Digital clock

Pages vues le mois dernier

Translate

SACREBOPOL

vendredi 19 août 2011

La conversation téléphonique d'Yves Kisombe à la RTVS




Proche du premier ministre ici, tu comprends, oyoki. Je veux vous faire sauter de là pe ngai moko nakoya kobeta bino. Je ne suis pas votre ami, tu comprends, naza camarade na bino te. Je suis une autorité du pays. Cette pute là qui vient de m'appeler, balokoti ye soki wapi, au lieu de d'abord s'adresser convenablement en disant ce qu'elle veut. Oui, bonjour honorable, abandi mbala moko l'opposition a fait une déclaration. Nalobi na ye mais maman comment ozo banda kotuna ngai ba questions boye sans d'abord dire pourquoi tu m'appelles, ce que tu veux, alobi ah, pardon.

Natuni maintenant alobi non je vous appelle pour vous poser des questions, alors l'opposition, nalobi mais marna tu veux me poser des questions yo oza journaliste, ozo landa ngai, écoute bien, tu as intérêt, parce que moi je veux descendre là, si tu couvre cette fille, tu vas avoir à faire avec moi, ozo landa ngai, naza camarade na bino te. Freddy Tshiyoyo moko a manquaka ngai respect kuna, je ne suis pas votre ami. Naza na ba leki na ba petits frères na ba banques oyo bakoki kosupporter cette petite petite petasse rien du tout amanqué ngai respect, oyoki hein...cette fille là me racroche au nez na téléphone ya tata na ye to ya mama na ye. Ecoute moi, imbécile, nakolakisa yo que je suis Kisombe moi, tu comprends. Na chaîne wana ya Muzito, bino bokosala lisusu wana te, ôyoki hein imbécile. Azo benga ngai, atuna ngai ba questions, dites moi le nom questions, dites moi le nom de cette fille, sinon nazo kita na RTVS wana, nakoyeba kombo na ye oyoki. Imbécile, libolo ya marna na yama na ye. Imbécile, ozosakana na ngai, hein. Dites-moi le nom de cette fille je te dis, c'est un ordre, oyoki, imbécile nyama. Et puis, je rappelle azo yamba lisusu téléphone te. Imbécile, bozo monangai camarade na bino? Est- ce que ngai nabengi ye?. Je vois ici le numéro de la rédaction de RTVS1 qui appelle, elle se permet de me raccrocher au nez na numéro ya rédaction, tu comprends ça, tu compreds. Dis-moi, quel est le nom de cette pute là? Oyoki, imbécile, nazoya, yonde moto okoyoka yango na nzoto na yo, oyoki ? Quel est le nom de cette chienne, qui a osé me manquer du respect comme ça au téléphone. Hein, écoute,, si tu veux sentir m  colère sur place hein, okoyoka yango. Je veux retrouver la trace de cette imbécile. Elle m'appelle, c'est elle qui me dérange au téléphone, elle se permet de me raccrocher au nez et quand je rappelle, elle ne décroche plus alors qu'elle appelle du numéro de service, ozoyoka, allo ! allo ! mais ce quoi ça hein? Et j'espère que tu ne fais pas la maligne en m'enregistrant là? Allo ! Je suis un honorable, tu entends des filles qui sont avec moi ici, nazokita wana, abengi ngai, abandi mbala moko kotuna ngai ba questions, imbécile nyama, très impoli, nalobi hein, je parle avec des jeunes dames qui sont au cabinet du premier ministre, ozoyoka et qui sont choquées que quelqu'un appelle de la RTVS1 pour me poser des questions directement, ozoyoka? Alors, toi, dis moi un peu. C'est qui la fille qui m'a appelé?

CONGONEWS




La rédaction de «CONGONEWS» est tombée sur un enregistrement sonore choquant du député AMP-PPRD Yves Kisombe. Les convenances sociales auraient dicté de ne pas le publier tant les mots repris dedans sont d'une extrême vulgarité. Mais «CONGONEWS» est bien obligé d'en publier l'intégralité pour que le public sache qui est Yves Kisombe. Ce député s'est signalé plus d'une fois dans des excentricités et des insultes publiques les plus immondes contre les autres. Une fois,  il a insulté le journaliste Freddy Tshiyoyo de la RTVS, mêlant même l'intimité de la mère du confrère pour une banale question d'une bière à partager dans une terrasse discrète. Une autre journaliste a aussi fait les frais de l'immoralité -mieux l'amoralité- de Kisombe. Il a failli en venir aux mains dans une boîte de nuit de Kinshasa sous les regards médusés du public. Ses amis l'ont calmé mais il avait déjà lancé une bouteille esquivée promptement par son adversaire. Une jeune fille s'est plaint que Kisombe l'ait descendue de sa voiture, au niveau de la station Ma Campagne sous une pluie battante pour avoir repoussé ses avances. Au Grand Hôtel Kinshasa, Yves Kisombe a insulté, en public, copieusement une dame pour un simple accrochage à la sortie. A Bandalungwa, l'une de ses maîtresses s'est fait choper à la police après avoir insulté et giflé un agent commis aux travaux de cinq chantiers. Kisombe y a débarqué et a ramassé une pêle pour taper dans le tas sur tout le monde. Que des frasques pour un homme public. C'en est trop pour un «honorable». Le dernier incident s'est passé avec la rédaction de la RTVS. Cela s'est passé le 4 août. Au départ, c'est Eugenie Ntumba qui appelle Yves Kisombe pour une réaction à chaud sur les déclarations de l'opposition en rapport avec l'organisation des élections. Des problèmes de réseau ont fait que l'appel a été interrompu. Pour Yves, la journaliste lui a raccroché au nez. Il avait peut-être raison mais de là a débiter des insanités au numéro téléphonique d'une rédaction -donc un numéro public- ne se justifie pas. Yves Kisombe a donc rappelé et s'est mis à insulter la journaliste qui l'avait prétendument raccroché au nez et à l'autre qu'il a eu en ligne. Le silence de son interlocuteur lui fait comprendre à la fin qu'il était enregistré. Le même soir, il a débarqué à la rédaction de la RTVS, menaçant d'«enculer cette fille là avec mon argent» (Lire ci-dessous l'enregistrement d'Yves Kisombe en intégralité).

M.K 
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire