Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 14 janvier 2014

Dans un épisode, une série télé américaine rend hommage aux mamans violées à l’est de la RDC






Dans un épisode, une série télé américaine rend hommage aux mamans violées à l’est de la RDC


La célèbre série américaine "New-York Unité Spéciale" à rendue hommage et consacré un de ses épisodes aux mamans, femmes et filles violées à l’est de la République Démocratique du Congo, un épisode très émouvant qui part de l’est de la RDC et se termine aux USA.

L’industrie du viol qui se déroule en RDC a fait des millions de morts et cela, au grand silence de toute la communauté internationale, qui se contente à faire plus des déclarations que d’actions pour venir en aide à ces pauvres mamans. Merci à la série New-York Unité Spéciale d’avoir pensé à sonner l’alarme.

SIGNEZ SVP ET FAITES SIGNER LA PETITION POUR UN TPIC !

 SIGNEZ SVP ET FAITES SIGNER LA PETITION POUR UN TPIC !

° http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/stop-au-viol-comme-arme-de-guerre-pour-un-tribunal-p%C3%A9nal-international-pour-la-r%C3%A9publique-d%C3%A9mocratique-du-congo

  1. Pétition de
    France





Stop au viol comme arme de guerre : Pour un Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo 

Mesdames, Messieurs, 

Qui n'a pas entendu parler du traitement inhumain que subissent les femmes dans les zones de combats en République démocratique du Congo, où les femmes sont prises comme champ de bataille et le viol une véritable arme de guerre ?

 On entend par-ci, par-là, des personnalités, des experts et des observateurs stigmatiser ces violences faites aux femmes de la RDC sans qu’aucune mesure concrète et efficace ne soit prise. Les solutions proposées depuis quinze années, loin de soulager la détresse de ces femmes, se sont avérées être de « fausses-bonnes » solutions qui ont accentué, au point de normaliser cette barbarie.

Je sais pourtant, pour avoir exercé en qualité d’avocat près le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pendant sept années, avec quelle rigueur les juges ont réprimé ces crimes de viols comme arme de guerre commis pendant le génocide du Rwanda et en ex-Yougoslavie. Cette justice, quels que soient ses insuffisances et ses travers, aussi impuissante soit-elle pour réparer les séquelles et traumatismes, a cependant eu le mérite de punir ceux dont l'implication était judiciairement prouvée au delà de tout doute raisonnable,  dans les génocides rwandais et bosniaque.

Paradoxalement, pour ce qui est de la République démocratique du Congo, des manifestations pacifiques et citoyennes se sont déroulées partout dans le monde pour stigmatiser, sans succès, l'impunité. Qui ne se souvient pas de la marche mondiale des femmes à Bukavu en 2010 -  la marche Paris-Bruxelles effectuée en 14 jours par des vaillantes filles et des vaillants fils du Congo en juillet 2011 -  le tour d'Europe par un jeune Congolais - la grève de la faim de Paris en décembre 2012 et des citoyens excédés qui ont même marché dévêtus, pour attirer l’attention de l’opinion publique internationale sur le calvaire que vivent ces femmes ?

Que dire du travail que font, au péril de leur vie, le Dr Mukwege, les activistes des droits de l'homme, les représentants de la société civile ? Tous ont fait et continuent de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour arrêter les viols, alléger la souffrance des victimes et mettre un terme à l'impunité, et ce, sans grand résultat ?

Fort du soutien des 52 personnalités féminines, j'ai décidé d'agir avec votre aide, convaincu que nous sommes des millions de par le monde à partager l'indignation de nos 52 Marraines qui sont des sommités du monde universitaire, des femmes politiques de caractère ainsi que des féministes qui ont passé l'essentiel de leur vie à défendre aussi bien la place, les droits, l'honneur que la dignité de la femme dans la société française et partout dans le monde. Bon nombre d'autres grandes figures féminines et masculines, dont le nom ne figure pas sur la liste des 52, ne sont pas moins impliquées et soutiennent ouvertement notre cause.

Cette pétition est notre façon déterminée de dire et de proclamer une fois pour toutes que "le corps de la femme ne devait pas, et plus jamais ne devrait être utilisé comme arme de guerre" au Congo et partout ailleurs dans le monde.

Le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies fermera bientôt les portes du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) et celles du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) qui ont l’un et l’autre considéré ce type de viol comme constitutif de crime contre l'humanité ou de génocide. Il est indispensable que le Conseil de sécurité des Nations unies et son Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, prennent toutes les mesures nécessaires pour permettre la survivance de cette jurisprudence, en créant rapidement un Tribunal pénal international pour la RDC, chargé de poursuivre tous les crimes similaires, déjà répertoriés dans le "rapport mapping" des Nations unies.

Nous sommes convaincus que c'est l'un des moyens les plus efficaces de soustraire ces femmes des griffes de leurs bourreaux et de mettre effectivement fin à l'impunité de ceux qui ont utilisé et continuent d'utiliser le viol comme arme de guerre. Ne pas le faire, serait une discrimination à l'égard de la femme congolaise, un déni de justice internationale ainsi qu'un encouragement à commettre le "gynocide" ou "fémicide".

En effet, après publication du "rapport mapping" et la multitude de rapports sur la situation de ces femmes dans le pays, nul n'est plus fondé à prétendre n'avoir rien vu, rien su, ni rien entendu.
Quelles que soient les insuffisances et les critiques, le Tribunal pénal international pour le Rwanda ainsi que celui pour l'ex-Yougoslavie, ont joué un rôle de précurseur. Animateur, puis Président de l'Association des avocats du Tribunal pénal international pour le Rwanda de 2002 à 2006, je sais quelles étaient les insuffisances d'un tel Tribunal pour les avoir critiquées et combattues. Je sais cependant que par-dessus tout, ces Tribunaux ont, comme c'est inscrit dans leur mission, poursuivi et largement contribué à éradiquer le viol comme arme de guerre au Rwanda et en Bosnie depuis 1994. De ce fait, ilsont contribué au retour de la paix.

Les acquis de cette justice pénale internationale devraient pouvoir profiter à toutes les femmes partout dans le monde et surtout en RDC, devenue le théâtre de combat entre belligérants de la région des Grands Lacs africains.

Nous vous demandons, pour l’amour du ciel, de soutenir cet appel en le signant et en le faisant signer autour de vous.
Merci pour toutes les femmes victimes.

Hamuli Rety
Ancien président de l’Association des avocats du Tribunal pénal international pour le Rwanda


NI RECONNUE NI PUNISSABLE PAR LA LOI


La prostitution en RDC : un " métier " des filles mères


* Plus qu'un pis-aller, deux  Kinoises sur quatre, mères et sans mari, accusent les hommes.  Plus qu'un pis-aller, deux  Kinoises sur quatre, mères et sans mari, accusent les hommes.

 La profession du sexe est l'un de principaux employeurs des femmes en RD Congo. Ni  formellement reconnue  ni punissable par les lois du pays, la prostitution prend de l'ampleur dans les grandes villes congolaises. Aucune agglomération du pays n'est à l'abri. Certes à proportions inégales. A Kinshasa (comme ailleurs ?), une mini-enquête de Forum des As sur ce phénomène de société est révélatrice.  Plus d'une fille mère se prostitue.  Comme par enchantement, toutes avancent la même raison : leur abandon par les hommes, auteurs de leurs grossesses.  " Je  fais ça pour nourrir mon enfant ". Pour raison de décence, les noms utilisés ici sont des pseudonymes.

      Samedi 22 juin-20 heures. Falonne, 19 ans, débarque à Super Lemba.  Le site, bien connu,  est un lieu de rendez-vous des filles de joie  venues de différents coins de la capitale. Comme cet enclos  où est attachée une chèvre en chaleur, et qui attire les boucs de tous horizons, le décor  ici est une véritable île à la tentation.  Court-vêtue, jambes pulpeuses moulées dans de bas  d'un jaune pale, Falonne  tient une cigarette allumée, enfourchée entre deux doigts. 

La concurrence est quasi manifeste. Elle doit trouver de l'astuce pour séduire et se faire prévaloir. Falonne trouve la recette. Elle se perche sur le capot moteur d'une voiture parquée juste devant  la dernière rangée des chaises de cette terrasse-bar de renom. Manière très originale pour cette fille, à peine émancipée,  d'avoir  une vue panoramique du site. Comme un loup à jeun, Falonne est prête à tout.

 Elle ne refuse aucune sollicitation. Depuis combien de temps pratique-t-elle ce métier ? 

Falonne répond sans réfléchir : " Je mène cette vie depuis le  mois de décembre 2011. Je ne m'imaginais pas qu'un jour je ferais le trottoir. Les circonstances de la vie me l'y ont obligée. Je me suis retrouvée en état de grossesse, quelques mois seulement peu après mes études secondaires. Malheureusement, mon petit ami de l'époque avait renié la grossesse. Je m'étais résolu de ne pas avorter. Sans ressources et rejetée par les parents, j'avais décidé de me prostituer pendant les cinq premiers mois de grossesse pour me permettre de faire face aux besoins d'accouchement. Aujourd'hui, j'ai un enfant d'un an et demi dont je supporte les besoins grâce à ce métier. Je n'ai pas de choix. "

     22H30'. Un week-end sur l'avenue du Stade en plein Matonge. Sarah sort d'un taxi en provenance de Bon Marché. Forte de taille, elle est dans un pantalon Jeans délavé, qui ne devrait laisser aucun espace. Comme si le couturier l'avait cousu sur son corps. Sarah ne se sent pas bien dans sa peau. Elle doit vite se changer. Après quelques minutes derrière un taudis, elle réapparait dans un décor tout autre. Juste une petite culotte noire. Une chemise blanche, d'un tissu très léger et transparent, permet de voir sa gorge toute blanche. Sarah a désormais son " arme " de séduction. Elle ne peut donc passer inaperçue.  Sauf  misogynie. Le sujet est délicat. Une bouteille de Beaufort gracieusement offerte, met Sarah en confiance.  " 18 ans le 15 octobre prochain, je vis avec ma mère dans la commune de Barumbu. Je n'ai pas eu la chance de faire de longues études. Juste quatre ans post- primaires. Je m'étais inscrite en Coupe et couture au Centre de formation de l'YMCA à Matonge. Malheureusement, ça n'a pas abouti parce que j'avais conçu sans le savoir, à cause de mon jeune âge. Je m'étais retrouvée grosse à l'âge de 16 ans. Je ne connaissais presque rien. C'est six mois après, que ma mère a constaté que j'étais enceinte. Je ne pouvais plus rien faire. Aujourd'hui, j'ai un petit garçon de deux ans. Si mon amant m'avait acceptée, je n'aurais plus aucune excuse pour me prostituer. Au début j'avais très honte. Je ne supportais pas d'aller avec plus d'un homme par jour. Mais avec le temps, j'ai fini par m'habituer. Je ne me gêne plus. Le jour où je trouverai un homme capable de prendre, et ma charge et celle de mon gosse, j'abandonnerai volontiers ce métier à très haut risque ".

     * Héléna, 24 ans, étudiante en première année de licence dans un Institut supérieur de Kinshasa, a une autre motivation. Cigarette mentholée allumée suspendue au bout de lèvres, yeux azurs au fond de verres teintés, Héléna est debout, les pieds enfouis dans de chaussures à hauts talons ne lui permettant pas de parcourir le moindre trajet à pied. Sa longue chevelure lui descendait jusqu'aux os iliaques. 23 heures. Héléna, pas trop svelte, est seule au croisement Boulevard du 30-Juin -avenue Batetela dans la commune de la Gombe. Sa destination parait absurde. C'est soit vers le Grand Hôtel Kinshasa, soit Kintambo Magasin. Mais en réalité, ce n'était pas l'itinéraire des taximen qui l'intéressait. Héléna a son regard juché sur de belles voitures privées. " L'argent certes, mais ce n'est vraiment pas ça ma motivation. Si je me retrouve sur le Boulevard  même à des heures tardives, c'est parce que j'ai toujours rêvé un partenaire expatrié comme mari. Plus précisément un Européen ou Américain. C'est donc ça mon rêve d'enfance et j'y tiens beaucoup. J'y crois en même temps parce que je compte plus d'une amie qui avait mené cette vie et qui se retrouve présentement, qui à Paris, qui à Bruxelles…très mariée à un Blanc. Donc, ce que nous faisons paie. Tout dépend de ce qu'on veut. Il y en qui se prostituent pour des raisons de survie. Mais c'est loin d'être mon cas ".

     * Jacquie, elle, a choisi de se poster sur l'avenue Popokabaka, avec le dos tourné à l'avenue du Stade. Samedi 29 juin à minuit, Jacquie est debout, brochette à la main. A son extrême gauche se trouve un bar de renom, visiblement lieu de rencontre des femmes de son âge (plus de 38 ans). Les phares des taxis à destination du quartier  Bon Marché flamboient les jambes de cette divorcée et mère de 4 enfants. Mais avec le pouvoir du maquillage, Jacquie fait plutôt jeune fille la nuit. L'excès de mascarade sur le visage l'enjolive, ne fut-ce que pour cette durée de la nuit. Pourtant, Jacquie ne devrait pas avoir moins de 40 ans. Elle monologue. " Je dois tout faire ce soir pour réunir un minimum devant me permettre de payer les frais d'inscription de mon avant-dernier fils. Que Dieu m'aide à cette fin ",  dit-elle. Et elle y croit.

     Honnis soit, qui mal y pense. L'échantillon  de cette mini enquête  n'a aucune prétention d'être représentatif. Néanmoins, il a le mérité d'être qualitatif. Du recoupement des propos recueillis, Forum des As constate que la prostitution en RD Congo est, à proportions inégales, l'apanage de filles mères. Plus concrètement, des femmes déjà filles. Tout autre chercheur pourrait arriver à la même conclusion.       

Laurel  KANKOLE

A la suite de la journée ville-morte décrétée par l’UDPS : Mbuji Mayi paralysée hier

A la suite de la journée ville-morte décrétée par l’UDPS : Mbuji Mayi paralysée hier








La population a répondu au mot d’ordre pour réclamer la libération du secrétaire fédéral de l’UDPS arrêté sur place et transféré à Kinshasa.
Si la police et l’armée avaient réussi à étouffer la marche des partisans de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) projeté le jeudi 9 janvier dernier tel n’a las été le cas en ce qui concerne la ville morte qui a connu un franc succès hier lundi 13 janvier dans la ville de Mbuji Mayi, capitale de la province du Kasaï Oriental.
A quelques exceptions près, ville était fantomatique, sans activités, privée de son image habituelle. La population entendait revendiquer la libération du secrétaire fédéral de l’UDPS arrêté le jeudi 2 janvier 2014 par l’ANR après qu’il ait participé à un débat contradictoire organisé par radio fraternité du diocèse de Mbuji Mayi autour des événements malheureux survenus le lundi 30 décembre 2013 à Kinshasa, Lubumbashi, Kolwezi et Kindu.

Trois invités dont un du PPRD, un de l’UDPS (Bruno Kabatshi) et un expert avaient pris part à ce débat. Le second identifié comme secrétaire Fédéral de l’UDPS a été cueilli à la fin de l’émission sans nul doute pour sa lecture des faits autour de cet événement. Conduit, selon certaines sources, à Kinshasa, l’homme n’a plus fait signe de vie. Son parti et sa famille biologique sont depuis lors sans nouvelles de sa part.

Aussi après une première tentative pacifique, l’UDPS est passée hier à l’organisation de la ville morte observée quasi totalement à travers la capitale diamantifère.
Tout s’est passé au ralenti depuis le début de la journée. Il n’y a presque pas eu d’activités dans les grands marchés Simis de la commune de la Muya et Bakwadianga à Dibindi, qui ressemblaient à une carte postale.

Des jeunes avaient brûlé des pneus sur les voies publiques qui donnent accès à ces marchés. La pluie du matin avait aidé à éteindre les flammes avant l’arrivée de la police. Comme toujours en pareille circonstance, des coups de feu ont été entendus, des jeunes ont été interpellés plus particulièrement dans la commune de Dibindi. Taxis et motos taxis étaient rares, travailleurs et élèves absents des artères seuls des policiers en faction étaient visibles dans les coins des rues. L’ambiance était telle, en dépit des appels de quelques autorités politico administratives et policières appelant la population à vaquer à leurs occupations, appels lancés à partir de leurs véhicules 4X4.

Une partie du centre ville n’a pas suivi ce mouvement de ville morte. Certaines sources signalent que quelques banques commerciales, des messageries financières et les entreprises de télécommunications ont ouvert, mais sans succès réel.
Tandis qu’un groupe de conducteurs de moto taxis avec à leur tête le directeur cabinet du gouverneur de province avait manifesté devant les installations de la MUNUSCO pour dénoncer cette ville morte. Une trentaine de représentants de l’UDPS ont été dispersée par la police alors qu’ils voulaient plaider la cause de l’infortuné auprès des mêmes autorités de la MONUSCO.
Le gouverneur Ngoy Kasanji qui avait réussi une forte mobilisation lors du dernier passage du chef de l’Etat dans cette ville était désarmé devant la ville morte.

G.O.

Le régime a décidé de manger Vital Kamerhe cru

Le régime a décidé de manger Vital Kamerhe cru









Vital Kamerhe est devenu la bête noire du régime. Lorsqu’il ne s’agit pas des attaques médiatiques déployées avec acharnement, c’est carrément des actes de persécution contre sa personne ou ses proches.
La dernière fois, le régime a poussé le cynisme pour le faire comparaître, lundi 13 janvier, devant le tribunal de paix de la Gombe sous une pluie battante.
 
Comme une victime expiatoire qui s’attend à payer un lourd tribut pour offrir l’alternance aux Congolais, en 2016, VK s’est plié pour venir passer des heures, assis sur un banc en bois, à entendre le tribunal ressasser les pièces d’une affaire presque classée. Celle que Wivine Moleka avait ouverte contre lui pour imputations dommageables au lendemain de la proclamation des résultats des élections législatives. Cela fait deux ans. L’accusatrice elle-même n’en a plus jamais parlé. Elle était engagée dans une procédure pour un arrangement à l’amiable quand elle a appris que Kamerhe avait été cité à comparaître devant le tribunal de paix de la Gombe. Ses proches affirment qu’elle n’en sait rien.
En tout cas, ce n’est pas elle qui a demandé de fixer l’affaire. C’est donc clair que c’est le régime agacé de la dernière sortie de Kamerhe sur le pseudo putsch du 30 décembre 2013 et l’assassinat du Colonel Mamadou Ndala. Agacé davantage a brandi, la semaine dernière, une copie d’une décision de la DGM d’interdiction de sortie. Le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej, l’a fait passer pour un faux sans convaincre là où presque tous connaissent les méthodes d’un régime qui a tenté de faire passer l’assassinat de Floribert Chebeya pour un crime passionnel avec l’exposition des capotes et autres ongles postiches à côté de la dépouille de l’activiste. En fait Kamerhe énerve. Il reste seul à porter haut la contradiction pendant qu’Etienne Tshisekedi a décidé de ne plus parler et que Mgr Laurent Monsengwo Pasinya a mis une muselière à l’Eglise catholique au nom d’un compromis pour ouvrir à son ami personnel Léon Kengo wa Dondo la voie de l’Hôtel du gouvernement. «Tout est fait pour dissuader Vital Kamerhe de réaliser la caravane de la paix à l’Est.
Le régime cherche à l’intimider pour opérer la prolongation au-delà de 2016», dénonce un inconditionnel kamerhiste, Billy Kambale. Pour faire taire Kamerhe, le régime en vient à commettre des graves impairs tellement la haine est tenace. Sur l’affaire Wivine Moleka, celle-ci était enrôlée au tribunal de paix de Ngaliema. Voilà que le régime amène la même affaire à la Gombe sans se rendre compte qu’une même affaire ne peut être jugée à la fois au niveau de deux juridictions de même degré. Même Francis Kalombo qui prétend être destiné à une grande carrière au barreau ne l’a pas remarqué. Les avocats de Kamerhe lui promettent une réplique foudroyante sur les conditions de son admission au barreau de Kananga.
«Nous lui réservons une belle leçon à la prochaine audience», a promis un des avocats de la défense. A la prochaine audience, dans la huitaine, le tribunal rendra son jugement avant dire droit sur les exceptions soulevées par la partie accusée. Il restera à Kamerhe d’aller en appel si le jugement en question ne rencontre pas son assentiment. Kamerhe est parti du tribunal comme il était venu, sous la pluie. Il sait que c’est le chemin de la croix et son apostolat ne fait que commencer.

SAM MBUTA