Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 12 septembre 2011

France-Rwanda : une visite qui fait des vagues

La venue à Paris du président Kagamé sème le trouble jusqu’au sommet de l’État.


"Une insulte faite aux militaires français" (général Lafourcade, ancien patron de l’opération Turquoise) ; "une ignominie" (Paul Quilès, ancien ministre de la Défense, président de la mission parlementaire d’information sur le génocide rwandais) ; "On se couche devant celui qui crache sur la France! Cette visite est bien plus scandaleuse que la réception de Kadhafi à Paris en 2007" (Pierre Péan, écrivain, auteur de Noires fureurs, blancs menteurs). La visite officielle en France du président du Rwanda, Paul Kagamé, prévue demain et mardi, n’en finit pas de faire des vagues.
Vendredi, le président du Sénat, Gérard Larcher, a fait savoir qu’il ne recevrait pas Kagamé. « Nous avons effectivement reçu une demande, mais nous l’avons déclinée, a fait savoir son entourage. Le président n’a pas beaucoup de temps en ce moment, encore moins pour ce monsieur. » Pas de réception non plus à l’Assemblée nationale, dont le président, Bernard Accoyer, est en déplacement au Japon.
Autre absence spectaculaire, celle d’Alain Juppé. Le ministre des Affaires étrangères est très opportunément parti en visite en Océanie et en Asie. Une tournée officiellement prévue de longue date. Mais Alain Juppé a toujours fait savoir qu’il refuserait de "serrer la main" du président rwandais tant que circulera au Rwanda un rapport officiel, rédigé en 2008, qui accuse nommément plusieurs responsables politiques et militaires français (dont Alain Juppé) d’avoir participé, sous couvert de l’opération militaro-humanitaire Turquoise, au génocide : 800.000 morts en 1994, en grande majorité d’origine tutsie.
Autre signe de la tension qui continue de régner au sujet du Rwanda, la réaction aux propos tenus cette semaine dans Jeune Afrique par l’ambassadeur de France à Kigali : le retour au Quai d’Orsay d’Alain Juppé, déjà en poste au moment des massacres de 1994? "Pas une bonne nouvelle du point de vue des Rwandais. Ils ont pu penser que les lobbies anti-rwandais étaient encore puissants à Paris", a lâché le diplomate. Vendredi, Libération annonçait son remplacement imminent, une information qui n’a pas été démentie par le Quai d’Orsay.

Des vues sur les minerais du Kivu

Le Rwanda affiche un taux de croissance de 7%. Petit pays de 11 millions d’habitants, il se trouve toutefois au centre d’une zone de 120 millions de personnes, appelée à fonctionner en marché commun, rappelle-t-on à Paris. Où l’on insiste sur l’influence géopolitique du pays (4.000 soldats envoyés au Sud-Soudan) et le potentiel économique de la région du Kivu, riche en minerais, dont le coltan, indispensable à la fabrication des téléphones portables. L’Élysée et les milieux d’affaires français (Kagamé sera reçu au Medef) revendiquent donc une approche pragmatique du dossier.
Récemment, les États-Unis et le Royaume-Uni ont, eux, pris leurs distances avec Kagamé, jugé trop autoritaire : sa réélection en 2010 avec 93 % des voix, la mainmise des services de police sur la société rwandaise, les menaces sur les opposants ont fini par choquer à Washington et Londres. "Paris entend profiter de ce retrait anglo-saxon pour ne pas laisser le champ libre aux Chinois et ainsi reprendre pied dans la région des Grands Lacs", indique un diplomate.
"Nous ne savons pas très bien quelles sont les intentions de Kagamé, indique une autre source officielle française. Politiquement, en termes de coopération, qu’attend de nous le Rwanda ? Cette visite sera l’occasion de mettre cartes sur table et de voir si nous pouvons avancer ensemble. Nous lui avons clairement fait comprendre qu’il fallait en finir avec les insultes à l’égard de la France, et nous espérons que le message est passé."
Paul Kagamé, lui, entend donner le plus d’ampleur possible à cette visite officielle. Une réunion publique de soutien est prévue à Paris. Espérant réunir plusieurs milliers de supporters, les autorités du Rwanda ont, selon nos informations, offert de prendre en charge à hauteur d’un millier d’euros par personne les frais de voyage et de séjour des participants au meeting.

Alexandre Duyck - Le Journal du Dimanche
samedi 10 septembre 2011

Remaniement, 4 nouveaux ministres entrent au gouvernement




Le président de la RDC, Joseph Kabila a remanié le gouvernement, dimanche 11 septembre. L’ancien secrétaire général intérimaire de la Majorité présidentielle, Louis Alphonse Koyagialo fait son entrée au gouvernement comme vice-premier ministre et ministre des Postes, Téléphones et Télécommunications. Galapy Bulupiy quitte ce ministère pour celui du Travail et de la Prévoyance sociale, laissé vacant par Nzanga Mobutu depuis sa révocation du gouvernement au mois de mars 2011.
Justin Kalumba Mwana Ngongo est nommé au ministère du Commerce extérieur et Charles Alulea Mengulwa, au Développement rural.
Le portefeuille du Commerce extérieur était sans titulaire depuis la démission de Bernard Biando en signe de solidarité au président de l’Udemo (Nzanga Mobutu) révoqué du gouvernement.
L’ancien ministre du Développement rural, Philippe Undji, est écroué à la prison centrale de Makala pour une affaire de malversation financière.
Joseph Martin Gasagisa prend la place de Laure-Marie Kawanda Kayena limogée du ministère des Transports, mardi 3 mai, après un naufrage qui a fait des centaines de morts. 
Il lui était reproché une série de négligences à l’origine de nombreux accidents dans son secteur.
Antipas Mbusa Nyamwisi, ministre de la Décentralisation et Aménagement du Territoire, ne fait pas partie dans la nouvelle équipe gouvernementale. Il est candidat à l’élection présidentielle de novembre 2011.

L'ARNAQUE DU PPRD/MP

Monsieur Joseph Kabila Kabange, Chef d'État sortant a déposé hier, auprès de la CENI, sa candidature pour l'élection présidentielle de novembre en compagnie de son épouse, de leurs deux enfants ainsi que d'une foule nombreuse de curieux.

Radiookapi nous renseigne que Joseph Kabila se présente en indépendant, c'est-à-dire que sans le soutien d'un quelconque parti politique. Il se présente au nom de tous les congolais comme il l'avait déjà fait en 2006.

On se rappellera en effet qu'en 2006, au plus bas des sondages avec le PPRD, son entourage avait trouvé l'astuce de délaisser le parti au profit de la population bien qu'il ait été choisi par sa formation comme étant le seul et unique candidat. Il sera donc candidat indépendant. Mais lorsqu'il fut élu, le candidat indépendant a vite fait de retrouver le PPRD, nommant par-ci des ministres, par-là des mandataires tous acquis à sa chère formation politique.
Aucune personnalité ne faisant pas partie du conglomérat PPRD/AMP -PALU - UDEMO ne trouva grâce à ses yeux.

En 2011, Après avoir dépensé des sommes colossales du trésor public en organisant le congrès du PPRD qui a rassemblé plus de 3500 personnes venues de l'ensemble du pays pour désigner Joseph Kabila candidat du PPRD, le voici aujourd'hui qui se désolidarise à nouveau et redevient candidat indépendant sous l'oeil complice de la CENI.
À quoi aura servi alors toutes les dépenses publiques en vue de l'organisation du congrès alors qu'il était entendu que Joseph Kabila serait candidat indépendant?

Le peuple congolais a été trompé une fois, il ne se fera plus prendre pour une seconde fois.

Correspondance particulière,
SAM