Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mercredi 17 février 2016

Lambert Mende : ‘‘le peuple n’a pas répondu à cette manipulation’’



























Le ministre de la communication et médias, Lambert Mende a affirmé que la population n’a pas obéi à la manipulation d’une opposition en mal de positionnement. Les marchés, les boutiques ont ouvert normalement, indique-t-il. L’opposition qui pensait réussir, a échoué. A la majorité présidentielle, on applaudit de deux mains le rejet de la journée ville morte par la population. Pour le sénateur Léonard She Okitundu, l’opposition a choisi l’école buissonnière. Ils ont enregistré un échec cuisant à Lubumbashi, Matadi, Kindu, Goma, Bukavu et Kisangani, a déclaré She Okitundu, l’un des négociateurs du pouvoir au pré-dialogue avec l’Udps. La ville morte, c’est un pétard mouillé, ajoute Me Roger Lossala, cadre Unafec. Seulement, les agents et fonctionnaires de l’état ont été contraints de se rendre à leurs lieux de travail. Pour Lambert Mende, il ne s’agissait pas des menaces mais plutôt de rappeler aux agents de l’état, leurs obligations. Des listes de présence ont circulé dans les administrations et des sanctions seront prises contre ceux qui ont séché, apprend-t-on au ministère de la Fonction publique.

http://7sur7.cd/new/lambert-mende-le-peuple-na-pas-repondu-a-cette-manipulation/


Ville-morte en RDC: Eve Bazaiba et Lambert Mende dressent un bilan contrasté

Ville-morte en RDC: Eve Bazaiba et Lambert Mende dressent un bilan contrasté

Couloir du marché de change parrallele du marché central de Kinshasa, mardi 16 Fevrier 2016, à 13h44'.Radio Okapi/Ph. John Bompengo


L’opposition politique, qui a appelé à cette ville-morte en RDC mardi 16 février, estime que le bilan de cette opération est positif. La population a largement répondu à l’appel, malgré les pressions du pouvoir en place, a affirmé Eve Bazaiba, secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC). Pour sa part, la Majorité présidentielle parle d’un “échec cinglant”. Le porte-parole du Gouvernement, Lambert Mende, félicite la population qui, selon lui, n’a pas répondu à cet appel.
Eve Bazaiba note que le mot d’ordre de la ville-morte a été suivi partout à travers le pays, mais à différentes proportions à cause des pressions exercées par les autorités sur la population:
“Par exemple le cas du [Haut-Katanga ou on a vu] le commissaire spécial passer de boutique en boutiques pour demander qu’on puisse les ouvrir, et dans d’autres coins de la République, comme à Kisangani, où les habitants ont subi des pressions.”
A  travers cette opération, la secrétaire générale du MLC espère que le chef de l’Etat Joseph Kabila a compris le message du peuple congolais, qui veut “l’alternance politique” et l’organisation des élections dans les meilleurs délais.
Par contre, Lambert Mende résume que “l’apocalypse annoncé” par les opposants n’a pas eu:
“Je me rends compte que la population congolaise est mûr. Il ne s’est laissé prendre au piège de ces manipulateurs, dont la plupart justement sont les bourreaux des chrétiens du 16 février.”  
Il soutient que le Gouvernement n’a pas recouru aux menaces pour contraindre les fonctionnaires d’aller vers leurs lieux de service.

Témoignages des fonctionnaires

Ce mardi a été une journée inhabituelle à travers quelques cabinets ministériels à Kinshasa. Certains services de l’Etat ont partiellement fonctionné avec des travailleurs qui n’ont pas suivi le mot d’ordre de l’opposition.
Si certains ont relevé quelques difficultés de transport pour rejoindre leurs postes d’attache sous peine d’une éventuelle sanction, d’autres par contre ont affirmé n’avoir pas éprouvé des difficultés.
Cette fonctionnaire du ministère de la Justice affirme être venue au travail par contrainte puisque son ministre a proféré à la veille des menaces de sanction contre les absents:
"Le ministère, par le biais de nos secrétaires, nous a dit que nous devrions être là et que personne ne devait sécher le bureau et qu'il y aurait contrôle physique. Nous travaillons avec des requerants qui viennent pour des dossiers. Mais, aujourd'hui, on se retrouve seul. C'est vraiment une journée morte."

La police a été là pour prélever les présences des agents et fonctionnaires. 
A la direction des services de cultes et associations de ce ministère, les avis sont partagés. Certains agents disent avoir fait le déplacement par conscience professionnelle.
D’autres réclament des primes supplémentaires pour compenser les dépenses exceptionnelles engagées pour joindre le lieu de travail, en cette journée où le transport en commun a été quasi-inexistant.
Au ministère des Affaires étrangères, l’engouement n’a pas été au rendez-vous. La salle de capture pour les passeports a reçu moins de requérants que d’habitude.  
A la Fonction publique, les bureaux ont été partiellement occupés. Certains responsables des directions rencontrés n’ont pas reconnu la ville morte.
La journée n’est pas fériée, comme l’a dit le ministre [de la Fonction publique], mais quelques agents qui n’ont pas de moyens de transport ont éprouvé des difficultés pour venir au travail”, a déclaré l’un d’eux, insistant sur l’apolitisme de l’administration publique."  





























[PHOTOS] Kinshasa dans la mi-journée ce mardi 16 février 2016

[PHOTOS] Kinshasa dans la mi-journée ce mardi 16 février 2016






















RDC: aperçu sur l’appel à la journée «ville morte»




RDC: aperçu sur l’appel à la journée «ville morte»

Boulevard du 30 Juin à hauteur de BCDC à 7h47'. Radio Okapi.


Les reporters de Radio Okapi ont sillonné plusieurs coins de certaines villes du pays mardi 16 février décrété journée «ville morte » par l’opposition pour honorer la mémoire des chrétiens tués en 1992 et réclamer en même temps l’organisation des élections dans les délais constitutionnels.
Ils vous relatent l’ambiance qui a prévalu dans ces différents coins dans l’avant-midi.
 
Kinshasa


Dans la partie Ouest de la capitale congolaise, certaines écoles ont ouvert leurs portes. C’est notamment le cas du Complexe scolaire Aurore, Lupiot et Shaumba où quelques élèves sont arrivés au cours.
Dans d’autres écoles comme l’Institut Professionnel de la Gombe, le Collège Boboto primaire et le CS Aurore, aucun élève ne s’est présenté au moment où le reporter de Radio Okapi s’y trouvait.
Dans l’Est de Kinshasa, peu d’élèves se sont présentés dans leurs écoles. Quelques finalistes de certains établissements du secondaire ont pu suivre les enseignements.
Au centre-ville de Kinshasa, plusieurs commerces n’ont pas ouvert. Sur l’avenue du commerce notamment, les stores de plusieurs magasins sont restés clos.

Goma

Dans la capitale provinciale du Nord-Kivu, plusieurs écoles et commerces n’ont pas ouvert leurs portes.
Des élèves qui se sont présentés dans certaines écoles ont été priés de retourner à la maison.
Quelques établissements de réparation de motos, de vente de vivres et des pharmacies ont ouvert.
Sur la route Goma-Sake, à l’entrée du quartier Ndosho, des barricades en pierres ont été érigées. Des pneus ont été brûlés sur la chaussée dans la matinée.
Des policiers, aidés par quelques enfants, ont pu lever ces barricades.
Tôt le matin, un important dispositif policier a été déployé à travers Goma et dans tous les points stratégiques de la ville.
Des sources locales rapportent que la police a interpellé six membres du mouvement Lutte pour le changement (Lucha).
Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, rencontré à l’aéroport de Goma, où il attendait les Léopards venus dans la ville présentés le trophée du Chan 2016, a reconnu ces interpellations. Il affirme que ces jeunes n’ont pas été arrêtés parce qu’ils sont membres de la Lucha. Le gouverneur indique qu’ils ont été surpris, brûlant des pneus et en possession des tracts qu’ils comptaient distribuer pour perturber la quiétude dans la ville.
A Goma même, une foule nombreuse est partie accueillir les joueurs de l’équipe nationale de football de la RDC qui ont présenté le trophée du Championnat d’Afrique des Nations qu’ils ont récemment remporté à Kigali au Rwanda, à quelques kilomètres de là.

Beni

Dans la ville, plusieurs banques, commerces et messageries financières ont ouvert leurs portes.
Sur le Boulevard Nyamwisi, par exemple, les points de vente des entreprises de télécommunication Tigo, Orange, Airtel et Vodacom ont aussi été ouverts.
Dans le centre commercial de Matonge, à la commune de Mulekera, plusieurs pharmacies, boutiques et galeries sont également ouvertes.
Au rond-point Nyamwisi où est déployé un dispositif de la police, toutes les boutiques sont fermées.
Au marché central Kilokwa, plusieurs étalages sont restés vides alors que des marchands ambulants circulaient.
Dans les bureaux de l’administration publique, les fonctionnaires étaient présents depuis le matin.

Bunia

Au chef-lieu de la province de l’Ituri, plusieurs écoles, marchés, banques et bureaux de l’administration publique sont ouverts.
Certains habitants interrogés disent n’avoir pas été informés du mot d’ordre de ville morte.
Au complexe scolaire privé Nelson Mandela, en revanche, plusieurs élèves de 1ère et de 2e années primaires ne se sont pas présentés au cours.

Mbandaka

Les magasins et marchés ont ouvert à Mbandaka. Dans les avenues de la ville, les taxi-motos circulaient depuis le début de la journée.
Certains habitants interrogés disent approuver l’appel de l’opposition pour le respect de la constitution. Mais ils affirment ne pas pouvoir rester à la maison faute de disposer d’un revenu mensuel assuré.
Des responsables des partis politiques membres de la Dynamique de l’opposition et du G7 représentés à Mbandaka estiment, pour leur part, que la population a compris leur message.
«Aujourd’hui, quel que soit le niveau d’observation de cette journée ville morte, la population a compris le message», a estimé Isofale Bonyoko, député national élu du MLC et président fédéral du parti de Jean-Pierre Bemba.

Matadi

Les élèves, étudiants et travailleurs de la ville portuaire de Matadi se sont rendus à leurs instituts et lieux de travail.
Les entreprises publiques et privées, les marchés et magasins ont aussi ouverts.

Kisangani

Même constat à Kisangani où les commerces, écoles, bureaux de l’administration publique et des entreprises privées ont ouvert depuis le matin.
Selon les partis de l’opposition qui avaient lancé l’appel à la journée ville morte, le mot d’ordre n’a pas été suivi à cause des « intimidations ».
«Tous nos militants de l’opposition sont à la maison. Mais pour le reste de la population, le mot d’ordre de la ville morte n’a pas été suivi», a déclaré Paulin Mayembo, vice-président fédéral du Mouvement de libération du Congo (MLC).
De retour de Kinshasa, lundi, le commissaire spécial de la Tshopo, Jean Ilongo Tokole, avait tenu un point de presse au cours duquel il a fait savoir que la journée du 16 février était ouvrable.

Bukavu

Plusieurs élèves se sont rendus à l’école à Bukavu. Ceux qui s’y sont rendus ont été renvoyés à la maison.
Les banques sont restées fermées. Dans les grands marchés de Nyawera et Kadutu, plusieurs stands sont restés vides. Certains marchands ont tout de même étalé leurs marchandises. Mais au marché Feu rouge, la plupart des commerces étaient ouverts.
Les agents de l’ordre ont été déployés dans certains coins de la ville comme à Nyawera.

[Lubumbashi

Plusieurs magasins, écoles et commerces ont ouvert à Lubumbashi malgré l’appel de l’opposition. Le transport public fonctionne aussi normalement.
Dans certaines parties de la ville cependant des commerces sont restés fermés.
Une forte présence policière est remarquée dans les grands carrefours de la ville cuprifère."



° http://www.radiookapi.net/2016/02/16/actualite/politique/rdc-apercu-sur-lappel-la-journee-ville-morte