Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 8 août 2014

Un manifestant congolais tabassé par des gardes du corps de Joseph Kabila









Un manifestant congolais tabassé par des gardes du corps de Joseph Kabila

En marge du sommet Afrique-États-Unis qui s’est clôturé mercredi à Washington, un vidéaste amateur a été témoin d’une bastonnade : des gardes du corps de Joseph Kabila, ont roué de coups un manifestant venu manifester contre le président de la RD-Congo.
La scène se déroule près de l’hôtel Capella où la délégation congolaise résidait le temps du forum Afrique-États-Unis entre le 4 et le 6 août. Au début de la vidéo de 3 minutes 30, un homme en treillis militaire étendu sur le sol prend un coup de pied d’un garde du corps de la présidence. Après plusieurs secondes à terre, l’homme tente tant bien que mal de se relever et de quitter les lieux, mais il est retenu par des policiers américains venus sécuriser la zone. Des traces de sang sont visibles sur le sol.



Le manifestant tabassé est membre des "combattants", des opposants congolais à Joseph Kabila en exil et qui organisent fréquemment des manifestations lors des visites internationales du président congolais. Ils avaient notamment manifesté le 21 mai dernier à Paris en marge de la visite de Joseph Kabila en France.

"C’est très choquant de voir des manifestants dans leur droit de s’exprimer librement se faire tabasser ainsi sur le sol américain"
Noah Landay habite à côté de l’hôtel Capella. Il a filmé la scène alors qu’il rentrait chez lui mercredi soir. Il raconte le début, la partie qu’il n’a pas pu filmer.

Un barrage de policier bloquait la route pour permettre à la délégation congolaise d’accéder à l’hôtel. La voiture du président congolais s’est arrêtée dans une allée, puis il est sorti du véhicule pour rentrer dans l’hôtel. Des gardes du corps l’ont accompagné et une poignée est restée en dehors de l’hôtel.

Il y avait trois manifestants le long des barrières avec des pancartes qui chantaient des slogans. Les gardes du corps ont commencé à leur hurler dessus et les manifestants également. Sans crier gare, les gardes du corps ont couru vers eux et ont voulu leur confisquer leurs pancartes. L’un d’eux a balancé un coup de poing à l’homme en treillis qui est tombé à la renverse, puis les gardes se sont rués sur lui pour lui donner des coups de pied sur le corps et à la tête. Il a fallu l’intervention de membres des services secrets américains pour repousser les gardes du corps.
 
"Le manifestant avait plusieurs dents cassées"

J’ai pris mon téléphone à partir de ce moment là pour essayer de filmer le visage des gardes du corps et dénoncer cet abus. A ce moment, l’un d’eux est venu remettre un coup de pied à l’homme à terre en contournant les policiers. Puis il est parti se réfugier dans l’hôtel.

Mon voisin, qui est étudiant en médecine, est allé porter secours à l’homme qui avait plusieurs dents cassées. Pour moi, en tant qu’Américain, c’est très choquant de voir des manifestants dans leur droit de s’exprimer librement se faire tabasser ainsi sur le sol américain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire