Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mercredi 8 janvier 2014

Arrestation d'un haut responsable du premier parti d'opposition






Arrestation d'un haut responsable du premier parti d'opposition 



Un haut responsable du principal parti d'opposition en République démocratique du Congo, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a été arrêté dans le centre du pays le 2 janvier, a annoncé sa formation politique. Bruno Kabatshi a été transféré à Kinshasa, où il est détenu dans un lieu inconnu.

« Bruno Kabatshi (...) a été arrêté  (...) après un débat contradictoire avec un membre du PPRD » (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, au pouvoir), a affirmé Augustin Kabuya, porte-parole adjoint de l'UDPS. « Il s'est bien défendu. Après l'émission, il a été arrêté sur ordre du gouverneur de la province », a ajouté M. Kabuya.

OPPOSANT FAROUCHE À JOSEPH KABILA

Le chef de l'UDPS, Etienne Tshisekedi, 81 ans, est né au Kasaï occidental, province riche en diamants, comme sa voisine du Kasaï oriental, mais dont les habitants sont très pauvres. Lors de l'élection présidentielle contestée de 2011, ce dernier s'était autoproclamé président « élu » face à son rival et actuel président, Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001. Selon les résultats officiels, M. Tshisekedi était arrivé en deuxième place lors de cette présidentielle qui s'était jouée à un tour.

Le pays connaît une nouvelle vague de violence. La veille, de violents affrontements ont opposé les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à des Maï-Maï Bakata Katanga près de Lubumbashi, la deuxième ville de la République démocratique du Congo, au sud du pays. 

Ces affrontements se sont déroulés dans un contexte troublé en RDC où une série d'attaques dans de nombreuses villes, dont Kinshasa. Des assauts qualifiés d'« offensive terroriste » par le gouvernement, qui  avaient fait plus de cent morts, lundi 30 décembre.

Recherche désespérément

Recherche désespérément la photo 
d'alias Joseph Kabila se recueillant devant le cercueil du vaillant 
Colonel Mamadou Ndala !

Mr Mende, pourquoi ne pouvez-vous pas vous taire une fois, tournez votre langue soixante-dix sept fois pour parler? Vous vous ridiculisez à tout moment à tel point que les congolais se demandent si vous êtes sain d'esprit. Mr Mende réaffirme la main sur le coeur que le Colonel Mamadou, enfant chéri du Chef de l'État, a été tué par les rebelles ADF-NALU sur un tir d'une roquette. Malgré l'étonnement du journaliste qui suggère qu'un règlement de compte aurait pu aussi être possible, Mende Omalanga balaie cette hypothèse en disant que ce sont les ennemis de «Joseph Kabila» qui sont à la base de cette information, eux qui veulent mettre ce crime sur le dos de son président en essayant de le discréditer. La vérité est que Mamadou Ndala a été tué par les rebelles.
Pauvre Mende, certainement le soir lorsque vous vous retrouvez seul chez vous, vous pleurez amèrement pour le rôle ingrat qui vous est imposé. Vous vous rendez compte de vos limites mais le mercenariat prend le dessus sur vous. Bonne chance!

Mende Omalanga:
Mamadou Ndala était l'enfanf chéri du Pr Kabila dit Mende.

A Réveil FM International, nous laissons glouglouter les égouts ! Instrumentalisés à outrance, les agents de l'ANR parallèle dirigée par Jaynet Kabila se sont déchaînés sur le net: Débre Mpoko, El du Jardin, Sandra Bushiri, Claudia girls...des fantômas aux noms d'emprunts ont étalé leur pitrerie, arrogance, désinvolture sur l'assassinat du vaillant Colonel Mamadou Ndala par alias Joseph kabila. Comme s'ils fumaient de la moquette, les étourdis joséphistes sont allés jusqu'à affirmer que "puisqu'alias Joseph kabila avait nommé Mamadou Ndala il n'avait aucune raison de le faire éliminer". D'ailleurs c'était son petit y a confiance ! Oh la la ! Pourquoi donc alias Joseph Kabila n'a pas eu le courage d'aller se recueillir devant le cercueil de son soldat ?

François Hollande, Président de la République se recueille devant le cercueil d'un soldat français aux Invalides


Nicolas Sarkozy se recueille le 25 janvier 2012 à Paris devant les cercueils de quatre soldats français tués en Afghanistan le 20 janvier


La France, notre pays d'adoption, nous apprend ceci: "A chaque fois qu'un français est pris en otage dans n'importe quel coin du monde. Le pays ne regarde pas ses opinions politiques, sa religion, la couleur de ses cheveux ou de sa peau. La France fait tout pour retrouver et récupérer son fils ou sa fille et le ramener à la maison. Et chaque fois qu'un soldat français meurt hors de France soit pour la lutte contre le terrorisme ou pour défendre les idéaux et valeurs de celle-ci, le chef de l'Etat accueille la famille, se recueille aux Invalides devant les corps de ceux qui sont tombés pour la France...". Si le Colonel Mamadou Ndala a contribué avec d'autres soldats des Fardc à bouter le M23 hors de la RDC, est-ce que c'est trop demander que le chef des armées se recueille devant l'un de ses vaillants soldats ?

En plus nous apprenons que le vaillant Colonel Mamadou Ndala a été inhumé au cimetière islamique de Kintambo. Depuis quand existe-t-il un autre cimetière à Kintambo ?
Le cimetière de Kintambo, s’est trouve être l’un des plus anciens de la capitale congolaise qui va totalisé 60 ans d’existence cette année, depuis la colonisation des belges. Il fut érigé en 1953.

Erigé en 1953, c’est-à-dire pendant la colonisation, le cimetière de Kintambo, situé dans la commune du même nom, totalise cette année cinquante-huit ans. Il se trouve être l’un des plus anciens de la capitale. Plusieurs familles kinoises ont toujours un regard tourné vers ces lieux, la dernière demeure d’un des leurs.

S’étendant à perte vue, des milliers de personnes y ont, à ce jour, déjà été portées en terre. Mais de quelle manière ? Contrairement aux cimetières de pays développés qui ont des allées où l’on peut circuler sans problèmes et qui constituent de véritables attractions, celui de Kintambo ressemble à un labyrinthe où l’on peut se perdre. En effet, au Cimetière de Kintambo on y inhume les dépouilles mortelles vaille que vaille et retrouver une tombe pour certains membres de famille n’est pas facile. Surtout pour ceux qui y vont pour la première fois. Ou pour ceux qui avaient assisté à l’inhumation d’un des leurs et qui y retournent plusieurs années après.

Faute d’espace à certains endroits, on y va jusqu’à superposer certains corps. Ce qui met dans tous leurs états certains membres de famille qui y vont pour se recueillir devant les tombes des leurs, ou qui vont pour ériger l’encadrement sur les tombes des leurs décédés pour honorer leur mémoire ou encore poser une pierre tombale.

Espérons vivement que ce n'est pas au même cimetière de Kintambo que nous connaissons qu'on a inhumé notre vaillant soldat !
Pourquoi donc alias Joseph kabila a eu peur de se recueillir devant le cercueil de Mamadou Ndala ? Les zombies obscurantistes et fantômas joséphistes du net ont sans aucun doute une réponse à donner. A vos claviers donc...

Par Freddy Mulongo, mardi 7 janvier 2014