Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

dimanche 14 décembre 2014

Lettre ouverte à Adolphe Muzito, ancien Premier ministre


Monsieur,

J’ai suivi, avec une très profonde indignation, votre intervention sur l’évaluation de l’économie congolaise, 54 ans après son Indépendance, à Béatrice Hôtel, ce samedi 29 novembre 2014 à Kinshasa. Cet événement s’est tenu, dans le cadre du jubilé d’or, concernant les 50 ans d’existence du Parti Lumumbiste Unifié (PALU) votre parti politique, devenu un allié principal de la Majorité Présidentielle. Ce qui est pourtant légitime pour vous, ainsi que pour tous les autres membres de votre parti. Seul regret, le nom sacré de Lumumba est mêlé dans des combines maffieuses et malsaines, avec des partis politiques d’oppression, dont la vision et l’idéologie n’ont rien de commun, avec le passé glorieux de Patrice Emery Lumumba, notre héros national. Il s’agit là, d’une escroquerie politique monumentale à l’endroit des vrais Lumumbistes.

Loin de moi l’idée de m’attaquer à votre alliance contre nature, bien qu’à mon sens, celle-ci ait largement contribué à pulvériser le socle, le fondement, la dignité et l’espoir de votre parti, PALU en sigle, dont le Chef Antoine Gizenga était considéré au sommet de sa gloire, comme un mythe, craint presque de tout le monde, est redevenu depuis son alliance avec Joseph Kabila, l’ombre de lui-même. Un oublié de l’histoire contemporaine du Congo.

Enfin, j’ai tenu, pour l’essentiel, de vous faire remarquer que votre discours sur l’évaluation de l’économie congolaise contient des contre-vérités flagrantes, qui ne vous honorent point. Vous qui vous dites économiste, homme de terrain, et disposant d’une expérience suffisante en économie, et dans la gestion des finances publiques. Vous ayant entendu, je constate malheureusement que vous avez préféré vous mettre au service du mensonge plutôt que de vous taire.

Ceci explique qu’on est tous surpris par votre déclaration mensongère, expliquant que, « sous Joseph Kabila, le PIB (produit intérieur brut) est passé de 4 milliards de dollars à 40 milliards sur 15 ans ». « Le Raïs a donc multiplié la richesse du pays par dix. » Ce qui revient à dire que si le Congolais moyen qui devait vivre avec 1 dollar par jour, aujourd’hui, on pourrait donc estimer qu’il dispose de 10 dollars ? Ce qui est totalement faux et aberrant. Une simple affirmation donc, utile simplement pour amuser la galerie.

En réalité, comme on le sait, sous le règne de Joseph Kabila, la RDC est descendue au bas de l’échelle et est considérée parmi les pays les plus pauvres au monde. Et, selon le rapport 2014 publié par l’organisation non gouvernementale « Transparency International », le Congo démocratique du duo Kabila-Matata n’a pas fait un grand pas en avant sur le chemin de la lutte contre la corruption. Le pays occupe la même place qu’en 2013 dans le peloton de queue des Etats les plus corrompus du monde.

Et ce, malgré les immenses potentialités du sol et sous-sol, dont dispose le pays, le Congo peine à recouvrer son équilibre alimentaire. N’est-il pas évident que les familles congolaises, pour la grande majorité mangent par un système, dit de « délestage » ?

S’il est vrai que le Congo connaît une croissance réelle et absolue, sous le régime de Joseph Kabila, pourriez-vous en toute honnêteté m’avancer combien touche un fonctionnaire de l’Etat, y compris les enseignants ? Dans la même perspective, pourquoi les magistrats congolais sont-ils en grève illimitée ? Par ailleurs, combien d’écoles le gouvernement congolais a-t-il pu construire à travers le pays en dix ans ? De même, pourquoi le niveau de l’enseignement congolais, au lieu l d’aller dans le sens du progrès, marche-il à reculons ? Pour quelle raison majeure, le diplôme d’Etat congolais est-il rabaissé au niveau de 4 ans du secondaire, par le Service des Equivalences, en Belgique ?

Et que dire des diplomates, qui sont restés impayés pendant plusieurs années, et dont certains sont devenus des clochards, sans domicile fixe, et d’autres qui sont morts dans le froid sur des bancs publics, en Europe ? Enfin, que dire des Agents et cadres d’Air-Congo (ex Air-Zaïre), également restés impayés et dont certains sont devenus des fous, par le poids d’anxiété ?

Ensuite le Congo dispose-t-il d’un Bureau national de la main d’œuvre pour contrôler les mouvements des travailleurs en activité, et ceux livrés au chômage technique ? Connaissez-vous du moins, le salaire d’un général de l’armée ou de la police ? Connaissez-vous également la solde d’un soldat ou d’un policier congolais ? Par contre, connaissez-vous, du moins, le salaire et le train de vie que mène, un simple soldat rwandais, tanzanien, ougandais ou zimbabwéen, affecté à la Présidence de la République, pour assurer la garde rapprochée de Joseph Kabila ?

De qui se moque-t-on alors ?

Enfin, combien d’hôpitaux ou de centres de santé que le gouvernement a-t-il pu construire ou réhabiliter en dix ans ? Combien de routes de dessertes agricoles votre gouvernement a-t-il pu réhabiliter expressément dans votre Bandundu natal ? Et combien d’écoles votre gouvernement a-t-il construit ou réhabilité au Bandundu ? Quelle est finalement la politique sociale que votre Gouvernement a-t-il mis en place au bénéfice des Congolais ?

Toutes ces questions posées exigent des moyens financiers importants et des ressources humaines disponibles pour monter un vaste programme de développement du pays basé prioritairement sur l’économie des besoins et qui devra entraîner l’émergence autocentré de l’économie nationale ?

Dommage que l’on perçoive dans votre discours, irrationnel et peu pragmatique, que le Congo, notre pays, va dans une autre direction. Celle de la défense des intérêts partisans, c’est-à-dire, ne faisant le bonheur que des prédateurs et à une poignée de « collabos » dont vous-même, Adolphe Muzito qui êtes la véritable incarnation du mal.

In fine, comment avez-vous pu accumuler des richesses si colossales, avec votre modique salaire de fonctionnaire de l’Etat, durant votre piètre et triste mandat de deux ans, comme Premier ministre, en remplacement de votre oncle Antoine Gizenga, fatigué par le poids de l’âge et de trahisons ? Reconnaissez-vous du moins, avoir engagé à la Primature, plus de 600 agents, issus presque tous, de votre tribu et dont certains parmi eux, n’étaient que de simples figurants et donc, sans aucune profondeur pour un fonctionnement raisonnable ?

Si Joseph Kabila a, selon vous, multiplié le PIB par dix en quinze ans, au lieu de 13 ans d’exercice reconnu, pourriez-vous m’indiquer, à l’usage de l’opinion, le tableau récapitulatif reprenant les statistiques de la production de nos produits agricoles, leur consommation intérieure, et la quantité exportée en dix ans ? Etes-vous apte à me reproduire le prix de revenu de chaque produit et quelle en est l’incidence sur le pouvoir d’achat des Congolais ? Pourriez-vous également, me fournir, pour l’opinion, les mêmes explications, en ce qui concerne les activités minières et celles de l’or noir ?

A ma connaissance, je puis affirmer, sans crainte d’être démenti, que la République démocratique du Congo n’a rien produit dans le temps, sauf le pillage sauvage et scandaleux, du bois du Mayombe dans le Bas-Congo, de l’Equateur et dans la Province Orientale, - des minerais du Katanga ainsi que des matières précieuses, diamant dans le « Grand Kasaï », le Coltan, l’or et le pétrole dans la partie Est et Ouest du Congo, que l’Etat congolais a cédé, sans l’aval, ni le contrôle du Parlement, à des prédateurs venus de tout bord, pour le compte de Joseph Kabila, qui, à lui seul, est parvenu à réaliser un placement de 15 milliards de dollars américains dans des paradis fiscaux, à l’étranger, argent qui appartient pourtant au contribuable congolais, qui broie du noir au quotidien !

Monsieur,

Je ne pourrais terminer cette lettre ouverte, sans vous rappeler, cher Adolphe, que vous avez été fort habile pour multiplier vos propres richesses par dix, lors de votre défaillante prestation en tant que Premier ministre dans l’Exécutif précédent, et celui actuellement en exercice. La suite est connue, vous êtes devenu, en si peu de temps, l’un des riches parmi les riches au Congo Kinshasa, grâce à votre allégeance à Joseph Kabila qui ferme les yeux, face à l’opulence insolente de vos avoirs, obtenus par miracle, de la corruption institutionnalisée.

Par conséquent, je considère votre déclaration sur l’évaluation de l’économie congolaise, 54 ans après son indépendance, comme un clin d’œil enchanteur, lancé à Joseph Kabila pour qu’il vous soit clément en tant que chômeur, et que ce dernier vous trouve rapidement un job au sein de son entourage, où trônent déjà, des thuriféraires comme Gaspard Mugaruka Bin-Mubibi, Lambert Mende Omalanga, et Tryphon Kin- Kiey Mulumba, en vue de faire face, aux nombreuses critiques formulées savamment par des patriotes congolais en éveil, contre Joseph Kabila et son système politique anachronique, et qui mettent en déroute sans coup férir, les kleptomanes qui nous gouvernent, et qui se transforment pour les besoins de la cause, en prédicateurs illuminés d’une croissance abstraite, et pourtant fondamentalement nulle, et intolérable !

Bamba di Lelo

Docteur en Sciences politiques de l’UCL
Analyste des Questions politiques du Congo
jbadil@hotmail.be

© Congoindépendant 2003-2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire