Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 24 décembre 2012

JOYEUX NOEL





Icône d'alerte






INCROYABLE: COMMENT UN GROUPE DE CHINOIS PEUT AVOIR UNE CARRIÈRE DES MINES SANS QUE L'ETAT SACHE ?

INCROYABLE: COMMENT UN GROUPE DE CHINOIS PEUT AVOIR UNE CARRIÈRE DES MINES SANS QUE L'ETAT SACHE ?


Le ministre des mines découvre une carrière clandestine tenue par des chinois. Tout est chinois sauf que ça se passe en RDC.

Un militaire et une femme abattus à Kisangani




Un militaire et une femme abattus à Kisangani





Centre ville de KisanganiCentre ville de Kisangani

Un militaire de la garde républicaine et une femme âgée d’environ 60 ans ont été tués par balles, dimanche 23 décembre vers 19h00 (heure locale). L’incident s’est passé devant la maison d’un commandant second de la 9e région militaire dans la commune Makiso.

Selon les premiers éléments d’enquête, des militaires qui montent la garde chez le commandant second de la 9e région militaire en charge de l’administration et logistique auraient tiré à bout portant sur leur collègue de la garde républicaine sans arme et sur cette femme. L’incident s’est passé en l’absence de leur commandant.
Les circonstances de ces deux meurtres ne sont pas encore élucidées. Néanmoins, l’arme dont se seraient servi les présumés meurtriers a été retrouvée enfouie dans le sol dans la parcelle du commandant second de la neuvième région militaire, a affirmé l’auditeur militaire de la garnison de Kisangani.
Le militaire a reçu quatre balles à la tête et dans le thorax. La femme a attrapé une balle au niveau de la tête.
Les policiers ont acheminé les deux corps à la morgue de la ville.
Deux militaires suspects ont été mis aux arrêts et une audience en procédure de flagrance a été programmée par le tribunal militaire à 13h00 (heure de Kisangani) sur le lieu du meurtre.
Par ailleurs, cette même nuit vers 5h00 du matin, un autre militaire commis à la garde d’un autre commandant second a tiré à bout portant sur son compagnon d’arme. Ce dernier a été conduit à l’hôpital et se trouve dans un état critique.

Limete en fête avec le Président Etienne Tshisekedi



Limete en fête avec le Président Etienne Tshisekedi


Limete a vibré ce samedi 22 décembre. Les mamans en pagnes, les jeunes en rameaux, la joie était immense. A quelques mètres de l’Ecole Massamba, non loin du boulevard Lumumba, le peuple était au rendez-vous. Alertés par les sifflets, Klaxons et sirènes, les congolais descendaient de leurs bus, se ruaient vers l’église St Dominique de Limete afin d’assister au culte d’action de grâce. Un culte organisé à l’occasion des 80 ans d’âge du Président élu, Etienne Tshisekedi. Tapis rouge déroulé, vers 15h30’, le sphinx fait son entrée dans l’enceinte de l’église. Deux doigts en l’air, accompagné de la première dame, Maman Marthe, l’heureux du jour s’avance aux rythmes des cantiques, enlève son célèbre maugneré et incline doucement la tête devant les évêques, signe du respect et reconnaissance envers ce Dieu qui vient d’ajouter une année de plus à sa naissance.
A la première rangée, on aperçoit « les apôtres du changement », oui ils étaient là, présents dans la salle. Ceux qui ont combattu aux côtés « d’un grand » pour la victoire à travers les urnes aux élections du 28 novembre 2011. Dans une ambiance patriotique, poivrée de l’unité, une atmosphère du pardon et réconciliation, Eugène Diomi Ndongala de la Majorité Présidentielle Populaire, Martin Fayulu Coordonnateur des Forces Acquises au Changement, Franck Diongo, Fabrice Mpuela, Pathy Katanga et les autres ont rendu grâce à Dieu pour avoir donné à la RDC, cet homme doté d’une intelligence supérieure, une constance magique et un amour qui transcende a souligné le prêtre dans ses béatitudes.

Sous le son des cloches, à la lueur des bougies, les évêques ont prié, ils ont imploré la grâce divine, donner au Président élu une force supplémentaire capable de lui permettre la possibilité de terminer sa mission, celle de protéger la Nation Congolaise contre toutes formes de scission et disparition en tant qu’Etat. Ils ont prié pour la paix dans la partie Est de la RDC, précisément au Nord Kivu. Les congolais dans leur cri de supplication, ont prié pour l’unité du pays. Tous les fils et toutes les filles du pays devraient travailler à l’unité de leur pays. Car celle-ci leur permettra de tirer profit des ressources naturelles de leur pays, de soulager la misère et de bâtir un avenir meilleur.

Après plus d’une heure, le culte à laisser place à la fête et aux pas de danses. Juste derrière la paroisse, dans la grande salle de fête de l’Eglise St Dominique, après la remise des cadeaux au couple présidentiel, les congolais ont festoyé, de la Rumba d’Africa fiesta au Ndombola de Wenge 4 x 4, Limete a bougé.

Interrogé, Martin Fayulu est impressionné « de voir ce peuple meurtri par des souffrances, misère mélangée aux guerres et diverses violences, gardait sourire, espoir et entrain de communier avec son Président ». Impressionné « de voir un homme capable de transformer les pleurs en joie, les larmes coulant comme de l’eau en vin ».

A Limete, on affirme que le Président élu envisage de faire l’année 2013, une année de réconciliation et unité du Peuple. Réconciliation avec l’histoire, mais aussi de tous les congolais. Et dans cette perspective, plusieurs activités allant dans le sens d’unité et cohésion nationale sont prévues au mois de janvier 2013. Il est prévu dans toute la République, pour la journée du 04 janvier dédié aux martyrs de l’indépendance, des manifestations en mémoire des toutes les personnes victimes de l’intolérance. Le 16 et 17 janvier 2013, devoir des mémoires, dépôt des gerbes de fleurs du couple présidentiel accompagné de son Peuple, aux sites dédiés aux deux héros nationaux (Echangeur de Limete et Mausolée au Palais de la Nation). « Sans le Peuple, on ne peut rien faire, avec le Peuple, on peut tout faire ».

Collette Mavinga