Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

samedi 26 mai 2012

La société civile collecte plus de 20 000 signatures pour obtenir la démission du bureau de la Ceni


Des membres du bureau de la Ceni le 19/04/2012 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
La société civile de la RDC a déjà collecté plus de vingt mille signatures pour obtenir la démission du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), a indiqué le secrétaire permanent de cette structure, Jean-Bosco Puna, vendredi 25 mai, lors de la présentation à Kinshasa du rapport de la collecte de ces signatures de la pétition initiée à ce sujet.

Selon Jean Bosco Puna, le bureau de la Ceni que pilote le pasteur Daniel Ngoy Mulunda s’est compromis dans l’organisation des élections présidentielle et législatives du 28 novembre 2011. Plusieurs organisations nationales et internationales, les partis politiques de toutes tendances et même le président réélu, Joseph Kabila, ont en effet reconnu que ces scrutins étaient entachés de «beaucoup d’irrégularités».
Les initiateurs de la pétition reprochent à la Ceni d’avoir notamment occasionné la perte immense de plusieurs Procès verbaux (PV) des élections. «Il est, aujourd’hui, difficile de retrouver certaines traces des élections générales de novembre 2011 dans les archives de la Ceni, parce qu’il y a eu la perte de plusieurs PV », s’est plaint Jean-Bosco Puna.
Jean Bosco Puna, qui croit à cette démarche, annonce que toutes les forces vives de la société civile de la RDC vont se rendre lundi 28 mai au Parlement pour déposer officiellement cette pétition, initiée depuis le 18 mars.
«Cette démarche va devoir, cette fois-ci, aboutir parce que nous pensons que ce Parlement [qui est issu de ces mêmes élections du 28 novembre] est l’émanation du peuple et qu’il va devoir satisfaire à la demande de cette population», a-t-il déclaré.
Par cette démarche, selon lui, la société civile de la RDC se propose de « récupérer son rôle de sentinelle ».
Le Bureau de la Ceni est constitué de sept membres, dont quatre issus de partis politiques du pouvoir et trois de l’opposition. La coalition de la société civile de la RDC a toujours plaidé pour que la loi organique de la Ceni soit modifiée de manière qu’elle soit aussi représentée dans cette institution citoyenne. Elle a réaffirmé cette position, lundi 9 avril, au cours d’un point de presse tenu à Kinshasa.
Des appels se sont en effet multipliés depuis quelques mois pour la réforme de la Commission électorale nationale indépendante. Ils ont été lancés notamment dans le récent rapport d’observation électorale de l’Union européenne ainsi que par les partenaires bi et multilatéraux de la RDC, l’opposition comme la majorité, les ONG nationales et internationales.

http://radiookapi.net/actualite/2012/05/26/rdc-la-societe-civile-collecte-plus-de-20-000-signatures-pour-obtenir-la-demission-du-bureau-de-la-ceni/#comments

1 commentaire:

  1. Voici quelques commentaires lus dans Radio Okapi:



    kitumba dit :

    26 mai, 2012 à 11:43

    « Plus de 20 000 signatures » pour faire partir lle Bureau de la honte! Voilà où on en arrive: des signatures, car le Parlement n’a pas la force morale de démettre la clique à Mulunda. Pourquoi cette impuissance? Tout simplement parce que ce parlemen est l’émanation de ce bureau. Notez: c’est tout l’arbre institutionnel qui est rongé de l’intérieur. Il n’y a donc pas d’autre point d’appui, hormis le peuple, terrorisé et plaqué au sol par la misère et les forces de « sécurité ». L’on ne peut que comprendre que Mr Jacques Djoli puisse déclarer: «La loi électorale ne prévoit pas une démission collective du bureau de la Ceni». Mon oeil! Il a omis de nous fixer sur le sort d’un Bureau qui a faussé collectivement. La preuve de cette collectivisation? Personne n’a levé le petit doit dans ce Bureau en par une dénonciation ou la démission tout simplement. La renaissance de la RDC dépend du coup de balai dans la cour politique, à commencer par la Ceni. Mr de la Ceni, pour l’honneur, circulez.

    aqwzsx dit :

    26 mai, 2012 à 11:10

    LOGIQUE :
    On va en déduire que la Société civile annonce L’ILLÉGITIMITÉ du Président et des députés issus de ces élections. C’est comme, PAR ANALOGIE, le trafic des drogues : on ne peut pas interdire la vente des drogues et ne pas reconnaître l’illégalité de l’argent issu de ce trafic.



    nsianfumu dit :

    26 mai, 2012 à 10:55

    Tout est clair et on a même pas besoin de ces signatures pour que ces gens de la Ceni démissionnent. Avec tout ce qu’ils ont fait au peuple congolais, je pense qu’ils doivent répondre de leurs actes devant la justice.



    olelioleli dit :

    26 mai, 2012 à 10:09

    Ngoy ; pasteur de son etat; doit avoir le sens de la dignité et demissionner….Il ne faut pas qu’on le pousse .



    obadr dit :

    26 mai, 2012 à 9:33

    Les politiciens avaient voulu conduire par eux-même les elections 2011.
    Voila où nous en sommes: ces dernières elections ont été pires que celles de Malu Malu.
    En tout cas, ceci est la demonstration que les organisations des elections par les structures du ministère de l’interieur comme dans la pluplart des pays démocratiques ne sont pas pour maintenant.

    RépondreSupprimer