Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

jeudi 14 mai 2015

Putsch au Burundi, Moni Della convie Kabila à tirer les leçons

















Le putsch contre Pierre Nkurunziza au Burundi, lève d’ores et déjà des voix. La sphère politique Rd-Congolaise n’est pas en reste par rap¬port à cette actualité. L’intraitable Moise Moni Della Idi, très farouche contre un troisième mandat de Joseph Kabila ne s’est pas empêché d’inviter Kabila à écouter son peuple à travers le respect de la Constitu¬tion qui ne l’autorise pas à briguer un troisième mandat.
Il est allé loin jusqu’à suppli¬er Joseph Kabila de tirer les leçons de la situation Burun¬daise pour une sortie apaisée au terme de son mandat qui prendrait fin en 2016. Selon Della, c’est le seul héritage que léguera Kabila aux Rd- Congolais pour qu’à la fin de son mandat, le pays marche normalement. Moni Della dit à qui veut l’entendre que Kabila a donc l’obligation d’écouter ses sages Conseils pour avoir une fin heureuse à la tête du pays. «Point be¬soin de sabrer champagne. Que Kabila écoute la voix de la raison pour éviter de plonger le pays dans le cha¬os. Son entêtement de vou¬loir se maintenir au pouvoir entraînera des conséquenc¬es pires plus que même les dernières manifs du 19 au 25 janvier. Que Kabila cesse avec des dilatoires. La com¬munauté internationale est ferme sur ses engagements donc le respect des consti¬tutions. Kabila est dans l’impératif de le faire. A dé¬faut, le peuple se prendra en charge pour sauver le pays de l’imposture», a lâché Della, d’un ton très ferme. Et de poursuivre: «L’autre fois c’était, le Sénegal, le Burkina-Faso, aujourd’hui, c’est le Burundi. Et demain ça sera Qui?, s’interroge Della. Poursuivant son com¬mentaire, il a soutenu que lui et son RDC-KN saluent le courage du peuple Burun¬dais qui s’est levé comme un seul homme pour com¬battre la dictature. A Kabila d’en tirer toutes les leçons. Car, a-t-il argumenté, les Rd-Congolais, à l’image des peuples Burkinabés et Bu¬rundais, gardent les yeux rivés sur ces dirigeants si ces derniers tentaient à un passage en force pour main¬tenir Kabila au pouvoir. Ce qui reste à Kabila, c’est de se prononcer à travers un discours devant l’opinion nationale te internationale qu’il ne va pas briguer un mandat supplémentaire. Cela va de préserver la paix sociale, conclut l’ancien Vice ministre des médias, Moise Moni Della.

XAVIEZ PEREZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire