Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 28 décembre 2012

Kinshasa, d’où viennent ces tueurs en tenue « hybride » ?


Kinshasa, d’où viennent ces tueurs en tenue « hybride » ?




Le gouvernement appelé à mettre un terme aux ordres de mission accordés à des agents armés en tenue civile.



En effet, depuis plus d’une décennie, l’industrie du crime en RDC s’est enrichie d’impressionnantes quantités d’armes de guerre de provenances diverses.

Point n’est besoin de rappeler ici qu’un certain nombre de ces armes a servi ou sert encore à renforcer les mouvements insurrectionnels, des groupes isolés de voleurs à main armée ou de tueurs individuels engagés avec pour mission de régler des comptes à des tiers !

A un moment donné, des efforts sporadiques avaient été faits dans le but de réduire au minimum le nombre d’armes de guerre détenues illégalement par le public. C’est ainsi que des opérations d’échange d’armes contre de l’argent comptant furent menées tambour battant dans la capitale (1 arme de guerre contre 100 dollars américains) et à travers les provinces (1 arme de guerre contre 50 dollars américains) !

Mais d’après des sources concordantes, aucune statistique sur le nombre d’armes et de munitions récupérées grâce aux dites opérations n’est disponible jusqu’à ce jour. Selon les mêmes sources, aucune indiction n’a été donnée non plus sur la destination finale des armes et munitions de guerre ainsi récupérées !


Une question au gouvernement


Comme on peut le constater, le mystère sur la provenance d’armes et de munitions de guerre détenues illégalement en RDC reste entier en l’absence d’une enquête indépendante susceptible d’éclairer l’opinion sur cette question d’intérêt national et international.

Mais quelle est la provenance de ces hommes puissamment armés qui tuent facilement aussi bien à Kinshasa qu’à l’intérieur du pays et dont la tenue moitié militaire, moitié policière ou totalement civile déroute si souvent les enquêteurs d’élite ont dispose le pays ?

La dernière victime en date de ces tueurs en tenue hydride se trouve être un Général formateur d’élites militaires congolaises !
Il s’agit bien du Général Bikweto Ntuyenabo. Commandant du prestigieux centre d’instruction de Kotakoli (Equateur) il a été assassiné par balles lundi dernier entre 22 heures et 23 heures par des inconnus en tenue civile curieusement doublée de pardessus militaires et de la police nationale !
Depuis un certain temps les autorités du pays ne cessent de proclamer que le maintien de la sécurité est du ressort de la collectivité nationale, une oeuvre à laquelle tous les citoyens doivent apporter leur concours soutenu.

Mais comment tout en encourageant l’ensemble de la population du pays à prendre part à la lutte contre l’insécurité, le gouvernement autorisé-t-il des patrouilles effectuées par des militaires ou des policiers armés mais en tenue civile et donc susceptibles d’être confondus facilement avec les nombreux malfaiteurs qui écument actuellement les villes et campagnes du pays?

KAMBALE MUTOGHERWA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire