Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

jeudi 27 septembre 2012

L’ambassadeur de France chez Tshisekedi


Luc Hallade chez Tshisekedi

27 septembre, 2012
luc halladeProbablement dans le cadre des consultations entreprises par l’ambassadeur de France avec les milieux politiques et la société civile, en perspective de la tenue du 14ième sommet de la francophonie qui se tient du 12 au 14 octobre à Kinshasa, Luc Hallade (photo) a été reçu mercredi 26 septembre par le président élu de la RDC, Etienne Tshisekedi, dans sa résidence sur la rue Pétunias à Limite.

A l’issue d’un entretien qui a duré une heure, le diplomate français s’est réservé de tout commentaire. Rien n’à filtré sur l’éventuel face à face Tshisekedi – Hollande. Le nouveau locataire de l’Elysée qui arrive le 13 octobre à Kinshasa, a prévu dans son agenda de rencontrer le même jour le président par défi, Joseph Kabila, et les acteurs de l’opposition politiques et de la société civile.
Comme d’aucuns le savent, le principal parti politique de la RDC, UDPS, boude la participation de François Hollande à ce sommet parce qu’il la considère comme une caution au pouvoir actuel issu des élections très contestées du 28 novembre 2011 dont les résultats au niveau aussi bien présidentiel que législatif étaient jugés non crédibles par les observateurs tant nationaux qu’internationaux.

Dés l’annonce de la participation du nouveau locateur de l’Elysée au sommet de la Francophonie à Kinshasa, l’UDPS est montée au créneau par la bouche de son Secrétaire général, Bruno Mavungu pour dénoncer la volte-face de François Hollande qui avait pendant sa campagne, promis ne pas se rendre dans les pays où le pouvoir est issu des fraudes électorales.
Les proches du sphinx de limite ont estimé que les intérêts économiques de l’Hexagone ont pris le dessus sur la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’homme tant proclamée par la charte de la Francophonie.

Pour rappel, ce parti phare de la RDC a déposé un mémo à l’ambassade de France pour la délocalisation du sommet de la Francophonie à Kinshasa au nom des valeurs défendues par la francophonie.

Une ONG de droit français, Convergence pour l’émergence du Congo, est en justice en référé contre l’OIF pour la délocalisation du sommet vers un pays respectueux de la charte de la francophonie. L’arrêt est attendu dans les tout prochains jours.

Eric Wemba/CCN

http://www.culturecongolaise.net/?p=10819

République démocratique du Congo: multiplication des attaques contre les défenseurs des droits de l'homme avant le Sommet de la Francophonie





DES JOURNALISTES ET DES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME AGRESSES PAR DES INCONNUS APRES AVOIR DENONCE LA DETENTION AU SECRET DU DEPUTE EUGENE DIOMI NDONGALA



L’OBSERVATOIRE: République démocratique du Congo: multiplication des attaques contre les défenseurs avant le Sommet de la Francophonie



Paris-Genève, le 26 septembre 2012. L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, un programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), déplore la multiplication des attaques et des menaces visant les défenseurs des droits de l’Homme à l’approche du Sommet de la Francophonie…

À quelques semaines de l’ouverture du XIVe Sommet de la Francophonie, qui se tiendra du 12 au 14 octobre 2012 à Kinshasa, les attaques, menaces et autres actes d’intimidation visant les défenseurs des droits de l’Homme, dont un avocat et deux journalistes, se sont multipliés. Dans un tel contexte, l’Observatoire s’interroge sur la bonne foi des autorités à mettre en œuvre les principes fondateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Ainsi, le 21 septembre 2012, Me Sylvain Lumu, avocat et secrétaire exécutif de la Ligue des électeurs (LE), a été agressé alors qu’il rentrait à son domicile par des individus voyageant dans un véhicule. Les auteurs de cette attaque ont emportés ses téléphones et autres documents trouvés à bord de la voiture.


D’autre part, le 23 septembre 2012, M. Godé Kalonji, journaliste engagé dans la promotion des droits de l’Homme et chargé des alertes au sein de l’ONG Freedom For Journalist (FFJ), a été violemment agressé par un groupe de personnes non identifiées alors qu’il revenait en voiture de son bureau. Ses agresseurs ont emporté son matériel de travail, dont un appareil photo, des téléphones et des clés USB. L’Observatoire s’inquiète de l’état de santé du défenseur des droits de l’Homme, qui a été hospitalisé aux soins intensifs pendant plusieurs jours.

L’Observatoire relève que Me Sylvain Lumu et M. Godé Kalonji avaient récemment été impliqués dans l’organisation d’une conférence de presse tenue le 19 septembre 2012 visant à dénoncer des cas d’enlèvements et de détentions au secret commis par l’ANR, comme celui par exemple du député de l’opposition Diomi Ndongala.


Enfin, le 21 septembre 2012, M. Désiré Kazadi, également journaliste et président de FFJ ainsi que de l’ONG Journalistes pour les droits de l’Homme (JPDH), a fait l’objet de menaces et d’intimidations lors d’un appel téléphonique anonyme mentionnant une lettre qu’il a récemment cosignée avec M. Kalonji et adressée au Président de la RDC, lui demandant la suppression du ministère des communications et des médias.

L’Observatoire craint que ces faits ne soient directement liés aux activités de défense des droits de l’Homme de Me Sylvain Lumu et de MM. Godé Kalonji et Désiré Kazadi, qui ont été particulièrement actifs récemment dans leur dénonciation des violations des droits de l’Homme dans le pays. L’Observatoire condamne donc fermement ces attaques et menaces visant les défenseurs des droits de l’Homme et craint qu’elles ne visent qu’à les intimider à l’approche du Sommet de la Francophonie, auquel les ONG de défense des droits de l’Homme doivent prendre part. Il appelle les autorités à mener une enquête exhaustive et impartiale sur toutes ces agressions et menaces suite aux plaintes déposées par les victimes.

« Une telle multiplication des attaques et des menaces contre les défenseurs des droits de l’Homme n’augure rien de bon à l’approche du Sommet de l’Organisation internationale de la francophonie. », a ainsi déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. « Il est impératif que tous les défenseurs des droits de l’Homme puissent s’exprimer dans un cadre sécurisé à la fois pendant et après ce Sommet », a-elle-poursuivi.

Dans ce cadre, l’Observatoire rappelle par ailleurs qu’en vertu de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme de 1998, les autorités de la RDC ont l’obligation de protéger tous les défenseurs des droits de l’Homme de toute forme de violence, menace ou pression.

« Il est impératif que les autorités de RDC se conforment à leurs obligations internationales, et notamment au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui impose aux autorités judiciaires de mener une enquête exhaustive et impartiale sur toutes ces agressions et menaces, et de traduire en justice tous leurs responsables, quelles que soient leurs fonctions. Il en va de la crédibilité des autorités congolaises », a également rappelé Yves Berthelot, président du Conseil exécutif de l’OMCT.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

· FIDH : Arthur Manet, + 33 1 43 55 25 18

· OMCT : Isabelle Scherer, + 41 22 809 49 23





Le président français François Hollande, le 7 septembre 2012 à Evian.
Le président français François Hollande, le 7 septembre 2012 à Evian.
REUTERS/Philippe Wojazer

Par RFI

François Hollande et ses équipes organisent le premier périple du président français en Afrique et sa présence au prochain sommet de la francophonie à Kinshasa du 12 au 14 octobre prochain. Le président français devrait faire une escale au Sénégal avant de venir en RDC. C'est un voyage présidentiel éclair qui semble se mettre en place.

Avant le sommet de Kinshasa, François Hollande s'est organisé une étape express à Dakar. Son arrivée au Sénégal le vendredi 12 en fin de matinée est confirmée de bonne sources à Paris. Sans doute pour marquer sa différence avec Nicolas Sarkozy et faire oublier sa polémique déclaration sur «l'homme africain (qui) n'est pas assez entré dans l'histoire», le chef de l'Etat français souhaite prononcer un discours devant l'Assemblée nationale sénégalaise avant de s'entretenir avec son homologue sénégalais Macky Sall.

Rendez-vous avec l'opposition congolaise

Un peu plus tard, dans la nuit, l'avion présidentiel décollera pour Kinshasa. Le lendemain, au petit matin, François Hollande veut, en une heure et demie, rencontrer Joseph Kabila à la présidence puis se rendre à la résidence de l'ambassadeur de France pour discuter avec les ONG et les opposants politiques. C'était l'une des conditions de sa présence au sommet de la francophonie. «Il y a beaucoup de demandes et peu d'élus» nous indique une source diplomatique à Paris. Seuls les proches de l'opposant Etienne Tshisékédi affirment être en contact avec les services de l'Elysée : «ça s'organise tranquillement mais nous avons une exigence : un rendez vous en tête à tête.»
Ensuite, François Hollande suivra l'ouverture du sommet de la Francophonie au palais du peuple, avant de prononcer un discours très attendu de 7 minutes. François Hollande a prévu de consacrer la fin de sa journée aux Français vivant en RDC avant de redécoller dans la nuit pour Paris.

XIVe sommet de la Francophonie : Hollande effectuera un voyage éclair en RDC et au Sénégal en octobre

Mercredi 26 septembre 2012
Le président français s'entretiendra avec Kabila, les opposants et les ONG à Kinshasa
A quelques jours de la tenue du XIVe sommet de la Francophonie à Kinshasa, les choses se précisent petit à petit quant au voyage du président français. Pour son premier voyage en Afrique, le président français effectuera un voyage éclair au Sénégal et en République démocratique du Congo (RDC). Les services de l'Elysée sont en train d'organiser le premier périple du président français en Afrique et sa présence au prochain sommet de la Francophonie à Kinshasa du 12 au 14 octobre prochain. Il est prévu une escale au Sénégal avant de venir en RDC. Pour un premier voyage en Afrique, François Hollande envisage d'effectuer un voyage éclair.




Avant de participer au XIVe sommet de la Francophonie à Kinshasa, François Hollande projette une escale express à Dakar, capitale du Sénégal, où il devra arriver le vendredi 12 septembre en fin de matinée.
A l'étape de Dakar, apprend-on, il est prévu un discours qu'il prononcera devant l'Assemblée nationale sénégalaise avant de s'entretenir avec son homologue sénégalais Macky Sall.

Rendez-vous avec l'opposition congolaise
De la capitale sénégalaise, le président français atteindra Kinshasa, capitale de la RDC, un peu plus tard, dans la nuit. Le samedi 13 octobre, au petit matin, François Hollande envisage de boucler en un tour de main un programme serré. Donc, il veut, en une heure et demie, rencontrer son homologue congolais, Joseph Kabila au Palais de la nation puis se rendre à la résidence de l'ambassadeur de France en RDC pour discuter avec les ONG et les opposants politiques congolais. François Hollande va ainsi répondre à l'une des conditions de sa présence au sommet de la Francophonie dans la capitale congolaise.
Cela ne voudrait pas dire qu'en dehors de ces rencontres, il n'y ait pas d'autres demandes d'audiences de la part des Congolais. Le séjour de François Hollande est si bref que le temps fait défaut pour satisfaire à toutes les demandes.
"Il y a beaucoup de demandes et peu d'élus", indique-t-on du côté de Paris. Seuls les proches de l'opposant Etienne Tshisekedi affirment être en contact avec les services de l'Elysée : "ça s'organise tranquillement mais nous avons une exigence : un rendez-vous en tête à tête."
Cependant une question reste posée : François Hollande accédera-t-il à l'exigence du président national de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS)?
Ensuite, François Hollande suivra l'ouverture du XIVe sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) au Palais du peuple, avant de prononcer un discours très attendu de 7 minutes. L'agenda de François Hollande prévoit également une rencontre avec les Français vivant en RDC avant de regagner Paris dans la même nuit du 13 octobre.
Ce sera le premier voyage qu'effectuera le président français sur le sol africain après son élection au mois de mai dernier.
C'est lundi 27 août que le président français avait annoncé qu'il participerait au XIVe sommet de la Francophonie prévue en octobre prochain. Il avait ainsi mis fin à un long suspense sur sa participation ou non à cette rencontre.
"Je me rendrai dans quelques semaines au sommet de la Francophonie à Kinshasa. J'y réaffirmerai que la Francophonie n'est pas simplement une langue en partage mais aussi une communauté de principes et d'idéaux dont le rappel à chaque occasion est nécessaire, et notamment en RDC mais pas seulement là ", avait-il déclaré au cours de la Conférence des ambassadeurs français au palais de l'Elysée mettant fin à une polémique entre les partisans et les opposants à sa venue à Kinshasa.

Kléber Kungu

http://www.lobservateur.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=8429:xive-sommet-de-la-francophonie-hollande-effectuera-un-voyage-eclair-en-rdc-et-au-senegal-en-octobre&catid=44:politique&Itemid=58