Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 8 octobre 2013

Déclaration politique des partis, groupes parlementaires et députes nationaux ayant dit non aux concertations nationales


Déclaration politique des partis, groupes parlementaires et députes nationaux ayant dit non aux concertations nationales




Nous, dirigeants des partis politiques, Groupe parlementaire et Députés nationaux ayant refusé de participer aux concertations nationales,
•Attachés au respect de la Constitution, aux lois de la République et aux valeurs républicaines,
•Attachés – à la défense de la Démocratie, des Droits humains et des intérêts vitaux de nos compatriotes,
•Préoccupés par l’interminable guerre à l’Est du pays, l’insécurité sur toute l’étendue du territoire national, l’absence de légitimité de certaines institutions de la République et par les souffrances des Congolaises et Congolais; 
Après avoir suivi la clôture des concertations nationales précédée par la lecture du Rapport synthèse reprenant les recommandations issues de ces assises, déclarons ce qui suit : 

1.Les concertations nationales n’ont marqué aucune avancée réelle en rapport avec les défis politiques, économiques, sociaux et les attentes de l’ensemble de la population Congolaise.
2.Les Concertations nationales auront été l’occasion donnée au Président KABILA d’identifier et de constituer sa nouvelle majorité présidentielle préoccupée désormais par la mise en place d’un nouveau Gouvernement en vue de satisfaire les appétits gloutons des impétrants qui ont satisfait avec brio à l’examen d’admission à la nouvelle majorité présidentielle par la voie des dites assises. De ce fait, aucune analyse approfondie sur les causes profondes de la guerre à l’Est du pays incluant les complicités internes n’a été faite. De même, les Concertations n’ont pas permis de mettre en cohérence l’appui de la communauté internationale, les discussions de Kampala et une approche interne crédible pour une sortie définitive de crise sécuritaire à l’Est du pays.
3.La question de la légitimité du pouvoir a été superbement escamotée par la nouvelle majorité présidentielle qui a manqué le courage politique et l’occasion de rencontrer le Président Etienne TSHISEKEDI à cet effet et exiger des élections crédibles et rapides des députés provinciaux en vue d’arrêter la prise en otage du Sénat, des Assemblées provinciales et Gouvernements provinciaux par des autorités illégitimes n’agissant depuis 2012 qu’en leurs propres noms sans devoir de recevabilité.
4.Quant au processus électoral, les recommandations des concertations nationales ont laissé libre court à des prolongations des délais par l’absence d’un agenda précis, d’un chronogramme clair et des objectifs forts qui devraient traduire la volonté de mettre fin à l’incertitude politique et à la crise de légitimité désormais renforcée.
5.Au plan social, les Concertateurs sont restés muets et incapables de proposer des réponses réelles aux préoccupations des Congolais dans le domaine de l’emploi, de la santé publique, de l’enseignement, du niveau minimum des salaires, du pouvoir d’achat ainsi que de la pauvreté qui touche 71% de la population. De ce qui procède, les Partis politiques, Groupes parlementaires et Députés nationaux membres de l’opposition signataires de la présence déclaration. 
1.Rejetons la demande faite par les concertateurs à la CENI de décaler les élections des députés provinciaux dans le seul but de prolonger les mandats des Gouverneures des provinces, des sénateurs, et de faire bénéficier au Président Kabila un nouveau mandat. 
2.Exigeons que soit résolue, par le biais des élections provinciales, sénatoriales et des Gouverneurs à organiser en urgence, la crise de légitimité du pouvoir.
3.Constatons par ailleurs l’absence de cohésion nationale, étant donné que le non règlement politique du contentieux électoral entre le Président Tshisekedi et la nouvelle majorité présidentielle issue des concertations nationales.
4.Exigeons du président Kabila et sa nouvelle majorité de mettre définitivement un terme aux souffrances des Congolais victimes d’une guerre dont les complices internes tardent à être démasqués.
5.Prenons à témoin le peuple Congolais et mettons en garde la nouvelle majorité contre toute tentative de coup d’Etat institutionnelle en vue de remettre en question les acquis Démocratique chèrement obtenus par le peuple Congolais et parfois aux pris du sacrifice suprême.
6.Demandons au peuple Congolais de se mobiliser comme un seul homme en vue de barrer la route à toute forme d’imposture.

 
Fiat à Kinshasa, le 5- 10-2013

AFFAIRE SPOLIATION TERRAIN EX-PLZ: Diongo a battu Kimbuta avec méthode

AFFAIRE SPOLIATION TERRAIN EX-PLZ: Diongo a battu Kimbuta avec méthode






Le député Franck Diongo Shaba, a battu le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango avec méthode et conviction dans l’affaire de spoliation du terrain ex-PLZ de Lingwala. Le député a mis du temps, pour réunir tous les éléments et documentation –preuves- qu’il faut pour démontrer à Kimbuta, que le terrain ex-PLZ, qu’il avait vendu à un sujet chinois pour des intérêts purement privés, est un domaine public de l’Etat ;



par conséquence, il ne peut ni être vendu ni être aliéné ni être imprescriptible encore moins insaisissable. Car, il sert d’utilités publiques, faisant parti du patrimoine public de l’Etat.

C’est ce que Diongo a démontré également au ministre des Affaires foncières, Robert Mbuinga, qu’il a cru, lorsque ce dernier lui a accordé une audience la semaine dernière dans son cabinet. Avec le soutien et accompagnement total des natifs et habitants de la commune de Lingwala –une dynamique- très déterminante à barrer l’action spoliatrice du Gouv de Kinshasa, Diongo a fini par l’emporter en obtenant de la part du ministre Mbuinga, la restitution du terrain à la population de l’ex Saint-Jean. Le samedi 05 octobre, le ministre Robert Mbuinga, accompagné de son collègue des Travaux Publics, Urbanisme, Habitat et Aménagement du Territoire, Fridolin Kasheshi ; de Kimbembe Mazunga, conseiller principal du chef de l’Etat chargé des infrastructures ; du number one de cinq chantiers, Moïse Ekanga et du ministre provincial du Plan, ont effectué une descente au terrain pour ordonner la démolition des constructions y érigées anarchiquement. Une victoire méritée de Franck Diongo face au gouverneur Kimbuta –submergé par des sales dossiers- que le président de la République, Joseph Kabila éloigne de plus en plus de son cercle politique.

Diongo le redoutable rival de Kimbuta à la prochaine course au gouvernorat 

Cette première victoire de Diongo au frontal face à Kimbuta a été portée et saluée avec allégresse par la population, qui n’a pas arrêté ce jour-là d’ovationner le député le mieux élu de la circonscription électorale de Lukunga. La voie de la raison a fini par prendre le dessus sur celle de la mafia, scandaient quelques habitants venues assister à la démolition des quelques constructions déjà érigées. Lors de l’audience que Mbuinga a accordée à Diongo, il avait déjà annoncé que sur cette affaire, il n’appliquera, la loi rien que la loi. Ce que Mbuinga a fait. En effet, le gouverneur de la ville de Kinshasa n’a pas le pouvoir même pas la compétence de vendre ou de distribuer des terres, contrairement aux gouverneurs des autres provinces. 
Ce que Kimbuta a fait n’est que de l’anarchie (Art. 183 code foncier). Par ailleurs, Robert Mbuinga s’adressant à la population, a rappelé : «je suis venu au nom de l’Etat congolais avec toute ma délégation officielle, vous restituer votre terrain, qui est un domaine public et ne peut être ni vendu ni loti». Et de poursuivre : «je fais appliquer la loi, tel que je l’avais promis lors de l’audience avec l’honorable Franck Diongo». Alors que Mbuinga s’adressait à la population très attentive aux déclarations du ministre des affaires foncières, un groupe informel de trois députés MLC notamment Roger Nsingi –président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa et ses deux collègues William Canon et Jolino Makelele, étaient-là à chercher comment couvrir les actes anti-patries d’André Kimbuta Yango. Ces trois élus MLC ont subi la colère de la population, qui les a conspués. Ceux qui veulent prouver que Kimbuta a le pouvoir soit de distribution ou d’affectation des terres ont tort. Ils ont tort parce qu’en cette matière, c’est le ministre national seul qui a compétence. D’ailleurs, même si le ministre national des affaires foncières a ce pouvoir, il ne peut pas agir tant que le délai de six mois des procédures accordé en matière de désaffection n’est pas épuisé. «Il fallait cette implication de l’honorable Franck Diongo, pour que notre terrain nous soit restitué», a déclaré un homme d’une quarantaine d’années. Les actions de Diongo en faveur de la population de Kinshasa aujourd’hui placent le député à la dimension du véritable challenger de Kimbuta à la prochaine course au gouvernorat de la capitale. Diongo a les chances de l’emporter, si pas battre un homme qui traîne derrière lui et dans ses tiroirs trop de casseroles et de sales dossiers.

SAMUEL MBUTA