Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 14 mars 2014

Face au chantage russe de couper le gaz, l’UE recourt au pays de kabila.

Une ligne très haute tension ira d’Inga, sous la méditerranée, pour l’Europe



«Pour sanctionner les crimes d’agression contre un pays, il faut attendre 2017, l’entrée en vigueur de la loi sur les crimes contres les agressions qui a été approuvée à Kampala en 2010, et la ratification de cette loi par un grand
nombre des pays membres», a renseigné la procureure de la CPI, Fatou Bensouda devant les chevaliers de la plume et du micro. C’était, hier jeudi 13 mars, au Fleuve Congo Hôtel au cours d’un point de presse de restitution du séjour kinois de la procureure gambienne. La procureure de la CPI a évoqué diverses questions d’actualités sur la coopération Rd-Congo et CPI qui selon elle, a fait l’objet de son périple à Kinshasa. «Les autorités congolaises nous ont signifié que Omar al- Bashir est venu à Kinshasa sur invitation du secrétariat général du COMESA et non par elles», a soutenu Selon la procureure de la CPI.
D’après Bensouda, dans le voyage de président soudanais à Kinshasa, il y a un élément de surprise et cela n’a pas entamé la bonne coopération entre la Rd-Congo et la CPI. Elle a renseigné que la Rd- Congo a livré quatre de ses nationaux. «Les autorités de la RDC ont même envoyé un courrier au conseil des pays membres de la CPI pour montrer et préserver sa bonne foi de coopérer avec la CPI», a-t-elle appuyé. Avant poursuivre que sur demande des juges de la CPI, la Rd- Congo devra encore envoyer une lettre pour éclairer la lanterne de ces derniers. S’agissant de la prochaine cible de son bureau en Rd- Congo, la successeur de M. Ocampo souligne que son bureau est déjà en évaluation en base sur la gravité des crimes commis. Elle a indiqué aussi que les autorités rd- congolaises l’ont rassuré que les faits à compétence de la CPI ne seront pas amnistiés.
En ce concerne le dossier de subornation des témoins dans le procès Bemba, Fatou Bensouda a révélé que toutes les accusations de corruption contre lui sont totalement fausses. «Le bureau de la procureure n’a aucun intérêt à corrompre les témoins et surtout n’a pas d’argent pour corrompre une quelconque personne», a-t-elle martelé. Et de poursuivre: «Ce n’est pas par complaisance que nous avons ouvert cette procédure contre Bemba lui-même, son avocat et même un parlementaire congolais. Nous disposons de suffisamment d’éléments de preuve sur ce dossier. C’est pourquoi nous avons attendu la fin de la principale affaire pour ne pas l’influencer », a-t-elle fait savoir.
Deo kokol
© Copyright 7sur7.cd

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire