Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 13 décembre 2013

Museveni et la RDC

      






Yoweri Museveni, président de la République d’Ouganda

Yoweri Museweni.
Yoweri Museweni.
AFP/ Carl Court
Par Sonia Rolley

« Non, c’est une perte de temps. Si Joseph Kony veut sortir du maquis, il n’a qu’à le faire. Il n’y a pas de raison de négocier. Le temps de la négociation est passé depuis longtemps. […] Nous sommes en train de le chasser. Nos forces sont sur le terrain et sont après lui. Il y a quelques jours, nous avons tué une vingtaine de ses gens. On le poursuit et on finira par l’avoir. »
Son pays ne fait pas partie des pays africains les plus liés à la France. Le président ougandais Yoweri Museveni était cependant à Paris le week-end dernier pour le sommet Afrique-France. Un sommet essentiellement consacré aux questions de sécurité sur le continent. Des questions qui touchent donc l'Ouganda, avec la sanglante rébellion de la LRA de Joseph Kony qui opère en Centrafrique depuis qu'elle a été chassée d'Ouganda. Et concernant la RDC, Kampala a été un médiateur critiqué dans la crise qui oppose le gouvernement congolais à la rébellion du M23. Yoweri Museveni répond aux questions de Sonia Rolley.



Voyez avec quel mépris ce monsieur parle de la RDC, comme si notre pays n'était rien devant lui.
Il se dit que c'est une perte de temps que de négocier avec Kony, qu'il allait le traquer, attraper ou le tuer pendant qu'il s'acharne sur la RDC pour qu'elle signe un accord avec les rebelles du M23, accord que lui, ne peut signer avec la LRA de Kony.

Tout ceci démontre que le pouvoir de Kinshasa est extrêmement faible à tel point que tout le monde peut et doit donner des ordres à «Joseph Kabila» en échange de sa survie à la tête du pays.

Tel Museveni nous méprise, tel aussi «Joseph Kabila est méprisable pour le peuple de la RDC.

Ata Ndele,
Correspondance particulière 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire