Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

mardi 12 août 2014

Malumalu auditionné : Une farce judiciaire signée «Joseph Kabila»


Apollinaire Malumalu, président de Céni (Commission élection nationale indépendante)

C’est la "nouvelle" du jour : "Malumalu auditionné au parquet général de la République". A Kinshasa, la "nouvelle" était diffusée en boucle...sur la très kabiliste "Télé50" que dirige le très kabiliste Jean-Marie Kassamba. Motif : une plainte déposée contre le président de la Céni (Commission électorale nationale indépendante) par des partis de l’opposition. La plainte date du 26 juin dernier. Interdiction de rire.
Bruxelles. Lundi 11 août. Il est 15h00. Le téléphone retentit à la rédaction de Congo Indépendant. C’est un appel "00243". "Avez-vous suivi l’annonce qui passe en boucle sur Télé50?", interroge le correspondant kinois. "Il semble que l’abbé Malumalu a été auditionné au parquet général de la République et mis aux arrêts", ajoute-t-il. Que lui reproche-t-on? "Il semble que c’est en rapport avec la plainte que des représentants des forces politiques et sociales avaient déposé contre lui le 26 juin dernier accusant le président de la Céni d’atteinte aux droits garantis aux particuliers et violation des lois de la République".

Dans la capitale congolaise, aucune source sérieuse n’accordait la moindre crédibilité à cette histoire qualifiée au demeurant de "farce judiciaire" par les uns et de "grande comédie du pouvoir" par d’autres. A tort? "Nullement, commente un observateur du système kabiliste. Le seul fait que la nouvelle ait été lancée par le média de Jean-Marie Kassamba trahi la supercherie. Kassamba fait partie du premier cercle du pouvoir kabiliste au même titre que Malumalu". Notre interlocuteur d’ajouter :"Je ne vois pas Joseph Kabila livrer en pâture un Apollinaire Malumalu qui lui a rendu d’éminents services : l’élection présidentielle de 2006, le pilotage de plusieurs réunions de paix dont le programme Amani et les négociations de Kampala entre le gouvernement de Kinshasa avec les rebelles du M23".

Quid?

Une source non-autrement identifiée de confier à l’AFP qu’elle a bel et bien vu Apollinaire Malumalu se faire auditionner par un inspecteur judiciaire au parquet général de la République. Pour quel fait? Mystère. Ayant rang de ministre, le président de la Céni ne devait-il pas être "interrogé" par un des avocats généraux de la république? Abordé par l’Agence française, Georges Kapiamba, président de l’Association pour l’accès à la justice (Acaj), se fondant sur des sources judiciaires, assure que le président de la Céni "a reçu une invitation pour aller répondre suite à une plainte que des partis de l’opposition avaient déposée contre lui".

L’avocat Kapiamba de lancer une hypothèse qui se murmure tout bas dans le Tout-Kinshasa. A savoir que l’arrestation et l’incarcération à Makala de Jean-Bertrand Ewanga, secrétaire général de l’UNC (Union pour la nation Congolaise), la justice congolaise en général et le procureur général de la République (PGR) en particulier a provoqué une vive émotion au sein de l’opinion tant nationale qu’internationale. En cause, l’inféodation de l’appareil judiciaire à l’institution président de la République. Selon Kapiamba, en auditionnant Malumalu, l’objectif poursuivi par le PGR est d’"atténuer le choc provoqué par l’arrestation de Jean-Bertrand Ewanga". Celui-ci, qui est député national, a été accusé d’"offense au chef de l’Etat" à l’issue d’un meeting organisé le 4 août.

Un analyste de conclure : "Depuis l’arrestation d’Ewanga, Joseph Kabila et les durs de son régime font face à des pressions diplomatiques accrues. Cette affaire Malumalu n’est qu’une opération de diversion. D’ailleurs, la plainte déposée contre le président de la Céni avait provoqué des éclats de rire dans les milieux de la majorité présidentielle. De qui se moque-t-on? En réalité, le raïs ne sait comment faire relâcher le secrétaire général de l’UNC sans perdre la face et surtout sans confirmer l’instrumentalisation de la justice...".


B.A.W 
© Congoindépendant 2003-2014



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire