Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

jeudi 15 mars 2012

AFFAIRE GECOCO - MOZITO:

Muzito en justice contre Gecoco Mulumba !
Kinshasa, le 14/03/2012

*Adolphe Muzito a décidé, enfin, de sortir de ses réserves, pour fixer l’opinion tant nationale qu’internationale sur la campagne de dénigrement et de diffamation lancée contre lui, depuis plusieurs jours, par le Député Mulumba Nkongolo alias Gecoco. 
Il l’a fait, ce mardi 13 mars 2012, par l’entremise de son Avocat, Me Tshibangu Kalala qui s’est entretenu avec la presse. A en croire Me Tshibangu, le Député Mulumba Nkongolo, qui s’est arrogé le droit d’être le justicier de la République, le chasseur des sorciers de la RDC et le donneur des leçons de moralité publique en RDC, n’a apporté aucune preuve attestant que les immeubles présentés à la presse appartiennent tous à Adolphe Muzito et qu’ils ont été construits ou rénovés avec l’argent du Trésor Public à des fins privées.

Encore que, d’une manière générale, fait-il observer, Adolphe Muzito travaille depuis plusieurs années et il est donc normal qu’il puisse avoir des biens immobiliers. Le moment choisi et le mobile de cette campagne, affirme Me Tshibangu Kalala, ne sont pas innocents. Il estime que si l’intention de M. Mulumba Gecoco était de défendre l’intérêt général et de rechercher la vérité, il aurait pu s’adresser à la justice congolaise, pour dénoncer tous ces faits au lieu de mobiliser la presse nationale pour lancer des virulentes attaques politiques contre Adolphe Muzito. 

Il s’agit clairement, soutient mordicus l’Avocat, d’une entreprise machiavélique de destruction politique orchestrée par des adversaires politiques du Premier ministre sortant, membres de sa famille politique, à la veille de la mise en place des animateurs des institutions de la deuxième législature qui vient de commencer, pour salir son image auprès du peuple congolais, le déstabiliser sur le plan politique, l’empêcher d’exercer d’autres fonctions politiques dans le pays et briser ainsi définitivement sa carrière politique. Ce faisant, devant cette situation qui porte gravement atteinte à son honneur, à sa réputation et sa dignité en tant qu’être humain, mari et père de famille et acteur politique de haut rang, Adolphe Muzito, a déclaré son Avocat, se réserve le droit de déposer, dans les jours qui viennent, une plainte pénale contre le Député Mulamba Nkongolo, pour diffamation ou imputations dommageables auprès des instances judiciaires compétentes. 

Les immunités n’ayant pas été conçues pour assurer l’impunité des Députés, Me Tshibangu espère que l’Assemblée parlementaire à laquelle appartient le Député Mulumba Nkongolo n’hésitera pas à les lever rapidement afin qu’il réponde de ses actes devant la justice congolaise. 

Voici, in extenso, la Déclaration du Premier Ministre Adolphe Muzito relative à la campagne de dénigrement et de diffamation lancée contre lui par le Député Mulumba Nkongolo, alias Gecoco. (Mardi, 13 mars 2012)

 Mesdames et Messieurs les journalistes, Le Premier Ministre Adolphe Muzito, dont je suis avocat dans cette affaire, m’a chargé de faire, en son nom, la déclaration suivante à l’intention de l’opinion nationale et internationale. Depuis plusieurs jours, une campagne publique de dénigrement et de diffamation, fortement médiatisée, a été lancée contre le Premier ministre Muzito par certains acteurs politiques congolais.

Respectueux de la liberté d’expression reconnue et garantie par la Constitution et les lois de la RDC à tous les Congolais, et en sa qualité de Chef de Gouvernement de la République, il a laissé les intéressés assouvir leur haine et leur jalousie à son égard sans intervenir pour les en empêcher. Cette campagne de destruction de l’honneur, de la dignité et de la réputation du Premier ministre Muzito a atteint son point culminant dans la soirée du dimanche 11 mars 2012 lorsque le Député Mulumba Nkongolo, alias Gecoco, a fait diffuser et commenter par la chaîne de télévision CCTV les images de certains biens immobiliers qu’il a présentés à l’opinion publique comme appartenant à mon client. 

D’une manière générale, il faut observer que mon client travaille depuis plusieurs années et il est donc normal qu’il puisse avoir des biens immobiliers. Sans polémiquer et sans entrer à ce stade dans les détails, détails sur lesquels le Premier ministre Muzito reviendra dans un avenir proche, les déclarations du Député Mulumba Nkongolo appellent les observations suivantes : 

1°) Le Député Mulumba Nkongolo, alias Gecoco, qui s’est arrogé le droit d’être le justicier de la République, le chasseur des sorciers de la RDC et le donneur des leçons de moralité publique en RDC, n’a apporté aucune preuve attestant que les immeubles présentés à la presse appartiennent tous à M. Adolphe Muzito et qu’ils ont été construits ou rénovés avec de l’argent du Trésor Public à des fins privées ; 

2°) A titre d’exemple, l’une des maisons présentée par M. Mulumba Nkongolo à l’opinion publique comme appartenant au Premier ministre est plutôt une propriété privée d’une autre personnalité de la République bien connue et qui n’a donc rien à avoir avec mon client ; 

3°) La maison du quartier Mbanza-Lemba, près de l’Université de Kinshasa, et celle du quartier GB sont des propriétés familiales acquises par mon client depuis 1996, il y a près de 16 ans, bien avant qu’il n’entame sa carrière politique et qu’il a rénovées et valorisées au vu et su de tous ses voisins ; 

4°) Monsieur Adolphe Muzito a été Inspecteur des Finances pendant de nombreuses années avant de se lancer en politique, il a été Député pendant trois ans, Ministre du Budget pendant près de deux ans et Premier Ministre près de quatre ans. Dans ces conditions, il est donc normal qu’il puisse avoir des revenus personnels pouvant lui permettre de conclure un partenariat économique pour réaliser un projet immobilier comme c’est le cas pour bien d’autres congolais dans la ville de Kinshasa ; 

5°) Monsieur Mulumba Nkongolo n’a pas dit, pour justifier son combat politique et son acharnement contre M. Adolphe Muzito que celui-ci est le seul congolais à avoir une ferme dans la périphérie de Kinshasa. Monsieur Adolphe Muzito attire l’attention particulière de l’opinion publique sur le moment choisi par M. Mulumba Nkongolo et ses commanditaires cachés dans l’ombre, parce qu’il est clair que M. Mulumba, alias Gecoco, n’opère pas seul dans son entreprise diabolique, pour lancer cette campagne cruelle de destruction d’un adversaire politique et sur la violence des attaques dirigées contre lui. Le moment choisi et le mobile de cette campagne ne sont pas innocents, dans la mesure où si l’intention de M. Mulumba Gecoco était de défendre l’intérêt général et de rechercher la vérité, il aurait pu s’adresser à la justice congolaise, pour dénoncer tous ces faits au lieu de mobiliser la presse nationale pour lancer des virulentes attaques politiques contre mon client. Il s’agit clairement d’une entreprise machiavélique de destruction politique orchestrée par des adversaires politiques du Premier Ministre, membres de sa famille politique, à la veille de la mise en place des animateurs des institutions de la deuxième législature qui vient de commencer, pour salir son image auprès du peuple congolais, le déstabiliser sur le plan politique, l’empêcher d’exercer d’autres fonctions politiques dans le pays et briser ainsi définitivement sa carrière politique. 

Le Député Mulumba Nkongolo, alias Gecoco, ayant promis de publier prochainement la liste d’une centaine d’autres maisons de mon client, situées aussi bien Kinshasa qu’à l’étranger, le Premier Ministre est très curieux et très pressé de connaître toutes ces maisons qu’on lui attribue et attend patiemment et sereinement la publication de ladite liste. 

Devant cette situation qui porte gravement atteinte à son honneur, à sa réputation et sa dignité en tant qu’être humain, mari et père de famille et acteur politique de haut rang, le Premier ministre se réserve le droit de déposer, dans les jours qui viennent, une plainte pénale contre le Député Mulamba Nkongolo pour diffamation ou imputations dommageables auprès des instances judiciaires compétentes. 
Il faut souligner ici que le Député Mulumba Nkongolo a posé ces actes infractionnels d’une grande gravité, non pas au sein et devant le micro de son assemblée parlementaire dans l’exercice de son mandat, mais sur les plateaux de télévision, c’est-à-dire, dans les rues de Kinshasa. 

C’est le lieu de rappeler que les immunités reconnues aux parlementaires n’ont pas été prévues pour le confort ou le prestige des intéressés. Elles n’ont pas été conçues pour assurer l’impunité des Députés qui tombent dans la délinquance et déshonorent la fonction parlementaire, fonction importante qui doit être exercée avec dignité et responsabilité par des gens nobles. Nous osons espérer que l’assemblée parlementaire à laquelle appartient le Député Mulumba Nkongolo n’hésitera pas à lever rapidement son immunité pour qu’il puisse répondre de ses actes devant la justice congolaise. 

Le Premier Ministre Muzito termine en déclarant solennellement qu’il a accompli les hautes fonctions que le Président de la République lui a confiées avec dignité, dévouement et un sens élevé de responsabilité. Tout le reste relève de la calomnie, de la jalousie, de la méchanceté et de calculs tacticiens pour éliminer un adversaire politique compétent et loyal. Je vous remercie. 

Prof. Dr. Tshibangu kalala Avocat

http://www.laprosperiteonline.net/show.php?id=10226&rubrique=La%20Une



Monsieur le Professeur Docteur Tshibangu Kalala, l'avocat de Adolphe Mozito ne nous apprend rien de nouveau, sauf pour nous dire que son client n'est pas le seul homme politique congolais qui détourne les biens publics car les immeubles présentés par Gecoco n'appartiennent pas tous à Gecoco.

Il faudrait dire aussi que Gecoco n'a rien fait de mal, ni de délinquance comme le souligne le Professeur-Docteur-Avocat. Gecoco n'a fait qu'informer le peuple qui l'a élu, à qui il doit rendre des comptes. Gecoco demande tout simplement que les différentes feuilles de paie de Mozito soient rendues publiques et que des experts se penchent sur le dossier en examinant le salaire gagné et la valeur des immeubles.

Dans sa médiocrité, l'avocat nous raconte sans gêne que monsieur Mozito a été pendant de nombreuses années, Inspecteur des Finances; 3 ans comme Député, 2 ans en qualité de Ministre du Budget et 4 ans Premier ministre et ainsi, a pu se faire un joli magot.
Faudrait-il rappeler qu'un inspecteur des Finances (donc fonctionnaire) n'a pas un énorme salaire et que même en 15 ans, il ne peut se faire aucune fortune. Supposons qu'il y ait obtenu un salaire mensuel de 100$ pendant 15 ans = 100$ X 12 X 15 = 18.000$
2 ans au Parlement = 6.000$ X 12 X 2 = 144.000$

Donc, en ne faisant aucune dépense indispensable  à la vie courante, Muzito a épargné 162.000$ à l'Inspection des Finances et au Parlement. Reste à voir ce qu'il gagnait au gouvernement. Quoiqu'il en soit, Mr Mozito ne peut pas nous faire croire que sa fortune vient de ses économies. Ce n'est pas vrai.
Qu'il nous démontre comment a-t-il eu tous ces biens.

La rédaction 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire