Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 25 mai 2012

Ces "voleurs de la République" qui nous gouvernent


Ces "voleurs de la République" qui nous gouvernent
 
 
                                     Augustin Matata Ponyo. Photo tirée de GLM 

Stupeur! Pendant qu’une pseudo «rébellion congolaise» dénommée «M23» vient d’être lancée…à Kigali par le satrape rwandais Paul Kagame, le tout nouveau Premier sinistre congolais, pardon, Premier ministre Augustin Matata Ponyo, parade dans la capitale. Vendredi 11 mai, l’ex-DG de la Bceco est allé vadrouiller sur le boulevard Lumumba. But : inspecter l’évolution des travaux de 
«modernisation» d’un tronçon long de 15 kilomètres sur cette grande artère qui relie la commune de Limete à l’aéroport de Ndjili via les communes de Ndjili et Masina. A en croire la presse kinoise, le successeur du «Ngwashi» Adolphe Muzito «s’est dit satisfait de la bonne exécution conformément aux normes, des travaux de réhabilitation et de modernisation». Promu «Premier» d’entre les ministres le 18 avril dernier, «Ndugu» Matata avait promis de conformer ses actions à la «vision» du président de la République très très démocratique du Congo, alias le «tricheur de la République», alias "le garant de l’indépendance nationale et de la souveraineté nationale". Dans sa "récitation" - ou allocution d’investiture - débitée le 20 décembre dernier au lendemain de son hold-up électoral, le «raïs mal réélu» déclamait : «Nous allons (…) poursuivre et accélérer la reconstruction du pays à travers le programme des cinq chantiers avec, comme priorité reconfirmée, la construction des infrastructures de communication.» Le 
«tricheur de la République» ajoutait : «Sans infrastructures efficaces, la lutte contre la pauvreté est vouée à l’échec». Quel affabulateur!

Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Lez-Immondices, le nouveau «Premier» se trompe des priorités. «Pourquoi donc, s’est-il demandé, au moment où les Congolais font face à une situation insurrectionnelle à l’Est, au chômage, à la pénurie d’eau et d’électricité et à la mauvaise qualité des soins de santé et de l’enseignement, le chef du gouvernement privilégie-t-il l’inspection des travaux de réfection des routes alors que le gouvernement compte en son sein un ministre chargé des Infrastructures qui peut confier cette tâche subalterne aux experts de l’Office des routes, un organisme public relevant de sa tutelle ?». «Pourquoi donc le chef du gouvernement veut s’occuper des activités subalternes au lieu de s’attaquer aux vrais problèmes notamment le bien-être des gens ainsi que l’urgence de redonner à la justice congolaise toute son indépendance en la mettant à l’abri des ingérences politiques ?» «Pourquoi … ». Apparemment excédé, mon ami n’a pas trouvé des mots assez durs pour poursuivre son anaphore.

Réputé pour son esprit soupçonneux, mon ami de flairer dans le comportement de Matata une seule motivation : une affaire de «gros sous». Selon lui, au lendemain du lancement des travaux, le 30 juillet 2009, le coût initial était estimé à 53 millions USD. Durée d’exécution : dix mois. L’inauguration devait avoir lieu au mois de mai 2010. «Comment peut-on expliquer que la modernisation d’un tronçon long d’une vingtaine de kilomètres puisse durer une éternité alors que les fonds ont été décaissés?», s’est-il interrogé. Pour mon ami, il y a eu «surévaluation» du coût. Il explicite sa pensée : «Un kilomètre de route goudronnée revient universellement à 400.000 dollars USD. Un rapide calcul mental donne : 400.000 USD x 15 kilomètres donne un total de 6 millions USD. Arrondissons même à 10 millions. Comment expliquer un tel écart ?». A en croire mon ami, un nouveau montant évalué à 158 millions USD a été décaissé l’année dernière en plus de la somme précitée. Clôturant sa «visite d’inspection» le vendredi 11 mai, Matata a confié que «les fonds seront rendus disponibles au fur et à mesure pour booster ce travail». Au secours, la gestion-pirate continue! Après "Ngwashi Adolphe" pourrait être pire qu’avant Ngwashi Adolphe. 

Mon ami de se rappeler que depuis le mois de mai 2009, le Compte du trésor est actionné par le "raïs" et non par le Premier ministre censé rendre compte aux "honorables" de la Chambre très basse, pardon, l’Assemblée nationale. Politiquement irresponsable, le "raïs" ne rend compte à personne. D’ailleurs, les facteurs des travaux sont payées à la Présidence. L’ami de conclure: «Décidément, la République très très démocratique du Congo est dirigée par des voleurs avec à leur tête le «raïs», alias le tricheur de la République».


Issa Djema 
© Congoindépendant 2003-2012

Chers Honorables, destituez Kanambe Hyppolite!


Chers Honorables, destituez Kanambe Hyppolite!
 
 
Le Palais du peuple, siège du Parlement congolais


Merci de me recevoir chez vous pour la première fois depuis votre élection ou nomination au Parlement dont vous savez très bien ne pas être réelle selon la volonté du peuple. En siégeant dans ce Parlement, vous avez enteriné l’opération FAUX ET USAGE DE FAUX qui fait du Congo de nos ancêtres la risée du monde. Acceptons que, pour des raisons de famine, vous ayiez accepté l’inacceptable en vous prostituant dans ce régime que vous avez contribué à asseoir, on pourra vous pardonner si vous aviez un Plan B. Un plan comme celui des Baluba qui dit : "Tshishi tshi diadia lukunda ntshidi munda mwa lukunda( l’insecte qui ronge le haricot le fait de l’interieur pendant qu’apparemment le grain de haricot semble sain).

Maintenant que vous êtes a l’intérieur du haricot, comment vous racheter vis-a-vis du peuple congolais? Tout a été mis en échec. Les elections democratiques dans lesquelles le peuple s’était investi se sont terminées en eau de boudin. Vous le saviez et c’est la raison pour laquelle vous vous êtes dit autant en profiter avant que tout soit emporté a Kigali. Soit. Mais quel sentiment vous anime devant les pleurs des Congolais, les massacres et les viols à l’Est et le déplacement des personnes de leurs terres quand on sait que ce sont-là des raisons pour lesquelles vous êtes assis dans ce Parlement pour défendre l’auteur de tout cela avec ses alliés? Vous êtes devenus les alliés de ceux qui déciment vos électeurs et détruisent votre pays, quelle est l’état de votre conscience quand vous vous regardez dans le mirroir en vous rasant le matin? Oui, je sais que vous vous admirez d’avoir réussi votre "coop". En sortant de la maison, une belle Jeep vous attend au garage. Vous la regardez en souriant et demandez au chauffeur de se mettre au volant tandis que vous vous engoufrez sur le siège arrière avec tous les journaux de la mouvance qui vantent vos prouesses de parlementaires.

Et sur la route, les Congolais dont le visage émacié, qui ne se souviennent pas de la dernière fois qu’ils ont mangé à leur faim vous admirent et vous saluent en se disant que leur solution viendrait de là ou vous vous dirigez, le Palais de la Nation. Erreur! Ces gens ne representent rien sur la liste de vos soucis. Vous avez une belle voiture, il faudra la deuxième pour la maman et la troisième pour la sortie et la quatrième pour la énième bureau, regarnir votre garde-robe et rêver d’une mission parlementaire en Italie pour ramener des belles chaussures. Les électeurs, vous vous foutez d’eux comme de vos anciennes chaussettes. D’ailleurs les connaissez-vous? Pas du tout. Votre électeur réel a été Ngoy Mulunda avec ses listes Boshab/Katumba Mwanke. C’est pour cela que vous chahutez à chaque fois qu’une motion de l’opposition est lue. Qu’est-ce qu’ils ont a foutre ces faux opposants? Nous, on veut bouffer et ils veulent remettre en cause l’ordre déjà etabli, Godfordoma!

Chers Honorables, il n’est jamais tard pour bien faire. Le Congo est en train de nous être arraché avec votre concours. Non. Arrêtez-vous et ressaisissez-vous. Lisez sur tout ce qui se passe à l’Est. Prenez courage et DESTITUEZ KANAMBE HYPPOLITE et faites-le traduire en justice pour imposture, crimes de guerre et economiques et tout le reste. Donnez aux officiers militaires congolais le pouvoir de reprendre le commandement et de mettre hors de fonctions tous les élements etrangers. Et quand vous aurez fait cela, le peuple vous pardonnera et vous reconnaîtra comme de vrais patriotes congolais.

Mais si vous ne le faîtes pas, et que d’autres Congolais le font à votre place, je ne serai pas de ceux qui peuvent vous assister. La seule façon de vous assister, c’est ce message que je vous adresse et dont j’assume la pleine responsabilité. Il n’est ni la réaction aux ecrits d’autres Congolais ou dicté par un ami.

A bon entendeur, salut

Kalombo Kabengu 
© Congoindépendant 2003-2012