Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

samedi 28 avril 2012

COMPLICITÉS DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

Je "nous" regarde discuter et je vois comment nous nous déchirons même entre ceux qui sont de la même tendance sur des divergences de vue dérisoires.

L'enjeu capital c'est les millions des congolais qui meurent chaque jour à cause de cette barbarie qui bénéficie de la complicité de ceux qui ont le pouvoir aussi bien à l’intérieur qu'à l’extérieur du pays .

Il est évident qu'il faut un changement au sommet de l’état. C'est ce qu'on est pas arrivé à faire, ni par les armes (dans le cas de Bemba par exemple) ni par les élections (dans les cas de Bemba en 2006 et de Tshisekedi en 2012).

Au delà de nos divergences vénielles, il me paraît évident que le véritable verrou, c'est la communauté internationale qui, sans agir ouvertement comme en Cote d'Ivoire par exemple reste néanmoins celle qui a le dernier mot. La situation actuelle (pendant et après les élections) est une évidence qui j’espère a convaincu les derniers des septiques. Tenez par exemple, la CPI s’était prononcée pour menacer tous ceux qui useraient de violence pendant ces élections

« Nous veillons à ce que le processus ne soit pas l'occasion de violences ou d'attaques contre les populations civiles. Nous sommes particulièrement attentifs aux informations faisant état d'appels à la haine et à l'exclusion et de violences physiques de la part des différents acteurs politiques à Kinshasa et dans le pays tout entier.», a-t-il affirmé depuis La Haye. « La violence électorale peut aboutir à la commission de crimes relevant de notre compétence. Que nul ne doute de notre détermination à prévenir et, le cas échéant, à poursuivre de tels crimes comme nous le faisons au Kenya ou en Côte d'Ivoire ». 


http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=26862&Cr=Congo&Cr1=


Il eut cependant des appels à la haine et à la violence tant physique que morale de la part des acteurs politiques au pouvoir, notamment de la Police et de l'armée qui a fait des milliers de morts et blessés comme nous indique l'illustration ci-dessous,






Et pourtant voici ce qu'ils nous sortent 3 mois après !!!

20 mars 2012 –
La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a condamné mardi les violations graves des droits de l'homme, dont des meurtres, des disparitions et des détentions arbitraires, commises à Kinshasa par les forces de sécurité congolaises dans le contexte des élections présidentielle et législatives de 2011 en République démocratique du Congo (RDC).


http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=27825&Cr=Congo&Cr1=

Je le mets pour démontrer comment la CI agit pour le Congo. Ils menaçaient de sévir mais en réalité cette menace était destinée à l'opposition. Une fois qu'ils ont eu ce qu'ils voulaient c.a.d asseoir leur protégé, ils nous ont sorti ce genre de rapports pour le garder sous la pression et continuer à le manipuler.

Comprenons-nous bien, je n'exclue pas la responsabilité des politiciens congolais qui sont en majorité implicitement complices de cette situation mais pour la petite minorité de ceux qui ont à cœur l’intérêt du pays (plusieurs d'entre nous s'identifient à cette minorité). Il est donc crucial pour ceux-là, de commencer à mettre en place des ajustements.

Je fais parti de cette catégorie d’homme qui pense que celui qui n'avance pas recule dans le temps.
Je fais parti aussi parti de ceux qui pensent qu'il faut une stratégie SMART (Specific, Measurable, Attainable, Realistic, Timely) dans tout ce qu'on entreprends même dans un combat politique.

Pour résumer ma pensée, je crois que la lutte devrait être orientée en travaillant sur la plus grande faiblesse qui est à mon avis, le manque de soutien à l’extérieur. L'opposition devrait travailler pour se constituer un lobby qui va peser sur la communauté internationale principalement dans les grandes puissances mais aussi en s’alliant avec des dirigeants du continent qui ont une certaine influence. Cela comme je l'avais dit c'est un combat qui prendrait (pour etre réaliste) quelques années, 2016 me paraît plus réaliste comme objectif mais il est possible d’accélérer les choses soit en se saisissant d'un événement déclencheur qui pourrait par exemple venir d'une révolte impromptue (j'y crois encore) soit il faudrait le provoquer et l'arme la plus redoutable reste la rue … J'y crois encore et même Kabila aussi ... c'est la raison pour laquelle Tshisekedi est maintenu physiquement loin de la foule. Avec quelques stratégies cet encerclement peut être brisé, je n'en dirai pas plus.

Voilà chers compatriotes, ma petite contribution à cette discussion. Tout rajout ne serait que répétition, je ne saurais hélas argumenter plus que ça.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire