Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 11 novembre 2014

La révolution de la modernité


La révolution de la modernité se voit partout à Kinshasa et à travers le pays.





























Une piscine olympique dans la commune de Kasavubu à Kinshasa.






























Un véhicule pimpant neuf pour le service des incendies de Kinshasa. 



Kin live 02 oct 2014: Un lac se crée en plein centre ville de Kinshasa.






Bagarre honteuse à l'Assemblée Nationale!


Bagarre honteuse à l'Assemblée Nationale!




 Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy 





Réactions des députés au scandale parlementaire




















La journée d’hier lundi au Palais du peuple restera dans l’Histoire de la RDC comme la plus honteuse. Insultes, bagarres, cacophonie, manoeuvres dilatoires, corruption, utilisation à tort et à travers de certaines notions de droit, était le cocktail qu’a réservé la plénière. Tout ca pour esquiver le contrôle parlementaire à l’endroit de deux ministres : Kitebi (finances) et Musungayi (Industrie).
L’opposition parlementaire a fini par claquer la porte suite au refus du bureau d’examiner la motion de Samy Badibanga se basant sur la motion incidentielle initiée par Henri Thomas Lokondo.

En l’absence de Président Aubin Minaku cette plénière a été présidée par le Premier vice – Président Charles Mwando Nsimba, dépassé par la situation.
Les reporters de C-News ont recueilli pour vous quelques réactions de députés nationaux en dehors de l’hémicycle.
Pour Martin Fayulu « c’est une forfaiture de la part du bureau de l’Assemblée Nationale, le bureau de l’Assemblée Nationale continue à violer impunément le règlement d’ordre intérieur qui nous régis ». Fayulu poursuit en disant qu’une fois que le bureau programme la motion de défiance, y a plus à tergiverser, l’article 211 du règlement est clair. Les deux motions de défiance méritaient bien d’être examinées en plénière, toutes ces motions incidentielles déposés avant l’examen des motions ne sont que de prétexte pour chercher à protéger le coupable. Fayulu estime que les services du bureau ne font pas leur travail convenablement. A travers ces comportements, la Majorité présidentielle a passé son message à l’opposition et au peuple congolais pour dire que  » vous ne pouvez pas nous arrêter, nous faisons ce que nous voulons « . Dans ces conditions l’opposition n’a plu d’autres choix que de se référer au peuple congolais. C’est à quoi nous allons nous investir totalement a indiqué le président de l’Ecidé. Avant de conclure en disant que « nos amis de la majorité ne veulent pas se servir de l’exemple de Burkina-Faso ».
Fayulu fait remarquer que le retrait de signature n’est pas prévu dans le règlement d’ordre intérieur. Il suggère que le Procureur Général devrait s’occuper personnellement de ces cas avérés de la corruption. L’article 211 ne parle pas d’un quelconque amendement possible. A notre avis, le PGR doit se saisir de tous ses dossiers pour faire triompher la loi. Si tel n’est pas le cas c’est l’image de la RDC qui est ternie car on a plus besoin de preuve de corruption comme mode de gouvernance en RDC a conclu Fayulu.

Pour sa part, l’Honorable Masumbu Baya André, l’opposition parlementaire est sortie de la salle pour prendre le peuple à témoin comment les deniers public sont dilapidés par la majorité présidentielle qui a érigé comme mode de corruption à chaque fois que le peuple attend de lui une justification. A son tour Jean Claude Vuemba n’a pas manqué d’alerter le peuple congolais de se prendre en charge car dit-il trop c’est trop la corruption ne peut pas être toléré à ce niveau institutionnel.
L’intraitable opposant Olongo Basile : « nous sommes sortis de la salle comme vous le constatez presqu’une centaine des députés, ce qui d’office annule le quorum pour passer au vote mais voilà la majorité présidentielle continue la plénière en notre absence pour blanchir ces 2 ministres indélicats. A Basile de renchérir pourquoi la plénière n’a pas été retransmise sur la RTNC1. Qu’est-ce qu’ils se reprochent s’interroge le député national. Olongo Basile félicite son collègue Toussaint Alonga qui a balayé d’un revers de la main la motion incidentielle de Lokondo pour dire que c’est la motion d’ordre qui a la préséance sur toutes les motions. Bamporiki le président de groupe parlementaire UNC et alliés qui a démontré que la motion de défiance est une conséquence de preuves amener lui-même par le Ministre Kitebi. Bamporiki allègue que c’est un cas de faux et usage de faux qui nécessite un débat à la plénière pour montrer au peuple congolais comment son argent est dilapidé par le régime de la majorité. Avant d’appeler l’opposition à sortir de la salle pour que le scénario de la majorité présidentielle continue mais sans la caution de l’opposition. Kolela l’élu de Likasi a dénoncé toutes les tentatives de corruption que la majorité présidentielle l’a soumis pour retirer aussi sa signature.
gerard lemba

Le Pr Dr Mboyo Empenge de l’Unikin propose à J. Kabila une » piste de sortie de crise »



































Face à la » bombe diplomatique » de Barack Obama contre la révision Constitutionnelle en RDC.
Dans sa première lettre adressée aux Corinthiens, Paul de Tarse énonça une vérité qui demeure toujours d’actualité : » … La scène de ce monde est en train de changer « .
Ces multiples changements qui se produisent sur la scène mondiale peuvent parfois résulter tragiques, funestes pour des dirigeants abominés par leurs peuples, à l’instar de Blaise Compaoré du Burkina Faso dernièrement emporté par la célèbre et redoutable » Tempête Ouaga » actionnée par le M 21 (Mouvement du 21 Octobre 2014 qui a mobilisé 1 million de manifestants en colère dans les grandes altères de Ouagadougou). Seuls les Papes ont réussi un tel exploit en matière de mobilisation en Afrique, selon Rfi.
Pour n’avoir pas bien observé la » Scène changeante de ce monde » et pour ne s’être surtout pas caché « , Blaise Compaoré a été surpris par les événements et n’a eu que le temps de constater les ravages de la » Tempête Ouaga « , déclarant urbi et orbi sur une chaîne de télévision privée : » Peuple Burkinabé, j’ai compris votre message. A partir de cet instant, je ne suis plus le Président de la République ; ce poste est vacant « .
Malheureusement pour lui, c’était trop tard, le malheur l’avait déjà atteint simplement parce qu’il ne s’était pas » caché « , comme le conseille le sage roi Salomon en Proverbes 22.3 : » Il est astucieux celui qui, ayant vu le malheur, s’est caché, mais les personnes inexpérimentées ont passé outre et doivent en porter la peine « . Et pourtant, il y avait vraiment lieu de » comprendre le message du peuple » bien avant le pire.
Les kabilistes au pouvoir en République Démocratique du Congo doivent donc tirer leçon de l’Histoire et des événements qui se produisent sur la scène changeante du présent système de choses et dans des contextes similaires, sous peine de condamnation de la part de l’historien anglais Michael Stanford, auteur de ce constat malheureux fait dans son livre intitulé » Introduction à l’Etude de l’Histoire » : «La seule chose que nous apprend l’histoire, c’est que l’homme n’a jamais rien appris de l’Histoire « . Et Awake ! du 8 mars 2001 de relever ceci : l’Histoire recèle des leçons utiles pour notre vie, les connaître nous évite de reproduire à l’infini, les erreurs de nos prédécesseurs. Comme l’a affirmé un philosophe, ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter.
La » Tempête OUAGA » constitue aussi et réellement une menace contre le pouvoir kabiliste en 2015/2016 en Rdc, aussi vrai que les » actionneurs clandestins » de cet ouragan au Burkina Faso se trouvent être, évidemment, Barack Obama et François Hollande qui ont juré de donner à travers Blaise Compaoré une leçon à tous les dinosaures africains drogués de pouvoir et tentés de s’éterniser dans l’impérium par le tripatouillage des dispositions intangibles de la Constitution de leurs pays « . La » bombe atomique diplomatique » c’est-à-dire le Veto de Barack Obama au tripatouillage de l’article 220 de la Constitution de la RDC n’est donc pas à banaliser.
C’est ici l’occasion, pour l’éminent Professeur Dr Mboyo Empenge Ea Longila B.B Victor Bokulaka de la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa, de conseiller à Joseph Kabila de » se cacher devant le malheur « , grâce à la formation d’un gouvernement non pas de cohésion nationale mais plutôt » de Crise, de Salut public, de Réconciliation nationale et de Renaissance de légitimité de pouvoir et de l’Etat de droit en Rdc « , déjà évoqué en mai 2014 dans les pages des journaux kinois Congo Nouveau, le BAROMETRE, LA TEMPETE et L’INTERPRETE.
Selon cet éminent professeur, » Ce gouvernement comprendrait les personnalités politiques suivantes :
1) président de la République : Joseph Kabila ; 2) Premier Vice-Président de la République : Etienne TShisekedi : 3) IIe Vice-Président Dr Mboyo Empenge, 4) Premier Ministre : Prof Dr Evariste Boshab ou à défaut, l’un des compatriotes katangais ci-après : Pr Dr Lunda Bululu, Pr Dr Mbuyu, P Dr Beya Siku, Moïse Katumbi Chapwe, 5) Vice-Premier Ministre : Vital Kamhere, 6) 22 Ministres et 5 Vice-ministres, un gouvernement éléphantesque étant à exclure en temps de crise « .
Ce gouvernement peut aisément être formé à l’issue d’un dialogue franc Intercongolais sous l’égide de l’UA ou de l’ONU.
Et le Pr Dr. Mboyo Empenge de prévenir, en ces termes : « voilà une dernière chance accordée au régime de Joseph Kabila, gouvernement de transition entre la quatrième et la cinquième républiques ».
Cette proposition salvatrice est contenue dans son récent livre de 387 pages, paru en avril 2014 sous le titre : » HAUTES TRAHISONS ET PECHES GRAVES « , dans lequel le Prof. Dr Mboyo Empenge prend à partie des caciques précis du pouvoir en place pour » avoir sacrifié les intérêts sacrés du peuple rd congolais et privilégié ceux des étrangers, résultant ipso facto des » Extéristes « , au lieu d’accorder la priorité aux intérêts du peuple, devenant ainsi des » Interistes « . Conséquence ? La Rdc est un canard boiteux au peuple extrêmement pauvre assis sur un sol riche ! Quel paradoxe !
Conclusion de la chose, tout ayant été dit par le Prof. Dr Mboyo Empenge Ea Longila B.B. Victor Bokulaka : » Il est astucieux celui qui, ayant vu le malheur, s’est caché, mais les personnes inexpérimentées ont passé outre et doivent en porter la peine. La voie du sot est droite à ses yeux, mais celui qui écoute le conseil est sage » (Proverbes 22.3 ; 12.15).



Par D.K.M. /Cp