Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 18 mars 2016

Refus du Dialogue: Jacquy Ndala sous la sellette à la RTNC









Jacquy Ndala, chroniqueur musical à la RTNC2, risque d’y être viré. Son tort c’est de s’être prononcé sur les ondes de la RTVS1 contre le Dialogue politique convoqué par le chef de l’État. Jacquy Ndala s’est aussi clairement prononcé au cours de cette émission contre un probable 3éme mandat du président de la République. Ces propos auront suffit à convaincre sa hiérarchie à dire qu’il n’a pas observé le droit de réserve et l’apolitisme, exigés de tout fonctionnaire de l’État. Ainsi dans une lettre mal écrite par le coordonnateur de la RTNC 2, Jean-Pierre Senga Lokavu, il y dénonce son employé en disant qu’il a tenu «des propos indélicats et indigestes envers la personne inviolable du chef de l’État». De ce fait, il s’est livré à la politique active. On veut bien croire le directeur-coordonnateur de la RTNC2, qui a adressé une lettre de demande d’ explication.Ce qui est une voie à sa révocation. Mais il y a un hic dans cette lettre très partisane. Pourquoi la RTNC 2 n’avait jamais évoqué l’apolitisme lorsque Jacquy Ndala, alors cadre de la CCU(parti de Mende), écumait les plateaux de la télé pour défendre les Concertations Nationales. Était-ce son champ d’action. Pourquoi à l’époque ne lui avait on pas brandi le droit de réserve et l’apolitisme du fonctionnaire? Une mémoire sélective dont use le coordonnateur, ce qui est dangereux. Une éthique à deux vitesses qu’on applique à la chaîne publique. Et que dire de Lushima! Est-il journaliste? Observe-t-il le droit de réserve et l’apolitisme? Ne quitte-t-il pas souvent son champ d’action? Reproche fait notamment à Jacquy Ndala par son employeur. Il ne devait parler que musique selon lui et pas autre chose. Et que dire encore de l’interdiction faite aux journalistes de la RTNC de ne jamais mentionner Moïse Katumbi. C’est ça l’apolitisme et la neutralité de l’Administration? Jacquy Ndala fait tout simplement l’objet d’un règlement de comptes pour avoir claqué la porte du parti CCU et pour son refus du Dialogue. Et il en a pleinement le droit. Sa liberté d’opinion étant constitutionnelle. Quel espace laisse le droit de réserve à la liberté d’expression? Apolitisme signifie t il neutralité ? Ou pire baillonement? Autant de questions de fond que nous approfondirons. L’intéressé lui-même ne semble pas être inquiet outre mesure s’étant déjà préparé au pire. C’est-à-dire sa révocation de la fonction publique.

Ci-dessous la lettre de son employeur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire