Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mercredi 23 novembre 2011

Congo’s violent election countdown reflects rejection of regime


| Georges Nzongola-Ntalaja

Attacks on opponents of President Joseph Kabila have not dented support for his main rival, Etienne Tshisekedi

Georges Nzongola-Ntalaja · 22/11/2011 · guardian.co.uk
In less than a week, on 28 November, millions of Congolese are set to go to the polls to elect the country’s president for the next five years. Of the dozen candidates in the running,only two have the ability to wage a credible campaign all over the country: Joseph Kabila, for the obvious reason that he is the incumbent with all the resources of the state at his disposal, and Etienne Tshisekedi, because of his standing as the foremost leader of the Congolese democracy movement since 1980.
Were the Democratic Republic of the Congo (DRC) a land accustomed to free and fair elections, media pundits would have already designated the probable winner. But given the burden of history, in which a succession of self-proclaimed leaders have run the country for more than 100 years, there is no assurance the electoral results will necessarily reflect the will of the people. From King Leopold’s Congo Free State, through Mobutu Sese Seko’s Zaire to the DRC of Laurent and Joseph Kabila, this land has often been called a « geological scandal » because of its extraordinary natural wealth.
However, the real scandal of Congo is that the wealth of its natural resources has never been used to benefit the mass of the people.
Instead, it has gone to enrich the country’s rulers and their business and political partners at home and abroad. In the 2011 Human Development Report of the United Nations Development Programme (UNDP), the DRC is ranked bottom of 187 nations surveyed in terms of the Human Development Index, a measure of wellbeing on the basis of life expectancy, personal income, health and education.necessarily reflect the will of the people.
In addition to this disastrous record on economic and social development, the DRC is a « failed state » with respect to safety and security, particularly in eastern areas, where a succession of armies and militia groups, both foreign and national, have plundered the country, subjected women and girls to horrific sexual violence, and used forced and child labour to amass wealth through the illegal exploitation of mineral and other resources. Joseph Kabila, who was elected in 2006, but has been in power since January 2001faces a Herculean task in both explaining his inability to govern effectively and convincing the electorate to give him another five-year term.
Widespread discontent with the current regime and the longing for radical change do explain the great popularity of Etienne Tshisekedi, leader of the Union for Democracy and Social Progress (UDPS), DRC’s oldest opposition party, established in 1982. At 79, Tshisekedi is displaying unusual physical endurance as he travels around the country to campaign for economic reconstruction, the establishment of the rule of law and the moralisation of politics through responsible leadership and the fight against corruption. This message has been warmly received because it reflects the deepest aspirations of the majority of Congolese.
Faced with this formidable challenge, the Kabila regime is doing its best to win the election through violence and intimidation. Opposition candidates have been harassed to reduce their freedom of movement and their ability to campaign freely. Their posters have been destroyed and removed from public places, not only by the youth wing of Kabila’s party, the People’s Party for Reconstruction and Development (PPRD), but by the national police. Even Tshisekedi himself was grounded for more than two weeks in South Africa, after the planes he had chartered for his campaign were denied permission to land in DRC by the civil aviation authority.
Unfortunately, confrontations between PPRD and UDPS supporters have led to deaths and serious injuries, as the UDPS has resolved to resist officially sanctioned violence and illegal acts, rather than turning the other cheek in the tradition of Mahatma Gandhi and Martin Luther King. It should be pointed out that since the sovereign national conference in 1992, Congolese citizens have had a right – and an obligation – to resist unconstitutional rule and illegal acts by state authorities.
Criticism of UDPS policy in foreign media is widely perceived in Congo as another instanceof double standards by the international communitywhich has remained largely silent in the face of gross human rights violations by the Kabila regime, including the assassination of human rights activist Floribert Chebeya in 2010, and of journalists such as Bapuwa Muamba in 2006. Jean-Bosco Ntanganda, for whom an arrest warrant has been issued by the International Criminal Court (ICC), is a senior officer in Kabila’s army, while Gabriel Kyungu wa Kumwanza, architect of the ethnic cleansing against Kasaians in Katanga in 1992-94 and current master of hate speech, is a Kabila ally who serves as president of the Katanga provincial assembly. The international community seems more concerned with statements by Tshisekedi affirming the constitutional right of Congolese citizens to self-defence than with going after real criminals.
Whatever the results that are eventually announced by the electoral commission following the elections, the current campaign is already a victory for the forces of change. It has demonstrated the overwhelming rejection of the current regime, which is a continuation of what Laurent Kabila himself once described as « a conglomerate of opportunists and adventurers ».
The president, his entourage, the cabinet and other senior state officials have done nothing but enrich themselves to the detriment of ordinary Congolese men, women and children.
Their defeat, if it takes place, will open a new and glorious chapter for a democratic and prosperous Congo for which Patrice Lumumba died 50 years ago.
……………………………………….
TRADUCTION VIA GOOGLE

Le compte à rebours des violentes élections au Congo  reflète le rejet du régime / THE GUARDIAN

Posté le 23 novembre 2011

Le compte à rebours des violentes élections au Congo  reflète le rejet du régime

| Georges Nzongola-Ntalaja

Les attaques contre les opposants du président Joseph Kabila n’ont pas entamé le soutien de son principal rival, Etienne Tshisekedi

Georges Nzongola-Ntalaja · 22/11/2011 · guardian.co.uk
En moins d’une semaine, le 28 Novembre, des millions de Congolais sontappellés à se rendre aux urnes pour élire le président du pays pour les cinq prochaines années. Parmi les douzaines de candidats en lice, seuls deux ont la capacité de mener une  campagne crédible dans tout le pays: Joseph Kabila, pour la raison évidente qu’il est le titulaire du poste avec toutes les ressources de l’Etat à sa disposition, et Etienne Tshisekedi , raison de sa position de leader avant tout du mouvement démocratique congolais depuis 1980.
Si la République démocratique du Congo (RDC) aurait  été  une terre habituée à des élections libres et équitables, les principaux  médias auraient déjà désigné le vainqueur probable. Mais étant donné le poids de l’histoire, dans lequel une succession de dirigeants auto-proclamés ont dirigé le pays pendant plus de 100 ans, il n’ya aucune assurance les résultats électoraux seront nécessairement refléter la volonté du peuple. Du roi Léopold État libre du Congo, à travers le Zaïre de Mobutu Sese Seko à la RDC de Laurent et Joseph Kabila, cette terre a souvent été appelé un «scandale géologique» en raison de ses richesses naturelles extraordinaires.
Toutefois, le véritable scandale du Congo est que la richesse de ses ressources naturelles n’a jamais été utilisé au profit de la masse du peuple.
Au lieu de cela, il est allé à enrichir les dirigeants du pays et de leurs partenaires commerciaux et politiques à la maison et à l’étranger. Dans leRapport sur ​​le développement humain 2011 du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la RDC est classée en bas de 187 pays étudiés en termes de l’Indice de développement humain, une mesure du bien-être sur la base de l’espérance de vie, le revenu personnel, la santé et l’éducation . reflètent la volonté du peuple .
En plus de ce bilan désastreux sur le développement économique et social, la RDC est un «État en faillite» à l’égard de la sûreté et de sécurité , en particulier dans les régions orientales, où une succession d’armées et des milices, tant étrangers que nationaux, ont pillé le pays , soumis les femmes et les filles aux violences sexuelles horribles, et utilisé forcé et le travail des enfants à amasser des richesses grâce à l’exploitation illégale des ressources minières et autres. Joseph Kabila, qui a été élu en 2006, mais a été au pouvoir depuis Janvier 2001 , confronté à une tâche herculéenne dans les deux expliquant son incapacité à gouverner efficacement et convaincre les électeurs à lui donner un autre mandat de cinq ans.
Mécontentement généralisé avec le régime actuel et le désir de changement radical expliquent la grande popularité de M. Etienne Tshisekedi, leader de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), parti de la RDC ancienne opposition, créé en 1982.À 79 ans, Tshisekedi affiche inhabituelle l’endurance physique, comme il sillonne le pays pour faire campagne pour la reconstruction économique, la création de l’État de droit et la moralisation de la vie politique grâce à un leadership responsable et la lutte contre la corruption. Ce message a été chaleureusement accueillie, car elle reflète les aspirations profondes de la majorité des Congolais.
Face à ce formidable défi, le régime de Kabila fait de son mieux pour remporter l’élection par la violence et l’intimidation . Les candidats de l’opposition ont été harcelés à réduire leur liberté de mouvement et leur capacité de faire campagne librement. Leurs affiches ont été détruits et retirés de lieux publics , non seulement par l’aile jeunesse du parti de Kabila, le Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement (PPRD), mais par la police nationale .Même Tshisekedi lui-même a été bloqué depuis plus de deux semaines en Afrique du Sud, après que les avions qu’il avait affrétés pour sa campagne se sont vu refuser l’autorisation d’atterrir en RDC par l’autorité de l’aviation civile.
Malheureusement, les confrontations entre partisans du PPRD et de l’UDPS ont conduit à des décès et des blessures graves, comme l’UDPS a décidé de résister à la violence officiellement sanctionnés et les actes illégaux, plutôt que de tendre l’autre joue dans la tradition du Mahatma Gandhi et Martin Luther King. Il convient de souligner que depuis la conférence nationale souveraine en 1992, les citoyens congolais ont eu le droit – et une obligation – à résister à la règle inconstitutionnelle et actes illégaux commis par les autorités étatiques.
La critique de la politique de l’UDPS à des médias étrangers est largement perçue comme un autre au Congo par exemple des doubles standards par la communauté internationale , qui est resté largement silencieuse face à de graves violations des droits humains par le régime Kabila, dont l’assassinat du militant des droits humains Floribert Chebeya en 2010, et des journalistes tels que Bapuwa Muamba en 2006. Jean-Bosco Ntanganda, pour lesquels un mandat d’arrêt a été délivré par la Cour pénale internationale (CPI), est un officier supérieur dans l’armée de Kabila, tandis que Gabriel Kyungu wa Kumwanza, l’architecte du nettoyage ethnique contre les Kasaïens au Katanga en 1992-94 et maître actuel de discours de haine, est un allié de Kabila qui agit comme président de l’assemblée provinciale du Katanga. La communauté internationale semble plus préoccupé par les déclarations de Tshisekedi affirmant le  droit constitutionnel des citoyens congolais à l’auto-défense que poursuivre les véritables criminels.
Quelles que soient les résultats qui sont finalement annoncés par la commission électorale après les élections, la campagne actuelle est déjà une victoire pour les forces du changement . Il a démontré le rejet massif du régime actuel, qui est une continuation de ce que Laurent-Désiré Kabila lui-même a décrit comme «un conglomérat d’opportunistes et d’aventuriers».
Le président, son entourage, le Cabinet et d’autres hauts fonctionnaires de l’État n’ont rien fait, à part  s’enrichir au détriment des Congolais ordinaires, hommes, femmes et enfants .
Leur défaite, si elle a lieu, ouvrira un nouveau chapitre et glorieux pour un Congo démocratique et prospère pour laquelle Patrice Lumumba est mort il ya 50 ans .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire