Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 21 septembre 2012

Le député Eugène Diomi toujours à l’ANR / TEMPETE DES TROPIQUES 21/09/12









Le président de la Démocratie Chrétienne (DC) et député national élu à la circonscription électorale de la Funa, Eugène Diomi Ndongala, vient de totaliser 80 jours de détention dans un lieu tenu secret par les autorités congolaises. C’est pourquoi les organisations congolaises de la Société civile de défense et de promotion des Droits de l’homme de la République Démocratique du Congo réclament sa libération immédiate.

Au cours d’un point de presse tenu hier jeudi 20 septembre, les représentants des Ongdh congolaises ont fait le point sur cette affaire en affirmant haut et fort que le député Diomi est détenu au secret par l’Agence Nationale de Renseignements (ANR).

En effet, depuis la disparition de Diomi Ndongala, plusieurs versions sur les circonstances réelles de cette situation circulent. Mais d’après les investigations menées par les Ongdh, il appert que Diomi Ndongala a été enlevé puis amené sous haute surveillance par les services spéciaux de la RDC auprès d’un proche du chef de l’Etat dans la nuit du 27 au 28 juillet 2012. Après cette étape, le président de la DC a subi des interrogatoires serrés de la part de deux agents du service du Comité de sécurité de l’Etat (CSE), ex-conseil national de sécurité (CNS) dont les bureaux sont situés dans la commune de Ngaliema, précise les Ongdh.

Après cet interrogatoire, le dossier Diomi a été transmis à un chargé des Opérations sur terrain de l’ANR. Ce dernier a, à son tour, sur demande de sa hiérarchie a confié le dossier à un inspecteur de l’ANR 3ème Direction, dont les bureaux sont situés en face de la Primature, dans la commune de la Gombe. D’après les Ongdh, jusqu’à ce jour, le député Diomi se trouve gardé dans les locaux de l’ANR, en face des bureaux du Premier Ministre.

Le collectif des Ongdh déplore le fait que le dossier de Diomi Ndongala soit instruit au niveau du Parquet général de la République, alors que le présidente DC est toujours détenu au secret par les services de sécurité, en violation de la loi fondamentale du pays.
Face à cette situation, le collectif des Ongdh affirme mains sur le coeur que Diomi est toujours détenu à l’Anr et exige sa libération immédiate et sans condition ou son transfèrement devant l’autorité judiciaire compétente au cas où des faits infractionnels seraient retenus contre le président de la Démocratie Chrétienne.

Les Ongdh exigent également l’ouverture d’une enquête indépendante pour déterminer les circonstances réelles de l’enlèvement et détention illégale de l’honorable Diomi.
L’Association congolaise pour l’Accès à la Justice (Acaj), Action contre l’imputé pour les droits humains (ACIDH), Avocats sans Frontières/RDC, Œuvre sociale pour le développement (OSD), Ligue des Electeurs (LE), Observatoire congolais pour les droits de l’Homme (OCDH), Toges Noires, Amis de Nelson Mandela pour les droits de l’homme (ANMDH), Synergie Congo culture pour le développement (Sccd), Comité droits de l’homme Maintenant et le comité droits des observateurs des droits de l’homme sont parmi les Ongdh la sincérité du gouvernement congolais sur ce dossier et exigent la libération sans condition de l’honorable Diomi Ndongala.

GODE KALONJI