Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mercredi 23 novembre 2011

Joseph Kabila et ses sociétés fictives


R.M COMMUNICATION





À la veille des élections présidentielles qui doivent avoir lieu ce mois-ci, le 28 novembre 2011 en la République démocratique du Congo (la « RDC ») , des documents rendus publics par le député britannique Eric Joyce indiquent que des biens miniers congolais sont systématiquement vendus à des prix bien inférieurs à leur valeur à des sociétés fictives étrangères constituées presque
exclusivement dans les îles Vierges britanniques (les « IVB »). Les propriétaires véritables de ces biens miniers sont souvent inconnus et ces opérations font en sorte que le peuple congolais ne bénéficie pas des immenses ressources minérales du pays.

Eric Joyce, président du groupe parlementaire multipartite du Parlement britannique pour la Région des Grands Lacs en Afrique, a déclaré que les documents qui lui avaient été transmis confirment pour la première fois que des membres du gouvernement de la RDC, en particulier le président actuel, Joseph Kabila, ont vendu d’importants biens miniers à des prix dérisoires à diverses sociétés fictives étrangères.

Selon Eric Joyce , « ces documents prouvent que les ressources naturelles du Congo ne sont pas exploitées comme des sources de revenus légitimes pour le peuple congolais. Des séries d’arrangements complexes entre le gouvernement du Congo et des sociétés fictives des IVB font en sorte qu’un petit nombre de personnes s’enrichissent moyennant des pertes énormes pour le reste de la population. ». 

Pour voir l’ article en entier en anglais sur le site de REUTERS, cliquez sur le lien www.af.reuters.com . Plusieurs documents et preuves sont aussi disponible sur le site de Eric Joyce au http://ericjoycemp.wordpress.com .



Des membres de l'Etat en République démocratique du Congo (RDC) ont bradé des biens miniers à des sociétés fictives, conduisant à un manque à gagner global de 5,5 milliards de dollars pour le peuple congolais, selon un député britannique spécialisé dans la région africaine des Grands Lacs.
"Des membres du gouvernement de la RDC, en particulier le président actuel, Joseph Kabila, ont vendu d'importants biens miniers à des prix dérisoires à diverses sociétés fictives étrangères" installées pour la plupart aux Iles vierges britanniques, assure Eric Joyce dans un rapport. 

Eric Joyce préside le groupe parlementaire multipartite du parlement britannique chargé de la région africaine des Grands Lacs. 

 "La perte totale pour le peuple de la RDC, au titre des biens perdus ou du manque à gagner, dépasse 5,5 milliards de dollars", ajoute-t-il. 

 Ces biens, acquis à un prix bien inférieur à leur valeur marchande, ont été ensuite "revendus, partiellement ou intégralement, à des multinationales, dont certaines sont cotées" à la Bourse de Londres, assure Eric Joyce. 

 "Ce processus permet à des sociétés des Iles vierges britanniques de réaliser des profits extraordinaires pour leurs propriétaires qui agissent sous le couvert de l'anonymat". 

 Ces accusations interviennent alors que la RDC, qui détient un tiers des réserves mondiales de cobalt et produit 18% des diamants du monde selon l'organisation non-gouvernementale Global Witness, avait décidé en mai de rendre désormais publics les contrats signés dans le secteur minier. 

 Le Fonds monétaire international (FMI), qui a débloqué un prêt de 550 milliards de dollars en décembre 2009 pour la RDC, avait insisté sur la nécessité de transparence dans ce secteur.

Belga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire