pour éradiquer des groupes armés qui sèment la terreur dans l’Est de la RD-Congo. Lambert Mende était déjà donné pour ministre de la défense avant la publication du gouvernement de cohésion nationale.

Des contraintes politiques ont fait que la bouche autorisée du gouvernement rate ce poste si stratégique. Pas plus tard qu’hier, Mende avait conduit une forte délégation des journalistes à Goma afin de s’imprégner effectivement des opérations de traque des FDLR. L’initiative a été vantée par des professionnels des médias tous azimuts qui ont eu la chance de palper du doigt les réalités sur le déroulement de ces opérations. Mende est le seul ministre des médias à mettre en place pareilles initiatives. Déplacer des journalistes RD-Congolais sur le front de guerre surtout que ces derniers éprouvent des difficultés dans la collecte des informations et surtout en zones de conflits où ce sont plus des journalistes étrangers y vont pour nous informer. Si Mende porté à la tête de la défense nationale, son expertise à la matière pourra mettre un terme aux bruits des armes dans l’Est du pays quand une partie du territoire national est toujours en proie de l’insécurité.
PAUL MULAND
http://7sur7.cd/new/mende-pressenti-ministre-de-la-defense-nationale-au-gouvernement-matata-iii/

Matata III bientôt




























Le gouvernement Matata III annonce déjà ses couleurs. Ce gouvernement va tomber dans les jours à venir, apprend-t-on des sources fiables au sein de la majorité présidentielle. La lettre de Matata à ses ministres
de ne pas former des cabinets ministériels en dit tout. Après recoupement, deux astuces motivent Kabila à for-
mer ce gouvernement. Le premier est qu’il veut se débarrasser des Kengistes accusés d’être sans position. Tantôt pro et tantôt contre pouvoir. La dernière position de Kengo s’opposant à la révision de la loi-électorale alimente la polémique du deal scellé entre Kabila et Kengo. L’acte posé par les Kengistes, n’a
jamais satisfait Kabila. Sur ce, le Rais, tient à chasser les délégués de Kengo au gouvernement dit de cohésion nationale surtout que sur terrain Kengo ne pèse pas. Le speaker du Senat est impopulaire, affirme une source bien introduite à la MP. Secundo, des négociations sont très avancées entre l’UDPS et la majorité sur un éventuel partage du pouvoir, poursuit la source. Avant d’ajouter que: «La Kabilie n’attend que le oui de l’UDPS pour disloquer le soi-disant gouvernement de cohésion nationale. Vous êtes sans ignorer que Minaku avait fait le déplacement de Bruxelles pour rencontrer Tshisekedi. Cela afin que celui soutienne la candidature du prochain candidat de la majorité. Et en retour l’UDPS briguera le poste de la Premier Ministre dont est pressenti Félix Tshisekedi après un dialogue soit à défaut d’un troisième mandat de Joseph Kabila qui subit des pressions de la communauté internationale suite à la question du respect constitutionnel».

Ce ticket politique, la MP l’avait fait avec le PALU en 2006 à l’issue des élections où le Patriarche avait talonné Jean-Pierre Bemba. Le dialogue reste la seule issue de secours pour le régime en place qui ne pense qu’à s’éterniser au pouvoir après que toutes les tentatives aient échoué. Et pour cela, il est prêt à toute éventualité pourvu qu’il conserve son pouvoir. Selon un analyste avéré, la donne UDPS risque de tout bouleverser surtout que celle-ci exige un dialogue sous prétexte que Kabila lui rende son impérium volé à l’issue des élec-tions de 2011. Le parti de Tshikas a déjà sorti un plan de sortie de crise pour sauver le pays et dont les médias en ont fait large écho. Le schéma du dialogue souhai-té par Félix et sa mère Marthe ainsi que le très contesté SG Bruno Mavungu, est très mal accueilli au sein de la base de l’UDPS chapotée par les fédéraux. Selon eux, pas question pour l’UDPS de composer avec le régime qui est finissant. Le mieux serait de laisser Kabila finir son mandat. Et, Tshisekedi observe impuissamment toutes ces turpitudes et démesures qui ont gagnées du terrain au sein de son parti conduit avec maestria par Félix et sa mère Marthe que certains cadres du parti accusent d’ingérence dans les affaires du parti. Ladite situation si elle persistait, elle risque de mettre en très mauvaise posture l’UDPS déjà en ballotage défavorable pour les échéances de 2016. Malheur pour l’UDPS, un parti à l’image de l’ANC qui a combattu pendant des années pour la démocratie de s’effondre au crépuscule de la carrière politique de Tshisekedi.
PAUL MULAND
http://7sur7.cd/new/matata-iii-bientot/


Pierre Lumbi à l’étranger pour des soins






Pierre Lumbi est hospitalisé à l’étranger. Le pays où il est allé suivre ses soins, n’a pas été révélé. Mais ce qui est sûr, le conseiller spécial du président de la république est très malade. Il a été évacué d’urgence
à l’étranger après des soins sur place au pays au CMK-Centre médicale de Kinshasa. Des soins qui n’ont rien donné de positif. La maladie dont souffre le MSR Lumbi est resté aussi dissimulée. Selon la source, la vie de
Lumbi n’est pas en danger. Mais c’est la énième fois que Pierre Lumbi s’est fait évacuer à l’étranger. En
2013 aussi, le conseiller spécial de Joseph Kabila chargé de la sécurité était évacué aux USA toujours pour des soins. Tenez, depuis un moment, les violons de s’accordent plus en-tre Pierre Lumbi et Joseph Kabila. Le MSR, parti dont Lumbi est l’autorité morale ne partage pas le même avis avec Joseph Kabila sur son maintien à la tête du pays au-delà du mandat constitutionnel.
Le MSR est formel à cette question du respect du délai constitutionnel. Le MSR a tenu et tient des déclarations pour rappeler Kabila et la MP à l’ordre. Lumbi et Boshab se regardent désormais en chiens de faïence. Les deux hommes ne se supportent plus à cause de la problématique du respect de la Constitution. Pas plus tard qu’hier, ces deux proches collaborateurs de Joseph Kabila étaient en froid pour un appel de BanKi-Moon sur le respect de la Constitution. Boshab n’avait pas admis les injonctions de la communauté internationale. Et, Lumbi s’était plié à se soumettre à la volonté du peuple, celle de respecter la Constitution. Cette situation divise la majorité du fait que le MSR n’est pas n’importe quel parti. C’est la deuxième force de la MP après le PPRD. Tenez, le MSR n’est plus consulté dans chaque grande prise des décisions au sein de la MP. Quelle frustration de la part du PPRD pour un allié de taille à la trempe du MSR. Le MSR n’est pas le seul parti à subir les mépris du PPRD. Le PALU et l’AFDC de BAHATI Lukwebo fustigent aussi et sans relâche la manière de faire du PPRD qui veut tirer la plus grande part à chaque partage du gâteau.
PAUL MULAND

http://7sur7.cd/new/pierre-lumbi-a-letranger-pour-des-soins/


Ce vendredi à l’office du PGR : Olenghankoy invité à confirmer sa plainte contre Joseph Kabila






Ce vendredi à l’office du PGR : Olenghankoy invité à confirmer sa plainte contre Joseph Kabila


L’invitation N°1114/ D. 023/36054/PGR/AK/2015 du 4 mars dernier, émanant du Parquet général, invite le président des Forces novatrices pour l’union et la solidarité (FONUS)à se présenter ce vendredi 6 mars à l’office du Procureur général de la République aux fins de confirmer sa plainte contre le président Joseph Kabila. II se pourrait que cet opposant au régime en place soit entendu par un inspecteur de police judiciaire en chef dont les initiales de noms sont reprises sur l’invitation en question au bas de laquelle se trouve la signature du premier secrétaire du Parquet général de la République doublé de Secrétaire général, Alexis Amisi Ometete.
C’est une grande première dans l’histoire politique mouvementée de la RDC. Plusieurs personnes accordaient moins de chance à Joseph Olenghankoy quand il a, en date du 12 février, déposé sa plainte contre Joseph Kabila auprès du PGR faisant office du procureur près la Cour constitutionnelle.
En ses qualités respectives de président de la plateforme politique dénommée Debout congolais (DECO) et des FONUS, membre de l’opposition politique et de citoyen congolais, Joseph Olenghankoy se plaint auprès du PGR contre Joseph Kabila, président de la RDC et Chef de l’Etat, pour « haute trahison », « violations graves des droits de l’homme “ et ‘ crime contre l’humanité ».
Cet opposant reproche à Joseph Kabila d’avoir été inactif les 17 et 18 janvier malgré les tensions et mises en garde de la population contre les discriminations contenues dans le projet de loi électorale et le glissement du mandat présidentiel. L’homme du DECO déplore aussi le silence du président de la République lors des attaques systématiques du 19 au 21 janvier contre les civils lesdites attaques sont répréhensibles par le statut de Rame de la CPI. Il lui reproche aussi la passivité pendant que, souligne-t-il dans sa plainte déposée le 12 février, les militaires commis à sa sécurité et les éléments de la police semaient la désolation dans plusieurs coins de Kinshasa.
Un autre grief égrainé contre Joseph Kabila est d’avoir laissé pourrir la situation en ordonnant la coupure du signal internet et la messagerie électronique sur toute l’étendue du territoire national du 18janvier au 7 février, privant ainsi tout un peuple d’un droit à l’information et à la communication sans oublier le manque à gagner énorme enregistré dans les affaires commerciales tant sur le plan interne qu’international.
Face à tous ces dérapages, Olenghankoy a pris soin de s’adresser au PGR sur base de la loi-organique portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle qui lui donne compétence pour instruire ce dossier. Il s’est référé aussi au pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par la RDC.
Tous les regards sont tournés vers le PGR pour l’aboutissement de ce dossier dans la transparence du fait que la plainte de Joseph Olenghankoy a été copiée au procureur près de la CPI, à l’ONU via la Division des droits de l’homme, aux ONGDH tant nationales qu’internationales.
Par KERK
http://7sur7.cd/new/ce-vendredi-a-loffice-du-pgr-olenghankoy-invite-a-confirmer-sa-plainte-contre-joseph-kabila/