Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 22 mai 2015

RDC: L’UDPS d’accord pour participer au « dialogue » proposé par Kabila































L’UDPS, parti d’opposition historique en République démocratique du Congo, a fait savoir jeudi qu’il était d’accord pour participer « au dialogue politique » proposé par le président Joseph Kabila, y voyant la meilleure solution pour sortir le pays de la crise politique qu’il traverse.
Cette annonce marque une volte-face de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), dont le vieux dirigeant Étienne Tshisekedi, en convalescence en Belgique depuis août 2014, a jusqu’à présent dénié toute légitimité au pouvoir de M. Kabila depuis les élections entachées d’irrégularités massives de novembre 2011 qui lui ont permis de se maintenir à la tête de l’exécutif. « Pour l’UDPS, le dialogue est la voie privilégiée pour arriver à un compromis par rapport à la crise que connaît le pays » depuis 2011, a déclaréBruno Tshibala, porte-parole de l’UDPS, affirmant parler « au nom [de M. Tshisekedi] lui-même ». Le but de ce dialogue doit être de mener à « de bonnes élections, différentes de celles que nous avons connues par le passé », a-t-il ajouté. « Nous attendons la fixation de la date » de ce dialogue, a encore déclaré M. Tshibala, plaidant pour une table ronde d’une dizaine de jours maximum, en « format réduit »: « 20 à 40 personnes ». Selon une source officielle et des représentants de l’opposition, un émissaire de M. Kabila a rencontré à plusieurs reprises début mai des dirigeants des principaux partis d’opposition pour leur faire part de la volonté du chef de l’État d’ouvrir avec eux un « dialogue politique » dont les modalités n’ont pas encore été précisées. Le climat politique en RDC est particulièrement tendu depuis quelques mois à l’approche d’échéances électorales importantes. En janvier, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées lors de manifestations contre le pouvoir ayant tourné à l’émeute. M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter à la prochaine présidentielle prévue pour novembre 2016.

Belga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire