Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 16 août 2011

L'UDPS dénonce un fichier électoral obscur concocté par la CENI


congonews.jpg

Trop c'est trop ! C'est en ces termes que l'UDPS par la bouche de son Secrétaire général maître Jacquemain Shabani Lukoo, a réagi face au coup fourré de la CENI en rapport avec la transparence du fichier électoral. Au cours d'un point de presse. tenu au siège du parti d'Etienne Tshisekedi, Me Jacquemain Shabani s'est dit étonné par la précipitation avec laquelle le Bureau de la CENI a déposé les annexes à la loi électorale sans au préalable rencontrer les « préalables » de l'Opposition.

Pour l'UDPS qui tient à ce que le processus électoral soit le plus transparent et le plus apaisé possible, la démarche de Ngoy Mulunda, Président de la CENI est tout simplement partisane au profit du pouvoir en place. En effet, l'opposition, l'UDPS en tête, avait déposé un mémo au Bureau de la CENI le 04 juillet pour dénoncer les irrégularités flagrantes constatées lors des opérations d'identification et d'enrôlement des électeurs. A ce mémo, la CENI au lieu d'argumenter contre les griefs de l'Opposition opposa un refus catégorique. Ce qui a eu le mérite de crisper davantage l'atmosphère politique. Pour l'UDPS, c'est clair, tant que le nettoyage du fichier n'aura pas lieu en présence des experts mandatés par l'opposition. D'ailleurs la disparition des millions d'électeurs du fichier électoral et le fait que de nombreux CD soient vides, vient de mettre de l'eau au moulin des opposants et par la même occasion jeter un discrédit sur la CENI dont la neutralité devient de plus en plus sujette à caution. Pour ce faire l'UDPS exige un audit du serveur Central.

Pour ce parti c'est cette opération qui permettra de démêler le vrai du faux. A part la question de l'obscurité du fichier électoral, Me Shabani a abordé aussi la question de l'accès aux codes sources déterminant pour la compréhension des mécanismes de compilation. Sur cette question aussi, une fin de non recevoir a été réservée à l'UDPS. L'UDPS a par ailleurs condamné les satisfécits décernés par une certaine communauté internationale à la CENI. Pour le parti cher à Etienne Tshisekedi cette prise de position ne va pas dans le sens d'un scrutin apaisé au 28 novembre. Me Jacquemain Shabani a clos son point de presse par la question des droits de l'homme. Il a déploré le meurtre de Serge Lukusa, un militant de son parti, tué alors qu'il exerçait son droit civique en allant déposer le mémorandum de l'UDPS à la CENI. Plusieurs militants de l'UDPS demeurent incarcérés et font l'objet des brimades de la part de la police, s'est indigné Me Jacquemain Shabani. Il a aussi condamné l'instrumentalisation des jeunes sportifs par le pouvoir en place connu sous le nom de « Pomba ». Ces jeunes drogués et munis d'armes blanches s'attaquent systématiquement aux sympathisants de l'UDPS. Avec ce comportement, le pouvoir bien qu'ayant signé le code de bonne conduite montre, qu'il n'est pas prêt à s'y conformer. (Lire ci-dessous le discours de SG de l'UDPS)

JOHN TSHINGOMBE

POINT DE PRESSE DU SECRETAIRE GENERAL DE L'UDPS DU 13 AOUT 2011

Mesdames et Messieurs de la presse ;

Nous vous souhaitons la bienvenue à ce point de presse ;

Notre communication de ce jour portera sur 3 points :

1. La problématique de la transparence du processus électoral en cours ;

2. L'étonnant satisfecit décerné par certaines chancelleries à la CENI à l'issue de l'étape d'identification et d'enrôlement des électeurs, et

3. Les violations flagrantes et répétées des droits humains dont, sont victimes les membres de I'UDPS de la part du régime de Mr Kabila.

1. LA PROBLEMATIQUE DE LA TRANSPARENCE DU PROCESSUS ELECTORAL EN COURS.

Mesdames et Messieurs

Vous vous souvenez que le 04 juillet 2011 l'UDPS a adressé un mémo au bureau de la CENI pour dénoncer les irrégularités flagrantes qui ont entachés les opérations d'identification et d'inscription des électeurs et a exigé que des corrections pertinentes y soient apportées. Cette démarche citoyenne, motivée par la volonté ferme de l'UDPS d'aboutir à des élections libres démocratiques et transparentes dans un climat apaisé a reçu de la part de la CENI un refus catégorique et de la part du pouvoir en place une répression sanglante qui s'est soldée par la mort du combattant de l'UDPS, le regretté Serge LUKUSA DIMOKA et des violations de droits humains dont sont victimes jusqu'à ce jour plusieurs membres du Parti.

Le fichier électoral ainsi obtenu, ponctué des irrégularités dénoncés n'est pas fiable tant que les correctifs nécessaire notamment son nettoyage ne sont pas apportés en toute transparence en présence des experts mandatés par l'opposition.

La précipitation avec laquelle le bureau de la CENI a transmis au parlement les données d'enrôlement non traitées et consolidées à cause d'une course effrénée contre la montre engagée par la CENI au regard des échéances constitutionnelles.

Le refus catégorique de la CENI d'accéder aux revendications légitimes de l'UDPS

et d'autres partis politiques de l'opposition est révélateur de la volonté de la CENI de recourir à la fraude électorale au profit du camp Kabila actuellement au pouvoir.

Ainsi, il ressort de ce qui précède que le fichier électoral constitué par la CENI n'est pas fiable et perd donc toute crédibilité.

Il doit être procédé, toutes affaires cessantes, à l'audit du serveur central qui permettra le nettoyage du fichier électoral ainsi qu'à l'accès au code source applicatif pour la compilation des données.

La répartition des sièges par circonscription électorale ne peut s'effectuer avant d'avoir épuisé la question de l'identification et du dénombrement du corps électoral.

2. L'étonnant satisfecit décerné par certaines chancelleries à la CENI à l'issue de l'étape d'identification et d'enrôlement des électeurs.
Au vu de ce qui précède l'UDPS ne cesse de s'étonner du satisfecit que certaines chancelleries décernes malgré les irrégularité flagrantes dénoncées par l'UDPS et l'opposition politique dans son ensemble ainsi que les organisations de la société civile spécialisées dans les questions électorales.

Il n'est pas acceptable que certaines représentations diplomatiques en RD-Congo traitent avec légèreté les questions liées aux préparatifs des élections, attitude qui va à l'encontre des élections apaisées.

3. Les violations flagrantes et répétées des droits humains dont, sont victimes les membres de l'UDPS de la part du régime de Mr. Kabila.
Mesdames et Messieurs, Depuis le 04 juillet 2011, date à laquelle l'UDPS a entamé son action d'encadrement responsable du processus électoral, par le dépôt du mémorandum à la CENI, les membres de notre parti sont l'objet des brimades de la part du régime en place. Ce dernier agi en recourant tantôt à des forces combattantes habillées en tenue de la police sous prétexte du maintien de l'ordre public, tantôt à des milices en civil (Pomba drogués) munis d'armes blanches.

Nous avons subis ces agissements au cours des différents sit-in devant l'immeuble de la CENI ainsi que le jour de l'enterrement de Serge Lukusa.

Ce scénario macabre vient encore de se répéter ce mardi 09 août après le triomphal accueil et meeting du président Etienne Tshisekedi au stade des Martyrs de la Pentecôtes. Piquées par on ne sait quelle mouche les mêmes hordes barbares du PPRD qui rentraient pourtant paisiblement : jets de pierre, coups de machettes et de nouveaux enlèvements et arrestations par la police.

Ce comportement n'a rien avoir avec le code de bonne conduite que la CENI prône. La violence vient toujours du camp de Kabila ; tout le monde le constate.

Prenant l'opinion à témoin, l'UDPS rappelle le régime en place à l'ordre.

Ainsi, l'UDPS exige de Mr. Kabila la libération immédiate de tous les membres de l'UDPS injustement arrêtés.

Je vous remercie
http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view...

Sacrebopol, Le Jalon Congolais

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire