Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 23 septembre 2014

Recadrage sur la scène politique : Le cas Kengo sous examen !





Recadrage sur la scène politique : Le cas Kengo sous examen !





Le braintrust de la Majorité présidentielle s’est mis en branle. Il faut trouver une réponse appropriée au cas Kengo. A son retour de New York où elle va prendre part à l’Assemblée Générale de l’Onu, l’Autorité morale doit trouver une réponse à même d’éclairer la position à prendre.
A la MP on s’interroge très sérieusement sur l’opportunité de poursuivre le partenariat conclu avec l’Opposition républicaine. Le quota réservé aux kengistes au sein du gouvernement de cohésion nationale se trouve en ballotage très défavorable.
Les troupes kabilistes ne comprennent pas et n’arrivent pas à excuser au partenaire qui a pris tout le monde de court en étalant les linges sales sur la place publique. Pire, on trouve inacceptable d’instrumentaliser les institutions de la République pour régler des comptes personnels.
Sans raison
Le porte-parole du Gouvernement a dénoncé cette dérive en de termes sans équivoque. Pour Lambert Mende, le gouvernement de la République est choqué de voir certaines personnalités se servir des institutions officielles pour défendre leur point de vue individuel.
Avant-gardiste et précédent toujours l’analyse, Le Palmarès avait signalé que le Président du Sénat avait pris son institution en otage le 15 septembre 2014. Ainsi que nous le soulignions, l’Autorité morale de l’Opposition républicaine aurait été mieux inspirée de manifester son opposition à la révision de la Constitution dans le cadre d’une sortie politique de sa famille politique ou de son parti.
En tant que co-président de la commission chargée du suivi des résolutions des Concertations nationales, Kengo avait mille moyens pour manifester son désaccord avec la Majorité concernant le projet de révision constitutionnelle.
Même alors, la Majorité est dans tous ses états parce que Kengo a engagé son statut d’homme public sur une question dont aucune institution n’a encore été saisie. On reste de plus en plus convaincu à la MP qu’il ne sert à rien de faire cas d’un partenaire qui s’est révélé imprévisible.
En échange
Echaudée par le pacte conclu à la veille du second tour de la présidentielle en 2006, pacte conclu sans évaluation profonde et qui va lier Joseph Kabila tout le long de la première législature, la Majorité ne vend plus jamais la peau de l’ours avant de l’avoir abattu.
Dans le nouveau pacte conclu avec Kengo, il était question que ce dernier livre la peau de l’ours pour espérer une rétribution conséquente. Malheureusement, au retour de la chasse, le Président de l’UFC n’a apporté que près de la moitié du résultat attendu. 
depuis ce jour, »le pacte s’est mis à patiner. Il a fallu au camp Kabila de trouver la seconde partie du gibier désiré. Tout naturellement, la part des kengistes fut sensiblement revue à la baisse.
Mais, après le dernier coup de colère de l’ex-patron de l’UDI, la sortie du gouvernement de cohésion nationale a été retardée en attendant un ultime réglage. A la place, le Raïs a balancé la mise en place des Fardc.

http://7sur7.cd/new/recadrage-scene-politique-cas-kengo-examen/





Pour avoir donné leur avis contre la révision de la Constitution : L’Eglise catholique et Kengo wa Dondo vilipendés sous l’indifférence du CSAC



Ces lieutenants de la MP se servent de la télévision nationale, « l’Eglise au milieu du village », pour débiter des insanités.  L’Eglise catholique et le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, sont victimes d’insultes et autres attaques verbales inacceptables par certains lieutenants de la Majorité présidentielle, depuis quelques jours. Pour cause, ils ont clairement montré leur position contre la révision de la Constitution, et surtout l’article 220 qui limite le nombre et la durée du mandat du président de la République.
Ce qui impressionne le plus, ces lieutenants de la Majorité présidentielle se servent de la télévision nationale, « l’Eglise au milieu du village », pour débiter des insanités à l’endroit des catholiques et du président du Sénat. Ce, sous l’œil indifférent, frisant la complicité, du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). Même le cardinal Monsengwo n’est pas épargné dans ces attaques personnelles.
Les observateurs pensent que ceux qui se livrent à cet exercice antidémocratique sont à court d’arguments, incapables de défendre la révision de la Constitution dans le but de satisfaire les appétits politiques d’une seule personnalité de leur plateforme. Raison pour laquelle ils se comportent exactement comme « Sankara De Kunta », porte-parole d’un grand artiste chanteur de ce pays, en défendant même l’indéfendable, de fois sans l’aval de son leader.
Ce qui s’est passé en direct de la télévision nationale le week-end dernier est pire que ce qu’on reproche au SG de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Jean-Bertrand Ewnga, lors du meeting tenu le 4 août dernier au terrain Sainte Thérèse de N’Djili. N’est-ce pas là une vraie flagrance ? Qu’est-ce que les autorités judiciaires attendent pour lancer des mandats d’arrêts ? Pourquoi cette politique de deux poids deux mesures ?
La MP doit se poser la question de savoir comment, dans sa propre famille politique, bien de personnalités ont, sans aller par le dos de la cuillère, manifesté aussi leur refus de voir l’article 220 de la Constitution être révisé. Ce, après avoir fait la lecture de cette disposition qui « ne peut faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle ». D’autres encore sont de ce même avis, mais hésitent à se prononcer, craignant sans nul doute des représailles de tous ordres.
Chaque Congolais est libre d’être du côté de l’Opposition ou de la Majorité. Mais il faut savoir que la République Démocratique du Congo appartient à tous les Congolais, et le respect de la Constitution doit être de rigueur pur tout le monde, sans exception aucune.
Ceux qui s’évertuent à insulter de grandes autorités de l’Eglise catholique et des institutions, en toute impunité, devront savoir qu’ils reflètent l’éducation reçue de leur famille, et que tous les Congolais les regardent tenir ce genre de propos. Le moment venu, ils seront sanctionnés. Car ils ne reflètent en rien les hommes d’Etat.
Tôt ou tard, ils répondront de leurs actes devant les juridictions compétentes, exactement comme cela a été le cas avec les anciens mobutistes après la chute de leur régime.
Certains ont même trahi la mémoire du maréchal en se métamorphosant en kabilistes, aux côtés de Laurent Désiré Kabila d’abord, puis de Joseph Kabila en suite. Ils appliquent aujourd’hui la même tactique que lors de la deuxième République, alors que c’est cette stratégie qui avait conduit Mobutu à la chute d’abord, puis à la mort.
Pour leurs intérêts personnels, ils n’ont pas hésité d’abandonner Sese Seko pour contracter des alliances contre nature avec leurs propres tombeurs. Ce n’est qu’en République Démocratique du Congo qu’on peut trouver cette espèce de « politiques ».
LEFILS MATADY

Elections en RDC : l'UE invite au dialogue pour éviter une "impasse"



Elections en RDC : l'UE invite au dialogue pour éviter une "impasse"

(AFP 23/09/14)



L'Union européenne a invité mardi la République démocratique du Congo à "dialoguer" avec l'opposition pour l'organisation des prochaines élections, afin d'éviter une "impasse" dans ce pays plongé dans une crise politique depuis la présidentielle de 2011.
"Le refus des autorités de se prêter à un réel dialogue, notamment au sujet de la séquence des élections et du changement de mode de scrutin, risque de conduire le processus électoral à une impasse", écrit la Mission de suivi électoral de l'UE dans le résumé du rapport final sur son séjour dans le pays en mai et juin.

La RDC traverse une crise politique depuis les élections présidentielle et législatives de 2011, remportées par le chef de l'Etat sortant Joseph Kabila et ses alliés. L'opposition n'a jamais accepté ces résultats et la communauté internationale a dénoncé de nombreuses irrégularités.
Aucune des autres élections qui devaient avoir lieu depuis lors ne s'est tenue. En vue d'achever le cycle électoral avant la prochaine présidentielle prévue pour 2016, les autorités ont inversé le calendrier en annonçant la tenue de scrutins locaux pour 2015, avant les élections provinciales et les sénatoriales.

L'opposition et de nombreux acteurs de la société civile ont dénoncé ce changement de calendrier et se sont élevés contre le projet de loi de révision constitutionnelle déposé par le gouvernement afin que les députés siégeant dans les assemblées provinciales soient élus désormais au scrutin indirect.
Dimanche, une coalition de députés de l'opposition ont annoncé qu'ils refuseraient de participer aux débats sur ce texte devant être examiné au cours de la session parlementaire en cours, ainsi que sur les différentes lois devant fixer le cadre des prochaines échéances électorales.
Ils soupçonnent que la révision constitutionnelle ne soit le prétexte à un changement de Constitution pour permettre au président Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se maintenir au-delà de 2016.

La mission de l'UE a rappelé que les Vingt-Huit sont prêts à soutenir le processus électoral moyennant "certaines améliorations".
Comme l'ONU, l'UE recommande aux autorités congolaises de publier un "calendrier électoral complet, consensuel et assorti d'un budget détaillé" afin de permettre aux bailleurs de fonds d'aider à l'organisation des élections."