Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

lundi 16 janvier 2012

RENCONTRE NV-A - CONGOLAIS

En date du 13 janvier 2012 à 14h00 quelques membres et organisations de la diaspora congolaise ont été reçues au Sénat par une équipe de la NV-A, constituée du sénateur Karl Vanlouwe (Pdt de la commission des affaires étarngères et de la défense, entouré de son assistant Maxime Van den Bossche ainsi que le président de la section NV-V Bruxelles, Lieven De Rouck.

La délégation congolaise était constituée entre autres des organisations suivantes : Congo Lobbying, Cellule de réflexion, Action Chrétienne pour l'encadrement de la jeunesse africaine, Haut Conseil de la Résistance Congolaise, Bana Congo, l'Observatoire etc.

Les échanges ont porté sur le climat qui prévaut au sein de la communauté congolaise de Belgique et la crise électorale congolaise ainsi que le rapprochement des communautés congolaise et flamande et en particulier d'avec la NV-A.

Cette première rencontre n'est qu'une prise de contact et avait pour but de jeter les bases d'un cadre de concertation élargie.

Il ressort de ces echanges les constats suivants:

Le parti NV-A a remporté les dernières élections belges. Cependant, par le jeu des accords politiques, ce parti et son président sont contraints à l'opposition;
L'Udps a gagné les élections en RDC et Mr Etienne Tshisekedi a gagné les élections alors qu'on essaie encore d'imposer au peuple congolais Mr Joseph Kabila qui a perdu les élections;
La NV-A milite pour sa souveraineté tout comme le peuple congolais.
Alors que la NV-A parle de nationalisme le peuple congolais parle de patriotisme.
Alors que la NV-A plaide pour la rigueur dans la gestion des deniers publics le peuple congolais dénonce la corruption et la débâcle institutionnalisée au Congo.


Cet exercice a amené les uns et les autres à se rendre compte que nous avons en commun certaines revendications majeures qui vont dans le sens du développement et de la promotion du bien-être humain.

Du côté congolais les revendications suivantes ont été formulées:

aider au recomptage des voix des scrutins du 28 novembre 2011 pour le triomphe de la VERITE des URNES;
dénoncer fermement la lettre de félicitation adressée le 03/01/2012 par le 1er Ministre Belge Elio Di Rupo à Mr Kabila;
reconnaître ouvertement qu'Etienne Tshisekedi est le président élu par les congolais comme Nicolas Sarkozy l'avait fait pour Alassane Ouatara;
instaurer un partenariat éthique et équitable entre la flandre et la RDC, les entreprises flamandes et la RDC en créant des emplois pour les populations locales à l'inverse des one shot (contrat chinois et autres...);
dénoncer les violences et bavures policières commises lors des manifestations congolaises et le cas échéant, poursuivre les auteurs car la communauté congolaise est décidée d'aller jusqu'au bout. S'il le faut, les instances judiciaires européennes en seront saisies;
aider à obtenir la levée de l'interdiction des manifestations publiques à Bruxelles;
récupérer par toute voie possible des 16,5 millions d'euro de contribution du gouvernement belge au processus électoral;
bref être le porte-parole des revendications de la population et la diaspora congolaise au sein des institutions belges;


En retour la NV-A a promis de s'investir dans les différentes revendications qui ont été formulées car aussi bien au Sénat qu'à la chambre les élus NV-A n'ont pas épargné le ministre des affaires étrangères Didier Reynders et le 1er Ministre Elio Di Rupo. En effet, le chef de gouvernement belge ainsi que son ministre ont été la cible de critiques acerbes de la part de la NV-A qui a dénoncé l'hypocrisie belge et a invité le gouvernement belge à donner un signal très clair contre la fraude, la tricherie et pour la démocratie. La NV-A estime en effet qu'on ne peut créer la stabilité que par la promotion de la démocratie. Dans cette démarche, il n'y a pas de place pour la tricherie et la fraude. Une vraie politique de tolérance zéro. 

En revanche, la NV-A a invité la communauté congolaise à faire montre de civisme et à s'abstenir de tout acte de violence lors des manifestations. Les actes de violence discréditent notre combat légitime et les empêchent de se joindre à nos marches.

En réponse à cette invitation, votre serviteur, Laurent Mutambayi, a déploré et regreté tous les actes de violence commis ça et là. Il a par ailleurs fait observer que ces actes de violence n'étaient pas une fin en soi. Face à l'indifférence, à la surdité voulue, des autorités et de l'opinion publique belge, le désespoir a poussé la communauté congolaise vers ces actes désespérés, ces actes de violence. A présent que le but est atteint, pour preuve la concertation entre la NV-A et quelques organisations congolaises, il n'y a plus de place pour cette violence.

Votre serviteur a encore attiré l'attention des élus de la NV-A sur la responsabilité de la police bruxelloise dans ces actes de violence.
En effet, certains policiers ont poussé certains manifestants à la violence et au vandalisme pour après coup justifier leur intervention musclée et disproportionnée. La police déployait un dispositif impressionnant au point qu'on se croirait en état de guerre. Tout cela a créé un climant propice à l'expression de la violence qu'on reproche aujourd'hui à la communauté congolaise. Les marches à Anvers le 23 décembre 2011 et à Leuven le 07 janvier 2012 livrent une réalité qui contredit le discours tenu à Bruxelles. Les policiers d'Anvers et de Leuven étaient venus accompagner les marchands tandis que ceux de Bruxelles venaient les réprimer. Ne relever que la seule responsabilité de la communauté congolaise n'est pas très honnête. Il convient que chacun assume sa part de responsabilité.

En outre, votre serviteur s'est particulièrement appesanti sur les points 1,3,5,6,7 et 8.
S'agissant du point 7 relatif à l'enveloppe de 16,5 millions d'euro remis à la CENI dans le cadre du processus électoral, il convient de préciser que cette contribution était assortie d'une conditionnalité à savoir des élections libres, transparentes et démocratiques. La réalité sur terrain ayant démontré le manque de liberté, transparence et de démocratie dans ce processus électoral il importe de revendiquer la restitution de cette somme, éventuellement dans le cadre d'une action en rescision. La mise en oeuvre d'une telle possibilité reste à examiner.

Cette contribution financière de la Belgique devrait intervenir en deux tranches notamment de 16,5 millions qui est déjà libérée et de +/- 3 millions d'euro dont la libération devrait intervenir incessamment sous peu.

Votre serviteur a également plaidé pour le gel de la seconde tranche au regard de tout ce qui précède.


Certaines organisations congolaises porteuses d'un mémorandum ou autre support écrit relatif à la victoire du Président Etienne Tshisekedi en ont profité pour les remettre aux interlocuteurs de la NV-A.

Une autre rencontre sera agendée dans les semaines à venir.

Patriotiquement,

Votre serviteur
Laurent Mutambayi
Pour l'Observatoire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire