Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

jeudi 15 novembre 2012

L’Uruguay a le Président le plus pauvre au monde





Aurore Peignois
il y a 4 heures

Loin du luxe et des salons feutrés, José Mujica, dirige ce petit pays d’Amérique du Sud depuis une ferme délabrée. Sa paie ? Il la redistribue presque entièrement.




En pleine crise financière transnationale, le chef de l’Etat uruguayen semble être un OVNI face aux plus grands dirigeants du monde. L’homme politique a choisi de rester en phase avec son électorat.

Exit le luxueux palais présidentiel de Montevidéo. José Mujica vit d’une ferme délabrée dans un petit village en compagnie de son épouse. Tous deux cultivent eux-même la terre pour le commerce des fleurs.

Ce mode de vie austère et le don de 90 % de son salaire d’environ 9.400 euros à des associations de bienfaisance ont fait de lui le Président le plus pauvre au monde, rapporte la BBC. Ce qui lui reste pour vivre est quasi équivalent au revenu moyen en Uruguay, soit 680 euros.


« J’ai vécu ainsi la plupart de ma vie »


Élu en 2009, Mujica a passé les années 60-70 auprès de la guérilla des Tupamaros uruguayens, un groupe armé de gauche inspirée par la révolution cubaine.

On lui a tiré dessus à six reprises et il a passé 14 ans en prison. Détenu dans des conditions difficiles et souvent en isoloir, il a finalement été libéré en 1985 lorsque l’Uruguay a renoué avec la démocratie.

Ces années de prison ont façonné sa vision de la vie, a-t-il expliqué à la BBC.

« On m’appelle « le président le plus pauvre », mais je ne me sens pas pauvre. Les pauvres sont ceux qui ne travaillent que pour essayer de garder un train de vie dispendieux, et en veulent toujours plus », dit-il.

« C’est une question de liberté. Si vous n’avez pas beaucoup de biens, alors vous n’avez pas besoin de travailler toute votre vie comme un esclave pour les garder, et donc vous avez plus de temps pour vous-même », conclut-il.

http://www.lesoir.be/121025/article/actualite/monde/2012-11-15/l%E2%80%99uruguay-pr%C3%A9sident-plus-pauvre-au-monde



Jose Mujica: The world's 'poorest' president



Jose Mujica and his dogs outside his home

It's a common grumble that politicians' lifestyles are far removed from those of their electorate. Not so in Uruguay. Meet the president - who lives on a ramshackle farm and gives away most of his pay.

Laundry is strung outside the house. The water comes from a well in a yard, overgrown with weeds. Only two police officers and Manuela, a three-legged dog, keep watch outside.
This is the residence of the president of Uruguay, Jose Mujica, whose lifestyle clearly differs sharply from that of most other world leaders.
President Mujica has shunned the luxurious house that the Uruguayan state provides for its leaders and opted to stay at his wife's farmhouse, off a dirt road outside the capital, Montevideo.
The president and his wife work the land themselves, growing flowers.
This austere lifestyle - and the fact that Mujica donates about 90% of his monthly salary, equivalent to $12,000 (£7,500), to charity - has led him to be labelled the poorest president in the world.

"I may appear to be an eccentric old man... But this is a free choice."
"I've lived like this most of my life," he says, sitting on an old chair in his garden, using a cushion favoured by Manuela the dog.
"I can live well with what I have."
His charitable donations - which benefit poor people and small entrepreneurs - mean his salary is roughly in line with the average Uruguayan income of $775 (£485) a month.

President Mujica's VW Beetle 
All the president's wealth - a 1987 VW Beetle

In 2010, his annual personal wealth declaration - mandatory for officials in Uruguay - was $1,800 (£1,100), the value of his 1987 Volkswagen Beetle.
This year, he added half of his wife's assets - land, tractors and a house - reaching $215,000 (£135,000).
That's still only about two-thirds of Vice-President Danilo Astori's declared wealth, and a third of the figure declared by Mujica's predecessor as president, Tabare Vasquez.
Elected in 2009, Mujica spent the 1960s and 1970s as part of the Uruguayan guerrilla Tupamaros, a leftist armed group inspired by the Cuban revolution.
He was shot six times and spent 14 years in jail. Most of his detention was spent in harsh conditions and isolation, until he was freed in 1985 when Uruguay returned to democracy.
Those years in jail, Mujica says, helped shape his outlook on life.

Tupamaros: Guerrillas to government

Jose Mujica - in silhouette - speaking at a rally to commemorate the formation of the Frente Amplio
  • Left-wing guerrilla group formed initially from poor sugar cane workers and students
  • Named after Inca king Tupac Amaru
  • Key tactic was political kidnapping - UK ambassador Geoffrey Jackson held for eight months in 1971
  • Crushed after 1973 coup led by President Juan Maria Bordaberry
  • Mujica was one of many rebels jailed, spending 14 years behind bars - until constitutional government returned in 1985
  • He played key role in transforming Tupamaros into a legitimate political party, which joined the Frente Amplio (broad front) coalition
"I'm called 'the poorest president', but I don't feel poor. Poor people are those who only work to try to keep an expensive lifestyle, and always want more and more," he says.
"This is a matter of freedom. If you don't have many possessions then you don't need to work all your life like a slave to sustain them, and therefore you have more time for yourself," he says.
"I may appear to be an eccentric old man... But this is a free choice."
The Uruguayan leader made a similar point when he addressed the Rio+20 summit in June this year: "We've been talking all afternoon about sustainable development. To get the masses out of poverty.
"But what are we thinking? Do we want the model of development and consumption of the rich countries? I ask you now: what would happen to this planet if Indians would have the same proportion of cars per household than Germans? How much oxygen would we have left?
"Does this planet have enough resources so seven or eight billion can have the same level of consumption and waste that today is seen in rich societies? It is this level of hyper-consumption that is harming our planet."
Mujica accuses most world leaders of having a "blind obsession to achieve growth with consumption, as if the contrary would mean the end of the world".

Tabare Vasquez, his supporters and relatives on a balcony at Uruguay's official presidential residence 
Mujica could have followed his predecessors into a grand official residence

But however large the gulf between the vegetarian Mujica and these other leaders, he is no more immune than they are to the ups and downs of political life.
"Many sympathise with President Mujica because of how he lives. But this does not stop him for being criticised for how the government is doing," says Ignacio Zuasnabar, a Uruguayan pollster.
The Uruguayan opposition says the country's recent economic prosperity has not resulted in better public services in health and education, and for the first time since Mujica's election in 2009 his popularity has fallen below 50%.
This year he has also been under fire because of two controversial moves. Uruguay's Congress recently passed a bill which legalised abortions for pregnancies up to 12 weeks. Unlike his predecessor, Mujica did not veto it.

President Mujica's house 
Instead, he chose to stay on his wife's farm

He is also supporting a debate on the legalisation of the consumption of cannabis, in a bill that would also give the state the monopoly over its trade.
"Consumption of cannabis is not the most worrying thing, drug-dealing is the real problem," he says.
However, he doesn't have to worry too much about his popularity rating - Uruguayan law means he is not allowed to seek re-election in 2014. Also, at 77, he is likely to retire from politics altogether before long.
When he does, he will be eligible for a state pension - and unlike some other former presidents, he may not find the drop in income too hard to get used to.

RDC : Les 4 vérités de Roger Lumbala


Dans une longue interview accordée à Afrikarabia, l'opposant Roger Lumbala dénonce la responsabilité de Joseph Kabila dans le retour de la guerre à l'Est de la République démocratique du Congo. Roger Lumbala l'accuse également de financer l'opposant rwandais Faustin Kayumba pour s'affranchir de la tutelle de Paul Kagame. Un jeu dangereux qui plonge, selon lui, la RDC dans un nouveau conflit.



Roger Lumbala 2 filtre.jpg
Roger Lumbala revient de loin. Début septembre, l'opposant congolais est brièvement arrêté par les services de renseignements burundais à Bujumbura. Soupçonné de conspiration contre le régime de Joseph Kabila et de collaboration avec la rébellion du M23, Roger Lumbala échappe aux officiers de renseignements congolais venus le chercher par avion et réussit à se réfugier dans l'ambassade d'Afrique du Sud. Comme aucune charge ne pèse sur lui au Burundi, Lumbala regagne finalement Paris le 16 septembre 2012, où il rejoint sa famille. Le député Lumbala est ensuite convoqué par l'Assemblée nationale congolaise pour venir s'expliquer. Il demande à Kinshasa de garantir sa sécurité… en vain. Persuadé d'avoir échappé au pire, Roger Lumbala vit maintenant en exil à Paris, où nous l'avons rencontré.

- Afrikarabia : Dans une lettre adressée à l'Assemblée nationale congolaise (consultable ici) vous tenez pour responsable Joseph Kabila de l'insécurité qui règne en République démocratique du Congo. Vous dites même, que selon vous, il a organisé l'instabilité du pays. De quels éléments disposez-vous pour dire cela ?

- Roger Lumbala : On dit que assumer des responsabilités dont on a pas la compétence est un crime. Aujourd'hui Joseph Kabila n'est pas en mesure d'imposer l'autorité de l'Etat et d'assumer ses responsabilités. Il a une responsabilité toute particulière dans ce qui se passe à l'Est de la République démocratique du Congo. Au mois d'avril, Bosco Ntaganda m'appelle pour me solliciter et me demande d'aller discuter avec lui à Goma. Il s'agit d'une vielle connaissance lorsque nous étions au RCD-N. Il y avait à l'époque Laurent Nkunda, Makenga et les autres… ils nous respectaient beaucoup. Il m'appelle et je réponds positivement, car à l'époque il se passait déjà des choses à l'Est. Etant républicain, j'ai tenté d'appeler le président de l'Assemblée nationale (Aubin Minaku, ndlr), qui n'a pas répondu. Le nouveau ministre de l'intérieur n'est pas mon ami (Richard Muyej, ndlr). Je ne peux donc pas aller vers lui pour lui raconter de telles confidences. J'ai donc appelé Adolphe Lumanu, l'ancien ministre de l'intérieur, en présence de Bosco Ntaganda par téléphone, pour qu'il écoute l'entretien. Lumanu m'a dit qu'il devait appeler le président de la République pour lui exposer le problème car il s'agissait d'une mission délicate. Le chef de l'Etat lui a déconseillé et a demandé à Lumanu de me dire de ne pas aller à Goma. J'ai trouvé cela un peu bizarre. C'est ensuite Ntaganda qui m'appelle pour me dire que Joseph Kabila l'a appelé pour lui demander de ne pas me recevoir. Etrange ? Si on revient un peu en arrière : Bosco Ntaganda est recherché par la Cour pénale internationale (CPI). Joseph Kabila déclare que pour des raisons de sécurité et de paix en RDC, il ne peut pas livrer Ntaganda. Et donc, il laisse Ntaganda dans le territoire de Rutshuru, là où celui-ci avait ses hommes. Voilà comme Joseph Kabila a renforcé Bosco Ntaganda. Ntaganda avait déjà prit de l'argent à la banque centrale de Goma. Il a ensuite arrêté un avion qui allait chercher de l'or avec de vrai-faux dollars… personne n'a rien dit… pas même le chef de l'Etat. Voilà comment Joseph Kabila alimente Bosco Ntaganda en argent, en armes et en munitions.

- Afrikarabia : Vous dites que Joseph Kabila joue double-jeu ?

- Roger Lumbala : Non, il est complice ! Sachant que Bosco Ntaganda est recherché par la CPI, Joseph Kabila refuse de le livrer, ne veut pas le déplacer, le maintient dans son fief avec ses soldats et l'alimente en argent ! Après sa réélection très controversée de novembre 2011, la pression internationale s'est accrue sur Joseph Kabila : "tu dois livrer Bosco Ntaganda", lui dit-on. Kabila prend contact et se retrouve avec Bosco Ntaganda et Paul Kagame (le président du Rwanda voisin, ndlr). Kabila expose son problème et explique qu'il a "une chape de plomb sur la tête". Il propose de ne pas arrêter Bosco Ntaganda pour le livrer à la Cour pénale internationale, mais de le garder pour le juger en République démocratique du Congo. Paul Kagame dit "non" et Bosco Ntaganda dit "non" en disant que "ce n'était pas cela le contrat". Et c'est donc à partir de ce moment là que débute les hostilités au Nord-Kivu. C'est pour cela que je dis que Joseph Kabila est responsable de ce qui se passe à l'Est de la République démocratique du Congo.

- Afrikarabia : Dans votre lettre à l'Assemblée nationale, vous dites aussi que Joseph Kabila financerait l'opposition rwandaise, en versant de l'argent au général rwandais Faustin Kayumba, actuellement en exil en Afrique du Sud ?

- Roger Lumbala : Joseph Kabila joue au jeu du chat et de la souris. Depuis 2003, Joseph Kabila verse une "prime de guerre" à Paul Kagame par l'intermédiaire de Katumba Mwamke (son plus proche conseiller, décédé le 12 février 2012, ndlr). C'est une prime pour l'aide de Kagame dans la résolution de la crise de 2003 : 25 millions de dollars chaque année. Aujourd'hui, Kabila cherche à se débarrasser de Kagame et surtout ne veut plus payer cette somme. Que fait-il ? Il décide de soutenir l'opposition rwandaise. C'est pour cela qu'Augustin Katumba Mwamke entre en contact avec le général Faustin Kayumba Nyamwasa, qui a d'ailleurs échappé à un attentat en Afrique du Sud (le 19 juin 2010, ndlr). Ils se sont rencontrés plus de 5 fois. Joseph Kabila veut donc rééquilibrer ses relations avec Kagame en soutenant l'opposition rwandaise. Joseph Kabila est aussi en "alliance" avec le pouvoir hutu du président burundais Nkurunziza. Dans cette région, on sait qu'il y a une animosité viscérale entre hutu et tutsi. C'est pour cette raison que Kayumba, qui est hutu, est soutenu pour Nkurunziza, qui est lui aussi hutu, contre Kagame le tutsi. Joseph Kabila est aussi en relation avec Agathon Rwasa (des FNL, en lutte contre le pouvoir burundais, ndlr) et Pascaline Kampayano… on n'y comprend plus rien, tout cela fait de la "bouillabaisse".
Cela explique tout de même la position du Rwanda qui pense que, lorsque vous êtes avec ses ennemis, vous devenez son ennemi. C'est ainsi que le Rwanda… (ça je ne sais pas si on peut le dire, car eux-mêmes ne le disent pas, c'est comme cela qu'ils)… tolère (voila l'expression que je peux utiliser), c'est pourquoi le Rwanda tolère le va et vient du groupe de Bosco Ntaganda (le M23, ndlr) à sa frontière.

- Afrikarabia : On peut dire que le président Joseph Kabila essaie aujourd'hui de s'affranchir de la tutelle rwandaise ?

- Roger Lumbala : C'est exactement cela. En faisant du Rwanda le diable agresseur, Kabila peut faire oublier au peuple congolais qu'il a été mal élu. Le peuple est tombé dans ce panneau là, avec la communauté internationale. Cette communauté internationale qui peut d'une certaine manière reconnaître le régime de Joseph Kabila, par le simple fait que son pays est agressé par le Rwanda. Alors que c'est Joseph Kabila qui est à l'origine de ces troubles.

- Afrikarabia : Le gouvernement vous a soupçonné de "haute trahison" et de travailler avec les rebelles de M23. Etes-vous proche de cette rébellion ?

- Roger Lumbala : Est-ce que le gouvernement m'accuse d'empêcher les FARDC de se battre ? Je ne suis ni chef d'Etat major des forces congolaises, ni ministre de l'Intérieur, ni celui des Renseignements. Dans le cas où j'aurais été en relation avec le M23, qui a empêché les FARDC de se battre ? Je ne suis qu'un élément de "distraction". Ma chaîne de télévision a été incendiée (RLTV, ndlr), le signal des deux chaînes a été coupé, on a tiré sur ma résidence à Mbuji Mayi… tout cela montre à quel point le régime de monsieur Kabila cherche à abattre Roger Lumbala. Toutes ces accusations qui sont portées contre moi… c'est parce que je suis de l'opposition.
Pour répondre à votre question, je n'ai pas aujourd'hui de relations directes ou indirectes avec le M23. Cela ne veut pas dire que je ne connais pas les acteurs du M23. Je connais beaucoup de monde, Joseph Kabila le sait très bien. Je connais Paul Kagame, James Kabarebe (ministre rwandais de la défense, ndlr)… j'ai travaillé avec eux de 1998 à 2003 (lors de la deuxième guerre congolaise, ndlr). Mais je ne me suis intéressé aux problèmes de l'Est qu'après l'appel téléphonique de Bosco Ntaganda (en avril 2012, ndlr).

- Afrikarabia : Le gouvernement congolais vous accuse également de soutenir la rébellion du colonel John Tshibangu au Kasaï-Oriental. Quelles sont vos relations avec John Tshibangu ?

- Roger Lumbala : Est-ce que John Tshibangu est en rébellion ou bien a fait défection ?

- Afrikarabia : Il a d'abord fait défection de l'armée régulière avec certains de ses hommes le 16 août 2012, puis a ensuite été accusé par Kinshasa d'être entré en rébellion…

- Roger Lumbala : … mais il n'a jamais fait la rébellion ! John Tshibangu n'a jamais pris un iota de territoire…

- Afrikarabia : A un moment donné, on a entendu dire qu'il avait pris la ville de Kabeya Kamwanga ?

- Roger Lumbala : Non, il n'a jamais rien pris. Rien n'a jamais été confirmé. Concernant John Tshibangu, il faut faire la différence entre la rébellion et la défection. Combien de militaire congolais font défection chaque jour en République démocratique du Congo ? Des milliers. Pourquoi la défection de Tshibangu intéresse beaucoup plus le pouvoir ? Parce que cela se passe dans le Kasaï… chez Etienne Tshisekedi… et chez Roger Lumbala (tous les deux sont originaires de cette province et dans l'opposition politique, ndlr). Une fois de plus, le pouvoir fait de la "distraction" pour masquer son incompétence sur le terrain.

- Afrikarabia : En cherchant sur internet, on trouve des personnes qui disent que vous étiez à Bujumbura pour chercher des armes pour John Tshibangu. Est-ce vrai ?

- Roger Lumbala : Il y a beaucoup d'extrapolation. Quand je suis allé à Bujumbura, je suis allé ensuite à Uvira et à Fizi (au Sud-Kivu, ndlr) puis je suis en revenu à Bujumbura. A aucun moment, les autorités burundaises n'ont déclaré que j'avais des armes. Sinon, j'aurais été arrêté par les autorités burundaises.

- Afrikarabia : Quelles sont vos relations avec John Tshibangu, que vous connaissez ?

- Roger Lumbala : John Tshibangu, je le connais effectivement très bien. Il était avec nous au RCD. Monsieur Tshibangu est le commandant en second de la 5ème région militaire au Kasaï. Il se trouve qu'il vient à Kinshasa avec sa femme qui avait une grossesse difficile. Personne n'a voulu l'aider à l'Etat major général. Tshibangu vient me voir et me dit : "grand frère, si tu ne m'aides pas mon épouse va mourir". Je lui ai donné 2000$ et lui m'a donné en gage un document d'une parcelle qui lui appartenait. Monsieur Tshibangu a donc pu soigner son épouse. A partir de ce moment là, il y a eu cassure avec l'autorité militaire et John Tshibangu. L'autorité qui n'arrive pas à lui donner de l'argent pour soigner sa femme lui demande d'aller se battre à l'Est ! Au Kasaï, Tshibangu rencontre un autre problème. Il s'agit du général Obed, un militaire d'expression rwandophone, comme on dit (tutsi, ndlr). Les hommes d'Obed sont les mieux équipés, les mieux nourris, les mieux payés par rapport aux FARDC (armée régulière, dont les hommes d'Obed, d'ex rebelles sont censés faire partie, ndlr). Les hommes d'Obed vivent en vase clos, sont bien nourris, font des fêtes et reçoivent les visites presque quotidiennes du général, alors que John Tshibangu, son second, n'a même pas accès au campement… Qu'est-ce que cela veut dire ?

- Afrikarabia : Vous dites que c'est l'une des raisons de sa défection en août dernier ?

- Roger Lumbala : John Tshibangu a fait beaucoup de rapports là-dessus… et personne ne l'a jamais écouté ! Quand Obed apprend que Tshibangu fait des rapports, il fait lui aussi son propre rapport et Kinshasa exige alors qu'Obed ramène Tshibangu à Kinshasa, manu militari !

- Afrikarabia : Le M23, John Tshibangu et Roger Lumbala, s'ils ne collaborent pas ensemble, ont un objectif commun : pousser au départ le président Joseph Kabila. Vous pourriez vous retrouver tous les 3 si les événements venaient à mal tourner pour le président congolais ?

- Roger Lumbala : Non, pas du tout. Je suis dans une démarche démocratique. Je suis élu (Roger Lumbala est député national, ndlr), même réélu. Mais l'article 64 de notre constitution dit que le peuple congolais doit faire barrage à l'individu ou le groupe d'individus qui s'impose par la force...

- Afrikarabia : … c'est exactement ce que dit John Tshibangu pour justifier sa défection.

- Roger Lumbala : Si John Tshibangu, qui est militaire, veut utiliser l'armée pour faire barrage à Joseph Kabila… il est dans la constitution.

- Afrikarabia : On sait très bien qu'après les militaires, vient toujours le temps de la politique. Vous serez de ceux-là ?

- Roger Lumbala : Je suis un politique en vue... parmi les autres. Par mon travail, je me distingue. Je fais une politique active. On dit souvent que, quand l'arbre monte, il attrape beaucoup de vent…

- Afrikarabia : Aujourd'hui, vous êtes en exil à Paris car votre sécurité n'est pas assurée à Kinshasa. Comment envisagez-vous votre avenir politique ? Que comptez-vous faire ?

- Roger Lumbala : L'opposition. Je vais continuer dans l'opposition jusqu'à ce que le peuple congolais pousse Kabila à partir.

- Afrikarabia : Depuis Paris ?


- Roger Lumbala : Je suis à Paris, mais cela ne m'empêche pas d'aller dans d'autres pays pour aller solliciter des soutiens. Moi, je veux que le peuple congolais prenne ses responsabilités. Je ne veux pas que ce soit Roger Lumbala, le M23 ou John Tshibangu… je veux que le peuple congolais puisse faire comprendre à monsieur Joseph Kabila qu'il n'a pas été élu. D'ailleurs, nous sommes satisfait du comportement affiché par le président François Hollande, qui a bien montré à Joseph Kabila qu'il ne pouvait pas le considérer comme son homologue.

Propos recueillis par Christophe RIGAUD - Afrikarabia
Photo : Roger Lumbala à Paris - Novembre 2012 © Ch. Rigaud www.afrikarabia.com

JEANNOT KABUYA INTERPELLE LOUIS MICHEL








Le Dr Mukwege met en cause la responsabilité des autorités congolaises



Le gynécologue congolais Denis Mukwege, réputé pour son aide aux femmes violées et qui a trouvé refuge en Belgique après une tentative d'assassinat fin octobre à Bukavu (est de la République démocratique du Congo), a appelé mercredi les autorités de Kinshasa à restaurer leur autorité sur l'est de leur territoire pour mettre fin aux violences, notamment sexuelles qui touchent les femmes.

14 Novembre 2012 20h10


"Il faut une réforme du secteur de sécurité" (armée et police), a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse au Parlement européen à Bruxelles, dénonçant l'"absence de volonté politique" de changer les choses dans l'est du Congo, en proie à des violences chroniques depuis près de deux décennies, et de régler le problème des rebelles hutus rwandais qui s'y sont réfugiés depuis le génocide de 1994. Mais il y a aussi une "responsabilité congolaise" dans les troubles dans l'est, a affirmé le médecin, invité par les eurodéputés belges Isabelle Durant et Louis Michel, qui suivent tous deux de près la situation dans la région des Grands Lacs. "On ne peut parler de sécurité sans état de droit. Nous, Congolais, nous devons nous prendre en charge et dénoncer ce qui se passe", a ajouté le Dr Mukwege.

Ce gynécologue est le médecin-chef de l'hôpital de Panzi à Bukavu, le chef-lieu de la province du Sud-Kivu, qui soigne chaque année 3.000 femmes violemment agressées par les membres de groupes armés et par les soldats de l'armée régulière congolaise. Le Dr Mukwege séjourne en Europe après avoir été obligé de fuir la RDC à la suite d'une tentative d'assassinat à son domicile de Bukavu, le 25 octobre. Plusieurs assaillants ont tué un gardien qui s'était interposé, ce qui a permis au médecin et à ses deux filles de se cacher puis de s'enfuir.